John a de nombreuses qualités, et de nombreux défauts, mais IL va toujours jusqu’au bout des choses. IL a des cheveux noirs de jais, et des yeux bleus





télécharger 1.04 Mb.
titreJohn a de nombreuses qualités, et de nombreux défauts, mais IL va toujours jusqu’au bout des choses. IL a des cheveux noirs de jais, et des yeux bleus
page1/24
date de publication16.09.2017
taille1.04 Mb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   24



L’ARTEFACT

Lavenn Damien

L’artefact :

Chapitre 1 :

Chapitre 2 :

Chapitre 3 :

Chapitre 4 :

Chapitre 5 :

Chapitre 6 :

Chapitre 7 :

Chapitre 8 :

Chapitre 9 :

L’oubli 

Chapitre 1 :

Chapitre 2 :

Chapitre 3 :

Chapitre 4 :

Chapitre 5 :

Chapitre 6 :

Chapitre 7 :

Chapitre 8 :

Chapitre 9 :

Chapitre 10 :

La fin 

Chapitre 1

Chapitre 2

Chapitre 3

Chapitre 4

L’artefact

Lavenn Damien

L’artefact

ROMAN

À la mémoire du

temps passé

Chapitre 1 :

John a de nombreuses qualités, et de nombreux défauts, mais il va toujours jusqu’au bout des choses. Il a des cheveux noirs de jais, et des yeux bleus.

Il a une vaste maison qui se trouve dans une ville appelée See Eatle. Dans cette maison composée de deux étages, on retrouve un ensemble de pièces plus spacieuses les unes que les autres. Dans le salon, 3 tableaux sont mis en évidence.

Le premier, représente une femme tenant un couteau en l’air, le dirigeant contre un arbre rempli de fruits. Le second représente un homme assis discutant avec un autre homme, au sujet de paniers que l’un montre en arrière-plan. Le troisième représente un couple marchant dans une rue étroite bordée de nombreuses portes. Ces 3 tableaux valent ensemble une coquette somme.

Sur les murs opposés, on voit tous les équipements que l’on trouve habituellement dans un salon — notamment un support de télévision, avec un living-room et un petit bar incrusté — dans un des murs.

Subitement, le téléphone se met à retentir. John se dirige vers lui, puis décroche.

— John a l’appareil, dis-je d’un ton enjoué.

  • John, c’est Rahn. J’ai besoin de te parler urgemment, dit-il d’un ton terrorisé

  • Tu peux parler, je t’écoute… dis-je (en grimaçant à l’idée qu’il me cache quelque chose).

  • Non, je ne peux rien te dire par téléphone, je suis sûr que des gens écoutent notre conversation en ce moment même, dit-il d’une voix apeurée.

  • Soit, fixons un rendez-vous, dans un endroit particulier alors.

  • Est-ce que tu te souviens de l’endroit où l’on s’est rencontré la première fois ? demanda-t-il.

  • Oui, comment pourrais-je oublier cela ?

« Je m’en souviens très bien, c’était inoubliable, il s’était bien mis en évidence. »

  • Alors l’on peut s’y rejoindre demain vers 15 h ?

  • Aucun problème. À demain, Rahn, ai-je marmonné. Puis je raccroche le combiné.

Je plonge dans mes pensées quelques instants à la suite de cette discussion, car Rahn ne m’a jamais rien caché depuis notre première rencontre. De plus, l’intonation de sa voix me fait croire que quelque chose de grave lui est arrivé.

Notre première rencontre, c’est déroulé dans un contexte inhabituel. Nous étions tous les deux dans le même campus, cependant nous ne nous y sommes jamais croisés, car il était en faculté de science et moi en faculté de philosophie.

