Lecture analytique d’un texte





télécharger 15.93 Kb.
titreLecture analytique d’un texte
date de publication27.01.2017
taille15.93 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > comptabilité > Documentos
Lecture analytique d’un texte
« Les Poêles »
Idée Générale du texte : Le récit insiste sur le rapport de l’Homme à l'objet, les Poêles. L’individu en tire profit, il est pour lui source de chaleur et de réconfort. Cependant, il le craint car il peut se brûler au contact de celui-ci : il est à la fois répugnant et attirant.
Comment Ponge parvient-il finalement à anoblir l'objet ?


  1. Une expérimentation scientifique


Dans ce poème, et plus généralement dans son œuvre, Le Parti pris des choses, Ponge décrit l'objet de la manière la plus précise et la plus rigoureuse possible, cherchant en particulier à exprimer leurs qualités caractéristiques. Ce compte-rendu porte sur les qualités physiques de l'objet (Ponge recourt volontiers au vocabulaire technique des sciences expérimentales) mais aussi sur les qualités linguistiques du mot en désignant l'objet (en particulier l'étymologie).


  1. L’attention portée au phénomène physique et également différentes matières


Le verbe « adorons » (L.5) est un verbe modalisateur de sentiment, conjugué au présent d'énonciation. Il révèle la sensation que l’Homme éprouve à proximité de ces Poêles, la chaleur, le plaisir, le bien-être ressentis. Le verbe renvoie également au pronom personnel «Nous » (L.5), présenté ici comme l’antécédent de la proposition subordonnée relative « qui les adorons » (L.5). Cette première personne du pluriel traduit la volonté de l'auteur de généraliser cette sensation, à démontrer qu'elle est partagée par tous. La proposition, considérée comme une expression hyperbolique confirme la relation privilégiée individu/objet et révèle une connotation affective, voir un culte quasi-religieux de l'objet.
Le substantif « ardeur » (L.13) renvoie à la couleur, à l'éclat, au plaisir ici visuel éprouvé à la vue de cette braise. Il s'appuie sur une syllepse sémantique :

- Plan moral révélant une forme d'enthousiasme,

- La chaleur dégagée par l'objet (les poêles).


  • Ainsi l'objet est évoqué par un vocabulaire laudatif qui le personnifie aux yeux du poète.

Ponge anoblit alors l'objet en associant les deux termes analysés.
Aussi, Le verbe à l'infinitif « rougir» (L8), révèle un sens animé. Il a pour sujet «nous» qui concerne le poète et les autres hommes. Il renvoie à la réaction physique face à la chaleur qui émane de l'objet, mais également évoque la gêne occasionnée étant donné le traitement qu'on inflige aux poètes en vue de notre bien-être.

L'occurrence du verbe « rougissent » (L.8) dans la proposition subordonnée circonstancielle, conjugué au pluriel, propose une personnification des Poêles. Cette répétition exprime alors :
- Le plaisir qu'ont ces poêles à travailler, à nous procurer du bien-être.

- Le changement de leur apparence: passage du noir au rouge, du «charbon » à la «braise» L.15 (revient sur une certaine animation).


  • Les poêles changent d'aspect extérieur mais ils peuvent aussi agir sur l'individu et lui faire changer d'aspect par leur chaleur : C'est un rapport de force entre l'Humain et l’Objet.




  1. La recherche de lois à travers l’expérimentation




  • Le recours au lexique spécialisé, ici scientifique, avec « en raison inverse >> (L.1) et « Agir au fond du kaléidoscope » (L.13-14) qui relève d'une observation précise et méthodique.




  • L'idée énoncée est toujours vraie à travers le temps, c'est une idée atemporelle.




  • Les adverbes de liaison, ou connecteurs logiques, « alors » (L.12), « puis >> (L.13), suivant un ordre chronologique




  • L'écriture de Ponge se caractérise donc par la réflexion, il écrit selon des liens logiques.




  1. La dernière phrase du texte


C'est le point de l'aboutissement de l'expérimentation, l'énoncé de la loi générale.


  • un article défini général « les » relève d'un caractère universel du principe des relations entre les Hommes, mais aussi les Choses.




  • un présent atemporel « sont bien loin >> attribue à la Poêle des caractéristiques surréels, en les valorisant tout en comparant la merveilleuse relation entre «l'homme et l'objet » à celle du « valet et de son seigneur» (L.19-20) qui est décrite péjorativement. L’adverbe « bien » insiste sur un éloignement dans le temps et dans l'espace.




  • l'effacement des marques du locuteur avec le recours à la 3e personne du pluriel dans la phrase (généralisation/conclusion).




  • Cette démarche révèle un désir d'objectivité chez le poète.

