Rapports sexuels





télécharger 83.1 Kb.
titreRapports sexuels
date de publication21.09.2017
taille83.1 Kb.
typeRapport
m.20-bal.com > comptabilité > Rapport
HERPES VIRIDAE

GENERALITES
Plus de 50 virus différents dans cette famille

Pas de contamination entre espèces animales

Chez l'homme cinq virus de cette famille:

  • HERPES SIMPLEX VIRUS (HSV1 et HSV2)

  • Virus de la VARICELLE et du ZONA (VZV)

  • CYTOMEGALOVIRUS (CMV)

  • Virus d'EPSTEIN-BARR (EBV)



Structure
Virus à ADN bicaténaire

Icosaédrique

Enveloppe avec glycoprotéines

(donnant la spécificité virale)
Multiplication virale

Pénétration par pinocytose ou fusion d'enveloppe

Dans le noyau, intégration au génome cellulaire

Multiplication des virus avec enveloppe incomplète

Enveloppement avec la membrane du noyau

de la cellule hôte pour sa libération

Epidémiologie
Réservoir naturel

l'homme
Infection primaire

ADN viral réprimé dans la cellule hôte

Cellule hôte :

  • Ganglions sacrés et de Gasser : HSV et VZV

  • Macrophages : CMV

  • Lymphocytes B : EBV


Facteurs déclenchants

Réactivation du virus

Plus fréquente lors des déficits d'immunité à médiation cellulaire :

  • Transplantés

  • Hémopathies malignes

  • SIDA


Contamination

par contact direct

(Virus fragile)

  • Baisers

  • Mains ou objets contaminés par la salive

  • Rapports sexuels

  • Lésions cutanées

  • Relation mère-enfant

  • Greffe d'organe

  • Transfusion



Transformation des cellules hôtes en cellules malignes (lymphomes +)


HERPES SIMPLEX VIRUS (HSV)

HERPESVIRUS HOMINIS


Deux sous-types :
HSV1 et HSV2 distincts par

  • leur transmission

  • leur domaine pathologique

Proches antigéniquement

Epidémiologie
Homme = seul réservoir du virus
Virus très fragile transmis par contact direct cutanéo-muqueux
Fréquence très élevée des anticorps anti-HSV chez l'adulte
Max dans les milieux défavorisés
Une fois contaminé, deux voies de dissémination :

  • Hématogène (septicémie virale du nouveau-né)

  • Le long des troncs nerveux vers les ganglions sensitifs spinaux

Parfois vers la moelle :

  • Myélites

  • Méningites

  • Encéphalites


Récurrences

  • Exposition au soleil,

  • Stress

  • Règles

  • Rapports sexuels

  • Baisse de l'immunité cellulaire

  • Infection à pneumocoques

  • Infection à Méningocoques

  • Grippe

  • Paludisme …


Réplication virale vers

  • Peau

  • Organes creux

  • Cerveau


INCUBATION
Lors de la primo-infection : 2 à 12 jours

Deux primo-infections possibles (HSV1 et HSV2)
CLINIQUE
Primo-infection à HSV1
Gingivo-stomatite aiguë :

Enfant de 1 à 4 ans

Dysphagie +/- majeure (peut être complète)

Ulcérations jugales

Gingivales

Palatines

Amygdaliennes

Lèvres

Menton

Fièvre à 39°C

Adénopathie sous angulo-maxillaire

Surinfections fréquentes

Guérison spontanée en quinze jours
Kératite herpétique :

Touche l'enfant jeune (4-6 ans)

Souvent bénigne

Ulcération dendritique

Unilatérale

Sensation de corps étranger

Larmoiement

Photophobie

Risque de surinfection locale

  • pas de corticoïdes ni anesthésiques locaux

parfois ulcérations/vésicules sur paupière et conjonctive
Encéphalite herpétique

chez l'enfant et l'adulte

encéphalite aiguë nécrosante

Début rapide ( < 48 h )

  • fièvre à 40 °C

  • céphalées

  • troubles du comportement

du langage

de la mémoire
Etat

  • obnubilation

  • coma

  • hémiplégie …


Examens complémentaires

  • Tomodensitométrie cérébrale :

  • zones hypodenses (région temporale)

  • sans coque

  • œdème perilésionnel

  • Ponction lombaire :

  • Glycorachie normale

  • Proteinorachie légèrement élevée (< 1 g/l )

  • Lymphorachie modérée ( < 500 / mm3 )

  • HSV dans LCR négative

  • Anticorps anti-HSV1 +++

  • IRM cérébrale :

  • Mise en évidence des petits abcès


Evolution

  • Mortalité 80 %

  • Pour le reste : séquelles graves


Autres primo-infection à HSV1

  • Panaris herpétique

  • Angine herpétique

  • Pustulose varioliforme


Primo-infection à HSV2
Herpès génital

Femme :

