ÉLÉments indicatifs de corrigé





télécharger 57.71 Kb.
titreÉLÉments indicatifs de corrigé
date de publication30.09.2017
taille57.71 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > finances > Documentos


BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE – SESSION ZÉRO

SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES

DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION

SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ


Ce dossier comporte des éléments de corrigé à l’attention des correcteurs. Plusieurs questions appellent des réponses rédigées de la part des candidats. Seules les idées clés sont proposées, de manière schématique, pour permettre une approche ouverte des réponses des candidats.

Barème global sur 120 points


Nota : il est rappelé que le nombre de points annoncés dans le sujet constitue un engagement incontournable vis-à-vis des candidats. Le barème fourni respecte cette contrainte et doit s'appliquer à tous, sauf indications complémentaires données lors des corrections, sur décision nationale.

PREMIÈRE PARTIE (93 points)




DOSSIER 1 – ANALYSE DE LA TRÉSORERIE AVANT INVESTISSEMENT (26 points)

  1. à partir de l'annexe 3, définir les modalités de règlement des clients.

Ventes de janvier TTC = 48 587,50

Payables en janvier = 36 440,63 / 48 587,50 = 75 %

Payables en février = 12 146,87 / 48 587,50 = 25 %

75% des ventes au comptant, 25% à trente jours

On vérifie que :

Ventes de février TTC = 53 820

Payables en février = 40 365 / 53 820 = 75 %

Payables en mars = 13 455 / 53 820 = 25 %


  1. Budgets des décaissements, en apportant les justifications nécessaires.



On acceptera la TVA avec et sans les arrondis

3 562,50 = 14 250,00 * 25 % 4 840,21 = 19 360,85 * 25 %
Budget de trésorerie

T
résorerie finale = trésorerie initiale + encaissements – décaissements


  1. Présenter à M. Wairiot la situation de l’entreprise en termes de trésorerie à la fin de ce premier trimestre 2011. Indiquer si l’agrandissement souhaité par le responsable est envisageable ainsi que les différentes solutions de financement complémentaires en cas d’insuffisance de trésorerie.

Le montant de l’investissement prévu est de 105 000 € pour le bâtiment et 48 450 € pour la cabine soit 153 450 €euros. La trésorerie prévue en cette fin du mois de mars 2011 s’élève à environ 115 000 €. L’autofinancement seul n’est pas envisageable ici. L’entreprise doit trouver d’autres sources de financement, par exemple l’emprunt.


DOSSIER 2 – TRAITEMENT COMPTABLE DES INVESTISSEMENTS





  1. Expliquer pourquoi le numéro du chèque a été inscrit sur la facture FV45FR4.

On facilite ainsi les contrôles : il s’agit d’assurer la traçabilité des opérations ; à partir de l’écriture, on peut retrouver la facture et sur celle-ci le numéro du chèque de règlement. On peut ainsi aisément vérifier la réalité du paiement en cas de difficulté.

  1. Contrôler les enregistrements (annexe 5) des pièces comptables présentées dans l’annexe 4 ; justifier les écritures et indiquer les éventuelles erreurs détectées.

Les opérations ont été enregistrées en ordre chronologique conformément à la réglementation.

La facture FV45FR4 du fournisseur EUROPA a bien été enregistrée en achats et non en immobilisations car il s’agit de fournitures, la remise n’apparait pas dans l’enregistrement : c’est le net commercial qui est enregistré en achats. Le règlement a été effectué immédiatement par chèque, on a donc crédité le compte banque. Nota : il s’agit d’une simplification car normalement l’entreprise aurait dû enregistrer la dette au fournisseur, puis le règlement.

La facture NORPAC (FV8954) a été correctement enregistrée : achat d’une immobilisation constituée de deux éléments (qui pourraient être amortis selon des rythmes différents si l’entreprise le décidait) avec TVA déductible sur immobilisation. Le compte fournisseurs d’immobilisation est crédité car l’entreprise dispose d’un délai de paiement.

Le règlement par chèque est intervenu dans les délais (avant le 15/08), le montant correspond au montant figurant sur la souche mais pas au montant de la facture. On constate que le compte fournisseur NORPAC est créditeur de 9 000 au 31/08/N, il s’agit donc d’une erreur et non d’un paiement en plusieurs chèques.

