Fiche de lecture ampli Marshall Hot Rod Deluxe





télécharger 123.5 Kb.
titreFiche de lecture ampli Marshall Hot Rod Deluxe
page1/3
date de publication30.09.2017
taille123.5 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > comptabilité > Documentos
  1   2   3
Fiche de lecture ampli Marshall Hot Rod Deluxe

Le réglage de l’ampli Fender hot rod de luxe se fait par des boutons poussoirs ou des potentiomètres selon :

Normal /bright ; poussoir ; produit une gamme de hautes fréquences pour le canal normal

(brillant, c’est plus de hautes fréquences)

Volume ; potentiomètre ; permet de régler le volume du canal normal

More drive ; poussoir ; permet une suramplifcation du gain pour le canal Drive

overdrive (surcharge). Le Fender donne la possibilité de produire un son clair ou un overdrive léger

L'overdrive est le nom donné à un effet de guitare électrique ayant pour but de recréer le son d'un amplificateur pour guitare électrique vintage poussé de façon à créer de la distorsion. Cela donne un son chaud et puissant. La préférence des musiciens s'est orientée vers les amplis où la transformation du signal s'effectue progressivement, entre la fidélité du « son clair » aux faibles amplitudes et une importante distorsion sur les signaux forts. Cette transformation graduelle de la forme d'onde se traduit par une compression avec changement de timbre, dont un effet généralement apprécié est d'allonger la durée perçue de la note (sustain)

Drive ; potentiomètre ; permet de régler le niveau du gain pour le canal drive / more drive

On lit ailleurs sur le net : Met de la distorsion ; Avec la distorsion, les notes jouées acquièrent un son diffus, aigrelet (le grain ou « crunch ») qui les rend moins claquantes. Plus la distorsion est augmentée et plus le son naturel de l'instrument (souvent la guitare électrique) est modifié, transformé au profit du crunch et du sustain qui augmentent. Cet effet, obtenu par saturation d'un amplificateur classique ou à l'aide d'un module (ou pédale) d'effet ad hoc, procède par écrêtage, comprime l'attaque de la note jouée tout en augmentant ses harmoniques, lui donnant ainsi plus de tenue et de fluidité ainsi qu'un timbre substantiellement modifié. Selon les réglages de l'instrument et de l'amplificateur, le son produit gagne en chaleur mais perd en dynamique et en clarté.

La différence d'amplification entre la partie positive et négative, obtenue avec une triode attaquée par un signal fort crée une distorsion où prédomine l'harmonique deux, c'est-à-dire la note à l'octave

Comme les parties faibles du signal sont plus amplifiées que les parties fortes, le son semble durer plus longtemps (sustain ; c'est une compression de dynamique).

Treble (aigus) ; potentiomètre ; pour régler les aigus

Bass (graves) ; potentiomètre ; pour régler les basses

Midle (médiums)  ; potentiomètre ; pour régler les médiums

Master ; potentiomètre ; règle le volume des canaux Drive / more drive en combinaison avec drive

Reverb ; potentiomètre pour régler le niveau de réverbération

On lit ailleurs sur le net : La réverbération est la persistance du son dans un lieu après l'interruption de la source sonore. La réverbération est le mélange d'une quantité de réflexions directes et indirectes donnant un son confus qui décroît progressivement

Présence ; potentiomètre permet de régler un son à un point donné du chemin du signal après le circuit de distorsion pour une modélisation sonore unique de ultra haute fréquence ???

On lit ailleurs sur le net : je ne sais pas techniquement comment ça marche mais j'utilise ce réglage en concert, en fonction de l'endroit où je joue : plus la salle est profonde, plus je monte la présence, histoire qu'au fond on entende un peu la gratte (en config "ampli non repiqué" bien sûr !) . Les aigus partant en premier, on se retrouve vite sinon avec un gros son lourd quelques mètres devant l'ampli.

