La France compte plus de 20 millions d'internautes et 10 millions de foyers sont équipés d'un ordinateur. Devant l'explosion de l'outil Internet, les psychiatres commencent à voir arriver dans leur cabinet des drogués du web





télécharger 53.76 Kb.
titreLa France compte plus de 20 millions d'internautes et 10 millions de foyers sont équipés d'un ordinateur. Devant l'explosion de l'outil Internet, les psychiatres commencent à voir arriver dans leur cabinet des drogués du web
date de publication14.11.2017
taille53.76 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > histoire > Documentos
Prévention Santé Environnement Bac Pro

LA CYBERDÉPENDANCE

NE PAS CONFONDRE PASSION ET ADDICTION

La France compte plus de 20 millions d'internautes et 10 millions de foyers sont équipés d'un ordinateur. Devant l'explosion de l'outil Internet, les psychiatres commencent à voir arriver dans leur cabinet des drogués du web

http://www.medecines-douces.com/impatient/312juin04/15.jpg

 J 'avais le sentiment d'être relié au monde entier alors qu'en réalité j'étais totalement isolé. " À 40 ans, Hugo, cadre dans le marketing, a l'impression de s'être fait piéger. Venu à Internet sur le tard, il y a trouvé un moyen d'assouvir sa curiosité. " Lorsque j'ai découvert Internet, j'ai voulu en explorer les limites. Je travaillais énormément et j'y lisais des résumés qui me dispensaient de lire des tonnes de bouquins. " En plus de ses heures de travail, en rentrant chez lui, il compile des dossiers sur l'actualité économique. Une heure ou deux, pour commencer. Puis il se prend d'intérêt pour les forums de rencontres. " Je m'y suis fait beaucoup d'amis. Ça m'évitait d'aller chercher à l'extérieur. " Très vite, Hugo passe ses soirées et presque tous ses week-ends à " surfer ". " À la fin, j'allumais même l'ordinateur quand je me levais la nuit. À un moment, on ne peut plus s'arrêter. C'est comme si on vous donnait une Ferrari® mais qu'on vous demandait de rouler à 60 kilomètres à l'heure. " Anxiété, troubles du sommeil, difficultés à se concentrer, absences répétées au travail. Il a suffi de six mois, à raison de 35 heures de " surf " hebdomadaires, pour qu'il devienne ce que l'on appelle un " cyberdépendant ". Un drogué d'Internet.



I - La situation en France : 150 000 Français seraient concernés.


À l'hôpital Marmottan (Paris XVIIe), le psychiatre Dan Véléa suit chaque année une trentaine de cyberdépendants. En majorité des adultes, adeptes des sites pornographiques ou du " chat ". Certains patients, consultant depuis plus de deux ans, présentent des conduites addictives comparables à celles des joueurs pathologiques ou des acheteurs compulsifs. Incapables de réfréner le besoin impérieux de se connecter, ils mettent en péril leur vie professionnelle et familiale. " Beaucoup de mes patients sont envoyés par leur femme .

Le drogué d'Internet est donc loin de se résumer au cliché trop souvent véhiculé de l'adolescent scotché à son ordinateur. Mais, qu'il soit jeune ou vieux, le cyberdépendant est avant tout accro à ce qu'Internet peut lui offrir et non à la machine. Adeptes des forums, maniaque de l'information ou du jeu en réseau, son profil est particulièrement difficile à établir. Aussi, tous les utilisateurs sont potentiellement concernés par cette nouvelle pathologie. " Il n'y a pas de prédisposition psychologique ou physiologique à la cyberdépendance. De même qu'il n'y en a pas à la dépendance aux substances psychoactives ", souligne Jacky Gautier, pédopsychiatre au centre hospitalier de Montbert (Loire-Atlantique) et auteur de la première enquête française sur le phénomène de dépendance à Internet.

Les résultats partiels de l'étude sur le phénomène de dépendance élaborée par Jacky Gautier, montrent que les femmes ne représentent qu'un tiers des cyberdépendants en France. Pour ce chercheur, l'explication est logique car cette proportion correspond sensiblement à la part des femmes dans la population des internautes français.

