Le perpétuel enjeu en eps, comme dans tout enseignement est d'atteindre les finalités et les objectifs généraux, en associant la transmission des connaissances





télécharger 90.73 Kb.
titreLe perpétuel enjeu en eps, comme dans tout enseignement est d'atteindre les finalités et les objectifs généraux, en associant la transmission des connaissances
date de publication07.10.2017
taille90.73 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > comptabilité > Documentos
INTRODUCTION
Le perpétuel enjeu en EPS, comme dans tout enseignement est d'atteindre les finalités et les objectifs généraux, en associant la transmission des connaissances et en facilitant chez l'élève l'élaboration de savoirs. Rappelons que les quatre objectifs de l'EPS sont de:

- Développer des capacités organiques, foncières et motrices.

- Permettre l'accès à un domaine de culture, pratiques corporelles, sportives et d'expression que constituent des phénomènes de civilisation.

- Permettre à chacun l'appropriation des connaissances concernant l'entretien de ses potentiels et l'organisation de sa vie physique aux différents âges de son existence.

- Favoriser l'engagement dans une voie de spécialisation.

Solidarité, responsabilité, santé, solidarité et accès aux pratiques sportives sont l'expression la plus générale des finalités.
La didactique doit nous aider à répondre à cet enjeu en étudiant des contenus d'enseignement intégrés dans un système comprenant les élèves, le savoir et l'enseignant. Les contenus représentent « les conditions que l'élève doit réaliser pour optimiser ses relations à l'environnement » selon Amade-Escot et Marsenach en 1995. Pour construire les contenus d'enseignement, l'enseignant d'EPS passe par une réflexion de type didactique qui prend racine dans l'analyse des pratiques sociales de référence mais aussi dans l'étude de l'activité et du fonctionnement de l'élève en train d'apprendre.
Il semble donc fondamental que l’étude de la didactique soit au programme de la licence STAPS éducation et motricité, conçue pour des personnes se destinant majoritairement à l'enseignement de l’EPS.
Ce dossier portera sur l'étude de ce qui se transmet dans une activité physique, sportive et artistique en éducation physique et sportive à partir d'un examen critique de productions didactiques actuellement disponibles dans la littérature spécialisée. Il doit, d'une part, nous permettre de repérer les différents modèles utilisés actuellement dans l'enseignement par l'étude des contenus d'enseignement.

D'autre part, il nous permettra d'identifier les savoirs considérés comme fondamentaux et d'analyser les processus d'enseignement-apprentissage.

TEXTE N°3:


« Le rapport de force: trait d'union entre la théorie et la pratique »
par M.Mérard et P.Ventou
TEXTE N°3: « Le rapport de force: trait d'union entre la théorie et la pratique » par M.Mérard et P.Ventou


APSA :

Auteur :

Référence :

BADMINTON

M.Mérard et P.Ventou


« Le rapport de force: trait d'union entre la théorie et la pratique », extrait de la revue EPS n°259, mai-juin 1996





Nature de l’information :

Justifications issues du texte :

Forme de pratique (réf. A une pratique sociale).

Situation de badminton, intégrant le duel et le rapport de force, visant à expliquer une règle d’action efficace.


« Situation 1: travail sur la hauteur et la longueur des trajectoires. » 

Traitement didactique de l’APSA.

Définition de l’auteur.

Définition des sports de raquette en général :

« notion de rapport de force comme point d'appui de leurs formulations, détermine les stratégies et/ou les tentatives d'adaptations tactiques plus immédiates des joueurs opposés dans l'échange » (p. 17),

« défendre et attaquer une cible dans une même action, assurer la continuité et la discontinuité de l'échange » (p. 17). 


Problèmes fondamentaux, logique interne.

Le Badminton pose de nombreux problème.

Identification des problèmes majeurs en milieu scolaire :


« - maîtriser l'évolution de l'équilibre de l'échange

- choisir une intention prioritaire d'attaque ou de défense d'une cible

- gérer le couple risque-sécurité » (p.17)

« - défendre et attaquer une cible dans une même action

- assurer la continuité et la discontinuité de l'échange »
« créer des déséquilibres pour rompre l’échange et marquer (p.17) »

« construire un projet adapté au rapport de force (p.17) »

« construire chez les joueurs le moyen de casser l’échange pour faire évoluer leurs intentions organisatrices de jeu vers une prise de risque et un jeu d’attaque prioritaire de la cible adverse (p.18) »

« varier la puissance pour augmenter la vitesse du volant (p.18) »

« contre communiquer pour tromper l’adversaire (p.18) »


Enjeux de formation.

