Le personnel soignant britannique se révolte contre la vaccination, car le gouvernement projette une vaccination de masse





télécharger 50.44 Kb.
titreLe personnel soignant britannique se révolte contre la vaccination, car le gouvernement projette une vaccination de masse
date de publication09.10.2017
taille50.44 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > loi > Documentos
Informations complémentaires 27 aout 2009
En Grande Bretagne :

Le personnel soignant britannique se révolte contre la vaccination, car le gouvernement projette une vaccination de masse - Infowars.net, Steve Watson, 25 août 2009
En Grande-Bretagne, deux sondages distincts de médecins généralistes ont révélé que la moitié d’entre eux ont de sérieuses réserves quant à l’innocuité du vaccin de la grippe H1N1 à venir, ce qui soulève de graves questions sur le programme gouvernemental de vaccination de masse prévue.
Un sondage de médecins du magazine Pulse a révélé que 49% refuseront le vaccin et que 9% sont indécis.

56 des 115 médecins généralistes interrogés ont déclaré leur intention de ne pas se faire piquer, selon la principale publication médicale hebdomadaire du Royaume-Uni destinée aux personnels soignant.
Un second sondage, réalisé par le magazine GP, révèle que jusqu'à 60% des médecins généralistes ont de sérieux doutes sur le vaccin proposé.

Dans les 216 médecins généralistes sondés, 29% disent qu'ils refuseront catégoriquement de se faire vacciner, tandis que 29% restent indécis.

À peine 41% des médecins ont dit clairement vouloir accepter la piqûre.

Parmi ceux qui ont dit qu'ils n’accepteraient pas la piqûre, 71% ont déclaré qu'ils craignaient que le vaccin n'ait « pas fait l'objet d'essais suffisants pour garantir sa sécurité. ».
Plus de la moitié, 50,4%, ont déclaré « penser que la grippe porcine est trop anodine pour justifier le recours à la vaccination. ».

Le ministère de la Santé a cherché à disqualifier ces résultats, déclarant que, par leur nombre restreint de réponses, les sondages ne reflètent guère l’opinion de tous les médecins.
Et pourtant, ces chiffres s’harmonisent aussi à ceux, bien plus important, issus du sondage du magasine Nursing Times, qui a révélé que 30% de toutes les infirmières du Service National de Santé ont déclaré vouloir refuser de se faire vacciner, et que 33% autres affirmaient être dubitatives.
Sur 30% des infirmières ayant déclaré vouloir refuser de se faire vacciner, 60% ont dit que c’est par méfiance sur l'innocuité du vaccin, suite aux révélations disant que les piqûres contiendront du mercure et du squalène, et sont par-dessus le marché en rapport avec le syndrome de Guillain-Barré, une maladie nerveuse mortelle.
31% ont déclaré qu'elles refuseraient le vaccin, car elles pensaient la grippe du cochon n’est pas assez grave.

Le gouvernement a promis de vacciner tout le personnel soignant avant Noël, au plus tard, pour faire face à ce qu'il a décrit comme la « deuxième vague » de grippe charcutière.
Les procédures de sécurité du vaccin ont été bâclées et les compagnies pharmaceutiques, garanties d’une immunité globale par le gouvernement, arriveront à éviter les poursuites judiciaires pour les morts et les éclopés qu’elles provoqueront avec leurs vaccins.

Richard Hoey, rédacteur en chef de Pulse a déclaré au Daily Mail : « L’opinion de beaucoup de médecins, c'est que le gouvernement n'a pas encore démontré pourquoi devait être précipitée une campagne vaccinale aussi gigantesque contre ce qui semble être une maladie d’une modicité exceptionnelle. ».
Au Canada :

Encore une autre nouvelle étude, publiée dans la revue canadienne Emerging Health Threats, a constaté que le public a aussi de sérieuses réserves en ce qui concerne la campagne de vaccination à venir.
Selon Globe and Mail, les parents et le personnel soignant ne sont guère empressés de se faire vacciner, eux et leurs enfants, contre un virus pandémique, par crainte que le vaccin soit mis sur le marché après des tests insuffisants.
Cette étude, à laquelle a participé un certain nombre de groupes types pour déterminer la probable réaction au vaccin des différentes personnes, a conclu que celles qui pensent que les thérapies de substitution et un bon régime alimentaire sont une alternative préférable au vaccin, doivent être « conquises. »
Il est très inquiétant qu’un médecin sur deux se méfie de l’innocuité des vaccins au moment où les piqûres sont testées avec ardeur sur des membres du public, dont des enfants.
Puisqu’il est désormais évident que la majorité de la population refusera le vaccin, il semble que les seules options du gouvernement soient d’instaurer un programme obligatoire par la force ou bien de renoncer complètement à son projet de vaccination de masse...
Original : infowars.net/articles/august2009/250809vaccine.htm

Traduction copyleft de Pétrus Lombard pour Alter Info
En France :

Les « autorités » veulent vacciner en premier lieu les groupes à risque : Personnels de santé, personnes ayant des problèmes de santé chroniques (respiratoires, diabète...), et... femmes enceintes.