On lit ailleurs sur le net : Le Contrôle de « Présence », influant principalement sur les fréquences vers 2,5 kHz 

Sur un ampli Marshall ce bouton est aussi présent et on lit  dans la documentation :

Turning this control clockwise adds higher frequencies to your guitar tone, creating crispness (croquant) and bite (mordant ou pénétrant) and making the sound more cutting and in your face. This is also a function of the powerstage. (étage de puissance)
Sur d’autres amplis peuvent être réglés Vibrato et Chorus

Vibrato

L’effet vibrato est le premier effet à avoir été créé de manière électronique. Il consiste à prendre le signal de l’instrument et de faire varier périodiquement rapidement sa fréquence. En d’autres termes, on fait varier la hauteur du son autour de sa tonalité.

Chorus,

Le chorus est un effet sonore obtenu en additionnant au signal d'origine un même signal légèrement retardé avec une légère variation de fréquence (un "vibrato"). Il permet à partir du son d'un instrument unique d'obtenir un son de chœur d'instrument, plus épais et ample.

Et sur une table de mixage on aura plus que les trois treble, bass, midle mais un egalisateur

Equalizeur ; égaliseur

Chaque réglage traite l'équivalent de 2/3 d'octave), c'est-à-dire l'équivalent de 8 touches d'un piano (par exemple, du Do au Sol comprenant toutes les notes et dièses intermédiaires).

La lecture de ce texte suscite certaines questions :

Comment analyser un son, qu’est ce que le timbre ? Comment sélectionner les trois gammes de fréquences, comment écrêter un son, comment moduler un son, comment retarder un son ?

Un amplificateur pour guitare est un amplificateur audio spécialement conçu pour la guitare électrique, ou la guitare basse. Le terme abrégé « ampli » désigne communément le couple constitué par l'amplificateur électronique et le haut-parleur.

« Les amplificateurs et les haut-parleurs sont conçus comme des producteurs, et non des reproducteurs de musique. Ces nouvelles guitares, avec leurs circuits de modification de son, se sont transformées en un nouvel instrument, plutôt qu'un instrument acoustique amplifié électriquement » 1.

La partie électronique et le haut-parleur peuvent se présenter en deux éléments distincts, ou être réunis dans un même meuble, construit le plus souvent en bois recouvert d'un revêtement en vinyl. Quand ils sont séparés, la partie électronique s'appelle une « tête d'ampli », et celle contenant le(s) haut-parleur(s) « baffle ». L'ensemble constitue un « stack ». Quand ils sont réunis dans un même élément, on parle de « combo ».

Sommaire

  • 1 Caractéristiques spécifiques

  • 2 Fonctionnement

    • 2.1 Préamplificateur

      • 2.1.1 Overdrive

      • 2.1.2 Tonalité

      • 2.1.3 Sélection de canal

      • 2.1.4 Amplificateurs à modélisation

    • 2.2 Amplificateur de puissance

    • 2.3 Effets

    • 2.4 Haut-parleur

  • 3 Historique

    • 3.1 1930…

    • 3.2 1940…

    • 3.3 1950…

    • 3.4 1960…

    • 3.5 1970…

    • 3.6 1980…

    • 3.7 1990…

  • 4 Tubes et Transistors

  • 5 Puissance des amplificateurs pour guitare

  • 6 Sécurité

  • 7 Notes et compléments

    • 7.1 Bibliographie

    • 7.2 Articles connexes

    • 7.3 Liens externes

    • 7.4 Références

Caractéristiques spécifiques

Pour un amplificateur pour guitare électrique, on ne recherche pas les mêmes qualités que pour un amplificateur audio d'usage général. Ce dernier reçoit un signal électrique souvent bien calibré, que l'on désire amplifier sans en modifier le caractère. Les ingénieurs travaillent à diminuer autant que possible les niveaux de la distorsion et du bruit de fond par rapport à celui du signal. Le résultat s'exprime numériquement par le rapport signal sur bruit et subjectivement par des termes comme fidélité — comme dans Haute-Fidélité (Hi-Fi) —, neutralité, transparence.

