Programme de vaccination





télécharger 0.58 Mb.
titreProgramme de vaccination
page5/6
date de publication20.11.2017
taille0.58 Mb.
typeProgramme
m.20-bal.com > Biología > Programme
1   2   3   4   5   6

LA LEUCOSE FELINE


I. GENERALITES
Virus responsable : Oncornavirus, famille des Retroviridae (à différencier du FIV, Lentivirus responsable de l'immuno-déficience virale féline).
Maladie infectieuse, contagieuse, inoculable, due au virus leucémogène félin (Feline Leukemia Virus, FeLV) qui possède deux caractéristiques pathologiques :

- il est responsable d'un Syndrome d'Immunodépression Acquise

- l'infection peut conduire au développement de tumeurs .

Une 3ème caractéristique, commune aux rétrovirus, est sa capacité de s'intégrer pour toujours dans les chromosomes des cellules infectées. Le chat reste donc infecté latent à vie .
Vice rédhibitoire : délai de rédhibition égal à 30 jours avec délai de suspicion de 15 jours.
Le virus, ses protéines :
Trois d'entre elles ont des implications dans la pathologie et le diagnostic :
- GP70 : détermine 3 sous-groupes viraux différents: A, B et C. Elle permet au virus de se lier aux cellules du chat et de démarrer le processus infectieux. Elle suscite des anticorps neutralisants.
- P15 : responsable du pouvoir immunodépresseur du virus.
- P27 : libérée dans le plasma et certaines sécrétions (salive, etc.), cette protéine virale est détectée par les tests de dépistage (ELISA).
Un autre composant important apparaît sur les cellules transformées par le FeLV: c'est le FOCMA (pour Feline Oncornavirus associated Cell Membrane Antigen) qui n'est pas un composant viral, mais un néo-antigène de membrane viro-induit, situé à la surface des cellules cancéreuses.
NB-Virus non pathogène pour l'homme.
II. SYMPTOMES ESSENTIELS
A. Rappels de pathogénie
Dans 30 % des cas, le chat devient infecté latent: il présente une période de virémie transitoire suivie d'une guérison apparente mais le virus demeure à l'état quiescent dans la moelle osseuse. Cette latence peut durer plusieurs années et une réactivation peut se produire à tout moment à la faveur d'un stress ou d'un traitement par les corticoïdes.
B. Formes tumorales
- Tumeurs lymphoïdes : sous la forme de divers lymphosarcomes (tumeurs du tube digestif, du thymus, des ganglions, des reins, etc.).
- Autres formes tumorales : comprend notamment les leucémies.
C. Formes non tumorales
- Maladies dégénératives:
. Anémies : rarement régénératives.

. Pseudo-panleucopénies: analogues à la panleucopénie mais d'évolution chronique.

. Atrophie du thymus du chaton nouveau-né.
- Uvéite souvent sévère.
- Glomérulo-néphrite : insuffisance rénale chronique.
- Problèmes de reproduction : avortements et résorption fœtale (mortalités embryonnaires).
- Dépression immunitaire de l'adulte : elle se traduit par le développement d'infections opportunistes chroniques et récidivantes très diverses telles que stomatites, gingivites, affections respiratoires supérieures, abcès, phlegmon, gastro-entérite. Elle peut entraîner également la réactivation d'agents infectieux latents (péritonite infectieuse féline, hémobartonellose).
II. DIAGNOSTIC
A- Formes tumorales
Diagnostic clinique confirmé par l'examen cytologique des liquides d'épanchement ou par la biopsie des tumeurs solides.

La recherche de l'antigène viral P27 n'est pas une bonne technique de diagnostic car il est fréquemment masqué dans ces formes.
B- Formes non tumorales
Mise en évidence de l'antigène viral (protéine virale circulante: la P27) par méthode ELISA à partir de divers prélèvements : sang total, sérum, plasma, salive, larmes ou liquide d'épanchement 7.
IV. TRAITEMENT
A- Formes tumorales
- Traitement lourd, difficile à conduire: chimiothérapie oncostatique par Oncovin® en IV associé à l'Endoxan® par voie orale.

- La corticothérapie à doses élevées apporte une amélioration transitoire: Prednisolone (Cortancyl® NDV).
B. Formes non tumorales
- Aucun traitement efficace.

- Amélioration transitoire par la corticothérapie pour l'anémie.
IV. PROPHYLAXIE
A. Sanitaire
Bien que la résistance du FeLV soit faible dans le milieu extérieur (dessiccation: 3-4 h, milieu humide: 3-4 jours), la leucose féline s'avère assez contagieuse. Chez un chat infecté, le virus est présent en grande quantité dans la salive. Or le comportement social des chats entraîne de fréquents contacts entre eux (bagarres, saison des amours, léchage, crachage, frottements réciproques). Les échanges de salive à ces occasions sont fréquents et expliquent le risque élevé de contagion puisque l'infection se fait par voie oro-nasale par contact direct.

Une chatte infectée peut également transmettre l'infection à ses chatons, soit par voie transplacentaire, soit par le lait.
- Importance du dépistage (réactions négatives par défaut possibles), élimination ou séquestration des animaux infectés qu'ils soient ou non malades.
- Elle doit être mise en place dans les effectifs, dans les expositions et lors de l'introduction d'un nouvel animal dans un effectif sain.

