1. Etat des lieux, gisements et objectifs de production





télécharger 118.39 Kb.
titre1. Etat des lieux, gisements et objectifs de production
page1/6
date de publication19.11.2017
taille118.39 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6

Louis GOETHALS – 29/07/2013

Bois énergie


Sommaire


1. Etat des lieux, gisements et objectifs de production 2

2. Particularités de la filière et de la région 8

a. Dimension technologique 8

b. Dimension sociologique 10

c. Dimension environnementale 11

d. Perspectives économiques 14

3. Réglementation 16

e. Politique 16

f. Subventions 17

g. Cadre juridique 18

4. Projets 20

5. SWOT 22

6. Sources / Contributeurs 23


1.Etat des lieux, gisements et objectifs de production


Le bois est une ressource plurifonctionnelle qui a toujours eu une utilité dans de nombreux domaines d’activité, et principalement dans la construction et dans l’énergie. C’est également un milieu naturel qui permet la préservation de la biodiversité. Ici, nous nous intéresserons au bois comme source primaire d’énergie renouvelable, qui aura une place importante dans le futur mix énergétique 100% renouvelable, et dont il est nécessaire de veiller à la bonne gestion et exploitation. Notons que le bois énergie est un coproduit de la sylviculture qui a pour première finalité la production de bois d’œuvre.

Le bois à vocation énergétique peut être issu de différentes sources (forêt, industrie et déchets), et transformé en types de combustibles variables :



Figure 1 : Matières premières et combustibles issus du bois (source : Bois & Vous)

Il existe 3 types de ressources principales que l’on peut évaluer selon 3 caractéristiques :




Qualité

Disponibilité

Prix

Déchets

Mauvaise

Bonne

Bas

Elagage

Variable

Mauvaise

Bas

Forêt

Bonne

Moyenne

Elevé

Tableau 1 : Evaluation des ressources selon leur qualité, leur disponibilité en région, et leur prix

Le bois peut-être utilisé en tant que combustible dans le secteur domestique, collectif, ou encore à l’échelle industrielle. Il prend alors la forme de bûches, de briquettes, de pellets (granulés) ou de plaquettes (bois déchiqueté). Les installations permettant de valoriser l’énergie du bois peuvent être alimentées manuellement ou automatiquement, selon l’utilisation. Voici les différentes installations permettant de valoriser l’énergie de combustion du bois :

  • Le foyer ouvert (la cheminée) : rendement de l’ordre de 10% ;

  • Le foyer fermé et l’insert : rendement allant de 70% à 85% pour des appareils récents ;

  • Les poêles : rendement de 70% à 85% pour des appareils récents ;

  • Les chaudières (dont cogénération) : rendement de 70% à 95%.1

On remarque, d’après le schéma de la figure 1, qu’il existe plusieurs types de combustibles, et chacun est adapté à une utilisation particulière. On distingue les combustibles destinés à l’alimentation automatique, et ceux adaptés à l’alimentation manuelle :



Figure 2 : Usages du bois à vocation énergétique (source : Bois & Vous)

Le bois peut également être utilisé sous une autre forme de combustible via la gazéification (alcool, gaz naturel de synthèse), pouvant être valorisés en :

  • Chaleur seule ;

  • Cogénération ;

  • Carburants.

Comme nous l’avons vu précédemment, il existe différent types de combustibles au bois : la bûche, la plaquette (bois déchiqueté), et le granulé (pellet). Selon le type du combustible et le bois d’origine, le combustible a un PCI (Pouvoir Calorifique Inférieur) et une masse volumique variable.

Voici ci-dessous un tableau qui présente de manière approximative les caractéristiques de chaque type de combustible bois :




PCI (MWh/t)

Masse volumique (kg/m3)

Prix

Bûche

Variable

400 - 900

50 – 80 €/stère

Plaquette

2,5 – 3,5

250

60 – 90 €/t

Granulés

4,5 - 5

700 - 750

170 – 210 €/t

Tableau 2 : Types de combustibles bois et leurs caractéristiques

Notons que le prix de la bûche est particulièrement élevé en région car il y a une forte demande et peu de ressource.

Il convient de préciser que, contrairement à des sources comme le vente ou le soleil, on ne peut considérer le bois comme une ressource renouvelables que dans la mesure où on le consomme moins rapidement qu’il ne pousse ; cela oblige à une gestion durable des forêts et de la ressource en général. Par ailleurs, si cette ressource, lorsqu’elle est bien gérée, peut être considérée comme renouvelable, elle nécessite néanmoins une attention particulière afin de préserver la biodiversité.

Etat des lieux :



Figure 3 : Carte des forêts de la région Nord Pas de Calais (Source : DREAL, Sigale 2005, SIG DIREN NPDC)

Les caractéristiques des forêts du territoire sont les suivantes :

  • Un taux de boisement très faible ;

  • Des forêts peu nombreuses, dispersées et morcelées ;

  • Prédominance des forêts privées (65000 ha pour 65% du total);

  • Un peuplement essentiellement composé d’arbres feuillus durs (chênes, hêtres, frênes …) : plus de 90% de la surface forestière régionale.

Les bois est l’énergie renouvelable la plus consommée en région : le SRCAE estime sa production régionale annuelle à plus de 2 TWh. Cependant, ce ne sont que des estimations, car l’utilisation du bois bûche, très développée en région, n’est souvent pas déclarée sur le marché. De plus, ce fort développement du marché du bois bûche en région implique une difficulté pour les autres types de combustibles (plaquettes) d’émerger, car ceux-ci passent par une première transformation et coûtent donc plus cher et/ou sont moins rémunérateurs pour le propriétaire forestier.



