Cruas VI compte rendu de la réunion du 17 octobre 2009





télécharger 50.91 Kb.
titreCruas VI compte rendu de la réunion du 17 octobre 2009
date de publication03.10.2017
taille50.91 Kb.
typeRéunion
m.20-bal.com > économie > Réunion

CRUAS VI Compte rendu de la réunion du 17 octobre 2009



Cruas VII le 27/03/10

Présents : Geneviève Doux (Badeya Nasso),Magali Rosier Didier et Laure Bondut ), (Yam Daa Bo),Cathy Durand (Assolidafrica 07), Denise Gaillard , Hamadou Bancé (Amitié Cruas Zidré),Didier et Laure Régine Jeanjean (Terre des Enfants), Aimée Mouyon ( Vie et Partage), Joël Vivion, Jacques Thiebaut (Solidarité Ardèche Boulgou) Marie Claude Arcos (Partage sans Frontières), Christian et Martine Martin (D’Keng Taoré),Alain Lamblard (PPAB), Renée Condamin, Monique Hervier )(St Jean Echanges Partage), André et Marie Claude Reboul (Une goutte d’eau au Faso ), Fousséni Konaté (APCES-SF), Pestre Jacqueline (Camélia),René Billaz (AVSF) Awa et Jean Pierre Burlet, Annie Manzano, Denise et Bernard Magnière, Michel et Marie Josephe Cesca (Teriya Amitié), Marie Françoise et Julie Descamps ( Camelia – SIM) Philippe Lhoste (AVSF - CTAA Imasgo), Yvon et Cédric Arnaert, Patrick Jouer (Le désert refleurira), Emmanuel Kinda (Jeunes pour la terre), Alain Drouadaine (Ventalili), Jean Lichou, Sylvie Gauduel (Microfel), Brigitte Aubert, Isabelle Rixte, Maryline Jacques (Teelgo), Jacky Quemener (Frères du Monde), Pierre et Monique Bertaud (Amis de Kantchari), Joël et Renelle Lepesqueur (indépendants), Janine Ruas (Visa Verveine pour Passakongo), Jean Claude et Michèle Berlioz Artaud , Monique Chauvet (Soro-St Michel sur Rhône), Annick Durand, Nicole Pinel (Aminanko) Roland et Marie Thé Peyron (ASFBD) , Gérard Cossavella et Nicolas Sougouri (Kouminto) Chantal Petit (indépendante) Marion Mahaut (indépendante), Georges Pieri ( A Cœur d’Afrique)
Excusés : Thierry Sciari (Respublica), Monique Braquet (Camélia), Jean et Annie Loireau (APPEL Drôme) Hubert Nicolas (APPEL Montpellier), Marie Hélène Giraud (Toubabou Parrainage), Denis Ricca (St Jean Echanges Partage), Dr M. Dalan (Vie et Partage), Dany et Jacques Riou ( Amitié Cruas Zidré), Yves Joubin (APPEL Drôme), Pierre Bamony (indépendant),M. Achard (Badeya Nasso), Marie Jo Ferrand (Compagnons du Burkina), Georges Babre et A. del Frari (Artropic), Marie Cécile Marie (l’arbre à Cauris), Claudine Rouby (La Colombe) Réjane Richand (Association Trait d’Union) Simone Lugbull (Entr’aide Burkina)
********************************
Denise Gaillard, Présidente de l’association « Amitié Cruas-Zidré » qui nous reçoit une fois de plus à Cruas, nous accueille et ouvre la séance présidée par Jacueline Pestre
La liste ci-dessus témoigne d’une participation toujours élevée à nos rencontres de CRUAS.


  1. Points d’actualité :



Situation après les inondations : René Billaz et Jean Lichou, de retour du BF (mission Moringa) nous apportent quelques nouvelles : beaucoup de sinistrés, heureusement les situations d’urgence ont été dans l’ensemble gérées efficacement par les autorités nationales, avec l’aide des mouvements associatifs.



Un tour de table rapide permet de faire connaissance et de s’informer des derniers évènements marquants.