Depuis le début, "ils" parlent des femmes enceintes, ce qui devrait alerter les plus sceptiques, car faire cela serait ni plus ni moins que monstrueux !
Mais ce n'est pas tout, les mairies doivent, outre prévoir des fausses communes, comme déjà dit, aussi prévoir une pièce pour des vaccinations de masse.

Et il est demandé aux hôpitaux de faire des réserves de nourritures, de médicaments et de carburant, en prévision d'un marasme généralisé.
Bidonnage : En outre-mer les malades de la dengue sont rebaptisés "porteurs du virus A H1N1" sans autre procès ni même auscultation...
Mais le "pompon", c'est que des stocks de vaccins seraient déjà constitués et gardés par l'armée, notamment à Miramas, depuis 3 semaines... On comprend mieux le classement "secret défense" des commandes de vaccins...
Or, comment un vaccin concernant le virus A H1N1, peut-il déjà être stocké depuis début août, être dûment testé, et avoir déjà l'AMM (autorisation de mise sur le marché) ?
Voici la réponse (qui constitue le titre de ce mailing) : "Soupçons"

Au passage, on a l'explication des 2 doses à 3 semaines d'intervalle, puisque ces dispositions concernent le vaccin dont il est question ci-dessous :
Révélation de l'EMEA :

le vaccin en stock serait le vaccin contre la grippe aviaire A H5N1 !

L'EMEA (équivalent européen de la FDA US), a fait la liste des composants de base du principal vaccin "grippe pandémique" dont GSK GlaxoSmithKline Europe a fait l'acquisition pour son vaccin PANDEMRIX commercialisé sous le nom commercial PRéPANDRIX.
Le document de l'EMEA est très révélateur :

Fin mai 2008, GSK a eu l'autorisation de mise sur le marché d'un vaccin pré-pandémique concernant la grippe H5N1 aviaire, appelé Prépandrix (voir communiqué officiel 23/05/08 GSK en PDF ici : http://artemisia-college.org/Soupcons-00-050-01-0238-01.html).
L'Agence européenne des médicaments a mis à jour le 18 août 2009 l'AMM qui détaille la composition et le conditionnement du vaccin PRéPANDRIX, qui sert de base au vaccin fourni par Glaxo-Smith-Kline (voir PDF ici : http://artemisia-college.org/Soupcons-00-050-01-0238-01.html).

NB : Les 3 PDF sont des documents difficiles à trouver, ils sont chargés là pour vous en faciliter la consultation.
L'autre document de l'EMEA est encore très révélateur :

Effectivement, c'est le vaccin contre la grippe aviaire, qui contient donc :

- le vaccin grippal inactivé contenant l'antigène (cultivé sur œufs), analogue à la souche A/Indonesia/05/2005 aviaire du Vietnam, ayant eu un taux de mortalité élevé en 2005 dans ce pays.

- l'adjuvant AS03 contenant du squalène, de DL-alpha-tocophérol, du Thiomersal (éthyl-mercure) et polysorbate 80 (émulsifiant reconnu comme carcinogène et stérilité sur animaux - voir Gardasil).
Les virologues dans le monde entier sont inquiets du fait que cette pandémie de grippe porcine " originale " (?), relativement bénigne, menaçant actuellement le monde, pourrait se transformer en une bien plus dangereuse tueuse si, d'une manière ou d'une autre, son virus peut se mélanger avec un virus induisant une haute mortalité tel que la souche du H5N1 du Vietnam.

Il semblerait qu'injecter à des millions de personnes le PANDEMRIX avec adjuvant contenant des virus H5N1 de la grippe aviaire, pourrait effectivement créer la "parfaite tempête" en matière de pandémie.
Comme déjà vu avec le mélange délibéré A H1N1/A H5N1 de Baxter, c'est le rapprochement à NE SURTOUT PAS FAIRE !!!

Nous parlons de "soupçons" car tant que ces vaccins contenant cette souche A H5N1 ne sont pas inoculés à des porteurs ou possibles porteurs du virus A H1N1, on ne peut pas dire qu'il y a une opération criminelle avérée, mais présomption et soupçons...
Quoi qu'il en soit, cette folie organisée doit cesser, et doit cesser maintenant !
Tout est là, devant nos yeux, le poison EST le vaccin (l'un ou l'autre), et la probable mutation de la souche virale à l'approche de l'automne va provoquer un cocktail explosif dans les défenses immunitaires exposées à ce poison sur ordonnance... Pourquoi veulent-ils imposer la vaccination sans discussion possible, si ce n'est pour un but inavouable ?