  • Vulvite diffuse

Douloureuse

A grosses bulles

Extensive

  • Fausses membranes

  • Fièvre à 38 °C

  • Altération de l'état général

  • Guérison spontanée en 10 à 15 jours

  • Beaucoup de récurences

Homme

  • Atteinte du gland

Prépuce

Sillon balanopréputial

Urètre

  • Anorectite chez l'homosexuel

  • Porteurs asymptomatiques +++


Chez la petite fille :

vulvo-vaginite (le plus souvent HSV1)
Herpès néo-natal :

1 / 5000 - 30000 naissances

contamination

  • in utero par primo-infection génitale ++

  • lors de l'accouchement +/-


clinique :

  • septicémie néonatale

  • éruption ulcéro-nécrotique diffuse

  • hépatite nécrosante

  • hémorragie cutanéo-muqueuse

  • pneumopathie interstitielle

  • encéphalite

  • myocardite

  • entérocolite …

  • évolution mortelle

  • avortement avant la 28ème semaine

  • parfois méningo-encéphalite isolée

  • séquelles neuropsychiques importantes


Herpès Récurrent
Phase prodromique :

Quelques heures

Brûlures

Douleurs
Phase éruptive :

Macules

Vésicules en tête d'épingle

Transparentes

En bouquet ( 6 - 12 )

Confluentes

Erosives sur les muqueuses

Adénopathie locale

Fièvre < 38 °C

Evolution :

Sur la peau

  • Trouble du contenu vésiculaire

  • Apparition d'une croûte jaunâtre

  • Chute en quelques jours

  • Pas de cicatrice (sauf grattage)

Sur les muqueuses

  • Vésicules inaperçues ++

  • Petites érosions superficielles

  • Bien limitées

  • Liseré rouge vif

  • Pellicule jaunâtre

  • Disparition sans séquelles


Siège :

HSV1 : Face

Autour de la bouche

autour des orifices narinaires

sur la joue

lobule de l'oreille (oreilles percées ++)

HSV2 : OGE

Vulvite chez la femme

Balanophosthite chez l'homme

Kératite herpétique possible

  • cécité à long terme

Encéphalite herpétique récurrente possible

Chez l'immunodéprimé

les récurrences sont extensives
DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE :
Examen direct sur échantillon

Coloration à l'hématine eosine :

cellules infectées ballonisées

Antigènes viraux sur biopsie par immunofluorescence directe

Isolement viral par culture sur cellules Héla

Sérologies

Recherche d'IgM à 7 et 21 jours (pic)

Intérêt uniquement dans la primo-infection

TRAITEMENT
Traitement curatif
Gingivostomatite :

  • Réhydratation par voie orale

  • Bains de bouche bicarbonatés

  • Aspirine

  • Si dysphagie complète réhydratation parentérale


Herpes génital :

Aciclovir per os 1 cp à 200 mg ( 5 jours )

+/- crème dermique locale
herpès génital et grossesse :

si herpès dans les huit jours précédents l'accouchement :

  • césarienne

  • aciclovir 30 mg/kg.jour pendant 10 jours au nouveau-né

si antécédent parental d'HSV2 :

  • accouchement par voie basse

  • rechercher une expression asymptomatique du virus par prélèvement local

  • désinfection locale par polyvidone iodée lors de l'accouchement


herpès cornéen :

pas de corticoïdes

pas d'anesthésiques locaux

aciclovir en pommade ophtalmique

5 - 10 jours

si kératite profonde traitement IV
encéphalite herpétique :

10 mg/kg.8h IV pendant 15 jours d'aciclovir

idem chez l'immunodéprimé
Prophylaxie


  • Pas de vaccins

  • Pas de sérum

  • Donc préservatifs …

INFECTION A VARICELLE-ZONA

VARICELLE
Epidémiologie

Contagiosité extrême

Plus de 90 % des adultes ont eu la varicelle

Survenue entre 2 et 10 ans
Contage par

  • Gouttelettes de Pfflüge +++

  • Contact direct


Contagiosité

  • Quelques jours avant l'éruption

  • Jusqu'à disparition des croûtes

Transmission transplacentaire exceptionnelle

Clinique
Forme commune

Incubation :

  • 14 jours

  • inapparente


invasion :

  • fébricule à 38 °C

  • érythème scarlatiforme fugace

  • malaise

phase éruptive :

macules rosées

papuleuses

prurigineuse

en 24 h, vésicule se dessèchent

contenu devenant trouble

affaissement

flétrissement

base reste souple

croutelle brunâtre tombant au bout de 10 jours

lésions très prurigineuses

localisation :

  • face

  • thorax

plusieurs phases successives

petit énanthème dans la bouche

fievre autour de 38 °C

polyadenopathies infracentimetriques
guérison :

spontanée en 10 - 15 jours

sans séquelles si pas de grattage
Complications

surinfections cutanées :

