Thèses 3 III remarques 4





télécharger 94.23 Kb.
titreThèses 3 III remarques 4
date de publication22.09.2017
taille94.23 Kb.
typeThèse
m.20-bal.com > loi > Thèse
ARCHANGE ET MERVEILLES

ARCHANGE ET MERVEILLES 1

I Généralités 2

II Les Hypothèses 3

III Remarques 4

IV Conclusion 5

V Liste des Annexes 6

VI Bibliographie 11


IGénéralités


Le nom de Merveille se trouve associé, plusieurs fois, à l'archange saint Michel: au Mont Saint-Michel au Péril de la Mer, justement, un ensemble de hauts bâtiments porte ce nom; à Aiguilhe, près du Puy en Velay, c'est un fameux oratoire établi au sommet d'une piton (aculea rupes) de lave volcanique ( dyke ) de 82 mètres de hauteur, pour 57 mètres de diamètre à la base, qui, depuis le Moyen-Age, passe pour la Huitième Merveille du monde1.

En 1962, la célébration de son millénaire n'a pas manqué d'éclat et bien des pèlerins ont gravi les 268 raides marches qui font que l'entrée dans ce lieu se mérite.

Ils venaient à la suite de tout ce qui fut la gloire de la Chrétienté, papes , empereurs, rois, prélats et moines et, surtout de ce peuple admirable qui en vécut la foi. Pour tous ces croyants saint Michel est l'archange altier qui, d'une seule réplique, abattit Lucifer, le Maréchal des célestes milices dont bien d'autres sanctuaires couronnent les hauteurs du monde, le patron du plus ancien Ordre de chevalerie de France. Il est celui qui conduit au Jugement les âmes des trépassés, mais intercède pour elles, après les avoir défendues " in proelio ", comme on l'en suppliait, naguère, dans les prières au bas de l'autel.

Son oratoire d' Aiguilhe, s'élève sur les ruines ou les fondations de temples païens dont l'un, dédié à Mercure, fait songer au rôle de psychopompe commun aux deux dédicataires successifs.

La chapelle actuelle fusionne un petit oratoire préroman du 10ème siècle et une construction romane du 12ème , en un ensemble absolument original et, même, déroutant, comme on peut le constater sur le plan de Mallay, levé en 1850 et révisé en 1975, par H.Broisse, pour le Congrès archéologique du Velay.

C'est l'étrangeté de ce plan, où abondent les irrégularités et les dissymétries, qui incite à examiner si des éléments architecturaux ne joueraient pas un rôle secondaire en matérialisant des alignements astronomiques.

Bien entendu, nous ne prétendons aucunement que l'architecte ait dressé une colonne ici, ou percé une fenêtre là, uniquement pour signaler une direction de l'espace. Les colonnes sont destinées, en premier, à soutenir les voûtes, et les fenêtres ont d'abord à éclairer le sanctuaire.

S'il a existé des intentions astronomiques dans l'esprit de l'architecte, elles sont forcément subalternes; alors, les alignements qu'elles ont pu engendrer n'en deviennent que plus significatifs puisqu'ils ont été réussis en compatibilité avec les exigences de la construction.

Si, même, nous en apercevions qui ne seraient que le fruit du hasard ou la conséquence involontaire d'une nécessité architecturale préalable, d'avoir été ignorés de l'architecte suffirait-il à les effacer de l'œuvre ? Certainement non. Images virtuelles, ils se dévoilent à qui sait les imaginer.

Un alignement s'obtient par deux points matériels, puisque c'est une droite, et un alignement procure deux axes, puisqu'on peut le prendre par une extrémité ou par l'autre.

En outre, s'agissant d'astronomie, il faut distinguer les axes "à voir", tels que des levers d'astres, et les axes "à savoir", tels que des directions cardinales ou des azimuts orthodromiques; les premiers doivent aboutir à des fenêtres ou au portail pour être opérationnels2.