Les enjeux se situent essentiellement dans la gestion du rapport de force

« placer les joueurs dans un rapport de force a priori équilibré, seul susceptible de révéler l’éventail des acquis (p.17) »


Analyse de l’activité de l’élève (contraintes / ressources).

L’élève dans un rapport de force déséquilibré

Passage du jeu d’échange à la création de rupture

Les obstacles à dépasser et les intentions de jeu pour progresser


Comment progresser ?

« pour deux joueurs de niveaux sensiblement différents, ce rapport est très favorable pour l’un et très défavorable pour l’autre, ce qui se traduit par un jeu : en toute sécurité pour l’un, systématiquement risqué pour l’autre »
« élargir l’espace de jeu effectif :

- en touchant tous les points du terrain adverse pour obliger l’adversaire à faire de grand déplacement

- en repoussant l’adversaire loin de sa zone optimale de défense (p.17 et 18) »

« créer un déséquilibre temporel :

- augmenter la vitesse du volant

- prendre le volant tôt dans sa trajectoire

- jouer le volant près du filet (p. 18) »

« créer un déséquilibre réactionnel :

- varier les qualités de frappe

- masquer ses coups

- donner de fausses informations

- retarder ou accélérer la frappe du volant (p.18) »
Cinq niveaux (N1 à N5), cinq intentions de jeu :

N1 : frapper le volant

N2 : renvoyer le volant

N3 : échanger le volant

N4 : rompre l’équilibre de l’échange

N5 : exploiter le déséquilibre pour rompre l’échange (p.18 tableau 1)
Par exemple, pour passe de N2 à N3 il faut :

- se déplacer et se replacer → lire précocement la trajectoire pour jouer le volant haut

- renvoyer le volant (maîtrise de la raquette)

- doser la frappe → allonger ou raccourcir de façon opportune, oses la prise de risque

(p.18 tableau 2)


Transposition didactique (analyse des transformations subies par l’activité sociale de réf.).

Le règlement.

Règlement aménager

10 volants sont joués.

Zone de marque uniquement en fond du court et proche du filet

Zone centrale ne permet pas de marquer


L’aménagement du milieu.

Au niveau matériel :

Matérialisation de zone à atteindre sur le terrain

Evaluation.

Formative

Evaluation p.20 et tableau 4 d’évaluation p.20

Tâche motrice.

Majoritairement,

des exercices visant à expliquer une règle d'action efficace (situation de gamme).


Contenus

D’enseignement
Il s'agit de savoir faire répétitifs parfois très efficace mais susceptibles d'être peu adaptable.


Justification

« PO 1:créer un déséquilibre spatial, c'est-à-dire faire varier la force de la frappe et le déplacement par rapport au volant »

« PO 2: créer un déséquilibre temporel, c'est-à-dire faire varier la puissance de la frappe pour augmenter la vitesse du volant »

« PO 3: créer un déséquilibre réactionnel en plaçant l'adversaire devant une incertitude évènementielle, c'est-à-dire, contre communiquer pour tromper l'adversaire »


Synthèse sur la conception de l’APSA de l’auteur.

La conception de l’APSA de des auteurs est majoritairement basée sur le rapport de force. L’activité des élèves est conçue de façon à leur faire découvrir des principes d’actions efficace afin de progresser dans le jeu et de pouvoir passer à un niveau de pratique supérieur.

Les auteurs s'affichent constructiviste si l'on se réfère à la grille de Chantal Amade-Escot, car l'élève doit construire son savoir et les auteurs identifient l'activité de l'élève.

TEXTE N°1:


« Activités d'opposition duelle: sports de raquette »

TEXTE N°1: « Activités d'opposition duelle: sports de raquette »



APSA :

Auteur :

Référence :

Tennis de table et badminton.

Caractère institutionnel.


Ce document est un accompagnement de 6ème et 5ème-4ème pour l'EPS en sports de raquette.





Nature de l’information :

Justifications issues du texte :

Forme de pratique (réf. A une pratique sociale).

Il n'y a pas de situations d'apprentissage qui sont proposées clairement mais l'auteur donne seulement des conseils pour rester proche du jeu.





Traitement didactique de l’APSA.

Définition de l’auteur.

Définition des sports d’opposition duelle, des sports de raquette.

