Immersion au commissariat de nevers





télécharger 24.41 Kb.
titreImmersion au commissariat de nevers
date de publication11.07.2019
taille24.41 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > documents > Documentos
IMMERSION AU COMMISSARIAT DE NEVERS

14 juin 2013

Préambule :
Après une immersion auprès des forces de Gendarmerie Départementale, j’ai souhaité, après accord de la Directrice Départementale de la sécurité publique la Commissaire Laurence DENIZON, réaliser la même opération au commissariat de Nevers chargé de la police urbaine en zone police d'État.

Cette immersion ayant essentiellement pour but de mieux faire connaître aux élus du département la vie quotidienne d’un commissariat : son fonctionnement, son organisation, son activité, essayer de donner une image différente de celle que la rumeur propage parfois, en montrant le quotidien de ces hommes et femmes qui s’investissent dans la sécurité publique, qui aiment leur métier, et défendent notre sécurité parfois au détriment de leur vie.

Bâtiment construit dans les années 1967-68, le commissariat de Nevers est situé 6 bis Avenue Marceau. Il est dirigé depuis peu par une femme commissaire Madame Laurence DENIZON assistée par :

-un commandant de police fonctionnel A. DEMEAUX son adjoint,

-un commandant responsable de l'USP (police en tenue) M. SENEQUE,

-un capitaine de police responsable de la « police judiciaire » Mme ALQUIER,

-un Lieutenant Colonel de gendarmerie responsable du SDIG (ex RG) Lieutenant Colonel DUVAL
L’effectif total est de 119 personnes y compris l’encadrement, les personnels administratifs. Il est à noter que la RGPP a supprimé une dizaine de postes.



  1. Matinée du 14 juin 


Comme convenu, je me présente à l’hôtel de police à 8h30 et suis accueilli après une annonce par Mme DENIZON DDSP. Comme tous les matins vers la même heure elle réunit dans son bureau les cadres cités plus haut afin de faire le point sur les affaires de la nuit et l’organisation de la journée.

Pour la nuit du 13 au 14 juin chaque service relate les affaires dont il a la charge. C’est ainsi qu’il est mentionné :

  • un décès suspect,

  • le départ des gens du voyage stationnés indûment sur un terrain communal

  • un vol à l’étalage

  • une agression au couteau sans mise en danger de la personne agressée,

  • un écrou pour conduite en forte imprégnation éthylique,

  • un vol avec violence sur la fête foraine.


Somme toute le quotidien des services de police. Il est prévu pour la journée :


  • la préparation d’un plan ORSEC en ville,

  • l’inspection de divers chantiers

  • une présence visible sur la voie publique,

  • le traitement des dossiers en cours qui nécessitent déplacements et auditions.


Après le briefing du matin, la Commissaire me propose d’accompagner en ville une patrouille de police secours, parmi les trois patrouilles opérationnelles composées d’un équipage de deux hommes dont un brigadier ou brigadier chef. Le rythme de fonctionnement des personnels est 4/2 à savoir 2 matinées, 2 après-midi, 2 jours de repos soit une durée hebdomadaire de 38h environ et un week-end classique (c'est à dire samedi et dimanche libres) toutes les 6 semaines.
Les hommes de police secours connaissent bien la ville et les voitures sont reliées en permanence par radio avec le chef de poste qui peut leur indiquer de se rendre sur tel ou tel lieu suite à un appel.
Le fait de cette présence en ville dans les lieux fréquentés ou les quartiers dits sensibles rassure les habitants et optimise la sécurité. Je constate l’ancienneté des véhicules et leur kilométrage élevé du fait de leur utilisation quotidienne.

C’est une matinée de routine pour les trois équipages où aucun appel grave n’a été enregistré.
II . Après-midi du 14 juin
L’après midi débute par une visite du service du SDIG (ex RG supprimés en 2008).

La sous-direction départementale d’informations générales est sous la responsabilité d’un Lieutenant Colonel de gendarmerie, spécificité du département de la Nièvre (avec Mayotte). Huit fonctionnaires y sont affectés (dont un second gendarme et une secrétaire), divisés en deux groupes. L’un s’occupe d’économie et du social, l’autre des faits de société : surveillance des quartiers sensibles, recherche sur l’économie souterraine, surveillance des personnes extrémistes.

Les notes rédigées sont adressées au préfet, au service régional et à la Centrale de Paris. Ce service devrait connaître une réorganisation impliquant une formation professionnelle plus spécifique aux domaines traités.

A noter que le SDIG n’intervient plus dans la surveillance des courses et jeux, ni dans celui des partis politiques. Pour ce service, l’élu que je suis note avec surprise que seul un vieil ordinateur pour tout le service permet de se connecter hors réseau du ministère pour faire des recherches ou accéder notamment aux réseaux sociaux. On devrait pouvoir rapidement remédier à cette situation.

16 heures :

Sortie avec un équipage de police secours qui après quelques passages en ville, va effectuer un contrôle inopiné des automobilistes dans le quartier des Eduens. Contrôle aléatoire de véhicules : 3 ne seront pas tout à fait en règle (absence de papiers, plaques d’immatriculation non à jour, assurance périmée…). Courtoisie des hommes qui sont plus dans le dialogue que dans la sanction.