Un beau jour. Je déjeuné, avec mes meilleurs amis Lisa et Andrew. Nous parlions de sujets que l’on pourrait qualifier de sensibles comme la politique, un débat fort habituel. Rahn se trouvait à une table voisine, et scrutait avidement Lisa, tout en écoutant ce qui se disait à notre table. Il s’interrompit lorsqu’un jeune homme nommer Karrick, accompagné de sa bande, fit irruption dans la cantine et se dirigea vers moi et mes deux amis. Rahn scruta la confrontation houleuse qui s’échauffa de plus belle entre moi et Karrick. Ce dernier dégaina un couteau, qu’il pointa sur moi après avoir fait une réflexion salace au sujet de Lisa. Rahn se leva pour aller déposer son plateau puis se faufila discrètement derrière Karrick, qui est toujours occupé à faire le mâle devant sa bande. Soudain, Rahn réalisa une clé de bras qui mit son adversaire dans une mauvaise posture, obligé de lâcher son arme et de faire face au sol. Les amis de Karrick, aussi surpris que lui, ne firent que regarder la scène avec stupeur. Il a y eut un flottement de quelques secondes, qui s’interrompit lorsque l’un des comparses de Karrick eu la présence d’esprit de flanquer un direct du droit dans le dos de Rahn. Réalisant enfin l’ampleur de la situation, j’entérinais une contre-attaque avec Andrew. Après quelques échanges de coups, nous fîmes fuir la bande de Karrick. À peine après avoir eu le temps de souffler, la surveillante, qui n’assista qu’à la fin de l’accrochage, nous emmena chez le directeur du campus. Malgré nos explications, le directeur nous infligea à tous les trois, deux jours de travaux d’intérêt général.

Depuis cet incident, Rahn et moi nous sommes rapprochés pour devenir de très bons amis

Je me déplace vers mon étagère remplie de livres, où se trouve un mécanisme pour déclencher une trappe qui s’ouvre au milieu de la pièce. La trappe s’ouvre et je descends une volée de marche pour me retrouver dans un espace gigantesque.

« Depuis un moment, je me demande si je ne devrais pas faire emménager cet endroit. »

« Cela pourrait être un bon espace pour le projet que j’ai en tête depuis un petit moment. »

Après avoir fait un petit tour, je reprends la volée de marche pour traverser à nouveau la trappe pour me rendre dans le salon

En sortant de la maison par la porte d’entrée, je vois Dogue en train de courir après un petit lapin blanc à quelques mètres d’intervalle. Il a toujours aimé être libre, et aime les endroits où il peut gambader sans pour autant se faire attaquer ou frapper.

Je m’assois sur un banc, devant la maison.

« Je me demande, si je devrais appeler Andrew pour prendre de ses nouvelles et savoir s’il sait pourquoi Rahn et autant chamboulé. »

Je compose donc le numéro d’Andrew.

J’entends la sonnerie du téléphone retentir. Après trois secondes, j’entends le long soupir d’Andrew.

  • Bonjour, commandant Andrew à l’appareil, dit-il (d’un ton faussement aimable).

  • Salut, c’est John comment vas-tu ?

  • Ah salut, John, cela va bien. J’ai un taux de criminalité qui triple en ce moment. Je suis un peu débordé…

  • Ne t’inquiète pas, je n’en ai pas pour longtemps. J’aimerais savoir si tu avais vu Rahn récemment ?

  • Non depuis ton anniversaire, l’on ne s’est pas revue, dit-il (d’un ton paisible).

  • N’avait-il pas l’air troublé au moment où tu la vue la dernière fois ?

  • Maintenant que tu le dis, il paraissait un peu à côté de la plaque, avec sa cravate mal ajusté et il s’est mis un peu à l’écart.

  • Je n’avais même pas vu tous ces détails, me dis-je.

« On reconnait le commandant. »

  • C’est un cliché que tu as, bon c’est tout ce que tu voulais savoir ?

  • Oui, ça m’éclaire déjà quelques zones d’ombres.

  • S’il te plait, ne te remets pas dans un traquenard comme la dernière fois, je ne pourrais pas tout le temps te sauver la peau. J’ai une réputation en jeu…

  • Ne t’inquiète pas. Je sais ce que je fais (en lâchant un juron silencieux).