Derniers éléments :
TAMIFLU : effets secondaires

La FDA a étudié les rapports concernant le comportement anormal, ainsi que les problèmes cérébraux survenus chez plus de 1800 enfants qui ont pris du Tamiflu.

Ces symptômes comprennent des convulsions, du délire, des psychoses.

Au Japon 5 décès ont été rapportés chez des enfants en dessous de 16 ans, à la suite de problèmes neurologiques et psychiatriques.

Il y a eu 9 décès chez des adolescents plus âgés ; décès attribués à des problèmes neuropsychiatriques ou des infections au niveau du cerveau.

 

Les objectifs sont :

- Réduire de façon drastique la population mondiale (« Eichmann je te vois ! »).

Cet objectif avoué part du constat que l’on est trop nombreux, ce en quoi « ils » ont parfaitement raison.

C’est sur la méthode que nous divergeons… http://artemisia-college.org/EXTRAORDINAIRE-00-03-05-0185-01.html

- Contrôler totalement la population, en particulier par l’implantation de puces RFID

- Etablir par la peur, voire la terreur, un gouvernement mondial (politique, économique, sanitaire et religieux).
EXCLUSIF : Le plan de la France contre la grippe A

http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2009-08-27/exclusif-le-plan-de-la-france-contre-la-grippe-a/920/0/371682

Par Philippe Mathon
"Ce sera une décision très lourde à prendre." Que décideront les autorités confrontées à l'offensive du virus de la grippe A ? Va-t-on vacciner les personnes vulnérables, dont le nombre est évalué à 6 millions ? Va-t-on prendre en charge toute la population ? "Tout reste ouvert, mais on se prépare au pire, confie un responsable.
Si, à la réception des vaccins, la grippe A est très violente, on vaccinera en grande quantité ; à défaut, on attendra les essais cliniques et on vaccinera progressivement."

(NDLR : Surréaliste, ils envisagent bien de ne pas attendre les tests, pour une vaccination de masse, femmes enceintes comprises ! Des fous furieux qu’on vous dit…).
C'est vraisemblablement vers la mi-octobre que Nicolas Sarkozy et François Fillon devront trancher, sur proposition de Roselyne Bachelot, la ministre de la Santé.
Sans attendre, la France a reconstitué son stock de Tamiflu et diversifié son approvisionnement en vaccins, commandant 94 millions de doses auprès de GlaxoSmithKline (50 millions), Sanofi-Pasteur (28 millions) et Novartis (16 millions). Avec cette inconnue : ces industriels décrocheront-ils l'indispensable autorisation de mise sur le marché (AMM) ? La question peut sembler incongrue, mais il est possible que le vaccin d'un industriel soit retoqué en cas de non-respect du cahier des charges, ou d'études cliniques non concluantes.

(NDLR : Pas de panique, des millions de doses sont déjà en stock depuis début août, et gardées par l’armée… c’est du A H5N1, mais vu l’objectif, ça fera très bien l’affaire… Le classement "Secret Défense", ça aide...).
Quatre laboratoires sollicités

Aussi, discrètement, au coeur de l'été, Roselyne Bachelot a-t-elle fait appel à un quatrième industriel pour obtenir des vaccins en urgence.
Selon les informations du Point, qui n'ont pu être confirmées officiellement, plusieurs milliers de doses ont été commandées au laboratoire Baxter.

(NDLR : Alors qu'on parle de dizaines de millions de doses... à Baxter ! Rappelons que c’est ce laboratoire criminel qui a volontairement mélangé des souches A H5N1/A H1N1 dans des lots de vaccins ! Le classement "Secret Défense", ça aide...).
Les autorités françaises espèrent ainsi profiter de la technique de production innovante de l'Américain qui devrait permettre de fournir les premières doses dans les meilleurs délais. On parle de la mi-septembre. Là aussi, reste à savoir si elles recevront l'AMM à cette date. Mais une chose est sûre : les 94 millions de doses commandées par la France arriveront progressivement, à raison de 2 millions d'unités par semaine.