17 heures 30 : Rencontre avec le responsable de la PJ : Mme ALQUIER
Ce service comprend 15 enquêteurs dont 2 officiers-3 personnels techniques et 2 personnels administratifs répartis en 2 groupes – 6 personnels affectés aux affaires générales qui comprennent entre autres les infractions à caractère sexuel :


  • les violences conjugales,

  • les maltraitances d’enfants,

  • les escroqueries financières,

  • les étrangers en situation irrégulière


Le groupe affecté aux recherches s’occupe des délits suivants :
Les flagrants délits qui concernent les vols, les violences, les affaires de stupéfiants. Ces personnels sont le plus souvent sur le terrain. Pour les affaires les plus importantes : mort suspecte, crimes, vol à main armée, c’est le service régional de police judiciaire qui prend le relais.
Les procédures, les auditions sont complexes et chronophages pour les OPJ, mais c’est la seule façon d’avoir un dossier structuré à présenter au Parquet.

18 H00 : immersion dans le bureau du chef de poste
Son rôle est essentiellement de répondre, d’orienter, de conseiller les personnes qui appellent pour divers renseignements, d’être en contact avec les patrouilles extérieures, de noter tous les appels et les sorties de véhicules, de surveiller par vidéo les cellules.

L’amabilité, la compétence, l’expérience sont indispensables pour ce poste.

21 h 00 : sortie avec un équipage de la BAC :


  • 2 voitures banalisées sont destinées aux policiers de la BAC. Ceux-ci, en civil tournent en équipe de trois. C’est un personnel expérimenté, motivé, passionné par le métier, et qui a choisi après une formation spécifique de travailler de nuit de 21 h à 5h00. Ces policiers spécialisés sont au nombre de huit. Ce soir -là est plutôt une nuit ordinaire.



Dans le cas d’une situation grave, la commissaire peut mobiliser une quinzaine de personnes la nuit. Dans une situation extrême la décision appartient à Mme Le Préfet. Le 14 juin est plutôt une nuit ordinaire. Appel par radio du chef de poste qui signale une femme légèrement blessée suite à des violences familiales. Affaire délicate car la personne en cause ne parle pas français, son épouse non plus. Ils ont 5 enfants dont l’aîné âgé d’environ 7 ans sert d’’interprète. Situation délicate car l’épouse doit aller à l’hôpital avec un nouveau né. Restent à domicile les 3 enfants dont un handicapé.

Après concertation il est convenu de laisser le père avec ces enfants, un éventuel placement à cette heure du soir (plus de 22 h) pose problème.

Ensuite passage dans un secteur qualifié « d’hostile » puis contrôle d’un automobiliste bien connu des services de police. Contrôle qui nécessite le sang froid des agents compte tenu de la violence verbale de l’individu.

Ma mission s’arrête vers minuit trente, les agents de la BAC continueront de patrouiller jusqu’au matin.

CONCLUSION :
Journée instructive qui prend le contre-pied des caricatures que certains s’ingénient à faire passer pour des réalités. J’ai trouvé des personnels aimant leur métier, souvent passionnés, des personnels disponibles, respectueux des citoyens, des personnels sensibles aux difficultés de la société, en un mot des personnels quels que soient leur grade, plutôt dans la prévention que dans la répression. Bien que dans certains quartiers le respect de l’uniforme pose problème.

Cependant quelques améliorations pourraient être apportées. Les unes concernent le budget dédié au fonctionnement, budget qui a été réduit ces dernières années. Les autres concernent la politique générale sur la gestion des carrières, la rémunération, le rôle que l’on veut donner à la police.

Sur la gestion des carrières, de nombreux agents ayant passé l’examen de brigadier attendent parfois des années avant d’obtenir l’avancement. Sur la rémunération, amertume des policiers qui considèrent que leurs collègues gendarmes sont mieux traités financièrement. Amertume sur la représentation syndicale au niveau de l’administration centrale supposée plus préoccupée de faire carrière que de défendre les revendications de la base.

Enfin quel rôle donner aux unités de police qui même à Nevers ont des craintes pour sillonner certains quartiers, de même que le manque de considération, parfois de respect, toutes choses qui peuvent-être une source profonde de réel malaise pour les fonctionnaires concernés.

Champvoux, le 2 juillet 2013

Constantin RODRIGUEZ

Maire de Champvoux

Conseiller Général

similaire:

Immersion au commissariat de nevers iconRecherche d’informations de base
«le commissariat aux apport ou a la fusion – nouveaux savoir et savoir-faire»

Immersion au commissariat de nevers iconPrincipe de fonctionnement des détecteurs d'immersion de la gamme Aquasensor
«réactiver» après la baignade, contrairement aux barrières, abris et couvertures qu'il faut penser à refermer

Immersion au commissariat de nevers icon2008 La thérapie corporelle en eau froide : Immersion-Depression-Submersion,...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com