  1. Actions et Projets en cours (état d’avancement et perspectives)


Santé : Prévention du paludisme 
Le paludisme est toujours la maladie qui tue le plus dans le monde ; dans les villages la maladie et la prévention ne sont pas toujours bien connues. Il est très important de former et sensibiliser les villageois menacés par cette maladie. L’association « Nyatamu Sin » de Dédougou gnatamousin@yahoo.fr se déplace dans les villages en présence du major local pour cette information et propose des moustiquaires à moitié prix . Elle propose différents moyens d’installation et se rend 6 mois plus tard pour vérifier leur utilisation.Des animations sont possibles , CEDICOM à Dédougou avec musique, danses, radio…

Moustiquaires imprégnées fabriquées en Suisse vendues à Ouaga à 2000cfa = 3€, et revendues à 1000cfa soit une subvention de 1000f par moustiquaire à la charge de l’association. M Lassane avec qui nous sommes en relation, propose ce produit importé mais garanti.

Dans la Boucle du Mouhoun, « Nyatamu Sin » s’est déjà déplacé dans 5 villages chaque fois avec beaucoup de succés et aussi une grande demande de moustiquaires qui n’a pu être satisfaite.

Nous avons appris qu’une campagne de dons de moustiquaires a été lancé par le ministère de la Santé, mais nous ne savons pas si cette distribution se fait aussi dans les villages éloignés. Par contre, il n’y a pas de suivi.

Proposition : grouper les demandes pour une commande plus importante. Voir en annexe la liste des ASI intéressées.

Le traitement de 3 jours, en cas de crise de palu , ACT (artemeter+amodiaquine) revient à 100cfa pour les bébés et enfants et 300cfa pour les adultes, en vente dans toutes les pharmacies
Agronomie/Nutrition : Moringa (Jean Lichou et René Billaz)
La présentation du thème est accompagnée de celle du diaporama de Moringa News (Armelle de Saint Sauveur)

Compte tenu de l’intérêt de cet « arbre légume », dont on a rendu compte dans une rencontre précédente, quatre Associations (SILVA-RIAT, AVSF, RES PUBLICA et MICROFEL)se sont associées pour réaliser un voyage d’étude au Burkina Faso, au Niger, au Bénin et au Togo destiné à mutualiser les connaissances sur les conditions de culture et d’emploi du Moringa. Le voyage s’est déroulé comme prévu, à la satisfaction des douze participants, et les principales conclusions qu’on en retire sont les suivantes :


  • On enregistre partout une forte croissance de la demande de feuilles de Moringa, principalement mais aussi nutritionnel (poudre séchée pour les enfants dénutris)

  • Les contraintes à la culture sont beaucoup plus sévères dans les deux pays sahéliens que dans les pays côtiers (longueur de la saison sèche, sols indurés). Il existe toutefois des alternatives familiales réalistes dans le cadre des jardins de case, des jardins maraîchers et des jardins scolaires)

  • Les institutions organisatrices élaboreront sans tarder une demande de financement aux CG Hérault et Gard, puis au MAE, pour soutenir en 2010 une action pilote auprès de six départements sahéliens ainsi que dans plusieurs provinces du Togo

  • Au delà, le défi à relever en conditions sahéliennes est important. Il concerne environ deux millions de ménages ruraux au Niger et au Burkina Faso, dans vingt mille villages environ. Les mérites exceptionnels de cette plante justifient une action massive, relevant de projets régionaux à promouvoir auprès des instances appropriées. (il existe dans plusieurs pays des réseaux institutionnels actifs pour des actions promotionnelles. Les organisations paysannes féminines y jouent un rôle majeur)

Le débat qui suit porte sur les points suivants :

* sur la disponibilité de graines pour les plantations

  • sur les risques sanitaires éventuellement liées au traitement des feuilles

  • en zone sahéliennes, il faut privilégier les jardins familiaux, jardins de case, jardins scolaires

  • la communication est importante : des initiatives diverses existent. Emissions TV épisodiques.. il faut élaborer différents outils /supports de communication : ex le diaporama d’Armelle, le reportage filmé au Boulgou présenté par Joël Vivion

  • pour la mise en marché : attention au problème des homologations et aux qualités sanitaires : le feuillage frais utilisé localement pose moins de problèmes réglementaires

Joël Vivion : il existe un collectif « Moringa Burkina » Président : Louis.Omer Kambou 70.67.64.33. Egalement un livret technique fait en relation avec son association, le Ministère de l’Environnement BF et Placide Sékoné correspondant de l’association (ce dernier a formé une vingtaine d’animateurs qui produisent eux-mêmes du Moringa)

Le film réalisé au Bf est présente par Joël qui distribue gracieusement aux associations intéressées 15 sachets de graines de Moringa venant du Burkina : Merci Joël

