Le diagnostic est facile : contagiosité, lésions rondes à bord net sur les zones de contact ou le passage du harnais, poil cassé à la base et le plus souvent





télécharger 26.82 Kb.
titreLe diagnostic est facile : contagiosité, lésions rondes à bord net sur les zones de contact ou le passage du harnais, poil cassé à la base et le plus souvent
date de publication12.04.2019
taille26.82 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > Biología > Documentos

Charlotte et Magali




02/03/09

Simon et Matthieu

PARASITOLOGIE

16-17h







M. Franc


Dermatoses du cheval
Les teignes (suite)


  • Diagnostic


Le diagnostic est facile : contagiosité, lésions rondes à bord net sur les zones de contact ou le passage du harnais, poil cassé à la base et le plus souvent absence de prurit.
Le diagnostic différentiel doit se faire avec la dourine, un trypanosome transmissible sexuellement et qui n’existe pas en France.

Le diagnostic expérimental consiste en un raclage et un examen des poils, mais aussi en une mise en culture du champignon. Préciser la nature fongique de la maladie permet de déterminer si elle est ou non contagieuse pour l’homme.

Il existe différents types de spores observables sur le poil (raclage):

• Type microsporique : Microsporum (endoectothrix avec un manchon de spores autour du poil, font 4-5µm)

• Type microide : T mentagrophytes (en chaînettes)

• Type mégasporé : T.verrucosum, T. equinum


  • Traitement


Le traitement systémique est interdit sur les animaux de boucherie (s’il y a traitement, il faut l’indiquer sur les papiers du cheval pour qu’il aille ensuite directement à l’équarrissage en cas d’accident).

La griséofulvine est désormais interdite sur le cheval, on lui substitue donc un traitement local efficace :

  • Tonte

  • Enilconazole Imavéral N.D. Janssen ; diluer 1/50 en friction tous les 4J : J0, J4, J8, J12

  • Natamycine Mycophyt N.D. Intervet ; diluer une dose de 200mg /2l d’eau friction tous les 4J : J0, J4, J8, J12

  • Désinfection (du matériel à immerger dans une solution d’Enilconazole, voire de l'environnement)


Si le diagnostic est positif, penser à traiter tous les chevaux au moins une fois pour empêcher le développement de spores présentes dans l’environnement.


  • Prophylaxie


En prévention, il faut que chaque cheval ait son propre matériel (sangle, brosses, filet, tapis…), éviter la dispersion des poils (taper les brosses dans une grande boîte pour les rassembler), traiter systématiquement les animaux entrants.
La dermatophilose = pseudomycose
Il s’agit d’une dermatose croûteuse, non prurigineuse localisée le plus souvent sur la ligne du dessus (où tombe la pluie : l’humidité est un facteur favorisant) et plus rarement aux membres dans notre pays.

Cette maladie est observée lorsqu’il fait chaud et humide (beaucoup en Afrique) et sur des animaux vivant au pâturage et sans pansage. Elle est due à une bactérie GRAM + : Dermatophilus congolensis.


  • Clinique


On observe des croûtes agglutinant les poils et éparses, une peau épaissie + ou - craquelée et recouverte de croûtes. Lorsque l’on arrache une croûte, cela suinte, on y applique une lame de verre pour faire un calque que l’on colore ensuite avec la coloration de Gram : au microscope, on observe des bactéries G+ (violettes) sous forme de pseudofilaments (c’est pourquoi nos anciens les prenaient pour des champignons…)


  • Traitement


Traitement local : nettoyer les croûtes, désinfecter avec de la chlorhexidine savon, de la Polyvidone iodé savon (Vétédine), pas de pommade ou de formulations huileuses. La bactérie est sensible aux antibiotiques, on a des bons résultats avec les Tétracyclines retard ou la Pénicilline G ou la streptomycine. Cela conduit à une guérison rapide.
La lymphangite épizootique à Histoplasma farcinosum (levure ascomycète)
Cette maladie n’est pas présente en France mais doit être vérifiée sur les chevaux introduits sur le territoire. On parle aussi de Farcin d’Afrique. Cette maladie n’atteint que les Equidés. La

Transmission est directe ou par échange de harnachement ou via les insectes piqueurs.


  • Clinique


Au niveau de la clinique, on observe : lésion primaire au niveau d’une plaie, conduisant à un ulcère en cul de poule (bords éversés) d’où sort un pus blanchâtre à jaunâtre. Il y a douleur et prurit. Cela se propage en extension le long des cordes lymphatiques qui deviennent dures et sensibles.

On note l’apparition de boutons (2 ou 3 cm) qui ressemblent à des tumeurs mais qui n’en sont pas. On observe aussi des oedèmes dans les régions déclives pouvant provoquer des boiteries.


