Infections bactériennes materno – fœtales (ecn 20,75,96)





télécharger 21.64 Kb.
titreInfections bactériennes materno – fœtales (ecn 20,75,96)
date de publication09.10.2017
taille21.64 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > documents > Documentos

Infections bactériennes materno – fœtales (ECN 20,75,96)
Epidémiologie

Les infections materno-fœtales (IMF) concernent 3 à 8 naissances sur 1000. La mortalité est de 10% et les séquelles sont de 10 à 30 % surtout après une méningite.

Définitions

Infection materno-fœtale : infection bactérienne du nouveau-né résultant dune transmission verticale materno-fœtale qui se produit en période périnatale (précédant ou suivant) et qui s’exprime dès les premières minutes, dans les premiers jours ou parfois même dans les premières semaines de vie post-natale.

Infection certaine : infection prouvée par au moins un prélèvement positif à un seul germe dans un site normalement stérile (hémoculture, LCR).

Infection probable : infection diagnostiquée par une anomalie clinique et/ou biologique et documentée par un ou des prélèvements microbiologiques périphériques positifs à un seul germe pathogène.

Infection possible : infection diagnostiquée par une anomalie clinique et ou biologique mais non documentée par un ou des prélèvements microbiologiques périphériques.

Colonisation : présence d’un germe dans un prélèvement périphérique sans signes cliniques ni biologiques.

Le passage de la colonisation à l’infection dépend de : l’inoculum bactérien, la virulence de la bactérie, l’âge gestationnel (nouveau né prématuré ou pas) et du statut immunitaire du nouveau né.

Modes de contamination

  • Voie hématogène : voie transplacentaire par bactériémie maternelle. Le bébé va être contaminé par le placenta (cordon ombilical). Ce n’est pas la plus fréquente. Ex : listériose, syphilis, pyélonéphrite.

  • Voie ascendante : contamination du liquide amniotique par des germes provenant du tractus génital (col utérin), mode de contamination le plus fréquent.

  • Voie per natale : contamination au cours du passage dans la filière génitale (vagin par ex)

  • Voie postnatale : en général exogène (infection nosocomiale)..

Flore cervico-vaginale normale

Le vagin n’est pas stérile, il est constitué de différents groupes de bactéries :

  • Groupe 1 : présent dans 98 % des cas, on appelle la flore de Döderlein la flore constituée de lactobacilles (B+). On trouve également des streptocoques α-hémolytiques et des corynébactéries.
    Le groupe 1 ne pose pas de problème d’IMF.

  • Groupe 2 : présent dans 2 à 80% des cas, comprend les entérobactéries, staphylocoques, bactéries anaérobies, mycoplasmes urogénitaux…
    Le groupe 2 représente un risque d’IMF.

  • Groupe 3 : présent dans 0,1 à 2% des cas. Comprend différentes bactéries telles que les méningocoques, pneumocoques…
    Le groupe 3 représente un haut risque d’IMF.

Donc en résumé, la flore vaginale n’est pas stérile : elle comprend une prédominance de bactéries lactiques (flore de Döderlein), et d’anaérobies.
NB : les cavités endocervicale, utérine, tubaires et péritonéales sont stériles.

Principaux germes responsables d’IMF

Streptocoque du groupe B (SB) : Streptococcus agalactiae


  • Portage vaginal = 10 à 30 % au cours de la grossesse.

  • Epidémiologie = responsable de 50% des IMF

  • Mode de contamination :

    • Voie ascendante +++

    • Voie per natale

    • Voie hématogène (rare)

  • Le sérotype III est le plus fréquent au cours d’IMF car il a un neurotropisme particulier (facteur de virulence particulier).

  • Responsable de 80% des méningites des nouveau-nés.

Escherichia coli (K1 : neurotropisme)


  • Portage vaginal normal = 4 à 7 % au cours de la grossesse.

  • Epidémiologie = c’est la 2e cause d’IMF (30%)

  • Mode de contamination :

    • Voie per natale +++

    • Voie ascendante +

    • Voie hématogène et horizontale (rare)


On dit K1 car il y a une capsule et un neurotropisme (traverse la barrière hémato méningée).

Toute contamination néonatale est grave.

Listeria monocytogenes

  • Epidémiologie = les infections dues à cette bactérie sont de plus en plus rares

  • Mode de contamination :

    • Voie hématogène transplacentaire essentiellement

    • Voie ascendante exceptionnellement

Autres germes responsables d’IMF (à titre indicatif)

Voir cours.

Facteurs de risque des IMF ++

  • Rupture prématurée des membranes (RPM) : le bébé est ouvert aux germes situés dans le vagin

  • Ouverture de la poche des eaux > à 18h

  • Touchers vaginaux, manœuvres endo-utérines, pose de matériel étranger

  • Petit poids, prématurité avant 37 SA (E. coli K1 +++)

  • Système immunitaire du nouveau-né immature (d’autant plus qu’il s’agit d’un prématuré)

Facteurs de risques « microbiologiques »

  • Vaginite : une seule espèce bactérienne prolifère anormalement dans le vagin et remplace totalement ou partiellement les lactobacilles, ce qui entraine des signes de vaginite (SB, Staph doré, entérobactéries, entérocoques et groupe III) : prurit, brûlure cervico-vaginales, leucorrhées.