Au contraire, l'amplificateur guitare apporte un son spécifique, qui peut n'avoir que de très lointains rapports avec le son d'une guitare acoustique. On ne peut parler de distorsion que par analogie avec les autres types d'amplificateurs. Le circuit électrique doit produire un son plaisant d'un point de vue musical ; l'expérience a montré que cela inclut certaines déformations du signal d'entrée, tandis que d'autres sont plutôt préjudiciables.

Un ampli adapté au signal électrique des micros de guitare électrique présente les caractéristiques suivantes :

  • bande passante limitée aux fréquences produites par l'instrument ;

  • impédance d'entrée élevée pour s'adapter à celle des micros de guitare ;

  • une dynamique importante.

L'écart d'amplitude électrique entre une corde pincée doucement et un accord de six cordes brossé énergiquement avec un médiator est bien supérieur à celui traité par les amplificateurs audio traditionnels. Avec ces derniers, chaque note ou accord commence avec une crête d'amplitude élevée et décroît ensuite lentement jusqu'à se perdre dans le bruit de fond. Les amplificateurs de guitare modifient cette dynamique. Alors que les amplificateurs d'usage général conservent la dynamique d'un signal (s'il reste dans certaines limites), les amplificateurs de guitare visent à traiter musicalement une amplitude quelconque.

La préférence des musiciens s'est orientée vers les amplis où la transformation du signal s'effectue progressivement, entre la fidélité du « son clair » aux faibles amplitudes et une importante distorsion sur les signaux forts. Cette transformation graduelle de la forme d'onde se traduit par une compression avec changement de timbre, dont un effet généralement apprécié est d'allonger la durée perçue de la note (sustain)(Rutt 1984, p. 3).

Les amplis peuvent fournir des effets utiles au musicien comme la réverbération artificielle, le vibrato, le chorus, en plus de réglages qui leur sont plus particuliers comme celui du gain de l'étage d'entrée souvent appelé overdrive (surcharge).

Fonctionnement

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/95/trace_elliot_bonneville_rear_view.jpg/220px-trace_elliot_bonneville_rear_view.jpg

Vue arrière d'un ampli combo Trace Elliot "Bonneville"

Le fonctionnement d'un ampli se comprend à partir de quatre composants ou étages importants :

Préamplificateur

Le signal issu de la guitare a une amplitude de quelques centaines de millivolts sous une impédance élevée. Le rôle de l'étage de pré-amplification est d'élever le niveau de ce signal afin d'attaquer l'étage dit de « puissance ».

Les qualités musicales des diverses technologies de préamplificateur font l'objet de discussions et de polémiques.

Le bouton de contrôle principal du préamplificateur est son « gain », permettant d'ajuster le coefficient d'amplification appliqué au signal provenant de la guitare.

Overdrive

Les amplificateurs pour guitare électrique traitent le signal différemment des amplificateurs audio en général. Comme indiqué plus haut, la dynamique du signal issu de l'instrument est très élevée. Dans l'ensemble, les musiciens préfèrent une prolongation de la note (sustain), ce qui implique que la dynamique soit moindre, et ils apprécient les amplis où la transformation du signal s'effectue progressivement, entre la fidélité du « son clair » aux faibles amplitudes et une importante distorsion sur les signaux forts. Dans les sons forts, ils préfèrent certains types de distorsion.

Ces caractéristiques se sont établies dès les débuts de la guitare électrique, avec les premiers amplis dont l'étage préamplificateur était constitué d'une simple triode. Ce montage n'est qu'approximativement linéaire pour les faibles signaux; quand le signal est fort, une de ses parties, positives ou négatives, subit une amplification moindre2. Cette réduction de l'amplification a trois conséquences :

  1. le signal sortant n'est pas identique au signal entrant (ce qui, dans un amplificateur électronique d'usage général, s'appelle distorsion) ;

  2. la différence d'amplification entre la partie positive et négative, obtenue avec une triode attaquée par un signal fort crée une distorsion où prédomine l'harmonique deux, c'est-à-dire la note à l'octave (Hamm 1973, p. 270)3 ;

  3. comme les parties faibles du signal sont plus amplifiées que les parties fortes, le son semble durer plus longtemps (sustain ; c'est une compression de dynamique).