NON demandé =il s’agit d’une erreur classique d’interversion de chiffre. On peut se demander si l’erreur n’a été faite que sur la souche ou bien également sur le chèque. Si l’entreprise a accès à ses comptes bancaires par internet, il est possible de faire ce contrôle sans attendre le relevé de banque. On saura alors s’il convient de régulariser le montant du règlement ou de faire un autre chèque.

Chèque 3415969 bien enregistré, mais la facture HDFRT25 n’a pas été comptabilisée comme le confirme le solde du compte EUROPA

  1. Passer et justifier les écritures utiles à la correction des erreurs détectées.




25/07/N

215

44562

404010

Matériel et outillage industriel

TVA déductible sur immobilisations

Fournisseur EUROPA

Facture HDFRT25

48 450,00

9 496,20



57 946,20




12/08/N







401013

Fournisseur NORPAC

9 000,00




512

Banque




9 000,00




Régularisation chèque 3414953







  1. À partir du tableau d’amortissement de la cabine de peinture (annexe 6), détailler les calculs de la première ligne et de la dernière ligne.

Première ligne : annuité : 48 450*0,20* 145/360 (du 5 aout au 31 décembre = 25+4*30 = 145 jours) = 3 902,92

VNC = 48 450 – 3 902,92 = 44 547,08

Dernière ligne : annuité = 48450- (3902,92 + 9 690*4) = 5787,08. VNC = 0 (pas de valeur résiduelle).


  1. Calculer le montant des dotations aux amortissements nécessaires au 31 décembre N.


Bâtiment = (120 000*(15+5*30)/360)/25 = 2 200,00

Cabine de peinture (matériel et outillage) = 3 902,92 (selon calculs précédents)

Total = 6 102,92

  1. Enregistrer les dotations aux amortissements au journal




31/12/N

68111

2813

2815


Dotations aux amort des immo corporelles

Amortissement construction

Amortissement matériel et outillage industriel

Dotations annuelles

6 102,92



2 200,00

3 902,92




  1. Préciser les incidences sur le bilan et le compte de résultat de la comptabilisation de la dotation aux amortissements.


Sur le bilan : le montant des amortissements vient en diminution du coût d’achat des immobilisations pour en déterminer la valeur nette ce qui diminue l’actif.

Sur le compte de résultat : le montant des dotations de l’année constitue une charge calculée, et à ce titre viendra diminuer le résultat de l’exercice.

DOSSIER 3 –COÛT DE REVIENT D’UN PRODUIT





  1. Est-il judicieux d’avoir choisi comme unité d’œuvre l’heure de main d’œuvre pour l’atelier peinture ? Justifier votre réponse et proposer une autre unité d’œuvre.


L’activité de l’atelier « Peinture » repose sur l’utilisation d’une cabine de peinture automatisée : le facteur de production prépondérant est le facteur capital. Il est plus judicieux d’utiliser comme unité d’œuvre : l’heure machine ou le nombre de litres de peinture consommés plutôt que l’heure de main d’œuvre directe.


  1. Déterminer le coût de production des ailes (annexe B à rendre avec la copie).



Eléments


AILES

Q

PU

Montant

Charges directes


Consommation de résine

Consommation de fibre

Consommation de peinture

MOD moulage

MOD peinture

MOD finition


1 000

1 400

800

220

80

100


11,29

32,23

94,29

18,00

16,00

20,00


11 290

45 122

75 432

3 960

1 280

2 000

Charges indirectes


Centre moulage

Centre peinture

Centre finition


220

80

400


8

15

10


1 760

1 200

4 000

Coût de production des produits fabriqués

400

365,11

146 044




  1. Déterminer le coût de revient des ailes (annexe C à rendre avec la copie).




Eléments

AILES

Qt

PU

Montant

Charges directes


Coût de production des produits vendus

400

365,11

146 044

Charges indirectes


Centre distribution

400

12,00

4 800

Coût de revient des produits vendus

400

377,11

150 844

  1. Le prix de vente HT d'une aile a été fixé à 502,81 euros. Calculer le résultat unitaire réalisé.


Résultat = 502,81 – 377,11 = 125,70 euros

La marge sur prix de vente serait alors de : 125,70/502,81 = 0,25 soit 25%

Elle est inférieure à la performance financière visée (30%)


  1. La performance financière visée est-elle atteinte ? Que pouvez-vous conseiller à M. Wairiot ?

La performance visée n’est pas tout-à-fait atteinte.