  • Bon, je te laisse. J’ai des affaires en cours à traiter, salut !

  • Salut !

Je raccroche le téléphone, en me rendant compte que mon trouble augmente davantage. Car si le coup de fil de Rahn m’a troublé, celui que je viens de passer à Andrew me déboussole.

« Je ne comprends pas ce qu’il se passe, est-ce que je vais bien pouvoir tenir le coup encore une fois ? Après toutes ces années à remuer les événements passés dans ma tête. Certaines images ne quittent plus mon esprit, depuis toutes ces années. »

Après ces nombreuses réflexions, je me lève du banc. Je m’étire un peu, cette conversation a duré beaucoup trop longtemps à mon goût. Je me dirige, vers Dogue, pour l’arrêter, de galoper. Je décide qu’il a assez couru pour aujourd’hui, et le renvoi à l’intérieur de la maison.

« Tout en le suivant, je me demande de temps en temps si ce ne serait pas mieux d’être un chien ? Mais je pense que je ne supporterais pas une telle vie. J’ai besoin d’action et de me sentir vivant grâce à l’adrénaline, au moment où la vie ne tient plus qu’à un fil. »

Dans la maison, je passe un peu de temps devant la télévision. Aujourd’hui, je ne fais pas d’activité sportive.

Dans une des émissions téléréalité que je regarde, un candidat répond à de nombreuses questions avec un dédain tel que cela m’irrite quand il parle, mais je regarde quand même. Après vient une émission de téléréalité où de nombreuses personnes se battent pour essayer de se faire connaitre dans l’univers de la téléréalité, quel gâchis ! L’univers ne tourne vraiment plus rond.

Après tout l’après-midi passé devant la télévision. Je me prépare un repas digne de ce nom composé principalement de riz, ainsi que de plusieurs salades, et un ou deux morceaux de viande achetés très cher, sur l’un des nombreux marchées de See Eatle.

Après le repas, je débarrasse et dogue finit les restes, que j’ai débarrassés dans sa gamelle. Je décide d’aller faire un tour au cinéma de See Eatle. Je prends mon lang-rover garé devant la maison, démarre le contact et déambule vers le cinéma en prenant garde de ne percuter personne durant les 10 minutes de trajet.

Arrivé devant. Par chance, il ne reste qu’une seule place de parking de libre et je saisis l’opportunité.

Je me dirige à pas décidé vers l’entrée du cinéma et salue l’homme qui s’occupe de la sécurité du bâtiment. Je prends à droite et me retrouve dans un espace assez petit où se tiennent deux guichets.

À l’un, il y a une fille. Elle doit avoir la vingtaine, et ne parut pas vraiment à l’aise, surement une vacancière. La deuxième se trouve être une femme d’une soixantaine d’années proche de la retraite et prend en charge la première, si elle fait des erreurs. Je marche avec un naturel décontracté vers la première.

  • Bonsoir.

  • Bonsoir, un ticket pour quelle séance voulez-vous ?

  • J’aimerais que vous me disiez, ce qui parait être le meilleur film à vos yeux ?

  • Je suis plutôt dans le fantastique en ce moment, donc à votre place, j’opterais pour « les matadors », mais sinon il y a « les audacieux » aussi.

  • Je vous remercie de votre avis. Je choisirais plutôt les audacieux alors.

On entend le discret bruit de la machine à imprimer les billets.

  • C’est fait, voici votre ticket. Bonne séance !

Après avoir pris le ticket qu’elle me tendait, je me dirige vers la porte de la salle et rentre à l’intérieur. Puis je m’assois à une place libre.

Chapitre 2 :

Pendant que John a fait, tout le cheminement pour allait jusqu’au cinéma. Un mystérieux homme cagoulé attendait que le Lang-rover quitte la cour de la maison et se dirige vers le fond de la rue, pour sortir de sa voiture et marchait vers la porte de devant. Voyant que la porte est faite d’un verre antieffraction. Il fait le tour de la maison pour voir si une fenêtre n’a pas était oubliait et jackpot il découvre que la fenêtre du deuxième étage à droite a était laisser légèrement entrebâiller.