Sur le plan de Mallay nous comptons:

  • 32 colonnes dont 12 géminées soit 26 éléments ( 6 libres, les autres engagées )

  • 2 montants de portail 2 éléments

  • 12 fenêtres dont 3 du 19ème (à rejeter) 9 éléments

Le nombre des combinaisons possibles que procurent 37 éléments, pris deux à deux, atteint 6663, mais il est clair que, si nous le retenions, nous découvririons tout ce que nous voudrions. En Annexe II nous citons quelques-unes de ces combinaisons à deux éléments, mais c'est par pure curiosité, pour un pèlerin, s'il s'en trouve, qui voudrait se prendre à ce jeu.

Nous préférons durcir l'exigence et n'admettre, comme significatifs, que des alignements matérialisés par trois éléments architecturaux, au moins, et avec l'obligation que chaque alignement décelé parte d'un élément mural, passe par, au moins, une des 6 colonnes libres et aboutisse à un autre élément mural.

Cette obligation de passer par une colonne libre rend tout calcul inutile, de même que l'obligation de trouver trois éléments en ligne droite. Il suffit de regarder combien d'alignements restent concrètement possibles qui satisfassent à cette exigence: on n'en découvre que 53 mais, comme ils sont réversibles, c'est à dire qu'on peut les prendre par une extrémité ou par l'autre, ils peuvent matérialiser 106 axes. Il faut remarquer que, parfois, viser au ras d'une colonne procure deux résultats selon qu'on aligne le côté droit ou le côté gauche; nous évoluons dans une réalité matérielle et non dans le jardin de la pure mathématique et, sur de courtes distances, les angles s'ouvrent vite4.

Autour de l'oratoire, traité comme un simple point géométrique, s'épanouit la rose des 360 degrés d'azimuts, soit 360 axes possibles pris avec, chacun, une tolérance de +/- 0.5°. Mais tous ne présentent pas un intérêt astronomique. Il faut donc employer une méthode inductive en faisant l'hypothèse que tel axe qui nous intéresse pourrait être matérialisé par un alignement, puis regarder, sur le plan et sur le terrain, si l'hypothèse se vérifie.

Deviendra-t-il alors légitime de nous demander si le nombre d'axes découverts, comparé au nombre d'axes recherchés et au maximum des 106 axes possibles, permettrait de conclure à l'intention, au moins secondaire, de l'architecte ? Nous devrons traiter ce point après l'exposé des résultats, si nos découvertes sont assez nombreuses. Ce sera difficile car, l'oratoire étant une oeuvre unique, n'est pas soumis au calcul des probabilités, et comme il est une oeuvre humaine, il ne ressortit pas, non plus, au domaine de l'aléatoire.

Enfin, nous ne connaissons pas l'éventuel modus operandi que l'architecte aurait pu transmettre au clergé d'Aiguilhe, dans le haut Moyen-Age.

IILes Hypothèses


Voici la liste de nos " trouvailles " numérotées comme dans l'annexe I, avec une (*) pour celles qui nous paraissent du meilleur aloi. Mais, au préalable, nous signalerons que le petit oratoire du 10ème siècle est parfaitement orienté selon les quatre axes cardinaux5.

aHypothèse 1: Recherche de l'axe Nord-Sud et Sud-Nord:


18 * colonne 20, colonne 29, colonne 26, colonne 15, fenêtre L

5 * colonne 21, colonne 30, colonne 25, colonne 14

axe à savoir

deux alignements forment 4 axes

bHypothèse 2: Recherche de l'axe Est-Ouest et Ouest-Est:


52 colonne 19, colonne 21, fenêtre G

34 * fenêtre K, colonne 26, fenêtre F

axe à savoir

deux alignements forment 4 axes

cHypothèse 3: Azimut du Soleil à Son Lever au Solstice d'été


37 * colonne 17, colonne 28, colonne 29, fenêtre G

axe à voir: aboutit à une fenêtre

azimut: 55°33'

dHypothèse 4: Azimut du Soleil à son Lever aux équinoxes


52 colonne 19, colonne 21, fenêtre G

34 * fenêtre K, colonne 26, fenêtre F

axe à voir: aboutit à une fenêtre

azimut: 90°

eHypothèse 5: Azimut du Soleil à son Lever au Solstice d'hiver


39 * colonne 17, colonne 24, colonne 8, portail (Nord)

axe à voir: aboutit au portail

azimut: 124°26'

fHypothèse 6: Azimut du Soleil à son Coucher au Solstice d'hiver


pas d'axe à trois éléments

axe à voir ......................