« le groupement des activités d'opposition duelle: sports de raquette se caractérise par des activités mettant en jeu deux joueurs en simple, quatre joueurs en double, qui s'affrontent dans le but de gagner la confrontation en provoquant une faute ou un non-renvoi de l'adversaire: en frappant un volant ou une balle; en cherchant à atteindre une cible horizontale après avoir franchi une cible verticale; en cherchant, dans la même action motrice, à réduire les incertitudes produites par l'adversaire en réception, tout en cherchant à émettre le maximum d'incertitude en attaque. » (p.91)


Problèmes fondamentaux, logique interne.

Au niveau scolaire, les sports de raquette posent une diversité de problèmes.

En 6ème

En 5ème – 4ème


Remarque sur les problèmes de la gestion de la progression.


« analyse de la triple contrainte événementielle (quel coup va effectuer l’adversaire), spatiale (où va tomber le volant ? la balle ?), temporelle (frapper le volant ou la balle avant qu’il ne tombe). (p.91)»

« développer une intelligence tactique dans un rapport de force. (p.91) »

« maîtrise de l’investissement émotionnel, assumer les notions de hiérarchie, de classement. (p.95) »
« - créer et exploiter le débordement pour le gain de l'échange en exploitant les trajectoires tendues,

- reconnaître les actions de l'adversaire et produire des trajectoires montantes ou descendantes en fonction du rapport de dominance pour attaquer et/ou défendre,

- reconnaître et exploiter les points faibles de l'adversaire dans son volume de frappe; établir une relation entre des effets produits et les circonstances de leur apparition,

- exploiter tout le volume de jeu (surface X hauteur) pour provoquer le non-renvoi de l'adversaire. »

« établir une progression allant du concret (la tactique par la cible) vers une démarche de plus en plus abstraite (la tactique par le volume, puis par le temps). (p.91) »


Enjeux de formation.

Les enjeux reprennent l’essence de l’activité en associant la tactique avec le duel.


« Ces activités seront programmées pour développer une intelligence tactique dans un rapport de force. »

Analyse de l’activité de l’élève (contraintes / ressources).

Badminton (6ème) : gestion des contraintes perceptives, décisionnelles, motrices et affectives.

Donc des obstacles à surmonter :

Badminton et tennis de table (5ème-4ème).

« Analyse de la triple contrainte événementielle,

temporelle, spatiale pour définir un projet d’action. »
« - Lire des trajectoires freinées pour jouer en équilibre ou en mouvement,

- construire l'espace de jeu du badminton: à viser, à atteindre et à défendre en se déplaçant sur l'ensemble de son terrain.

- exploiter la production de la cible libérée et libre. »
- maîtrise de l'investissement émotionnel.

- construction de communications formatives.

- construction d'un projet d'action.

- organisation et gestion matérielle du duel et tenir les rôles: d'arbitre, d'observateur, de joueur et de responsable de la feuille de match.
- viser toute la table adverse latéralement et en profondeur pour susciter un renvoi défavorable de l'adversaire.

- Reconnaître les actions de l'adversaire et produire des trajectoires montantes ou descendantes et/ou freinées ou accélérées (utilisation d'effets en fonction du rapport de dominance pour attaquer et/ou défendre);

- construire la rupture ou la déstabilisation de l'adversaire grâce à des trajectoires variées et/ou avec effets.

- Traitement rapide de l'information pour assurer la continuité ou la rupture par des interceptions de trajectoires variées.


Transposition didactique (analyse des transformations subies par l’activité sociale de réf.).

Le règlement.

Aménagé

Filet à 1m50

Terrain réduit


L’aménagement du milieu.

Matériel :

Humain :

Terrain de 4m de large sur 6 à 7 m de profond.
1 contre 1 ou 2 contre 2.

Evaluation.

Pas d’évaluation




Tâche motrice.

Il n'y a pas de situations d'apprentissage qui sont proposées clairement mais l'auteur donne seulement des conseils pour rester proche du jeu.

Contenus

D’enseignement
En termes de nouvelles connaissances à acquérir

Justification

Badminton (6ème)

- produire et varier la puissance et la direction des trajectoires émises.

- identifier le plus tôt possible les trajectoires reçues.

- gagner les échanges sans que l'adversaire ne touche le volant ou la balle.