  • Diagnostic


Il se fait par mise en évidence des levures dans le pus et coloration de May Grunwald Giemsa (levures de 2-4 µ avec une paroi épaisse translucide et un contenu coloré, un bourgeonnement unipolaire).
On peut aussi faire une intradermo-réactionnelle à l’histoplasmine.


  • Traitement:


Il est local avec de la teinture d’iode et des dérivés mercuriens.
La sporotrichose à Sporothrix schenkii
(Il s’agit d’un champignon imparfait, c.à.d. dont on ne connaît pas la reproduction sexuée)

Cette maladie existe en France et touche l’homme et animaux.

On le trouve principalement dans le milieu extérieur (forêt), il y a inoculation lors de microtraumatisme dû aux épineux (le cheval se pique avec les aiguilles), conduisant à une atteinte des tissus S.C. (abcès) et des lymphatiques superficiels, c’est donc une autre cause de lymphangite chez les chevaux.

Cette maladie est sporadique, non contagieuse et d’origine tellurique.


  • Clinique


Les signes débutent 3 à 8 semaines après inoculation. Les lésions sont localisées sur les membres, l’encolure, la zone génitale. Il y a formation de gomme sous cutanée qui se ramollit et s’abcède. Ce qui libère ici un pus gris rosé ou brun chocolat. L’abcès est ici à bords non éversés.


  • Diagnostic


Il faut y penser sur des chevaux allant dans les bois. La mise en évidence des levures dans le pus est très difficile chez le cheval (elles sont peu nombreuses) contrairement au chat. La culture (prélèvement stérile d’une lésion fermée) doit être faite par un labo hospitalier en précisant la suspicion de sporotrichose et le risque d’inoculation à l’homme.


  • Traitement


On utilise les iodures par voies locales et générale, l’énilconazole chez le chat.
Principales parasitoses du cheval : Troubles provoqués par des Diptères brachycères

Les gastérophiloses
Définition : Parasitoses banales des équidés dues à la migration dans leur organisme puis à la présence dans leur T.D. de larves de diptères appartenant à la Famille des Gastérophilidés.

On parle de myiase, cela est très fréquent et le contrôle systématique des gastérophiloses a permis de diminuer significativement les coliques en France.

On en trouve partout dans le monde.


  • Description :


Les adultes sont des grosses mouches poilues : 1,3 -1,7 cm. Les yeux sont petits et nettement séparés.

Les femelles ont un oviscapte développé permettant de déposer les œufs sur la partie distale des poils pour presque toutes les espèces (G. pecorum les dépose sur l’herbe).

Les gastérophiles sont actifs par temps chaud, les pièces buccales sont réduites voire absentes. La durée de vie est brève : 4-5 jours.

Les oeufs font de 1,2 à 1,5 mm.
La diapo ci-dessous montre la localisation des larves :

  • rond noir vide = destination finale des larves

  • rond plein = lieu de passage des larves. Les larves passant par le pharynx vont gêner la déglutition.


Les deux principales espèces présentes en France sont G. intestinalis et G. nasalis.

  • G. intestinalis pond sur les membres antérieurs.

  • G. nasalis pond dans la région de l’auge et autour de la cavité buccale

  • G. heamorrhoidalis pond autour des naseaux.

  • G. inermis pond sur les joues. On observe une dermatite prurigineuse avec des trajets sur les joues convergeant vers la bouche. (caractéristique de G. inermis)


Le cheval se contamine en se léchant et en ingérant les œufs qui donneront des larves dans son tube digestif. La localisation préférentielle des larves est sur la muqueuse oesophagienne (blanche) de l’estomac.

Le dernier anneau porte les plaques stigmatiques.


  • Rôle pathogène :




  • On observe un rôle pathogène direct : la femelle énerve les animaux en leur tournant autour pour pondre. Les larves ont une action traumatique et irritative (épaississement de la muqueuse et spoliation indirecte) :

  • Migration intracutanée pour G. inermis et G. nasalis

  • Migration muqueuse buccale, oesophagienne : perturbation du fonctionnement de l’œsophage avec dysphagie possible

  • Perforation stomacale rare :

  • Obstruction pylore qui provoque des coliques pouvant entrainer la mort.

  • Obstruction du canal cholédoque rare


Quand les larves se fixent dans le cul de sac gauche non sécrétant de l’estomac, l’action est moins pathogène que pour celles qui se fixent dans le cul de sac droit sécrétant : il y a perturbation de la synthèse enzymatique et donc de la digestion.


  • Symptômes


• Phase d’infestation

• Phase cutanée : on observe une dermite gastérophilienne au niveau des joues pour G. inermis.