Son commanditaire avait raison, l’homme dont il est sensé fouillé la maison est vraiment trop incrédule est bête, pour pouvoir être une menace.

« Heureusement qu’il avait tout prévu. »

Il est retourné à sa voiture et a sorti un grappin de son coffre et c’est dirigé vers l’arrière de la maison à l’endroit le plus facile pour utiliser le grappin.

Le grappin projeté contre la cheminée, il s’accroche au grappin et grimpe à bout de bras jusqu’au toit. Après il se maintient en équilibre en appuyant l’une de ces mains gantées contre le muret et le longe jusqu’à la fenêtre entrebâillée. Il sort un tournevis d’une de ces poches et dévisse toutes les vis qui maintiennent le contour de la fenêtre.

Après avoir fini, il repousse l’ensemble à l’intérieur de la pièce. Qui se trouve être une chambre d’amie. Elle parait poussiéreuse et l’on dirait que ça fait un moment qu’il n’a pas eu de visite.

Ensuite après avoir ouvert la porte de la chambre d’amie il aperçoit à droite un panier avec un chien allongé dedans. Il s’avance vers lui et prend une seringue remplie d’un somnifère pour cheval qu’il injecte dans l’un des vaisseaux sanguins du chien.

Le chien mis hors d’état de nuire. Il a le champ libre pour passer à l’action et fouiller toute la maison à la recherche de cet indice compromettant que Rahn aurait soi-disant caché chez cet homme.

Il se dirige vers la porte la plus proche le long du couloir, l’ouvre et s’aperçoit que c’est un petit cagibi, où l’on peut voir un petit seau, ainsi qu’un balai et de nombreux produits d’entretien pour les tâches ménagères.

Il prend tout, et balance tous dans le couloir pour vérifier chaque morceau de mur et passe à la pièce suivante en face qui est une deuxième chambre d’amie, avec deux lits l’un à côté de l’autre et une petite table de chevet de chaque côté, ainsi que deux armoires accolées.

Une chambre assez basique, pour quelqu’un comme lui. Il se dirige ensuite vers l’armoire et se rend compte qu’elle est vide ainsi que les tables de chevet, il sort de la pièce agacée et continue un peu le long du couloir, et prend la porte suivante à droite.

Et se retrouve nez à nez avec les toilettes, et se dis que jamais il ne trouvera se maudit indice avec autant de pièces a visité, et met un gros coup de pied contre la cuvette des toilettes qui se brise et répand toute l’eau stockée dans le ballon permettant de filtré l’eau des toilettes ensuite il brise le petit lavabo qui se trouve sur la gauche et ressort de la pièce énervée.

Il franchit la porte en face et se retrouve dans une petite pièce où il n’y a qu’une table assez petite ainsi qu’un tableau qui permet de visualiser différents types de documents. Ensuite, il y a un escalier en colimaçon qui descend sur une pièce assez spacieuse, où l’on peut voir plusieurs tableaux, ainsi qu’un bar sur la droite.

Et plus loin de nombreux équipements high-tech. Il se déplace et scrute la moindre parcelle du salon et des chambres attenantes et ne découvre rien de plus et ça le rend de nouveau fou de rage. Il saisit plusieurs bouteilles dans le bar et les projette contre le mur en face, ce qui donne un gros bruit de fracas, quand le verre se brise. Il se répand sur le sol du salon avec son contenu. Il traverse rapidement vers la cuisine. Constate qu’il n’y a pas grand-chose, bien qu’elle soit high-tech, et décide de ne pas s’amuser à fouiller toute la cuisine.

Il se rue ensuite en dévalant la volée de marche et se déplace le plus rapidement possible jusqu’à la pièce où se trouve la fenêtre démontée, et la remonte le plus rapidement possible.