azimut: 235°33'

gHypothèse 7: Azimut du Soleil à son Loucher aux équinoxes


35 colonne 25, colonne 16, fenêtre K

axe à voir: aboutit à une fenêtre

azimut: 270°

mais un seul élément mural, donc discutable

hHypothèse 8: Azimut du Soleil à Son Coucher au Solstice d'été


42 * colonnes 23/24, colonne 17, fenêtre J

axe à voir: aboutit à une fenêtre

azimut: 304°26'

iHypothèse 9: Azimut du Soleil Levant le 8 Mai Julien


53 colonne 19, colonne 20, fenêtre H

axe à voir: aboutit à une fenêtre

azimut: 62°47'

jHypothèse 10: Azimut du Soleil Levant le 29 Septembre Julien


pas d'axe à trois éléments

axe à voir

azimut: 97°17'

kHypothèse 11: azimut du soleil couchant le 29 septembre julien


46 colonne 30, colonne 28, fenêtre J

axe à voir: aboutit à une fenêtre

azimut: 262°43'

lHypothèse 12: Azimut du Soleil Couchant le 8 Mai Julien


41 colonne 25, colonne 17, fenêtre J

axe à voir: aboutit à une fenêtre

azimut: 297°13'

mHypothèse 13: azimuts orthodromiques vers d'autres sanctuaires dédiés à saint Michel


pas d'axes à trois éléments contemporains.

cependant nous pouvons remarquer deux phénomènes:

  1. la direction du Mont Saint-Michel au Péril de la Mer, soit l'azimut orthodromique 316°3..., semble correspondre à l'orientation générale du bâtiment qui s'allonge bien exactement dans la direction Sud-Est / Nord-Ouest.
    Par l'alignement colonne 32, colonne 30, montant gauche de la porte du clocher et piédroit droit de la fenêtre du clocher, on obtient l'azimut 315°, soit une tolérance de 1° avec la juste direction; d'autre part, cela nous gène de combiner des éléments du 12ème siècle avec une construction de 1858.

  2. par l'alignement colonne 18, colonne 28, colonne 32, piédroit droit de la fenêtre F nous obtenons l'azimut de Jérusalem soit 108°, or l'azimut du Monte Gargano vaut 107°. Ici encore la précision est moindre, mais on ne combine ensemble que des éléments médiévaux. Les trois axes sont " à savoir ".

nHypothese 14: Azimuts d'étoiles Levantes


pas d'axes à trois éléments

oHypothese 15: Azimuts d'étoiles Couchantes


pas d'axes à trois éléments

------------------------------------------

A titre de curiosité, comme nous l'indiquions plus haut, nous jetterons aussi, dans l'annexe II, un regard intéressé, mais un peu sceptique, sur d'autres axes, matérialisés seulement par deux éléments et non admis ici; ils peuvent parfois faire réfléchir. Ils sont tracés sur les plans joints.

IIIRemarques


Il nous faut, maintenant, nous interroger sur la solidité de ces découvertes, c'est à dire sur leur caractère objectif et sur l'intention de l'architecte. A-t-il vu, il y a mille ans, ce que nous avons vu ? L'a-t-il voulu ? Cela nous conduit à présenter trois réflexions:

1)Le plan et la réalité


Nous avons vu que les éléments architecturaux pris en considération procurent 106 axes possibles. Que se passerait-il si le plan avait été mal orienté ? Assurément, ce que nous y avons vu serait caduc; mais d'autres axes significatifs, et, sans doute, les mêmes, apparaîtraient, matérialisés par d'autres éléments. Nous avons même testé cette hypothèse, involontairement, en commençant notre recherche sur un plan bien plus " rustique " que celui de Mallay et inconciliable avec lui.(Cf. Annexe VII ). Evidemment, il offrait toujours 106 axes possibles et, parmi eux, nous avons trouvé, pratiquement, les mêmes axes significatifs: d'autres éléments les balisaient, voilà tout ! Cela débouche sur la deuxième remarque.