- se déplacer
Badminton et tennis de table (5ème-4ème)

- quel que soit l'endroit d'émission, viser tout le terrain adverse,

- émettre des trajectoires tendues pour déborder l'adversaire

- en autoévaluation, faire des points gagnants par débordement ou sur les points faibles adverses

- Frapper la balle le plus tôt possible après le rebond et/ou sur l'ensemble de sa trajectoire après le rebond, en fonction du rapport de dominance



Synthèse sur la conception de l’APSA de l’auteur.

Il s'agit d'activités d'opposition duelle, de la logique du jeu en référence à la logique du joueur. L'auteur s'affiche constructiviste si l'on se réfère à C. Amade-Escot car le document prend en compte la définition de l'objet éducatif et le niveau de l'élève.


TEXTE N°5:


« Actions motrice en gymnastique sportive »

TEXTE N°5: « Actions motrices en gymnastique sportive »


APSA :

Auteur :

Référence :

Gymnastique sportive

Jacques LEGUET

« Actions motrices en gymnastique sportive », éditions VIGOT, 1990.




Nature de l’information :

Justifications issues du texte :

Forme de pratique (réf. A une pratique sociale).

La gymnastique par l’apprentissage d’actions motrices.

« Réaliser des actions motrices caractéristiques, dans un milieu particulier : LES AGRES. (p.25) »


Traitement didactique de l’APSA.

Définition de l’auteur.

Définition de la gymnastique sportive et artistique.

« entrer en action, côtoyer le risque, chercher à faire de plus en plus difficile, de mieux en mieux. (p.24) »
« Produire une œuvre, belle, difficile, originale, qui sera vue et appréciée : l’enchaînement. (p.24) »


Problèmes fondamentaux, logique interne.

La gymnastique : une activité aux dimensions multiples.
Les problèmes en milieu scolaire :

« Figure 1.1 p.24 : Agir, Créer, Montrer, Aider, Evaluer, Organiser »
« l’entrée dans l’activité par la porte de la technique ne semble pas la plus souhaitable avec des jeunes qui n’ont pas la maturité affective, motrice, ou cognitive qui pourrait leur permettre de s’intéresser à un détail gestuel non signifiant pour eux et de le modifier. (p.25) »

« faire évoluer des conduites déjà existantes mais pouvant se transformer par la pratique, par différenciation successives et gagner en efficacité et flexibilité. (p.35) »


Enjeux de formation.

L’activité gymnique par la motricité et la découverte d’actions motrices et non par l’apprentissage de mouvements techniques.

« parmi les différents aspects de l’activité, il en est un qui nous semble spécifique à la gymnastique sportive, c’est celui de la production motrice. (p.25) »


Analyse de l’activité de l’élève (contraintes / ressources).

Comprise en termes : d’exploitation et d’adaptation de la motricité « quotidienne » au profit de la gymnastique sportive.


D’analyse et de dépassement des problèmes rencontrés pour devenir efficace en prenant en compte 3 ressources :

« Avant même de savoir faire des exercices codifiés, un sujet pourra entrer en action et évoluer sur les agrès. (p.35) »

« Le débutant dispose d’un bagage de motricité déjà riche préalablement à toute pratique gymnique : loin d’être à un niveau zéro, il peut avec plus ou moins d’aisance, se suspendre, s’appuyer, faire des pirouettes, sauter, grimper, se déplacer à quatre pattes, en courant etc. (p.35) »
« - Cognitif : comprendre ce que l’on fait, prendre conscience, se connaître, savoir reconnaître les exigences d’une situation, décider….

- Affectif : investissement, contrôle de ses émotions évitant la dégradation du comportement, oser faire, accepter les déséquilibres, se montrer…

- Moteurs : mise en œuvre, ajustements opportuns, facteurs d’exécution suffisants, coordination, repérage… (p.35) »

Transposition didactique (analyse des transformations subies par l’activité sociale de réf.).

Le règlement.

Code de la gymnastique avec aménagement matériel

« figure p.40 »

L’aménagement du milieu.

Au niveau matériel :

Au niveau humain :

Mise en place de tapis, travail d’un mouvement sur différents supports.

Mise en place de parade (coopération entre élèves)


Evaluation.

Pas d’évaluation




Tâche motrice.

Détermination de 12 catégories d’actions motrices pour rentrer dans la gymnastique sportive.

« Figure p.27 : Sauter, Se recevoir s’équilibrer, Tourner sur soi-même, Se balancer en appui, Se balancer en suspension, Passer en appui renversé, Passer en suspension renversé, Se déplacer, Tenir une attitude, Passer au sol, Faire un va et vient, cercler. »

Contenus

D’enseignement

Les contenus sont liés aux corrections à apporter à l’élève pour qu’il perfectionne sont mouvement, ils sont formuler en termes de succession d’évènement pour réaliser le mouvement.