Figure 4 : Evolution des usages du bois en région (PPRDF)

La région Nord Pas de Calais étant fortement peuplée et industrialisée, il existe une forte demande en bois énergie, cependant, la surface artificialisée étant importante, il n’y a que peu de surface forestière en région. Le territoire présente donc un profil offre/demande bien spécifique auquel il est nécessaire d’adapter les modèles réglementaire et économique de la filière en région. Actuellement, la région est principalement importatrice de bois.

Potentiel régional :

Malgré son taux de boisement trois fois inférieure à la moyenne nationale2, le Nord Pas de Calais est une région fortement consommatrice de bois (importé le plus souvent), notamment car il y réside une forte activité dans le secteur de la deuxième transformation du bois (fabrication de produits, construction, artisanat). Elle est donc productrice de bois de rebut, qui a vocation à être valorisé en énergie.

Le bois représente également une part non négligeable du chauffage pour l’habitat, bien que généralement, les modes de chauffage utilisés (souvent des cheminées à foyer ouvert) présentent de nombreux inconvénients : rendements faibles, installations vieillissantes et peu sécurisées, rejets de poussières et particules nocives. De plus, aujourd’hui, en Nord pas de Calais et plus généralement en France, le chauffage électrique est largement utilisé, alors que ce moyen de chauffage est peu efficace. Il y a donc un potentiel concernant le remplacement de ces modes de chauffages par des installations biomasse modernes et performantes ou des réseaux de chaleur.

Au vu de la ressource régionale, il est essentiel de profiter de tout le gisement disponible. Cela implique une création et exploitation du bocage (déjà très exploité), ainsi que du bois au bord des autoroutes. De même, il existe un potentiel dans le développement du bois issu des zones urbaines, ainsi que dans la valorisation des déchets industriels banals (DIB).

Bien que la ressource régionale de bois ne permette pas une utilisation massive dans le secteur industriel, il est important de mobiliser la ressource disponible et de l’utiliser dans les débouchés énergétiques appropriés. Comme dans la plupart des régions de France, la surface boisée augmente tous les ans (augmentation de 5% en 15 ans, selon le SRCAE). Pour l’instant, on peut donc considérer la biomasse comme une ressource renouvelable. Cependant, compte tenu de la géographie du nord pas de calais, le gisement (en considérant une gestion durable de la biomasse locale) est fixe et limité. Aujourd’hui, pour les grandes filières, tout le gisement mobilisable en région au vu du cadre réglementaire et économique actuel est mobilisé. Il reste par ailleurs un potentiel pour les filières locales et les circuits courts en zone rurale.

Objectifs régionaux :

SRADDT :



Tableau 3 : Potentiel bois en Nord Pas de Calais (Source : SRADDT, 2012)

Les objectifs fixés par le SRADDT sont les suivants :

  • 2020 : Augmenter la consommation de bois énergie de 20%.

  • 2050 : Doubler la consommation de bois énergie par rapport au niveau actuel (cet objectif n’est envisageable que dans le cadre de l’approche globale du SRADDT)

SRCAE :

  • 2020 : 1260GWh/an en privilégiant la ressource locale sur des projets de taille adaptée.

Virage Energie :

  • 2030 : 6 700 GWh/an

  • 2050 : 10 150 GWh/an



Figure 5 : Production et utilisation du bois comme source d’énergie (Virage Energie)

Axenne :

Le tableau suivant récapitule les résultats de l’étude menée par Axenne dans son étude sur les énergies renouvelables en région :



Tableau 4 : Tableau récapitulatif des objectifs régionaux pour la filière bois énergie (Source : Rapport AXENNE : « Énergies renouvelables en Nord-Pas de Calais : quel gisement et quels modèles de développement ? », 2011)
  1   2   3   4   5   6

similaire:

1. Etat des lieux, gisements et objectifs de production iconRésumé Le présent document est le Tome «Diagnostics, Enjeux et Objectifs»
«Val d’Allier Vieille-Brioude / Langeac». IL a pour but de refaire l’état des lieux des connaissances naturalistes, de réactualiser...

1. Etat des lieux, gisements et objectifs de production iconAccompagnement à la réalisation d'un état des lieux

1. Etat des lieux, gisements et objectifs de production iconL'enseignement de l'informatique en Belgique francophone : état des lieux

1. Etat des lieux, gisements et objectifs de production iconA son arrivée et au plus tard après vérification de l'état des lieux et inventaire

1. Etat des lieux, gisements et objectifs de production iconLa médecine personnalisée dans les hôpitaux universitaires parisiens:...

1. Etat des lieux, gisements et objectifs de production iconEtat des lieux sur l’établissement de références technico-économiques...

1. Etat des lieux, gisements et objectifs de production iconSynthèse de l’état des lieux réalisé sur le secteur
«domino» des crues : pollutions d’origine industrielle générées par les inondations (gestion des stocks et des écoulements)

1. Etat des lieux, gisements et objectifs de production iconChercher à comprendre… Et refuser de subir…
«cadrage» du «parkinsonisme» en France aujourd'hui. Un état des lieux en quelque sorte

1. Etat des lieux, gisements et objectifs de production iconUniversité Toulouse le Mirail
«Gestion des eaux du bassin du Kou : état des lieux et perspectives de gestion équitable et durable»

1. Etat des lieux, gisements et objectifs de production iconDossier bpl
«état des lieux» est à transmettre à l’équipe d’inspection trois semaines (a minima) avant la date d’inspection. 2





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com