2)La rigueur des sélections


Sur les 106 axes possibles, mais non obligatoirement astronomiques, nous n'en validons que 11, puisque:

- nous ne compterons que pour deux unités les axes 18 et 5 qui, pourtant, fonctionnent dans les deux sens, en tant qu'axes cardinaux.

- nous ne compterons encore que pour deux unités les axes 52 et 34 qui, pourtant, fonctionnent dans les deux sens, en tant qu'axes cardinaux et qui fonctionnent encore, en tant qu'azimuts du Soleil levant, aux équinoxes.

Il reste donc les axes:

18 / 5 / 52 / 34 / 37 / 39 / 35 / 42 / 53 / 46 / 41

D'autre part, nous ne nous sommes pas montré ladre en admettant 106 axes possibles, donc le rapport 11/106 ne pèche pas par excès de générosité ou par emballement de l'imagination.

Enfin, il est à considérer que nous n'avons formulé que les hypothèses de recherche les plus simples, celles auxquelles on pense d'abord, comme allant de soi. Sur les quinze envisagées, dix trouvent une vérification convenable. Mais il est clair qu'il faut d'abord chercher. Rien ne s'impose ici.

3)Pèlerin ou astronome?


Là réside la véritable difficulté du raisonnement. Faut-il posséder deux ou trois notions de gnomonique pour voir, dans l'oratoire d'Aiguilhe, ce que nous avons cru y voir ? La réponse est " oui "; mais on peut être un saint pèlerin sans savoir tout cela; on peut, aussi, se le faire expliquer.

D'autre part, tout sanctuaire, surtout médiéval, est un nid de symboles. Il n'est pas que cela, mais il est aussi cela. Et quelle foison de symboles n'appréhende-t-on pas lorsqu'on ressent, ou qu'on pressent, ces correspondances qui lient le temps à l'espace; le monde d'en haut et celui d'en bas; le fugace et le permanent; l'axe vertical et le plan horizontal; la giration des astres autour du pôle ?

Comment penser que Truannus, doyen du chapitre cathédral de Sainte-Marie d'Anis (Notre-Dame du Puy), qui fit édifier l'oratoire, que l'évêque Gotescalc, pèlerin à Compostelle en 950 et consécrateur du sanctuaire en 962, aient été des ignorants, en un temps où l'Astronomie figurait au nombre des Arts libéraux ?

Bien des églises jouent aussi un rôle d'horloge ou de calendrier. Pourquoi faudrait-il nous défier spécialement ici ?

IVConclusion


Nous inclinerions à admettre l'intention de l'architecte pour les axes cardinaux, car on ne construit pas sans orientation et l'oratoire primitif en apporte une bonne preuve.

De même, nous aurions tendance à considérer comme volontaires les balisages des azimuts des levers et des couchers du Soleil qui assurent une fonction de calendrier, civil et liturgique.

Au delà, ce sera au lecteur de se forger une conviction plus ou moins ferme. Mais il suffit de " voir " une chose pour qu'elle soit réelle dans l'esprit qui la conçoit et le rôle d'une " Merveille " n'est-il pas de faire rêver ?

VListe des Annexes


            1. Les 53 alignements possibles ( 106 axes )

            2. :Quelques axes à deux éléments

            3. : Tracés d'axes sur le plan du congrès de 1975

            4. : Azimuts d'astres à leurs Levers / Couchers en 1100.