>Jeohan Bonillo et Guillaume Georges

II – Définition, études et constats

2.1 – Définitions

La dépendance à Internet : est un trouble psychologique entraînant un besoin irrésistible et obsessionnel d'utiliser Internet.

Appelée aussi :

cyberdépendance, cyberaddiction,UPI : usage problématique d'Internet, TDI : trouble de dépendance à Internet.

2.2 - Etude , observation du phénomène

Facebook, jeux en ligne, … Nous savons tous qu’il est très facile de devenir « accro » à Internet. Mais est-ce réellement une addiction ?

Beaucoup de médecins refusent d’utiliser le terme de dépendance ou d’addiction en ce qui concerne l’utilisation excessive d’Internet, car celui-ci n’entraîne pas de dépendance physique : il n’y a en effet pas de symptômes de sevrage, comme avec les drogues, lorsque l’internaute est privé de son ordinateur.

Cependant, il est de plus en plus commun de décrire l’usage excessif d’Internet comme une addiction comportementale. Celle-ci débute lorsque l’internaute perd la liberté de s’abstenir, perturbant consécutivement les différentes strates de sa vie : intellectuelle, relationnelle, affective, sociale, scolaire…

On reconnaît aujourd’hui « qu’il existe différentes formes d’addictions en fonction des modes d’utilisation d’Internet : l’addiction au téléchargement, à des formes particulières de relation (« chat », forum, mail), à l’achat compulsif en ligne, à la sexualité addictive via Internet » (Gimeni et alii, 2003).

Les jeux de rôle en ligne se prêtent particulièrement à un usage excessif car ces jeux ne finissent jamais, et il y a toujours et à toute heure des joueurs prêts à entamer une aventure. Et parce que ce type de jeu se joue souvent en groupe, chaque membre se doit de rester jusqu’au bout de l’aventure, afin de ne pas compromettre les chances de succès du groupe. Malgré cela, il n’y a que 5 à 12 pour cent des joueurs en ligne qui font une consommation abusive des jeux multi-joueurs.

Document 1

Extrait de : Les ados dans tous leurs états - Côté garçons

Résumé : Lucas, 15 ans, souffre d’addiction aux jeux vidéo et est en conflit avec son père.

Il explique pourquoi il passe tant de temps au cyber café, à jouer en réseau. Il déclare aimer

la solitude, ne pas avoir envie de grandir et refuser la routine du monde des adultes. De même

que l’alcoolique cherche l’oubli dans l’alcool, Lucas cherche à fuir ses problèmes scolaires en

jouant aux jeux en réseau...
Le 23 mars dernier, Jordan se suicide en sautant par la fenêtre de l’appartement familial à Grenoble. Ce jeune homme de 24 ans, "bronzé et bien bâti" selon sa mère, avait changé du tout au tout en quelques mois. Amaigri, replié sur lui-même, ingurgitant des "litres de café” et "fumant cigarette sur cigarette". Totalement accro à son ordinateur, Jordan passait jusqu’à 19 heures par jour sur un site de jeux en réseau. Cyberdépendant au dernier degré.
Extrait de : Journal TV France 3 régions - France 3 Rédaction nationale - 18/09/2009

Résumé : Le temps passé à jouer aux jeux vidéo peut être considérable, jusqu’à 10 heures par jour pour certains. Les 16-25 ans sont les plus touchés. A l’hôpital Marmottan, une consultation spéciale addiction aux jeux existe depuis une dizaine d’années. Une centaine de patients sont suivis. Selon le Dr Valleur, « le danger, c'est l'isolement et le désinvestissement des autres champs affectifs et sociaux. »
Extrait de : Journal TV France 3 régions - France 3 Besancon - 24/09/2009

La Fondation Phenix de Genève soigne une centaine d’adolescents accros aux jeux vidéo. Deuxième addiction sans substance répertoriée après les jeux d’argents, ce type de dépendance ne concerne qu’une minorité de joueurs : il ne faut pas confondre passion et addiction. Il y a addiction lorsqu’il y a souffrance (on voudrait arrêter et on n’y arrive pas) et lorsque les relations avec les autres se dégradent.