En omettant de remonter une vis qu’il a perdue au moment de remettre en place les montants. Mais, il n’a plus le temps et se déplace le plus rapidement et discrètement possible jusqu’à l’endroit où le grappin est accroché, et s’accroche pour redescendre jusqu’au sol en se laissant glissé avec les deux jambes contre le mur.

Il saisit la corde du grappin et le fait bougé jusqu’à ce que le grappin retombe, et le prend dans sa main droite tout en l’enroulant autour pour ensuite courir jusqu’à sa voiture et ouvrir la porte pour démarrer le contact, à toute allure, et passé la première en trombe, avec un crissement de pneu en prime. Après 5 minutes de conduite intensive dans la ville il s’arrête dans une zone où il n’y a pas de lumière et réfléchit à ce qu’il a fait.

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   24

similaire:

John a de nombreuses qualités, et de nombreux défauts, mais IL va toujours jusqu’au bout des choses. IL a des cheveux noirs de jais, et des yeux bleus iconYeux Fortifie les yeux et la vision – défatigue lors d'un travail...

John a de nombreuses qualités, et de nombreux défauts, mais IL va toujours jusqu’au bout des choses. IL a des cheveux noirs de jais, et des yeux bleus iconI l’aventure tendre et romanesque
«Madame se moquerait de lui, et pourtant, IL se passait à Silaz des choses qui le bouleversaient, lui et la vieille Péronne; des...

John a de nombreuses qualités, et de nombreux défauts, mais IL va toujours jusqu’au bout des choses. IL a des cheveux noirs de jais, et des yeux bleus iconJusqu’à récemment, la documentation concernant l’archéologie du monde...

John a de nombreuses qualités, et de nombreux défauts, mais IL va toujours jusqu’au bout des choses. IL a des cheveux noirs de jais, et des yeux bleus iconLa vérité (Arthur Schopenhauer)
«sous-traiter» à l’autre bout de la planète, là où la main d’œuvre ne coûte presque rien et ou les normes environnementales sont...

John a de nombreuses qualités, et de nombreux défauts, mais IL va toujours jusqu’au bout des choses. IL a des cheveux noirs de jais, et des yeux bleus iconTestons nous
«Syndrome obstructif sévère. Le Vems reste toujours inférieur à la moitié des normes mais très sensible à l'administration des bétamimétiques...

John a de nombreuses qualités, et de nombreux défauts, mais IL va toujours jusqu’au bout des choses. IL a des cheveux noirs de jais, et des yeux bleus iconPrise en charge des symptomes des malades en fin de vie
«Soulager la douleur et les autres symptômes dont souffre le malade exige une attention profonde à la réalité de toute personne....

John a de nombreuses qualités, et de nombreux défauts, mais IL va toujours jusqu’au bout des choses. IL a des cheveux noirs de jais, et des yeux bleus iconExplications à l'attention des animateurs-filières, rédacteurs des bsv
...

John a de nombreuses qualités, et de nombreux défauts, mais IL va toujours jusqu’au bout des choses. IL a des cheveux noirs de jais, et des yeux bleus iconNotes au
«post-consommateurs» en provenance des chantiers de construction et des «bacs bleus» du consommateur qui ont été triés pour être...

John a de nombreuses qualités, et de nombreux défauts, mais IL va toujours jusqu’au bout des choses. IL a des cheveux noirs de jais, et des yeux bleus iconLa greffe des cheveux details
«l’habilité de l’équipe». Incapacité pour le patient d’évaluer la perte et donc forte présomption de destruction définitive du capital...

John a de nombreuses qualités, et de nombreux défauts, mais IL va toujours jusqu’au bout des choses. IL a des cheveux noirs de jais, et des yeux bleus iconLe curcuma se consomme en poudre mais aussi sous d’autres formes
«épice longue vie» depuis plus de 2000 ans, mais mérite-t-elle vraiment tant d’attention ? Revues de détails des avantages et qualités...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com