B. Médicale
Vaccins de type inactivé préparés à partir d'une culture de virus (virus entier ou fractions virales purifiées) ou vaccins génétiques. Noter que l’utilisation de vaccins à virus vivant atténué n’est pas envisageable en raison du risque de retour de virulence après intégration de l’ADN proviral dans le génome des cellules du chat. Aucun de ces vaccins ne provoque une positivité au test de dépistage fond »é sur la recherche de l’antigénèmie P27)
-Primovaccination : 2 injections S.C. à 3 semaines d'intervalle à partir de l'âge de 8 semaines.
-Rappels : annuels.


PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DES VACCINS CONTRE LA LEUCOSE FÉLINE COMMERCIALISÉS EN FRANCE


Quatre vaccins sont actuellement commercialisés en France:

- EURIFEL® FeLV (Merial) 8 : vaccin recombinant composé d’un vecteur viral vivant dans le génome duquel ont été insérés les gènes gag (code pour les protéines de capside) et env (code pour la glycoprotéine d’enveloppe) du virus FeLV. Le vecteur viral est une souche de Canarypox (souche vCP97). Ce virus infecte les cellules de mammifère mais son cycle cellulaire est défectif et il ne peut se répliquer. Les antigènes du FeLV exprimés sont présentés par voie endogène à la surface des cellules par le complexe majeur d’histocompatibilité, permettant l’immunisation de l’hôte.
Ce vaccin peut être mélangé juste avant injection aux vaccins félins Corifélin®, Leucorifélin® ou Feliniffa® de la gamme Mérial.
Noter l'existence du vaccin Eurifel®RCPFelV associant les valences leucose, panleucopénie, calicivirose et herpesvirose. La valence leucose est associée sous forme lyophilisée avec la valence panleucopénie. L’association Calicivirose-Herpesvirose (correspondant au Corifélin®) sert de solvant aux valences lyophilisées

- FEVAXYN® FeLV (Fort Dodge) : vaccin à virus complet adjuvé avec du Carbopol® (adjuvant aqueux breveté).
Le vaccin Fevaxyn FeLV peut servir de solvant aux vaccins félins Dohyvac Trifel et Dohyvac Tetrafel de la gamme Fort Dodge.
Noter l'existence du vaccin Fevaxyn® Pentofel (Fort Dodge) dans lequel la valence leucose (virus complet inactivé) est directement associée aux valences P, HC et Chl. inactivées en présence d’un adjuvant huileux (néocryl XK-62).

- LEUCOGEN® (Virbac) : vaccin adjuvé produit par génie génétique. Il contient une proteine P45 (partie protéique de la GP70 virale) recombinante purifiée dont le gène, dérivé d'un clone de FeLV de sous-groupe A, a été inséré dans un Escherichia coli. Cette protéine est produite lors de la culture du colibacille. Après purification, elle est mélangée (100 mg par dose) avec de l'hydroxyde d'alumine et du Quil A.

Le vaccin Leucogen peut être mélangé juste avant injection aux vaccins félins Feligen® CR et Feligen® CRP de la gamme Virbac9.

- LEUKOCELL® 2 (Pfizer) : vaccin sous-unité adjuvé préparé à partir du filtrat inactivé de cellules FL-74 (cellules de lymphome félin) infectées par les sous-groupes -A, -B et -C de la souche Kawakami-Theilen de FeLV. Le filtrat contient en particulier l'antigène GP70 (minimum: 1,3 mg par dose) et le FOCMA. Après purification, les antigènes viraux sont mélangés avec de l'hydroxyde d'alumine et du Quil A.
Le vaccin Leukocell® 2 peut être injecté simultanément, mais en des points séparés (sans mélange préalable), à d'autres vaccins de la gammes correspondante.

1   2   3   4   5   6

similaire:

Programme de vaccination iconLe personnel soignant britannique se révolte contre la vaccination,...
«penser que la grippe porcine est trop anodine pour justifier le recours à la vaccination.»

Programme de vaccination iconprincipes generaux d’immunotherapies et vaccination

Programme de vaccination iconPour une plus grande utilisation de la vaccination intradermique

Programme de vaccination iconIl faut impérativement obtenir un certificat international de vaccination

Programme de vaccination iconLa vaccination, un reflexe pour se proteger et proteger les autres

Programme de vaccination iconThèse d’exercice de médecine générale Saint Etienne Octobre 2011
«Freins à la vaccination tuberculinique» en cours (rédaction protocole en cours)

Programme de vaccination iconUn programme dans la continuité
«sciences de gestion» et leur donne tout leur sens. Ce programme comporte à la fois des éléments de continuité par rapport au programme...

Programme de vaccination iconPolyradiculonevrite de Guillain-Barré (GB)
«le risque avéré de Syndrome de Guillain-Barré découlant de la grippe est très supérieur au risque incertain de survenue d’un tel...

Programme de vaccination iconProgramme : biosope / programme lefe-cyber

Programme de vaccination iconSi le programme ihoya qui fait le lien entre Hoyailog et lg3/Konvergence reste bloqué à 58%
«C:\Program Files (x86)\HoyaiLink» lancer le programme «hoyabus2netconcfg exe»





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com