III - Les symptômes

3.1 - Symptômes Psychologiques

•Une attitude euphorique et un sentiment de bien-être provoqués par la navigation sur Internet
• L’incapacité de s’arrêter
• Le besoin d’augmenter de plus en plus le temps consacré à Internet
• Un manque de temps pour la famille et les amis
• Un sentiment de vide, de dépression, et d’irritabilité lorsque privé d’un ordinateur
• Propension à mentir sur ses activités à la famille ou aux amis
• Apparition de problèmes à l’école et baisse significative du rendement académique

3.2 - Symptômes Physiologiques

•Syndrome du canal carpien
• Sécheresse des yeux
• Maux de tête et migraines chroniques
• Maux de dos
• Alimentation irrégulière, repas sautés et de mauvaise qualité
• Négligence de l’hygiène personnelle
• Insomnie ou modifications dans le cycle du sommeil

L’utilisation excessive d’Internet peut être symptomatique d’autres problèmes tels que la dépression, la colère, ou une faible estime de soi.

Exercice 1 : surlignez dans les extraits du document 1 les symptômes de chaque cas.

IV – La prévention

4.1 – Prendre conscience du danger lié à l’ordinateur et à internet

Se poser les bonnes questions et Identifier un usage excessif des jeux en ligne

Il est sûr qu’une pratique excessive supérieure à 30 heures par semaine (soit une moyenne de 4h20/jour) et continue pendant plusieurs mois peut être symptomatique d’un usage abusif, mais il est conseillé de considérer d’autres paramètres avant de s’affoler :

  • Le jeune se cantonne-t-il à une activité dénuée de changement ou de créativité ?

  • Le jeu monopolise-t-il tous les loisirs de l’enfant, aux dépens d’autres activités ?

  • Les relations sociales extérieures au jeu (familiale, amicale, sentimentale) sont-elles affectées ?

  • L’enfant est-il obsédé par le jeu ?

  • Les études, la scolarité ou les relations affectives du jeune sont-elles affectées ?

  • Le jeune continue-il dans cette voie malgré la conscience des difficultés ?

  • Lorsque le jeune ne peut accéder à son jeu, proteste-t-il (parfois violemment), est-il agité ou d’humeur changeante ?

  • Le jeune néglige-t-il son apparence (hygiène personnelle) et son lieu de vie ?

Source : Thomas Gaon, « Psychopathologie des jeux en ligne » .

Bien que la cyberdépendance soit un trouble récent, certains tests existent pour déterminer chez un individu si son comportement est obsessionnel et relève de la cyberdépendance. Il est donc à noter que les généralités sont difficiles à établir étant donné le caractère récent de la dépendance. Les résultats de ces tests doivent être considérés avec prudence.

Voici le Test d'Ormar

Exercice 2 : si vous utilisez un ordinateur ou que vous surfez sur le net, faites le test :




OUI

NON

Est-ce que vous passez plus de temps connecté sur l’Internet, que vous auriez pensé initialement ?







Est-ce que ça vous dérange de limiter le temps passé sur l’Internet ?







Est-ce que des amis ou des membres de votre famille se plaignent ou se sont plaint par rapport au temps que vous passez sur l’Internet ?







Est-ce que vous trouvez difficile de rester sans être connecté pendant quelques jours ?







Est-ce que le rendement de votre travail professionnel, ou les relations personnelles, souffre ou ont souffert à cause du temps que vous passez sur l’Internet ?







Est-ce qu’il y a des zones de l’Internet, des sites particuliers, que vous trouvez difficile à éviter ?







Est-ce que vous avez du mal à contrôler l’impulsion d’acheter des produits ou des services étant en relation avec l’Internet ?







Avez-vous essayé, sans succès, d’écourter l’usage de l’Internet ?







Est-ce que vous déviez de vos champs d’action et satisfaction, à cause de l’Internet ?







De 1 à 3 réponses positives, il y a une petite tendance à devenir addictif Internet.

