Ectoparasitoses du lapin et des autres petits mammifères





télécharger 19.98 Kb.
titreEctoparasitoses du lapin et des autres petits mammifères
date de publication04.10.2017
taille19.98 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > Biología > Documentos

AROCENA Elodie

GASCUE Nadia




16/03/2009




PARASITOLOGIE

16h-17h

Dangy Louise Danais Mélanie




Michel FRANC



Ectoparasitoses du lapin et des autres petits mammifères
Introduction
On les classe en fonction de la localisation des parasites :

  • Couche cornée : les agents de gale

  • Surface du tégument 

  • Follicules pileux : demodex

  • Poils




  1. Parasites de la couche cornée




  • Gale sarcoptique du furet


Elle est due à un acaridié psorique : Sarcoptes scabei var. furonis.

Ce type de gale se rencontre chez le lapin, le rat, le cobaye et le furet.

Chez le lapin, elle est très fréquente. Elle débute en général sur la tête et la face plantaire des pattes, et finit par s’étendre sur tout le corps. Elle entraîne prurit, dépilations en moucheture, des boutons de gale. Il y a aussi contamination des autres lapins et furets, ainsi que des propriétaires…

Chez le cobaye, elle est très prurigineuse. Elle se localise également préférentiellement sur la tête et le chanfrein. Les animaux se grattent, donnant alors des croûtes agglutinant les débris de la litière si celle-ci est sale et formant une « corne » avec les saletés. Le cobaye a son propre sarcopte.

Comme pour les autres espèces, les gales anciennes entraînent des troubles de la kératogénèse : l’hyperkératose.


  • Gale notoédrique


C’est une gale térébrante (rappel : les femelles creusent des galeries), due à Notoedres, qui se différencie de Sarcoptes par le fait qu’il possède un anus sur le dos et par l’absence d’épines. On la retrouve chez le rat, la souris et le lapin.
La psoergatose : c’est la gale notoédrique du rat et du hamster, due à un petit acarien disquiforme : Psoergates, présentant une petite épine à la base des pattes. Cet acarien s’enfonce dans la couche cornée et se multiplie à l’intérieur d’une cavité dont la consistance devient alors semblable à celle de grains de mil caractéristiques et bourrés d’acariens. Ils se déplacent peu, la gale s’étend lentement et donne peu de prurit, moins que les autres gales.
Quel que soit le type de gale, le diagnostic s’effectue par raclage jusqu’à la rosée sanguine, systématiquement. Ce dernier permet de mettre en évidence parasites, œufs ou déjections après rajout de liquide éclaircissant.
Traitement : Il faudra traiter tous les animaux. On peut utiliser les avermectines, soit par injection ou mieux par voie transcutanée : dilution à 10% de spécialité à base d’Ivermectine (Stronghold ND) dans le propylène glycol, que l’on applique comme un spot on. Attention ! Il faut également traiter l’environnement (nettoyage des cages et de leurs barreaux). Cela pose problème avec les animaleries où on utilise des rongeurs comme réservoirs de souches, on garde des animaux en permanence et le vide sanitaire est impossible. D’où l’intérêt d’avoir de petites unités.


  • Gale psoroptique


La gale psoroptique ou gale de l’oreille (otacariase) chez le lapin, est une gale très banale, due à Psoroptes cuniculi. C’est une gale prurigineuse donc le lapin infecté secoue fortement la tête. On observe des croûtes jaunâtres qui vont se dessécher et envahir le conduit auditif. Des fois, on n’a aucun signe clinique, uniquement des troubles nerveux.

Il est impossible (ou du moins très difficile) d’avoir des élevages indemnes de Psoroptes (dur pour les chercheurs et commerciaux qui testent les produits contre cette gale...)

Sur une des photos, chaque point blanc correspond à un Psoropte.



  1. Parasites de la surface du tégument


Les acariens à la surface du tégument entraînent des démangeaisons.


  • Myobia musculi


C’est un petit acarien des régions autour de la tête. Il est à l’origine de prurit. Il possède 3 paires de pattes (400 à 500 µm). Il est surtout intéressant de regarder ses bords ondulés : c’est le seul acarien qui a cette allure.


  • Les Puces


Chaque petit mammifère a ses espèces de puces.

Spilopsyllus cuniculi est la puce du lapin. Elle ne peut se reproduire que sur des lapines en gestation. La puce utilise les hormones de la lapine et s’en sert pour son propre développement. Les œufs sont pondus pendant la gestation. On a une multiplication au moment de la mise bas et contamination des lapereaux. Ces puces sont responsables de la transmission de la myxomatose, de manière uniquement mécanique. Des méthodes de vaccination sont à l’étude, utilisant des puces de lapins.
Chez l’homme : Pulex irritans.