Justification
« S’enrouler pour tourner en rond, avec accélération, contrôle final etc…. (p38) »



Synthèse sur la conception de l’APSA de l’auteur.

Pour l’auteur, l’activité gymnique ce n’est pas d’apprendre des mouvements techniques (conception techniciste), mais c’est un mode d’entrée par les actions motrices qui est intéressant (conception constructiviste). Il vaut mieux identifier 12 catégories d’actions motrices pour ranger les mouvements car chaque catégorie pose une même problématique posturale. Son objectif est de faire évoluer le pratiquant en partant des préludes de l’activité (vécu avant la pratique) vers une expertise dans la réalisation d’un mouvement.




NOTE DE SYNTHESE DE BERNARD Patrice

Dans cette note de synthèse, nous ferons, dans un premier temps, un rapide bilan des six textes étudiés dans la première partie du dossier puis, dans un second temps, nous présenterons une approche personnelle et subjective de ma vision de l’apprentissage et ma position dans celle-ci.
L’étude de ces textes fait ressortir un point essentiel au niveau de l’enseignement, c’est qu’il n’existe pas de méthode universelle pour enseigner et faire apprendre les élèves. En effet, chaque auteur a sa conception de l’apprentissage, pour Leguet, l’apprentissage gymnique passe par une exploitation des actions motrices pour apprendre les mouvements, pour Mérard et Ventou, l’élève doit construire son savoir en fonction de ses caractéristiques et de ses aptitudes en se plaçant dans des situations d’oppositions et de duel... On voit donc bien que l’acte d’enseignement est complexe. En revanche, tous les auteurs étudiés, quelque soit leur conception de l’apprentissage, proposent des situations qui sont en adéquation avec les textes officiels mais aussi avec la logique interne et l’essence de l’activité. De plus, dans ces différentes conceptions, on retrouve la volonté de faire découvrir l’activité aux élèves et de les faire évoluer vers un niveau de pratique supérieur à celui de départ. A partir de là, tout enseignant doit chercher à se forger une ligne de conduite dans son enseignement de façon à faire apprendre ses élèves tout en se plaisant dans son métier.
Dans cette deuxième partie je vais exposer ma façon de voir l’enseignement.

En milieu scolaire, l’enfant est présent par obligation jusqu’à l’age de seize ans et il doit assister au cours d’éducation physique de façon régulière et imposée.

De plus, il n’a pas le choix dans les disciplines pratiqués. L’enseignant doit donc fixer des objectifs de travail pouvant convenir à tout un groupe d’élève tout en essayant de les intéresser à la discipline et de les faire progresser vers un niveau de pratique tenant compte des aptitudes et des ambitions de chacun. Tout ce travail doit s’effectuer en tenant compte des textes officiels et des instructions officielles.

Le professeur doit donc se fixer une ligne de conduite dans son travail en intégrant tous ces paramètres et en ayant une modularité dans les séances proposées. Pour moi, l’enseignement doit se faire de façon constructiviste avec une coopération entre les élèves et entre les élèves et le professeur.

En effet, je pense qu’il faut confronter les élèves aux problèmes que pose la discipline étudiée. Pour cela, dans un premier temps je mettrais en place des situations de résolution de problèmes (tache semi-définie) pour confronter mes élèves à un problème spécifique et étudier leur comportement. Cependant, dans ce type de travail, il faut prévoir de nombreuses variables afin d’exploiter l’apparition des comportements attendus et de guider les élèves qui ne trouvent pas les solutions adaptées. Après ce type de travail, je pense qu’il est judicieux de mettre en place une ou deux situations techniques afin de stabiliser les réponses des élèves dans la situation étudiée. Le travail technique permet la répétition des réponses efficaces et permet de travailler avec un taux d’activité des élèves assez élevé.

Par exemple, en sport collectif, ce type de séance peut être efficace. Pour faire ressortir l’importance du jeu aux ailes en handball, il me semble judicieux de confronter les élèves a ce problème grâce à des situations de résolution de problème et, une fois les solutions trouvées, mettre en place une situation technique répétitive pour assimiler les réponses et les voir réapparaître en situation de match.

Je pense, que cette ligne de conduite associer à une conception constructiviste de l’enseignement me conviendrais particulièrement pour enseigner.