(NDLR : Soit près de 11 mois pour tout livrer... de qui se moque-t-on ? Ah, s'il n'y avait pas le stock "aviaire" à partir du A H5N1... Le classement "Secret Défense", ça aide...).
Pour le gouvernement, il fallait donc établir une liste des "populations vulnérables" : les femmes enceintes, tout d'abord. Si elles n'ont pas plus de risques que d'autres d'attraper le virus, elles peuvent en revanche développer des formes graves. Problème : on ne sait pas aujourd'hui si elles pourront être vaccinées. Par ailleurs, les virus grippaux attaquant les poumons, toute personne ayant des fragilités pulmonaires devient de facto vulnérable. Sont concernées les populations souffrant de problèmes respiratoires (asthme...), d'affections cardiaques, de déficits immunitaires ou d'obésité. Enfin, une attention toute particulière est portée aux jeunes en milieu scolaire : aux yeux des experts (NDLR : de l'OMS), les vacciner, c'est éviter une explosion du pic épidémique. Des équipes mobiles de médecins pourraient, le cas échéant, assurer la vaccination des enfants dès l'âge de 6 mois.
Premiers vaccinés "autour du 20 septembre"

(NDLR : le 20/09/2009, ça ne vous dit rien... ? Et 2 + 9 = 11 le chiffre fétiche des Illuminati, soit 11/11).

Si l'on décide de lancer une campagne de vaccination dans le pays, à qui seront destinées les premières doses ? Aux yeux du gouvernement, les "plus prioritaires" sont les infirmières et médecins en néonatalogie ainsi que leurs collègues de réanimation pédiatrique. Ils seront donc les premiers en France à être vaccinés contre la grippe A.

Le vaccin sera proposé en deux doses espacées de trois semaines.

(NDLR :comme le vaccin aviaire A H5N1… étonnant non ? Le classement "Secret Défense", ça aide...).
"L'opération se déroulera autour du 20 septembre", explique un proche du dossier. Au moment même où débutera la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière, exceptionnellement avancée d'une semaine. Si le gouvernement a arbitré en faveur du personnel de néonatalogie, c'est tout simplement parce que les bébés de moins de 6 mois ne peuvent pas recevoir sans risque le vaccin contre le H1N1.
Concernant les 10 millions de personnes âgées (plus de 65 ans), Roselyne Bachelot a récemment proposé à François Fillon de leur octroyer une dose unique, contre deux pour tous les autres. À ce jour, le Premier ministre n'a pas donné sa réponse. Les experts affirment que nos seniors sont aujourd'hui épargnés par la grippe A, grâce à une mystérieuse "mémoire immunitaire".
Gymnases réquisitionnés

Pour préparer le plan de vaccination sur le territoire, les préfets ont été discrètement mis à contribution. À charge pour eux de sélectionner au minimum trois sites par département (gymnases, salles polyvalentes...). Chacun des centres de vaccination - les établissements de santé étant exclus du dispositif - ne pourra pas couvrir plus de 100.000 habitants. Remise de la copie le 10 septembre. Le gouvernement s'est fixé un objectif : que tout soit prêt le 28 septembre. Le dispositif devrait s'étendre sur quatre mois.

similaire:

Le personnel soignant britannique se révolte contre la vaccination, car le gouvernement projette une vaccination de masse iconUne communauté de Premières Nations algonquine isolée se rend à Ottawa...

Le personnel soignant britannique se révolte contre la vaccination, car le gouvernement projette une vaccination de masse iconPour une plus grande utilisation de la vaccination intradermique

Le personnel soignant britannique se révolte contre la vaccination, car le gouvernement projette une vaccination de masse iconProgramme de vaccination

Le personnel soignant britannique se révolte contre la vaccination, car le gouvernement projette une vaccination de masse iconprincipes generaux d’immunotherapies et vaccination

Le personnel soignant britannique se révolte contre la vaccination, car le gouvernement projette une vaccination de masse iconIl faut impérativement obtenir un certificat international de vaccination

Le personnel soignant britannique se révolte contre la vaccination, car le gouvernement projette une vaccination de masse iconRésumé Contrairement à une «révolte»
«Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable...

Le personnel soignant britannique se révolte contre la vaccination, car le gouvernement projette une vaccination de masse iconLa vaccination, un reflexe pour se proteger et proteger les autres

Le personnel soignant britannique se révolte contre la vaccination, car le gouvernement projette une vaccination de masse iconThèse d’exercice de médecine générale Saint Etienne Octobre 2011
«Freins à la vaccination tuberculinique» en cours (rédaction protocole en cours)

Le personnel soignant britannique se révolte contre la vaccination, car le gouvernement projette une vaccination de masse iconLa vaccination, une intervention majeure pour mettre fin aux décès...
«Nous travaillons en étroite collaboration avec nos partenaires pour mettre fin aux décès évitables de plus de deux millions d’enfants...

Le personnel soignant britannique se révolte contre la vaccination, car le gouvernement projette une vaccination de masse iconEn solution, les liants sont plus efficaces car mieux répartis dans la masse





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com