Entre 4-6 réponses positives, il y a une chance de développer cette conduite addictive.

Enfin, entre 7 à 9 réponses positives, il y a une forte tendance à devenir dépendant.

4.1 - Le rôle des parents

Les parents ont toujours trouvé difficile de maintenir un sain équilibre dans la vie de leurs enfants entre la part consacrée aux médias de divertissement et d’autres types d’activités. Internet n’a fait que leur compliquer la tâche. Le caractère fascinant des communications et des jeux interactifs sur Internet fait que beaucoup d’enfants et d’adolescents ne voient pas le temps passer en ligne.

Les parents s’inquiètent souvent de l’obsession qu’un jeune peut développer vis-à-vis de certains jeux, et pourtant ceux-ci peuvent lui être bénéfiques. Certains psychologues pensent que le jeu en ligne peut accompagner et aider le jeune dans ses transformations pubertaires : l’avatar qui le représente lui permet en effet d’explorer de nouvelles images de lui-même. Et à un âge où l’on manque souvent d’assurance, la capacité à maîtriser un jeu peut donner à l’adolescent l’assurance dont il ou elle manque souvent – et cette assurance née de la maîtrise vient avec le temps qu’on consacre au jeu.

Le but essentiel de tout parent est d’aider l’enfant à développer un contrôle de soi lui permettant de s’autogérer et d’utiliser Internet de façon raisonnée.

Gardez les ordinateurs connectés à Internet hors de la chambre des enfants. La recherche démontre que les enfants ayant leur propre connexion Internet passent deux fois plus de temps en ligne que ceux qui partagent la connexion familiale.

4.2 - Le contrôle parental sur les ordinateurs

Le contrôle ou filtre ou filtrage parental est un type de système(logiciel) qui permet aux parents de restreindre automatiquement l’accès de leurs enfants à un média (Internet, télévision, console de jeu) en le limitant à certaines catégories de contenus, afin de les protéger, en particulier contre les risques de pédophilie et les contenus considérés comme choquants pour leur âge (pornographie, violence).

4.3 - Avertissement sur les pochettes des jeux vidéo et sur les jeux en ligne

Lorsque la violence apparaît comme « logique » dans l’histoire, voyez si le jeu donne la possibilité au joueur de l’éviter ou de la limiter. Discutez-en avec votre enfant, parlez-lui de vos craintes sur la banalisation de la violence dans les médias : même s’il a été démontré que les joueurs ne confondent pas réalité et monde virtuel, on a aussi trouvé que les jeux violents émoussent la sensibilité des joueurs à la violence.

Et au-delà de la discussion, vous pouvez aussi négocier vos conditions, comme ce parent qui a permis à son fils de jouer à Call of Duty, un jeu de guerre, à la condition expresse que celui-ci respecterait les clauses de la Convention de Genève.

Selon le site WEBaverti :

 En tant que parent, consulter la charte d’utilisation de ces jeux, ainsi que les conditions

 Beaucoup de jeux multi-joueurs en ligne sont construits pour inciter à jouer toujours plus (dans certains jeux, votre avatar disparaît s’il n’est pas actif un certain nombre d’heures par semaine). Vérifiez avec votre enfant s’il existe une clause sur le temps minimal de jeu hebdomadaire. Cela permet d’éviter de futures déceptions pour le jeune, et un possible antagonisme entre les règles des parents et celles du jeu.

 Lorsque votre enfant débute dans un jeu, accompagnez-le pour mieux comprendre son fonctionnement et évaluer les risques.

 Consulter le site PédaGoJeux, pour trouver de l’information sur certains jeux.

 Cherchez des jeux que le Entertainment Software Rating Board (ESRB) considère comme appropriés pour l’âge de vos enfants. Rappelez-vous que cette classification n’est qu’un guide, et que chaque enfant est différent. Même les jeux sensés convenir à tous les publics peuvent effrayer certains enfants.


Le système de classification par âge PEGI (Pan-European Game Information, système européen d’information sur les jeux) permet aux parents de toute l’Europe de prendre des décisions éclairées lors de l’achat de jeux vidéo.