En effet, je pense que l’élève doit construire sont savoir à partir règles d’actions opératoires précises. Il faut utiliser des tâches ouvertes afin de permettre à l’élève de se confronter à des problèmes précis et de tenter de les résoudre le plus efficacement possible. Ceci, associer à des règles opératoires et des principes opératoires, permet à l’enfants de construire son savoir en pratiquant et en faisant des erreurs. Les erreurs font partie du processus d’apprentissage et permettent à l’enfant d’évoluer vers un niveau supérieur.
Le travail de l’enseignant doit être planifié à l’avance mais il ne doit pas être figé.

Il doit y avoir une flexibilité et une modularité dans les tâches afin de faire progresser un maximum d’élèves et de faire face à différent public. En effet, pendant la séance, il y a toujours des imprévus et tout ne se passe pas forcement comme on l’avait prévu (apparition de comportement déviant, élèves fatigués, excités…). Dans ces cas là, il se peut que notre séance ne soit pas adaptée, il faut donc pouvoir réguler de façon juste et rapide afin de garder le contrôle de la séance et de la classe. Ces régulations doivent aller dans le même sens que l’objectif de cycle qu’on c’est fixé, même si cette séance ne se passe pas comme on l’aurait voulu, il faut en tirer profit et poursuivre notre objectif tout en intéressant la classe .
Pour conclure, l’éducation physique et sportive est pour moi une discipline qui permet l’épanouissement des élèves en les développant autant physiquement, que mentalement, et socialement. Mon rôle de professeur est donc de tout mettre en œuvre pour exploiter ces caractéristiques et arriver à faire pratiquer et progresser mes élèves.

Il faut être actif dans son enseignement, être capable de faire face aux changements de comportement des élèves et il faut savoir adapter ses méthodes d’enseignement afin de donner envie aux enfants d’évoluer dans une activité avec laquelle ils n’ont pas forcement une grande affinité. Pour moi, il ne faut pas avoir peur de se remettre en question car on n’a pas le savoir absolu, et nos élèves peuvent nous apprendre beaucoup de chose eux aussi.

similaire:

Le perpétuel enjeu en eps, comme dans tout enseignement est d\«Pour atteindre à la vérité, IL faut, une fois dans sa vie, se défaire...

Le perpétuel enjeu en eps, comme dans tout enseignement est d\Mise au point d’un modèle réaliste cadavérique humain revascularisé...
«objectifs à atteindre», et non les «objectifs à enseigner», a transformé les méthodes et les techniques de la formation pratique...

Le perpétuel enjeu en eps, comme dans tout enseignement est d\Preambule
«Outre la transmission des connaissances, la Nation fixe comme mission première à l'Ecole de faire partager aux élèves les valeurs...

Le perpétuel enjeu en eps, comme dans tout enseignement est d\Résumé Le présent document est le Tome «Diagnostics, Enjeux et Objectifs»
«Val d’Allier Vieille-Brioude / Langeac». IL a pour but de refaire l’état des lieux des connaissances naturalistes, de réactualiser...

Le perpétuel enjeu en eps, comme dans tout enseignement est d\Résumé : Sur les chaînes privées, les programmes sont régulièrement...
«l’affirmation générale selon laquelle le sexe ou la violence seraient nécessairement préjudiciables à la mémorisation des publicités...

Le perpétuel enjeu en eps, comme dans tout enseignement est d\Objectifs généraux Devant un trouble de l’érection, argumenter les...

Le perpétuel enjeu en eps, comme dans tout enseignement est d\Adresse
«projet d’enseignement facultatif d’eps», annexé au projet pédagogique. IL est validé par le recteur d’académie sur proposition des...

Le perpétuel enjeu en eps, comme dans tout enseignement est d\· Batteries compactes 288 volts à haute densité
«Prototype Numérique» L’un des principaux objectifs de développement consistait à combiner de manière optimale les différents sous-systèmes...

Le perpétuel enjeu en eps, comme dans tout enseignement est d\Résumé : Tout médecin cancérologue est également acteur de la santé...
«données à caractère nominatif» toute information, sous quelque forme qu'elle soit, concernant une personne physique identifiée ou...

Le perpétuel enjeu en eps, comme dans tout enseignement est d\Stage mafpen eps l’enseignement des activites physiques artistiques
Enceinte où les romains célébraient les jeux publics (courses de chars, combats de gladiateurs, naumachies)





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com