Les électroniciens ont fait ce qu'il pouvaient pour éliminer ce qu'ils considéraient comme des défauts, à l'aide de tétrodes et de pentodes, de circuits de contre-réaction, et finalement avec les transistors permettant des circuits beaucoup plus perfectionnés, puisqu'on peut aisément mettre cinq éléments actifs transistors, là où on ne pouvait loger qu'un tube électronique. Mais les musiciens préféraient le son développé pendant les années de prédominance du tube. Une recherche plus poussée a montré que les ingénieurs électroniciens avaient tort de considérer toutes les harmoniques produites par la distorsion comme également préjudiciables. L'appréciation musicale des harmoniques est différente selon leur rang ; notamment, l'harmonique deux (octave) n'est pas sentie comme gênante. L'appréciation dépend aussi du moment où elles interviennent. Pendant l'attaque, les harmoniques de rang 5 ou 7 sont acceptables ou bénéfiques, alors qu'elles déplaisent dans la suite de la note (Hamm 1973).

Les fabricants modernes cherchent donc à maintenir les caractéristiques positives des amplis à triode, tout en essayant de réduire les aspects négatifs de formules anciennes, dans la mesure où c'est possible. En effet, les premiers amplis présentaient aussi de la distorsion d'intermodulation, généralement considérée comme anti-musicale, puisqu'elle produit des notes qui ne sont pas harmoniques.

Lorsqu'à un étage quelconque de l'ampli, l'amplitude du signal entrant est au-delà de la plage où le circuit peut le transmettre d'une façon approximativement linéaire, et que la différence s'entend, on parle d' « overdrive » (surcharge), par opposition à « son clair », lorsque la différence est peu sensible à l'oreille.

Un réglage d'« overdrive » peut impliquer des transformations du son tout à fait différentes de la déformation d'un signal fort par une triode. En effet, la surcharge d'un circuit actif fait apparaître diverses causes de non-linéarité4.
  1   2   3

similaire:

Fiche de lecture ampli Marshall Hot Rod Deluxe iconQuestionnaire de lecture sur le roman. Compléter le 1 ° résumé de la fiche «Parcours de lecture»
«Eugénie Grandet» réalisé par Jean-Daniel Verhaeghe, avec Jean Carmet et Alexandra London (1994)

Fiche de lecture ampli Marshall Hot Rod Deluxe iconFiche de lecture

Fiche de lecture ampli Marshall Hot Rod Deluxe iconFiche de lecture

Fiche de lecture ampli Marshall Hot Rod Deluxe iconFic h e t e c h nique p rod u it

Fiche de lecture ampli Marshall Hot Rod Deluxe iconIntroduction : pour une meilleure comprehension des troubles developpementaux...
«froides» et les composantes «chaudes» («cold» vs «hot» components) (Chan & al., 2008)

Fiche de lecture ampli Marshall Hot Rod Deluxe iconToute habileté apprise en dehors d’une activité globale de lecture...

Fiche de lecture ampli Marshall Hot Rod Deluxe iconFiche de lecture critique
«le Grec a répondu avant de s’être interrogé» (p. 23). Avec le Christianisme, l’harmonie est brisée : le péché est une faille qui...

Fiche de lecture ampli Marshall Hot Rod Deluxe iconCours 1 : Hérédité Mendélienne
«sauter» au prochain site d’épissage : on perd un exon dans l’arnm. Si l’exon manquant est un multiple de 3, on n’aura pas de décalage...

Fiche de lecture ampli Marshall Hot Rod Deluxe iconLa fiche technique d'application de vega –13/05/2005 fiche n°38

Fiche de lecture ampli Marshall Hot Rod Deluxe iconRelationnel vs Nosql : l’écosystème de la base de données à l’heure du big data
«hot» au début, puis «cold» par la suite est transmis en partie au système olap, puis soit purgé, soit historisé sur des supports...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com