La recherche d’Ag dans les selles





télécharger 73.05 Kb.
titreLa recherche d’Ag dans les selles
page4/7
date de publication20.11.2017
taille73.05 Kb.
typeRecherche
m.20-bal.com > Biología > Recherche
1   2   3   4   5   6   7

4ESCHERICHIA COLI

4.1Taxonomie


  • Famille : Enterobacteriaceae

  • Genre : Escherichia

  • Espèce type : E. Coli

  • Autres espèces (incidence faible 1%)

  • E. Hermanii

  • E. Vulneris

  • E. fergusonii

4.2Habitat – pouvoir pathogène


  • Bactérie commensale (TD), espèce dominante dans la flore aérobie : 107-108/g de selles chez l’adulte.

  • Bon indicateur de pollution fécale.

  • Pouvoir pathogène important et varié : infections intestinales et extra-intestinales : IU, suppurations diverses, méningites et septicémies…

  • Les souches pathogènes ont des propriétés spécifiques (toxines, facteurs de colonisation…) qui permettent de les regrouper dans des pathovars = variétés pathogènes

  • Chaque pathovar est associé à un syndrome infectieux spécifique  identifier les pathovars.

4.2.1E. coli responsables d’infections intestinales


  • 6 pathovars.

4.2.1.1EPEC = E. Coli entéropathogène


  • Autrefois donnait des infections intestinales infantiles graves dans le monde. Maintenant c’est une cause importante de diarrhées infantiles dans les grandes villes des pays en voie de développement.

  • Clinique :

    • apparition brutale

    • émission de selles aqueuses contenant du mucus, pas de leucocytes ni de GR

    • + fréquemment de la fièvre, malaise, vomissement

  • Pouvoir pathogène :

    • 12 sérotypes différents d’EPEC

    • adhésion aux entérocytes de l’IG par fimbriae

    • puis destruction des microvillosités de la bordure en brosse

    • nécessaire de mettre en évidence les facteurs de pathogénicité

4.2.1.2ETEC = E. Coli entérotoxinogène


  • Principale cause de diarrhées infantiles dans les pays en voie de développement. Fréquemment responsable de la turista.

  • Clinique :

    • diarrhée liquidienne aigue

    • crampe abdominale, nausée, fièvre légère

    • contamination par ingestion de nourriture ou d’eau contaminée

  • Pouvoir pathogène :

    • adhésion, colonisation des entérocytes

    • sécrétion de 2 types d’entérotoxines (une toxine LT et une toxine ST)

4.2.1.3EIEC = E. Coli entéroinvasif


  • Pathogène pour enfant et adulte.

  • Syndrome dysentérique identique à celui des Shigelles : fièvre, diarrhée sanglante et purulente.

  • Dose minimale infectante = 108 bactéries.

  • Incidence faible.

  • Pouvoir pathogène :

    • Invasion et multiplication dans cellules épithéliales du colon

    • avant l’invasion : action d’une entérotoxine et/ou une cytotoxine qui donne une diarrhée

4.2.1.4EHEC = E. Coli entérohémorragique


  • Colites hémorragiques sporadiques ou épidémiques pouvant se compliquer (surtout chez l’enfant) d’un syndrome hémolytique urémique (SHU)  IRA + purpura thrombocytopénique

  • 1er cas aux USA du à E. Coli  viande des hamburgers.

  • Actuellement la majorité des souches appartiennent au sérogroupe O157 + rarement O111, O103, O55 et O128.

  • Clinique :

    • symptômes principaux : diarrhée aqueuse suivie d’une colite hémorragique (crampes abdominales + diarrhées sanglantes)

    • pas de fièvre

    • pas de leucocytes dans les selles (contrairement à EIEC ou Shigella)

    • dans – de 10% des cas aggravation de l’état général et évolution vers un SHU ou un IRA +/- purpura thromcytopénique

    • séquelles rénales fréquentes et durables

  • Pouvoir pathogène :

    • adhérence des bactéries aux CE humaines + synthèse d’exotoxines

4.2.2E. coli responsable d’infections urinaires


  • E. coli responsable de la majorité des IU sur un arbre urinaire anatomiquement normal (cystites, pyélites, pyélonéphrites).

  • Appartiennent à certains sérogroupes et ont en majorité des spécificités de l’Ag K.

  • Pouvoir pathogène : adhérence aux cellules uroépithéliales.

4.2.3Autres


  • Septicémies : 50%

  • Méningites 4% (nouveau nés) surtout causées par E. coli K1.

  • Suppuration abdominales quand appendicite, cholécystites et péritonites.

  • Prostatite

  • Infection ostéo-articulaire

  • Infections nosocomiales (IU, plaies chirurgicales, bactériémies)
1   2   3   4   5   6   7

similaire:

La recherche d’Ag dans les selles iconRecherche d’Ag bactériens dans les selles : bonne sensibilité

La recherche d’Ag dans les selles iconÉlimination de kystes dans les selles
La giardiose est fréquemment rencontrée en France tant chez les adultes que chez les enfants avec toutefois une prédominance pour...

La recherche d’Ag dans les selles iconRecherche L’alphabet français semble mieux convenir à la fonction...

La recherche d’Ag dans les selles iconRecherche L’alphabet français semble mieux convenir à la fonction...

La recherche d’Ag dans les selles iconUe gastro
«de l’huile qui reste sur la cuvette après avoir tiré la chasse») fait évoquer une stéatorrhée (graisses dans les selles) en faveur...

La recherche d’Ag dans les selles iconJe recherche un emploi dans les mises et dans les relations publiques ayant un bon réseau

La recherche d’Ag dans les selles iconRecherche technologique mention "Matériaux, Energétique, Electronique"
«Matériaux réfractaires, élaboration, corrosion» du Centre de Recherche sur les Matériaux Haute Température (C. R. M. H. T. Cnrs),...

La recherche d’Ag dans les selles iconRecherche de toxicité sur l'animal
«primum non nocere», inscrit l’action médicale dans la recherche du compromis et de la modération

La recherche d’Ag dans les selles iconSéance 2 : Traiter les informations contenues dans les documents
«Les multiples compétences à développer pour une recherche documentaire efficace»

La recherche d’Ag dans les selles iconEn pratique, on parle de constipation lorsqu'il y a moins de trois selles par semaine





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com