            5. : Azimuts orthodromiques, relevés depuis Aiguilhe, d'autres sanctuaires dédiés a saint Michel

            6. : Dessin de la rose azimutale de l'Annexe V

            7. : Le plan du congrès et le plan " grand public "

            8. : L'oratoire , sa roue cosmique , son champ d'étoiles

1)Annexe I: Les 53 alignements possibles ( 106 axes)


1 colonne 11/12, colonne 24, colonne 25, colonne 28, colonne 19

------------------------------------------------------------------

2 colonne 13, colonne 24, colonne 30, fenêtre H

3 colonne 13, colonne 29, colonne 20

4 colonne 13, colonne 25, colonne 26, colonne 28, colonne 19

------------------------------------------------------------------

5 colonne 14, colonne 25, colonne 30, colonne 21

6 colonne 14, colonnes 1/2, colonnes 3/4, colonne 5

7 colonne 14, colonne 25, fenêtre H

8 colonne 14, colonne 29, colonne 20

9 colonne 14, colonne 26, colonne 27, colonne 28, colonne 19

10 colonne 14, colonne 23, fenêtre E

------------------------------------------------------------------

11 fenêtre M, colonnes 23/24, colonnes 31/32, colonne 22, puis fenêtre G

12 fenêtre M, colonne 25, colonne 30, fenêtre H

13 fenêtre M, colonne 25, colonne 29, colonne 20

14 fenêtre M, colonne 26, colonne 28, colonne 19

------------------------------------------------------------------

15 fenêtre L, colonne 25, colonne 22

16 fenêtre L, colonne 26, fenêtre H

17 fenêtre L, colonne30, colonne 21

18 fenêtre L, colonne 15, colonne 26, colonne 29, colonne 20

------------------------------------------------------------------

19 colonne 15, colonne 26, colonne 30, fenêtre G

20 colonne 15, colonne 26, colonne 21

21 colonne 15, colonne 29, colonne 20

22 colonne 15, colonne 26, fenêtre H

23 colonne 15, colonne 27, colonne 19

------------------------------------------------------------------

24 colonne 16, colonne 26, colonne 32

25 colonne 16, colonne 25, fenêtre F

26 colonne 16, colonne 30, fenêtre G

27 colonne 16, colonne 27, colonne 21

28 colonne 16, colonne 27, colonne 29, fenêtre H

29 colonne 16, colonne 28, colonne 20

------------------------------------------------------------------

30 fenêtre K, colonne 27, colonne 30, colonne 22

31 fenêtre K, colonne 27, colonne G

32 fenêtre K, colonne 28, colonne 29, colonne 21

33 fenêtre K, colonne 28, fenêtre H

34 fenêtre K, colonne 26, fenêtre F

35 fenêtre K, colonne 16, colonne 25

------------------------------------------------------------------

36 colonne 17, colonne 25, colonne 23

37 colonne 17, colonne 28, colonne 29, fenêtre G

38 colonne 17, colonne 29, colonne 21

39 colonne 17, colonne 24, colonne 8, portail (Nord)

40 colonne 17, colonne 27, colonne 31/32

------------------------------------------------------------------

41 fenêtre J, colonne 17, colonne 25

42 fenêtre J, colonne 17, colonne 23/24

43 fenêtre J, colonne 27, fenêtre F

44 fenêtre J, colonne 28, colonne 22

45 fenêtre J, colonne 29, fenêtre G

46 fenêtre J, colonne 28, colonne 30

------------------------------------------------------------------

47 colonne 18, colonne 26, colonne 25, colonne 24, portail (Sud)