Ponge n'est pas idéaliste, mais matérialiste, il ne s'intéresse pour sa part qu'au « rapport de l'homme au monde ».


  1. La poétisation d'un objet banal et quotidien


En écrivant ce poème, Francis Ponge montre un intérêt pour un objet quotidien, qui semble à priori totalement dépourvu en raison de sa fonction purement utilitaire, et a priori très peu poétique, le Poêle. En quoi ce court texte sur un objet inattendu est-il un véritable poème ?


  1. Abolition de la frontière entre inanimé et vivant


- L'auteur insiste sur l'utilisation de cet objet par la personnification « l'animation des poêles » en période hivernale, rappelée par l’allégorie « la clémence du temps ».
- Par la comparaison « à l'égal » (L.5) d'une divinité naturelle « les troncs d'arbres» (L5), les Poêles sont considérés comme une divinité matérielle, source de bien-être.
- Le verbe « adorons » (analysé précédemment) personnifie également l'objet aux yeux du poète.
- Le verbe « rougissent » (L.8), analysé précédemment, propose que l'humain soit rendu ici comme une chose, il est réifié, il passe d'un état à un autre.


  • Ainsi, le lecteur considère l'objet comme un être Humain, en lui attribuant des caractères propres au vivant, en ayant des réactions à son égard, et en éprouvant même des sentiments pour ces choses qui sont dès lors personnifiées et animées.




  1. Poésie et humour : une redéfinition inattendue des rapports de l’homme à ses outils domestiques.


Cependant, les jeux de lettres relèvent de l'arbitraire de la langue et de l'irrationnel.
Ponge s'évertue, dans Le Parti pris des choses, à accroître cette part irrationnelle au moyen de calembours, d'allitérations, de permutations de lettres, d'analogies gratuites, d'associations d'idées audacieuses (à propos des poêles, il parle d’ « un tison sadique agir au fond du kaléidoscope », à propos de l'orange, il évoque la « lanterne vénitienne des saveurs»), tout en restant, en apparence, sur une description "à froid". Cette tension extrême des textes diffuse un humour très subtil, lequel couvre d'apparences débonnaires ou futiles un message bien plus tragique et subversif : le "compte tenu des mots" s'avérant impérieux pour tout discours (pas seulement pour les textes du Parti pris), et la forme de ces mots relevant en partie de l'arbitraire linguistique, alors il existe nécessairement une part irrationnelle dans tout discours. Dans une telle perspective, truffer une description en apparence objective et rigoureuse d'éléments irrationnels ressemble, à bien des égards, à un travail de sape systématique de la langue. Commentant son propre travail, Ponge évoque un "anarchiste" en train de construire une "bombe" dont la "poudre" serait l'irrationnel (Entretiens avec Philippe Sollers).
Conclusion :
« Les Poêles » répondent aux exigences du poème en prose :
- une organisation rigoureuse (méthode, démarche scientifique)

- la force des images (personnifications, allégories ...)

- les jeux de mots.

similaire:

Lecture analytique d’un texte iconLecture Analytique de villiers de l’isle-adam
«L’inconnue» (IL existe deux versions de la nouvelle, ici nous prenons celle du manuel Hachette, p. 513)

Lecture analytique d’un texte iconDans ce tutoriel, ne seront abordées que les fonctions principales...
«control B». Pendant la lecture ou en mode statique, chaque action sur «control B» place un marqueur. IL suffit ensuite de saisir...

Lecture analytique d’un texte iconLire  identifier des mots de manière de plus en plus aisée. comprendre...

Lecture analytique d’un texte iconAttention : ceci est un cours qui emprunte la forme d’un commentaire...
«tragique effondrement des Muffat» à la fin du chapitre — d’une exclusion de la tonalité tragique

Lecture analytique d’un texte iconLe traitement de texte
«traiter» du texte, c’est-à-dire de modifier un texte pour lui donner le contenu et l’aspect désirés. IL ne faut pas confondre ce...

Lecture analytique d’un texte iconQuestionnaire de lecture sur le roman. Compléter le 1 ° résumé de la fiche «Parcours de lecture»
«Eugénie Grandet» réalisé par Jean-Daniel Verhaeghe, avec Jean Carmet et Alexandra London (1994)

Lecture analytique d’un texte iconAtelier informatique : seance no 1 Accéder au traitement de texte,...
«Microsoft Office Word 2007». Tu es maintenant dans le logiciel de traitement de texte qui va te

Lecture analytique d’un texte iconToute habileté apprise en dehors d’une activité globale de lecture...

Lecture analytique d’un texte iconRésumé analytique de

Lecture analytique d’un texte iconDemarche analytique et decision therapeutique





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com