René Billaz un contact a été pris par la « mission Moringa » avec Armelle de passage à Ouaga, le réseau Moringa BF, des utilisateurs et SILVA

Jean Lichou : les systèmes agro-forestiers ne prennent pas actuellement le pas sur les jardins

Emmanuel Kinda On peut installer des haies vives de moringa (à protéger au début) dans les jardins maraîchers . Il faut gérer les problèmes fonciers pour les terrains.
Zaî mécanisé (René Billaz et Philippe Lhoste)
Le CTAA (Centre Technique d’Amélioration de la traction Asine), Imasgo (Albert Barro : contact donné précédemment) avec des ânes et des bovins : il s’agit d’un travail en sec à la dent qui requiert donc un effort assez important (d’autant plus important que l’on va plus profond). Les ânes africains étant légers (120 à 150Kg adultes), il est recommandé de les atteler par paire, ce qui n’est pas courant, mais tout à fait possible (cf. formations du CTAA)
Latrines sèches familiales (Jacqueline P et Alain Lamblard)
Principe : latrine à 2 fosses : c’est un simple essai, rustique et bon marché (environ 15 € pour la dalle) Il faut voir si ça marche , notamment en terme d’utilisation de la matière fertilisante . il faut aussi informer les autorités locales ; bien former les acteurs (distance du puits, ajouter des cendres et des déchets végétaux, déchets de battage de mil et attendre 1 an ½ pour utiliser l’engrais). Il existe un rapport complet sur le site DAG . Il n’y a pas dans ce cas d’eau de lavage… ce qui peut être un problème chez les musulmans, notamment

Il faut voir maintenant comment utiliser cet engrais organique. Certains soulignent les risques sanitaires en utilisant cet engrais insuffisamment. fermenté. Il faut donc éviter son emploi en cultures maraîchères et le réserver aux champs de céréales .

La première latrine a été construite en 2006, nous parlerons du résultat à CRUAS 7.
Cuiseurs économes : (Gérard Cossavella de Kouminto et Nicolas Sougouri)
Gérard C. présente et commente un diaporama sur les cuiseurs économes qui permettent d’économises 50 à 70% de bois par rapport aux foyers rudimentaires « trois pierres ». Le prix de ces foyers varient en fonction du prix de l’acier (de 15 à 18000cfa). Ce qui permet de les rembourser environ 6 mois sur les économies de charbon de bois

Différents essais sont en cours avec d’autres matériaux (béton, briques de terre…). Un mélange original a été mis au point pour alléger le béton : « CAS 142 » = 1 part de ciment = 4 parts de coques d’arachides + 2 parts de sable.

Nicolas Sougouri représente Kouminto à Ouaga : il a fourni 20 cuiseurs à Ventalili. Alain explique qu’ils ont été mis en place au village au prix de 3000 cfa payés par les familles bénéficiaires. Il pense en proposer 40 nouveaux en 2010

Débat sur le niveau de subvention sans doute excessif par Ventalili. Prévoir deux ans pour l’amortissement et sans doute pour changer la partie tubulaire qui dépend de la qualité de l’acier utilisé.

Plusieurs associations ont marqué leur intérêt. Voir liste en annexe.


  1. Equipements collectifs


Ce point qui concernait la gestion des plateformes multifonctionnelles, des pompes et réseaux hydrauliques ainsi que des moulins à céréales , n’a pu être traité ; il est reporté à la prochaine rencontre


  1. Bilan et objectifs des rencontres de Cruas


Dépouillement du questionnaire
Philippe Lhoste présente en l’illustrant d’un diaporama, les principaux éléments du dépouillement des 22 réponses reçues au questionnaire envoyé suite à Cruas 5
Les principales conclusions en sont les suivantes


  • Une large majorité des Associations se dit satisfaite par les partages, les échanges, les informations ….Certains relèvent l’aspect convivial amical, solidaire. Ils apprécient l’appartenance à un groupe de connaissances, à l’ensemble mutuelle, etc…..

  • En termes de participation active, les déclarations sont plus mitigées. Les offres de compétences (que rappellent 50% des associations) induisent assez peu de demandes pour l’instant

  • Les apports thématiques spécialisées sont globalement plébiscités (importants essentiels, justifiant le réseau…)

  • Les rencontres à Cruas sont très appréciées

Une certaine déception est exprimée par plusieurs quant aux contacts établis et surtout quant aux actions communes suscitées. Leur montage pose en fait beaucoup de problèmes

  • Pour poursuivre, être plus efficaces collectivement, il faut essayer de monter des « actions concertées, nouvelles »

  • La question du « statut du collectif » est clairement posée par plusieurs : évoluer vers un statut associatif ? il faut en discuter.