48 colonne 18, colonne 28, colonne 32, fenêtre F

49 colonne 18, colonne 28, colonnes 31/32

50 colonne 18, colonne 29, colonne 22

------------------------------------------------------------------

51 colonne 19, colonne 29, colonne 30, colonne 31/32

52 colonne 19, colonne 21, fenêtre G

53 colonne 19, colonne 20, fenêtre H

------------------------------------------------------------------

2)Annexe II: Quelques axes à deux éléments

aLever du Soleil, le 21 décembre


colonne 16, portail

colonne 15, portail

colonne 14, portail

colonne 13, portail

colonnes 11/12, portail

bCoucher du Soleil aux équinoxes


colonnes 31/32, fenêtre J

cLever du Soleil le 29 septembre julien


colonnes 12/13, portail montant Nord

dLevers d'étoiles en 1000/1200


Antarès: colonne 13, portail montant Sud

Sirius : colonne 13, portail montant Nord

Véga : colonne 30, fenêtre G

eCouchers d'étoiles en 1000/1200


Epi : colonne 30, colonne 28, fenêtre J

Rigel : colonne 30, fenêtre J

Antarès: colonne 21, fenêtre J

Sirius : colonne 32, fenêtre K

fLe cas de Capella


A la latitude d'Aiguilhe ( 45°03' ) l'étoile Capella était presque circumpolaire en 1100, (année médiane de 1000/1200 ), puisque sa déclinaison d'alors valait 44°22'.Elle tombait donc, à son coucher, à peine sous l'horizon Nord, et elle se relevait, quelques minutes plus tard, à peu près à la même place. La réfraction atmosphérique devait même empêcher qu'elle disparût vraiment. Il devait être facile d'observer cela par la ligne de visée: colonne 14, colonne 25, fenêtre H. Lors de sa culmination, au Sud, elle passait sensiblement au zénith, phénomène bien remarquable quand il se produisait la nuit.

3)Annexe III: Tracés d'axes sur le plan du congrès 1975.


Plan 1: Recherche des axes cardinaux

Plan 2: Levers et couchers remarquables du Soleil

Plan 3: Levers et couchers du Soleil les 8/05 et 29/09 juliens

Plan 4: Correspondances azimutales avec d'autres Saint-Michel

Plan 5: Azimuts d'étoiles à leur lever ou coucher en 1000/1200

4)Annexe IV: Azimuts d'astres aux levers et couchers en 1000/1200


Formule: cos (Az) = - sin (D) / cos (lat)

avec Az ... Azimut compté depuis le Nord, sens horloge

D ... Déclinaison de l'astre en 1100 A.D.

lat .. Latitude d'Aiguilhe: 45°03'


Astres

Déclinaison

Az/Lever

Az/Coucher

Soleil

solstice d'hiver 23°33'

124°26'

235°33'




solstice d'été 23°33'

55°33'

304°26'




8 mai julien 18°51'

62°47'

297°13'




29 sept.julien -5°08'

97°17'

262°43'

Aldébaran

14°12'

69°40'

290°20'

Antarès

-23°58'

125°06

234°54'

Altaïr

6°58'

80°06'

279°54'

Arcturus

23°34'

55°32'

304°28'

Bételgeuse

6°46'

80°24'

279°36'

Capella

44°22'

8°13

351°47'

Deneb




42°17'

17°46'

Epi Vierge

6°20'

98°59'

261°01'

Fomalhaut

34°16'

142°50'

217°10'

Pollux

29°40'

45°32'

314°28'

Procyon

6°50'

80°18'

279°42'

Régulus

16°07'

66°52'

293°08'

Rigel

9°38'

103°42'

256°18'

Sirius

16°10'

113°13'

246°47'

Véga

38°18'

28°41'

331°19'


On remarquera la quasi-égalité des déclinaisons d'Altaïr, Bételgeuse et Procyon, ce qui fait que les azimuts de ces trois étoiles, à leurs levers et à leurs couchers, sont presque confondus.

5)Annexe V: Azimuts orthodromiques relevés depuis Saint Michel l'Aiguilhe. Autres sanctuaires dédiés à Saint Michel.