  • staphylocoque

  • streptocoque

liées au grattage
ataxie cérébelleuse (0,5%) :

peut précéder l'éruption

chez l'enfant surtout

guérison en 15 jours
purpura thrombopénique aigu bénin

laryngite
rarement :

  • encéphalite

  • myélite

  • méningite

  • convulsions

N.B. formes adultes plus graves que chez l'enfant
Chez l'immunodéprimé

Eruption :

nécrotique

extensive

hémorragique

localisations viscérales :

poumons

foie

cerveau

CIVD
Varicelle congénitale

Si varicelle cinq jours avant l'accouchement chez la mère :

  • Broncho-pneumopathies

  • Ulcérations digestives

  • Méningo-encéphalite

  • Hépatite

  • Evolution souvent mortelle

Lors du premier trimestre :

  • Hypoplasie des membres

  • Chorio-rétinite

  • Lésions cutanées cicatricielles



DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE
Isolement du virus

Sur culture de fibroblastes

Diagnostic rapide

Immunofluorescence sur cellules atteintes

Sérologie

IgM anti-VZV

Le diagnostic se fait par la clinique

DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL


  • Variole (n'existe plus depuis 1978)

  • Zona généralisé de l'immunodéprimé


TRAITEMENT
Curatif (symptomatique)

  • Eviction scolaire jusqu'à disparition des croûtes

  • Anti-histaminiques

  • Couper les ongles

  • Laver les mains

  • Eosine à l'eau sur les lésions

  • Aciclovir 10 mg/kg.8h 10 jours chez l'immunodéprimé


Prophylaxie

  • Immunoglobulines hyper immunes chez l'immunodéprimé

  • Vaccin

Souche OKAWA

Chez l'enfant immunodéprimé


ZONA

Epidemiologie
C'est une récurrence de la varicelle

Plus fréquent chez l'immunodéprimé

Survient à tout age

Surtout l'adulte âgé

Vieillard

Clinique
Zona thoracique

Le plus fréquent

Prodromes :

Sensation de cuisson dans la zone concernée
Eruption :

Unilatérale en hémiceinture

Le long de la racine nerveuse

Peut déborder sur les métamères contigus

Ne dépasse pas la ligne médiane

Elément

Rose vif érythémateux

Vésicules arrondies en 24 h

En bouquet

Polycycliques confluentes

Se trouble le 5ème jour

Croutelle brunâtre le 7ème jour

Vésicule tombe en 10 jours

Cicatrice rosée puis blanchâtre (indélébile)

Paresthésies associées

Etat général conservé

Adénopathie satellite

Durée :

2 à 3 semaines

par poussées successives

douleur jusqu'à trois mois
Zona ophtalmique

risque d'atteinte cornéenne

sujet âgé ++

sur une des trois branches

  • frontale

  • lacrymal

  • nasale

adénopathie prétragienne

kératite possible

paralysie oculomotrice possible (réversible)

algie post zostérienne +++
Zona géniculé (Ramsay-Hunt)

atteinte du tympan

conduit auditif

de la conque

de l'hémilangue

paralysie faciale fréquente associée
Zona céphalique

très algique
complications
Algies post-zostériennes

principale complication neurologique

augmente avec l'age

au delà de trois mois

plus fréquent si localisation à la tête
Complications neurologiques

paralysie oculomotrice dans zona ophtalmique

hémiplégie dans angéite carotidienne (zona ophtalmique)
Généralisation

chez l'immunodéprimé

atteinte multiviscérale

diagnostic
isolement sur milieu cellulaire

immunofluorescence directe

sérologie

traitement

Local

Antiseptiques
Algies post-zostériennes

aciclovir pendant la poussée diminue le risque

gabapentine : 600 à 3200 mg/j
Zona ophtalmique

aciclovir IV

30 mg/kg.jour + pommade ophtalmique

greffe cornéenne
Immunodéprimé

aciclovir 30 mg/kg.jour

10 à 15 jours

IV

similaire:

Rapports sexuels iconRapports sexuels: nettoyage sans excès (savons doux), uriner après les rapports
«Cystites aiguës bactériennes», Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph, site antibioclic com

Rapports sexuels iconRapports sexuels

Rapports sexuels iconRapports sexuels

Rapports sexuels iconRapports sexuels

Rapports sexuels iconRapports sexuels à risques ?

Rapports sexuels iconRapports sexuels à risques ?

Rapports sexuels iconRapports sexuels à risques ?

Rapports sexuels iconRapports sexuels protégés pendant les poussées

Rapports sexuels iconPrévention vih/ist/hépatites chez les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes

Rapports sexuels iconMemoire n°
«Selon les critères de l’oms, un couple est déclaré infertile s’il n’a pas procréé après 2 ans de rapports sexuels non protégé En...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com