Pour obtenir le label PEGI OK, un jeu ne doit contenir AUCUN des éléments suivants : violence, contact sexuel ou insinuation à caractère sexuel, nudité, langage grossier, jeux de hasard, incitation à l’utilisation ou utilisation de drogues, promotion de l’alcool ou du tabac, scènes d’épouvante.

4.4 - Les campagnes de préventions : images, affiches, messages publicitaires à la radio ou télévisés.

Exercice 3 : commentez cette image et précisez.

À quels faits divers elle fait référence :

_________________________________________________________________

_________________________________________________________________

_________________________________________________________________

_________________________________________________________________

4.5 – Les actions ponctuelles dans les écoles

A Mulhouse, l’association Le Cap a organisé la semaine dernière une opération unique en France intitulée "Deux jours sans écrans". Elle a distribué aux quelque 6.000 lycéens concernés des dépliants d’information et des questionnaires pour "s’autotester". Il s’agissait de sensibiliser les jeunes, parents et enseignants des quatre lycées de la ville aux dangers de la cyberdépendance. Et de leur proposer de se passer d’écran pendant 48 heures, histoire de vérifier ce qu’affirme toujours un accro : "J’arrête quand je veux". Chiche !

4.6 – Les associations

Extraits du site d’Action Innocence :

Résumé 1 : Une vidéo a été tournée par Action Innocence pour aider les parents dans leur devoir d’éducation numérique. Béatrice di Mascio, pédiatre, répond à la question : « Mon fils passe beaucoup de temps à jouer sur Internet, dois-je m’inquiéter ? » Son conseil : encouragez vos enfants à diversifier leurs activités en dehors d’Internet et définissez ensemble un temps de connexion journalier raisonnable.

Résumé 2 : Une vidéo a été tournée par Action Innocence pour aider les parents dans leur devoir d’éducation numérique. Isabelle Falque-Pierrotin répond à la question : « Mes enfants adorent les jeux vidéo, est-ce qu’il y a des précautions à prendre ? » Son conseil : lorsque vous achetez un jeu, vérifiez qu’il correspond à l’âge de votre enfant et activez le contrôle permettant de limiter le temps de jeu.

Résumé 3 : Une vidéo a été tournée par Action Innocence pour aider les parents dans leur devoir d’éducation numérique. Tiziana Bellucci, répond à la question : « J’aimerais installer un contrôle parental sur l’ordinateur de mon domicile mais je ne sais pas lequel choisir. » Son conseil : accompagnez votre enfant à la découverte du monde virtuel et intéressez-vous à ce qu’il fait sur Internet.

Les associations alertent aussi les parents sur les jeux en ligne. Les jeux multi-joueurs en ligne sont inquiétants par la violence parfois très réaliste que de nombreux jeux affichent, par les stéréotypes sexuels qu’ils véhiculent et également par le temps que certains jeunes peuvent y consacrer.

Les parents devraient aussi se préoccuper du problème, souvent oublié, des jeux de hasard en ligne, qui préparent les jeunes aux réels jeux de paris plus tard dans leur vie.

Si l’outil informatique est un important moyen d’enrichissement, d’apprentissage et d’échange, de plus en plus d’enfants et d’adolescents s’en servent pour intimider et harceler les autres, une pratique qu’on désigne désormais sous le terme de cyberintimidation. Selon une étude de 2008 faite par l’Université de Toronto, la moitié des étudiants rapportaient avoir été la cible de cyberintimidation.

A l'évidence, la cyberintimidation est traumatique pour les jeunes : elle est une forme de mort sociale. Elle diffère de l'intimidation classique par son caractère à la fois public et anonyme. La cyberintimidation a transformé l'image traditionnelle de « l'intimidateur » : ce ne sont pas que les « gros durs » qui intimident en ligne ; les timides le font aussi, cachés derrière leur ordinateur. Intimidateurs anonymes, témoins invisibles – peut-être complices – la personne ciblée ne sait pas qui elle doit craindre.