VILLES LONGIT LATIT AZIM KILOM

AIGUILHE (Le PUY ) - 3°53' 45°03' *****************

* BOURGES - 2°25' 47°09' 334°69 259

* MONT St MICHEL + 1°30' 48°39' 316°30 572

St MICHEL/CUXA - 2°23' 42°38' 204°64 294

St. MICHEL/ENTRAYGUES - 0.10' 45°39' 284°25 298

St MIHIEL - 5°32' 48°48' 16°13 435

------------------------------------------------------------------

ARKHANGELSK -41°02' 64°40' 33°03 3141

* ATHENES -23°46' 37°58' 108°56 1826

BRUXELLES - 4°21' 50°51' 2°91 645

BYZANCE -28°57' 41°02' 93°54 2075

CHIUSA (ITALIE)

COLOSSES -29°28' 24°00' 126°86 3283

COVENTRY - 8°23' 49°03' 35°84 560

* DELOS -25°10' 37°30' 107°92 1957

* DELPHES -22°30' 38°40' 108°27 1691

* KERKYRA (CORFOU) -19°54' 39°40' 108°89 1441

* LINDOS (RHODES) -28°20' 36°10' 107°16 2274

MICHAELSBERG / BAMBERG-10°45' 50°02' 40°43 756

MICHELSBERG (BADE) - 8°23' 49°03' 35°84 560

* MONT CARMEL -35°00' 32°45' 106°34 2992

* MONTE GARGANO -15°47' 41°42' 107°00 1029

MUNICH -11°35' 48°08' 57°01 680

MURANO -12°20' 45°27' 83°16 662

PATMOS -26°33' 37°55' 104°93 2038

* PEROUSE -12°24' 43°06' 104°68 713

ROME: Château St. ANGE -12°30' 41°54' 113°72 777

* SACRA di S.MICHELE- 7°20' 45°05' 88°00 271

S.MIGUEL/ESCALADA 5°25' 42°34' 252°96 795

S.MIQUEL del FAI

* St.MICHAëL'S MOUNT 5°30' 50°10' 312°37 903

* SKELLIG MICHAëL 10°30' 51°50' 310°65 1297

LA VALETTE (MALTE) -14°30' 35°50' 135°19 1359
Les lieux étoilés figurent sur l'axe des Saint-Michel, issu du Monte Gargano, et étudié par Jacques Derdérian:

op. cit. Chapitre III et carte p.42.

Plus loin, notre annexe VI, simple traitement graphique de la rose azimutale centrée sur Aiguilhe, à partir des calculs ci-dessus, confirme le bien fondé de l'observation de cet auteur sur l'existence de ces deux axes, l'un issu du Monte Gargano et le second d'Aiguilhe.

VIBibliographie

1)Pour le texte


Pierre Bout et 7 autres auteurs.

Saint-Michel d'Aiguilhe: commémoration du Millénaire ...

Ed. Société Académique du Puy et de la Haute-Loire, 1962
Actes du Congrès archéologique de France

133ème session 1975: Le Velay pages 230 à 313

La chapelle Saint-Michel d'Aiguilhe au Puy, par Xavier Barral i Altet

Ed. Société française d'archéologie

1 place du Trocadéro et du 11 Novembre 1918, 75016 Paris
Zodiaque. Collection "La nuit des temps" N° 15, Forez-Velay roman, par Olivier Beigbeder et Raymond Oursel 1962 et 1981 ( remarquable aussi par les illustrations )
Jacques Derdérian

Le Puy, haut-lieu ésotérique, spécialement pages 11 à 74, Ed. Dervy 1992
Revue Atlantis N° 236 juillet-août 1966

Saint Michel et la Tradition occidentale
André Chanal

Le Puy, ville sainte, ville d'art, chapitre XV, Ed. Xavier Mappus (Le Puy) 1949

2)Pour le tourisme et les illustrations



Père Roger Martin et " Découvrir "

Le Puy-en-Velay, Ed. M.S.M. 1992
Roger Martin, chanoine de N.D. du Puy

Saint-Michel d'Aiguilhe

Ed. Association des Amis de Saint-Michel du Puy et Xavier Mappus 1990
René Huyghe et François Cali

Merveilles de France, page 79, légende n° 23, photo page 102, Ed. Arthaud 1960
Charles Baussan

Lourdes et les pèlerinages de la Vierge, pages 188 et 189, photo page 186, Ed. Arthaud 1928
Louis Pize, Forez, Velay, pages 76 et 77, photos pp. 10, 72, 73, Ed. Arthaud 1953
Marcel Aubert

Cathédrales et abbatiales romanes de France, page 361, photo N° 376 Ed. Arthaud 1965

1 En 1630, encore, le poète vellave Hugues d'Avignon, dans son ouvrage " La Velleyade ", emploie l'expression comme allant de soi.