• Phase pharyngienne : gène de la déglutition

• Phase gastro-intestinale : Gastrite chronique avec lésions évocatrices : métaplasie des cellules épithéliales et prolifération de la muqueuse autour de la larve (bien visible après retrait de la larve). On observe aussi une constipation puis un ramollissement des excréments, ainsi qu’un trouble de la sphère digestive postérieure pour G. inermis et G. hæmorrhoidalis à cause d’efforts expulsifs (ténesme).


  • Diagnostic


Au début, on peut voir les œufs et des signes cutanés. Dans la phase intestinale : le diagnostic est difficile car on observe les L III dans les fèces seulement à la fin du cycle. On peut également utiliser un endoscope pour les observer dans l’œsophage et l’estomac. Enfin, il faut se renseigner sur le programme de vermifugation de l’animal.


  • Traitement


Lors de la myiase cutanée, désinfecter localement.

Pour la myiase intestinale :

- organophosphorés : Dichlorvos EQUIGARD ND 40mg/kg, Trichlorfon = Metrifonate : 80 mg/kg, TELMIN PLUS = mébendazole + trichlorfon, RINTAL PLUS = Fébantel + trichlorfon

 Ne sont plus commercialisés

- Avermectines : 200 à 4OOµg/Kg EQVALAN ND ou FUREXEL N.D.

- Moxidectine 4OOµg/Kg EQUEST ND


  • Prophylaxie


On ne traite pas que contre les gastérophiles, la lutte entre dans un programme de vermifugation au sens large. Mais il n’élimine pas 100% des larves, c’est pour cela qu’il faut prévoir une vermifugation contre les gastérophiles en fin d’automne quand il n’y a plus d’adultes puis au printemps.


Ectoparasitoses du cheval- Parasitologie – page /

similaire:

Le diagnostic est facile : contagiosité, lésions rondes à bord net sur les zones de contact ou le passage du harnais, poil cassé à la base et le plus souvent iconLes brûlures sont des lésions du revêtement cutané provoquées par...

Le diagnostic est facile : contagiosité, lésions rondes à bord net sur les zones de contact ou le passage du harnais, poil cassé à la base et le plus souvent iconQuestion N°1 Quel est votre diagnostic concernant les lésions cutanées?...

Le diagnostic est facile : contagiosité, lésions rondes à bord net sur les zones de contact ou le passage du harnais, poil cassé à la base et le plus souvent iconL'entomosporiose est une maladie due à un champignon. Elle atteint...

Le diagnostic est facile : contagiosité, lésions rondes à bord net sur les zones de contact ou le passage du harnais, poil cassé à la base et le plus souvent iconCalendrier des rencontres 2013 : Mardi 15 janvier 2013 : Nelly Briand...
«passés» du côté des adultes !! Que sont –ils devenus ? Le passage pose t-il encore question et quel en est le bilan ? Quel travail...

Le diagnostic est facile : contagiosité, lésions rondes à bord net sur les zones de contact ou le passage du harnais, poil cassé à la base et le plus souvent iconAdmonestons ceux qui entretiennent des fabliaux délétères sur les...
«plus personne…; le dit tout net…; exit donc l’escalade, théorie dénuée de toute base scientifique une relation de cause à effet...

Le diagnostic est facile : contagiosité, lésions rondes à bord net sur les zones de contact ou le passage du harnais, poil cassé à la base et le plus souvent iconHistorique Etiologie Epidémiologie Symptômes Mode de transmission...

Le diagnostic est facile : contagiosité, lésions rondes à bord net sur les zones de contact ou le passage du harnais, poil cassé à la base et le plus souvent iconDépartement «gestion des déchets»
«titre de recettes exécutoire» émanant du Trésor Public sur la base du ou des tickets remis lors de chaque passage

Le diagnostic est facile : contagiosité, lésions rondes à bord net sur les zones de contact ou le passage du harnais, poil cassé à la base et le plus souvent iconImmunologie
«normaux», connus, donc le système immunitaire (SI) doit répondre obligatoirement à leur présence. C’est un phénomène physiologique...

Le diagnostic est facile : contagiosité, lésions rondes à bord net sur les zones de contact ou le passage du harnais, poil cassé à la base et le plus souvent iconLes lesions elementaires dermatologiques
«impulsive»), rapide, qui fait le diagnostic dès l’inspection. Au premier coup d'œil on reconnaît une maladie cutanée particulière...

Le diagnostic est facile : contagiosité, lésions rondes à bord net sur les zones de contact ou le passage du harnais, poil cassé à la base et le plus souvent iconAdt-protectron Consultant Programmeur-Analyste. Net (asp. Net Mvc) 2016 – 2017





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com