Solutions possibles :

    • augmenter le prix de vente, mais en tenant compte des prix proposés par la concurrence,

    • diminuer les coûts en négociant les prix d’achat auprès des fournisseurs,

    • revoir l’objectif qui semble bien ambitieux….





DEUXIÈME PARTIE (27 points)



La gestion budgétaire de l'entreprise concerne la planification à court terme.

La démarche budgétaire est basée sur des prévisions. L'entreprise définit des objectifs de vente précis et les moyens à mettre en œuvre pour les assurer puis traduit l’ensemble des objectifs commerciaux et opérationnels en budgets, c’est-à-dire en plans chiffrés monétairement faisant apparaitre les recettes et dépenses prévisionnelles. Cette démarche est essentielle pour assurer efficacement la conduite de projets.

La démarche budgétaire permettra de préciser le déroulement d’un projet tant dans sa conduite que dans son financement. Il mettra à jour les besoins en financement complémentaires, temporaires ou permanents, il permettra d’anticiper les besoins et d'envisager des solutions.

Ils serviront par exemple à appuyer l’argumentation pour obtenir des financements auprès des organismes financiers : emprunts pour renforcer son fonds de roulement ou concours bancaires pour des besoins temporaires.

Ils peuvent aussi servir à simuler l’impact des actions sur le besoin en fonds de roulement comme le délai de paiement des clients ou de règlement auprès des fournisseurs.

Les budgets sont hiérarchisés et interdépendants, ils permettent donc également d’anticiper des modifications exogènes comme la modification des taux de TVA, les modifications des conditions de paiement des fournisseurs, etc.

La démarche budgétaire intervient aussi dans le suivi des réalisations et dans la mise en évidence et l'analyse d'éventuels écarts entre les objectifs et la réalité.

La démarche budgétaire permet de s'assurer de la cohérence des décisions prises par les dirigeants. Elle permet de contrôler la réalisation des objectifs et de prendre le cas échéant des mesures correctives.

La démarche budgétaire est donc un outil d’aide à la décision, de conduite de projet et de contrôle pendant et après son exécution ; elle permet à l’entreprise d’anticiper les difficultés de trésorerie et d’envisager des solutions adaptées, évitant ainsi des situations de crise plus difficiles à résoudre. L’utilisation d’outils de simulation (par exemple tableur) est fortement recommandée pour l’élaboration et l’ajustement des budgets.



similaire:

ÉLÉments indicatifs de corrigé iconEléments indicatifs de corrigé

ÉLÉments indicatifs de corrigé iconÉLÉments indicatifs de corrigé

ÉLÉments indicatifs de corrigé iconOrganisation et exploitation des transports éLÉments indicatifs de corrigé

ÉLÉments indicatifs de corrigé iconQualite – securite – environnement – reglementation
«spéciaux» (éléments polluants ou dangereux) 10mt (D. I. S) qui contiennent des éléments polluants en concentration plus ou moins...

ÉLÉments indicatifs de corrigé iconSynopsis corrigé page 7

ÉLÉments indicatifs de corrigé iconCorrigé de l’examen blanc svt de 1S 28 avril 2010

ÉLÉments indicatifs de corrigé iconLes indications données dans cette page internet sur le chlorure...

ÉLÉments indicatifs de corrigé iconLe traitement des apnées du sommeil corrige aussi le reflux gastro oesophagien (rgo)

ÉLÉments indicatifs de corrigé iconUn programme dans la continuité
«sciences de gestion» et leur donne tout leur sens. Ce programme comporte à la fois des éléments de continuité par rapport au programme...

ÉLÉments indicatifs de corrigé iconDcg session 2011 ue1 Introduction au droit Corrigé indicatif
«Moi dans la jungle de Bornéo» respecte les critères permettant de le qualifier œuvre de l’esprit





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com