2 La distinction entre les axes " à voir " et les axes " à savoir " est due à notre savant ami Michel Natalis, ainsi que mille autres choses pour lesquelles la mention de notre gratitude ne pouvait être oubliée ici.

De nos jours, il n'y a, du reste, plus rien à voir le long des axes " à voir ", puisque la pose de vitraux dormants, en 1955 interdit toute évasion du regard vers l'extérieur.

Si l'on veut voir le ciel et les objets qui y défilent, du côté du Sud-Est, donc par le portail, il faut se placer le long du mur où s'engagent les colonnes 11/12, 13, 14, 15, 16 et s'approcher des marches, les descendre au besoin, ne pas rechigner à s'asseoir, parfois, et aligner les montants du portail dans une direction astronomiquement favorable, par exemple le lever du Soleil le jour du solstice d'hiver.

Nous aurions dû parler aussi de l'oculus qui éclaire une sorte de tribune au dessus du portail. Si nous n'en faisons rien c'est seulement par ignorance, mais cet oculus mérite qu'on s'en préoccupe.

3 soit: 37! / ( 2! * 35! ) donc: 1.376375309 E 43 / (2 * 1.033314797 E 40) = 666

4 Dans le décompte des alignements nous avons cru pouvoir prendre en considération la fenêtre F de l'absidiole Est de la construction préromane, en la combinant avec des éléments plus récents. Le fait que l'architecte du 12ème siècle ait conservé la majeure partie du noyau primitif, nous incite à penser qu'il n'a pas limité cette intégration aux seuls murs. Mais ce point de vue reste discutable. Axes concernés N°: 25, 34, 43, 48.

5 Il est naturel de penser que l'orientation d'un tel bâtiment, en ces lointaines époques, se faisait en observant le lever et le coucher du Soleil, les jours d'équinoxes. C'est probablement faux, pour au moins trois raisons:

1°) l'équinoxe est un instant sans durée, qui n'a qu'une probabilité infime de se produire à l'instant du lever ou du coucher du Soleil.

2°) si l'observation est ratée (nuages ...), il faut attendre six mois pour pouvoir la refaire, ... peut-être.

3°) la réfraction atmosphérique dégrade la précision.

Il est plus vraisemblable de penser à la méthode des cercles hindous qui procure une méridienne de grande qualité, qu'on peut affiner tous les jours et qu'on coupe, à la corde à douze nœuds, selon une perpendiculaire.


similaire:

Thèses 3 III remarques 4 iconThèses soutenues en Comptabilité Contrôle Audit
«Présentation des thèses récentes en Comptabilité – Contrôle – Audit» (article de Pierre Gensse et Yves Dupuy)

Thèses 3 III remarques 4 iconThèses soutenues en Comptabilité Contrôle Audit
«Présentation des thèses récentes en Comptabilité – Contrôle – Audit» (article de Pierre Gensse et Yves Dupuy)

Thèses 3 III remarques 4 iconThèses soutenues

Thèses 3 III remarques 4 iconThèses Epidémiologie

Thèses 3 III remarques 4 icon5 Thèses entre le physiologique et le somatique 9

Thèses 3 III remarques 4 iconAtelier reproduction des theses

Thèses 3 III remarques 4 icon5 Thèses entre le physiologique et le somatique 10

Thèses 3 III remarques 4 iconThèses vasculaires (Item ecn n° 150)

Thèses 3 III remarques 4 iconRemarques

Thèses 3 III remarques 4 iconRemarques





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com