Débat
Emmanuel Kinda : l’impact du collectif est réel et intéressant au BF aussi : les actions sont mieux connues, coordonnées, des échanges utiles ont lieu et cela contribue au développement du pays.

René Billaz s’interroge sur la portée en matière de développement de certaines actions trop ponctuelles, limitées à des villages isolés : il est souhaitable de passer à une autre échelle avec l’appui nécessaire de professionnels nationaux (ex CEFRAP pour l’aviculture) ; mais ce souhait se heurte aux difficultés de coordination et de partenariat. Par exemple, dans les Provinces du Boulgou et du Yatenga où trois de nos ASI sont actives , il n’y a pas été possible de dégager une priorité pour progresser collectivement.

Alain Drouadaine et Emmanuel Kinda : il existe des compétences nombreuses disponibles au BF, dans le secteur privé comme au sein des services techniques :; elles sont prêtes à collaborer mais il faut y mettre les formes (se présenter, s’informer…). Il est également vrai que certaines zones sont délaissées et par le gouvernement et par les ONG.

Le débat de fond sur le devenir du Collectif (son avenir, ses objectifs…) pourtant souhaité par plusieurs ASI dans les réponses au questionnaire, tourne malheureusement court, ce qui est tout à fait regrettable. Il devra être repris le plus tôt possible à l’initiative du Bureau.

Notons dors et déjà quelques opinions émises à ce sujet :

Alain Drouadaine est favorable à une « formalisation qui garde l’esprit actuel »

Alain Lamblard : ne peut-on monter un dossier un peu plus complet et ensuite créer une structure ? Mais attention au système de « la poule et de l’œuf ».

René Billaz : le projet Moringa se monte bien et on se passe pour le moment de toute existence juridique

Philippe Lhoste : il peut être intéressant, comme le suggère plusieurs réponses d’échanger sur la perspective d’évolution vers une structure associative reconnue : cela pourrait présenter les avantages pour recherche des moyens, monter des projets communs, responsabiliser les participants (adhésion, cotisation, adoption d’une charte, etc) SI on adopte cette piste associative, bien préciser quels objectifs, quel objet social…

Jean Lichou est assez dubitatif sur la formalisation : dans ce collectif on se sent bien. Quelle autre mission précise, sauf à créer une « boite aux lettres » ? Ceux qui y sont favorables pourraient faire une proposition...

Bien que ce débat ne soit pas approfondi, les quelques prises de parole traduisent plus une réserve par rapport à une évolution de nos statuts actuels (c’est-à-dire ces avis sont favorables au statu quo : absence de statuts)

René Billaz conclue : les avantages et les inconvénients méritent d’être approfondis et précisés. Une proposition devra être faite à Cruas VII, que le Bureau se chargera d’élaborer et faire parvenir au préalable.

A une autre question que se posent les participants : faut-il approfondir sur des thèmes plus précis, en petits groupes ? les avis sont partagés. Plusieurs semblent attachés à l’échange général qui permet de s’informer en grand groupe.

Roland Peyron déplore le manque d’intérêt pour la formation pour les jeunes, surtout en agriculture
5 Site web
Aimée Mouyon confirme qu’elle est disponible pour enregistrer de l’info. Le site comprend un espace forum qui permet d’échanger. Mais il est très peu utilisé

Qui part au BF ? Jacqueline réclame les infos sur les voyages prévus : dates A.R , téléphone sur place si possible, lieux visités….Ces informations rendent de grands services à tous ceux qui veulent envoyer des lettre ou autres documents….
6 Transport routier (M. Pierri de Tarascon association « A cœur d’Afrique »)
Les coûts des transports de matériels sur l’Afrique sont très élevés. M. Pieri a fait une dizaine de transports par la route avec succès et ces dernières semaines plusieurs tentatives plus ou moins fructueuses d’acquisition de camion ne lui ont pas permis de nous proposer quelque chose de concret. A ce jour un camion de 35m3 va partir (sans nous) pour le Mali et vendu sur place. Il nous propose de servir de « pilote » pour un futur transport routier. Peut-on se regrouper pour financer un camion en sachant qu’il sera revendu au BF et que la somme récupérée servira à nous rembourser ?. Il n’ a pas de problèmes de douane, et il faut prévoir 10 à 15 jours pour le trajet G. Pieri 04.90.91.40.27 www.acafq.free.fr