Xenopsylla cheopis est la puce du rat, de la souris et du hamster. Xenopsylla cheopis est responsable de la transmission du bacille de la peste. Dans un premier temps, les puces transmettent la peste de rats en rats, qui meurent au fur et à mesure. Dès que la température de l’hôte diminue, elles quittent ce dernier et vu qu’il n’y a plus de rat, elles vont piquer l’homme. C’est ainsi que le fléau de la peste a premièrement touché les rats puis l’homme. Quand une puce se gorge sur un rat infesté, le bacille pesteux ingéré prolifère dans le pharynx, bloque l’œsophage de la puce qui a du mal à se nourrir et « pense » qu‘elle doit changer d’hôte, facilitant ainsi la transmission. La transmission d’homme à homme se fait alors par Pulex irritans.

Elles peuvent également transmettre le typhus.


  • La cheyletiellose


Elle est due à Cheyletiella parasitivorax, acarien prostigmate et touche lapin, chien, chat et homme. Elle entraîne prurit, dépilations et squamosis.

  1. Parasites des follicules pilo-sébacés



Il s’agit de la démodécie due à Demodex. Elle n’est pas rare et se retrouve chez le lapin, le cobaye, le rat, la souris et surtout le hamster.

Attention ! On ne peut pas transposer ce qu’on sait sur la démodécie du chien, il existe de nombreuses différences. Elle peut être prurigineuse, pouvant même rapidement entraîner la mort chez le hamster. Elle provoque de l’érythème, des dépilations. Le traitement est la friction à l’Amitraz.


  1. Parasites des poils


Il s’agit d’Acaridiés pilicoles (cf ce qu’on a vu dans les cours précédents). Ils ne sont pas fixés de façon active mais par exemple, par la patte IV qu’il « vérouille »ou grâce à des palpes lamelleux chez Myocoptes, qu’il détache ensuite pour se déplacer.

  • Les poux des petits mammifères : Chirodiscoides caviae chez le cobaye, il est fixé passivement au poil et cause du prurit. Au microscope, ses pattes entourent le corps.

  • Les teignes : Trichophyton mentagrophytes, teigne tellurique à l’origine de dépilations où le poil est cassé à ras.

Attention ! Il faut faire le diagnostic différentiel avec les souris nude, souche sélectionnée génétiquement pour son absence de pelage… c’est pas parce qu’elle n’a pas de poils qu’elle se gratte ! Le diagnostic s’effectue par raclage.


  1. Conduite à tenir face aux ectoparasitoses de rongeurs de labo



C’est exactement ce qu’on enseignerait lors d’une formation du personnel travaillant dans des labos d’expérimentation animale.

  • En premier lieu, il faut s’inquiéter dès qu’on observe un problème cutané.

  • Il faut ensuite prendre le temps d’examiner et prendre le plus de précautions possibles (par exemple, quand on passe d’une boîte à une autre, il faut systématiquement changer de gants).

  • On fait le diagnostic et si on sort une souris du labo d’expérimentation, il ne faut pas la rerentrer.

  • Enfin, pour les ectoparasitoses, après autopsie, on envoie la souris dans au labo de diagnostic qui identifiera s’il s’agit d’un acarien, d’une teigne,…

Il faut faire attention car certaines teignes sont des zoonoses.

Parasitologie – ectoparasitoses lapin et petits mammifères – page /

similaire:

Ectoparasitoses du lapin et des autres petits mammifères iconLe joueur se transforme en lapin et bondit de 3 cases

Ectoparasitoses du lapin et des autres petits mammifères iconEctoparasitoses prurigineuses du chat Provoquées par des acariens

Ectoparasitoses du lapin et des autres petits mammifères iconLittérature Les 3 petits cochons cm1- e. Rostand 2005/2006 Lectures...

Ectoparasitoses du lapin et des autres petits mammifères iconCommemoratif general mammifères

Ectoparasitoses du lapin et des autres petits mammifères iconDentin xenografts to experimental bone defects in rabbit tibia are...

Ectoparasitoses du lapin et des autres petits mammifères iconEctoparasitoses prurigineuses du chat

Ectoparasitoses du lapin et des autres petits mammifères iconLes ectoparasitoses du chat

Ectoparasitoses du lapin et des autres petits mammifères iconEctoparasitoses du chien (suite)

Ectoparasitoses du lapin et des autres petits mammifères iconEctoparasitoses du chien (suite)

Ectoparasitoses du lapin et des autres petits mammifères iconAdresse : bukavu rdc : contact : +243994013754
«Projet «replicable» à d'autres territoires de la région des grands lacs et à d'autres productions





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com