Exercice 4 : c

omplétez le tableau en indiquant pour chacune des situations dangereuses l’attitude parentale à adopter pour éviter ou réduire les méfaits de la cyberactivité chez le jeune.

Situations dangereuses

Mesures préventives

Il joue avant de faire ses devoirs


Surveiller l’enfant


Il joue tard le soir


Établir un couvre feu


Depuis qu’il a sa console, ses résultats scolaires sont en baisse.





Il sort de moins en moins avec ses amis les après-midis





Il ne veut plus aller aux entrainements de foot





Il consulte des sites pour adultes.





Il revient du lycée avec des mots sur le carnet, des heures de retenue





Ses copains lui prêtent des jeux vidéo





Il devient violent à l’école.





Il s’est fait exclure du lycée.





Il ne range plus sa chambre





Il ne se lève plus le matin.





Il ne mange plus à table, mais que dans

sa chambre





Il refuse de retourner au lycée





V - Le traitement de l’addiction

La toxicité de l'ordinateur est évidemment moindre que celle de l'alcool ou de la cocaïne. " Le traitement, consistant en un mélange de thérapie basée sur la parole et de thérapie comportementale (identification et modification des mauvaises attitudes), suffit généralement à régler le problème en quelques consultations. Et sans prescription de médicaments. Comme pour toutes les autres drogues, il s'agit alors de comprendre les raisons qui poussent le cyberdépendant à allumer son ordinateur pour calmer ses angoisses. En revanche, si ce comportement s'accompagne de troubles psychiatriques plus sérieux, le traitement devient plus long et plus compliqué.

Exercice  5 : Étudiez une affiche préventive.



A quelle population s’adresse l’affiche ? ______________________________________________________________

Et en particulier ? ________________________________________________________________________________

Définissez la cyberdépendance : ____________________________________________________________________

________________________________________________________________________________________________

Quel est le slogan ? _______________________________________________________________________________

Qui a réalisé l’affiche : ____________________________________________________________________________

Décrivez l’affiche : ________________________________________________________________________________

____________________________________________________________________

____________________________________________________________________

Sources : réseau éducation médias, wikipédia, Action innocence, : Thomas Gaon, « Psychopathologie des jeux en ligne », okajeux.com

similaire:

La France compte plus de 20 millions d\22 les o g m et la vie dans la terre aussi importante
«les ogm sont réalisés avec une bactérie clonée pour être plus agres- sive, l’Europe tarde à les cultiver, alors que 200 millions...

La France compte plus de 20 millions d\Les candidoses sont des maladies insidieuses, pratiquement inconnues...

La France compte plus de 20 millions d\Des millions de jeunes filles protéGÉes contre le cancer du col de...
«Nous espérons vacciner plus de 30 millions de jeunes filles contre le vph dans plus de 40 pays d’ici 2020. IL s’agit d’un tournant...

La France compte plus de 20 millions d\Site»). Les modalités de participation au Jeu et de désignation des...
«Jeu Gum Sunstar France» ou le «Jeu» ou «l’Opération», accessible par Internet depuis la «fan page» gum sunstar france site internet...

La France compte plus de 20 millions d\Les logiciels sont aujourd’hui en train d’être incorporés à de plus...

La France compte plus de 20 millions d\Rapport les médicaments géNÉriques
«biosimilaires» qui commencent à arriver : ce sont aussi des génériques, non pas de molécules chimiques, mais de produits biologiques,...

La France compte plus de 20 millions d\Rapport les médicaments géNÉriques
«biosimilaires» qui commencent à arriver : ce sont aussi des génériques, non pas de molécules chimiques, mais de produits biologiques,...

La France compte plus de 20 millions d\Rappel : moyens d’exploration du tube digestif
«en tranches» sont mesurés par des capteurs reliés à un ordinateur. L’ordinateur calcule les différents coefficients d’absorption...

La France compte plus de 20 millions d\Résumé
«Que Choisir ?» et «60 Millions de consommateurs» qui leur consacrent un budget conséquent, car ils semblent répondre à une réelle...

La France compte plus de 20 millions d\Nouveaux chiffres du cancer 2004 9 millions de nouveaux cas et 7...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com