  • Vaginose : plusieurs espèces de germes anaérobies prolifèrent anormalement dans le vagin et remplacent totalement les lactobacilles : leucorrhée abondantes et malodorantes.

  • Endocervicite : il s’agit d’une infection du col (proche de la cavité amniotique). Gonocoque et Chlamydia trachomatis.

  • Portage asymptomatique +++ : une seule espèce bactérienne prolifère anormalement dans le vagin avec ou sans persistance des lactobacilles, sans entrainer de pathologie vaginale. Les principales bactéries responsables sont : SB, E. coli K1 et rarement autres groupes II ou III.

    • Prolifération bactérienne sans pathologie vaginale mais ouverture du col et RPM

    • Colonisation massive endocervicale pouvant provoquer RPM et MAP (menace d’accouchement prématuré)

    • Chorioamniotite.

Signes cliniques d’IMF chez le nouveau né

« Tout nouveau-né qui va mal, surtout sans raison apparente est à priori suspect d’infection »

Les signes peuvent être : fièvre, hypothermie, difficultés à téter, teint gris, tachycardie, bradycardie, cyanose des extrémités, augmentation du temps de recoloration capillaire, fontanelle tendue …

Signes biologiques associés

  • Hémogramme : mais les valeurs des PNN et leucocytes sont peu contributifs au diagnostic de l’infection néonatale.

  • CRP contributive à partir de la 12ème heure. La surveillance de la CRP permet d’apprécier l’efficacité de l’antibiothérapie et d’en adapter individuellement la durée dans les infections probables. Mais attention aux faux positifs.

  • Le dosage de la Procalcitonine n’est pas recommandé en raison des variations horaires de sont taux durant les 48 premières heures de vie, de l’insuffisance de la validation de sa spécificité et des faux négatifs.

Diagnostic bactériologique


  1. Chez la femme enceinte




  • Prélèvements génitaux :

    • Prélèvement vaginal

    • Prélèvement endocervical

  • Autres prélèvements :

    • Hémoculture

    • ECBU

    • Liquide amniotique




A la naissance
On réalise des prélèvements bactériologiques si critères cliniques ou anamnestiques d’IMF.

  • Prélèvements périphériques : liquide gastrique ; +/- 2 prélèvements périphériques + placenta

  • Prélèvements centraux chez le nouveau-né :

LCR +/- Ag solubles (souvent traumatique et les quantités sont insuffisantes),

Hémoculture


Au laboratoire de bactériologie

  • Coloration de Gram : l’absence de bactéries et de PNN n’est pas exceptionnelle en cas d’infection (surtout si BGN), expression semi-quantitative.

  • Ensemencement de milieux de culture sélectifs et non sélectifs en aérobiose et anaérobiose (gélose au sang en aérobiose, gélose au sang cuit en anaérobiose) incubation à 37°C pendant 24 à 48 h

  • Identification et antibiogramme après lecture et interprétation des différents milieux de culture et des ED : caractère monomorphe ou polymorphe des cultures.

  • Recherche d’Ag solubles (SB et E. coli K1) dans certains prélèvements (LCR surtout).

Stratégie thérapeutique

  • Nouveau-né symptomatique : antibiothérapie en urgence après bilan clinique, bactériologique et biologique. Adaptation secondaire au germe retrouvé.

  • Nouveau-né asymptomatique : arguments anamnestiques, bactériologiques, et biologiques.

  • Traitement :

    • Association de 2 ATB est recommandée dans toutes les situations (β-lactamine + aminoside)

    • Si préoccupant (troubles respiratoires, neurologiques ou antécédents d’antibiothérapie chez la mère) on préconise une trithérapie : amoxicilline+céfotaxime+aminoside.

similaire:

Infections bactériennes materno – fœtales (ecn 20,75,96) iconInfections bactériennes materno-fœtales

Infections bactériennes materno – fœtales (ecn 20,75,96) iconInfections virales materno fœtales

Infections bactériennes materno – fœtales (ecn 20,75,96) iconInfections materno-foetales bactériennes Mode de contamination Anténatale et pernatale

Infections bactériennes materno – fœtales (ecn 20,75,96) iconInfections sexuellement transmissibles bactériennes

Infections bactériennes materno – fœtales (ecn 20,75,96) icon2Les infections bactériennes 1La chlamydiose

Infections bactériennes materno – fœtales (ecn 20,75,96) iconL3 médecine amiens 2012/2013 S5 ue1 Dr thomas infections bactériennes génitales

Infections bactériennes materno – fœtales (ecn 20,75,96) iconMenigites bacteriennes et meningo-encephalites bacteriennes

Infections bactériennes materno – fœtales (ecn 20,75,96) icon1Épidémiologie des méningites bactériennes On peut distinguer deux...

Infections bactériennes materno – fœtales (ecn 20,75,96) iconCours de la grossesse (Item ecn n° 27)

Infections bactériennes materno – fœtales (ecn 20,75,96) iconThèses vasculaires (Item ecn n° 150)





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com