Les propositions de G. Pieri ne soulèvent pas pour l’instant l’enthousiasme des participants.
Camélia Burkina prépare un container pour le 15 décembre : 170€ le m3
7 Propositions pour Cruas VII


  • Le point des activités

  • Réflexion statutaire

  • Gestion et entretien des équipements collectifs

  • La scolarisation, les parrainages

  • Le tourisme solidaire et accueil rural dans les villages de brousse

  • Vous pouvez nous faire parvenir d’autres suggestions


«  Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin »

René Billaz, Philippe Lhoste, Jacqueline Pestre

www.collectifburkina-dag+
Prochaine rencontre 27 mars 201

Annexes :

Liste des associations intéressés par les les foyers économiques

le moringa

les moustiquaires


Liste des associations intéressées par les MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES
Appel Drôme Assolidafrica 07 Terre des Enfants

Solidarité Ardèche-Boulgou Ventalili Le désert refleurira

Teriya à Lyona ASFBD Une goutte d’eau pour le Faso
Le vendeur est M. Lassané à Ouaga 70.12.65.89

Le prix est de 1950cfa si vous venez de la part de Bassankoué , lui téléphoner avant.
MORINGA
Microfel Frères du Monde P.P.A.B

Solidarité Ardèche-Boulgou ACTIV AFDI Gard

Vie et Partage Aminanko Badeya Nasso

Yam Daa Bo Assolidafrica Respublica

ASFBD Kouminto Ventalili

Visa Verneine pour Passakongo Une goutte d’eau au Faso Teriya Amitié

St Jean Echanges Partage Le désert refleurira



Contact Jean Lichou 06.22.05.71.47
FOYERS AMELIORES
Teelgo Frères du Monde D’Keng Taoré

Solidarité Ardèche Boulgou Teriya Amitié Visa Verveine pour Passakongo

Une goutte d’eau au Faso Ass. St Jean Echanges Partage Le désert refleurira

Ass Jumelage Soro-St Michel sur Rhône

Marie Françoise Descamps (juliettabock@hotmail.com)
Contact : Gérard Cossavella 06.15.06.36.57

Pour CRUAS 7
PARRAINAGE SCOLAIRE

APPEL Languedoc Ass Soro-St Michel Teelgo

Le désert refleurira D’Keng Taoré Vie et Partage

Terre des enfants Yaam Daabo Aminanko Yekodia

Badeya Nasso Teriya Amitié
TOURISME SOLIDAIRE

Ventalili Le désert refleurira Teelgo

Frères du Monde Partages sans Frontière

Solidarité Ardèche Boulgou AFDI Gard YamDaabo

Badeya Nasso Visa Verveine pour Passakongo St Jean Echanges Partage

Contact : martine.christian.martin@orange.fr




similaire:

Cruas VI compte rendu de la réunion du 17 octobre 2009 iconCompte-rendu de la réunion du 13 octobre 2011

Cruas VI compte rendu de la réunion du 17 octobre 2009 iconCompte rendu de la réunion du 23 janvier 2009

Cruas VI compte rendu de la réunion du 17 octobre 2009 iconDe la reunion du conseil municipal seance du 7 octobre 2009

Cruas VI compte rendu de la réunion du 17 octobre 2009 iconCompte rendu de la réunion de conseil du 30/05/2016

Cruas VI compte rendu de la réunion du 17 octobre 2009 iconCompte-rendu de la réunion du 3 juin 2015

Cruas VI compte rendu de la réunion du 17 octobre 2009 iconCompte rendu de la reunion du conseil municipal

Cruas VI compte rendu de la réunion du 17 octobre 2009 iconCompte rendu de la réunion de la cosejehab du 20 Novembre 2015

Cruas VI compte rendu de la réunion du 17 octobre 2009 iconCompte rendu de la reunion publique sur les termites

Cruas VI compte rendu de la réunion du 17 octobre 2009 iconCompte-rendu de la réunion du 04/02/2013 sur l’application «BasExp»

Cruas VI compte rendu de la réunion du 17 octobre 2009 iconApprobation du compte rendu du comité de pilotage du plie du 8 décembre 2009





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com