Remarques et trucs sur la typographie en traitement de texte, et cetera





télécharger 31.66 Kb.
titreRemarques et trucs sur la typographie en traitement de texte, et cetera
date de publication13.10.2016
taille31.66 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > loi > Documentos

Remarques et trucs
sur la typographie en traitement de texte,
et cetera


Dominique Meeùs.

Les règles sont parfois accompagnées de procédures pour le Word (pour Windows) de Microsoft très répandu. Il peut y avoir de petits écarts d’une version à l’autre. Il faut les adapter pour d’autres systèmes.

Ponctuation et espaces


En typographie espace désignait, du temps du plomb, une petite cale placée entre des caractères pour les maintenir écartés et désigne aussi le blanc qui en résulte dans le texte imprimé (y compris lorsque l’impression a été obtenue autrement que par assemblage matériel de caractères en plomb), par exemple entre deux mots. Ce mot espace de la typographie est féminin, on dit une espace (comme une cale) contrairement à tous les autres sens d’espace où le mot est masculin.

Jamais d’espace avant le point ou la virgule. Une espace insécable (en Word sous Windows, dans certains autres logiciels de Microsoft et en Quark xPress, contrôle-majuscule-espace) avant les autres (? : ; !)1. Une espace après. Il faut systématiquement mettre une espace insécable avant les ponctuations (qui demandent une espace avant) pour éviter qu’elles se retrouvent seules au début de la ligne suivante. Cela est vrai même d’une ponctuation loin de la fin de la ligne. Elle peut arriver en fin de ligne à l’occasion d’un changement du texte ou de la mise en page.

Pour les mêmes raisons, il faut toujours mettre une espace insécable après le guillemet ouvrant («) et avant le guillemet fermant (») « exemple ». Pour les guillemets anglo-saxons, on ne le fait pas en anglais ou en néerlandais mais certains éditeurs le font en français “ exemple ”.

Il n’y a pas d’espace entre les parenthèses et le texte qu’elles enferment. Il y a par contre une espace de l’autre côté. Idem pour les crochets.

En principe, le texte d’une incise entre tirets devrait être relié aux tirets par des espaces insécables. Malheureusement certains traitements de texte, dont Word, traitent les tirets comme des traits d’union et autorisent donc la césure à ce niveau et l’espace insécable suivant le tiret passe à la ligne ce qui est pire que tout. Il existe des traits d’union insécables mais pas, à ma connaissance, de tirets insécables. (Voir plus loin la distinction entre tiret et trait d’union.)

Cependant certaines ponctuations peuvent commencer une ligne (parenthèse, guillemet, tiret). Il n’y a pas alors d’espace avant au début de la ligne mais ce n’est pas un problème en traitement de texte parce que l’espace (sauf insécable en début de mot, ce qui ne se justifie pas) reste toujours en fin de la ligne précédente (sauf l’espace qui commencerait un paragraphe – à supprimer).

Certains utilisent deux espaces après le point d’interrogation pour le faire mieux ressortir. Certains utilisent deux espaces après tous les points de fin de phrase. Cela complique la chasse aux doubles espaces injustifiées. De plus, dans un texte justifié, une espace double peut devenir vraiment beaucoup trop grande. En fait si l’on n’utilise pas de double espace après certaines ponctuations, il ne devrait jamais y avoir deux espaces qui se suivent. Je suppose par la suite que l’on n’admet aucune double espace.

Procédure :


Si cela n’a pas été fait, systématiser par des commandes de remplacement.

a) Supprimer espace éventuel devant le point et la virgule et les mauvais espaces des parenthèses (voir ci-dessus). Je ne vois pas de cas d’exception possible, on pourrait donc remplacer automatiquement, par exemple, espace-virgule par virgule.

b) S’assurer qu’il y a une espace derrière les ponctuations. (Bien que, sinon, le correcteur d’orthographe et de grammaire proteste.)

Ou bien on passe en revue toutes les occurrences de ces ponctuations, ou bien on essaie d’automatiser en ajoutant automatiquement l’espace derrière et en supprimant ensuite tous les espaces doubles. Répéter cette dernière commande jusqu’à recevoir un message « zéro remplacements ». La procédure automatique ne convient pas au point parce qu’il se trouve sans espace dans les sigles comme « a.s.b.l. » ou dans les numérotations du genre 2.4.13. Or je ne vois pas de moyen de systématiser le contrôle des erreurs du genre « a. s. b. l. ».

Il ne faut jamais d’espace en début ou en fin de paragraphe (bien qu’en fin cela soit sans conséquence). On peut les éliminer automatiquement. Par exemple remplacer paragraphe-espace par paragraphe. (En Word, le code de recherche et remplacement de la marque de fin de paragraphe est ^p).

c) Rendre insécables les espaces qui doivent l’être en émettant successivement des commandes de remplacement automatique du genre :

remplacer espace point d’interrogation par point d’interrogation

remplacer point d’interrogation par espace insécable point d’interrogation

remplacer espace deux points par deux points

remplacer deux points par espace insécable deux points

et cetera. (En Word le code de recherche et remplacement de l’espace insécable est ^s.)

Supprimer ensuite les espaces que l’on a ainsi introduits indûment dans C:\, http:// et cetera.

Attention, il n’est pas intéressant de systématiser la ponctuation d’un texte inachevé parce que l’ordre des opérations est important et qu’une autre opération après que le texte a été complété peut détruire l’effet de certaines opérations qui devront donc être entièrement recommencées.

Autres espaces


Les espaces ne doivent jamais servir aux retraits et alignements. On utilise pour cela des commandes de retrait ou des tabulations. Une double espace accidentelle entre deux mots est désagréablement visible. On peut donc toutes les supprimer automatiquement.

Apostrophes


Si on demande à Word la correction automatique de " par des « et », on obtient du même coup la correction automatique des apostrophes.

Attention, même alors, on hérite facilement2 de textes ou de fragments de textes avec des signes ' (ASCII 39) de machine à écrire au lieu de la véritable apostrophe arrondie ’ (ANSI 0146). Il faut donc systématiquement remplacer ASCII 39 par ANSI 0146.

Dans les commandes de recherche et de remplacement de Word, on peut introduire directement les codes de caractères. On peut faire par exemple rechercher ^39, remplacer par ^0146.

Guillemets


Ne jamais utiliser les substituts de guillemets des machines à écrire simple ' (ASCII 39), ou double " (ASCII 34). Préférer les guillemets français « et » (ASCII 174 et 175, ANSI 0171 et 0187). S’il y a imbrication de guillemets il y a aussi les guillemets anglo-saxons, doubles (ou simples au niveau suivant) (“ et ”, ANSI 0147 et 0148, ou ‘ et ’, ANSI 0145 et 0146). Les guillemets sont attachés par des espaces insécables au texte qu’ils enferment.

Procédure :


Remplacer " par « suivi d’une espace insécable (voir Ponctuation et espaces) sélectivement pour les guillemets ouvrants, idem ensuite pour les fermants. C’est aussi l’occasion de vérifier qu’ils vont par paire. Attention le Word pour Windows, voulant trop bien faire, trouve les « et » quand on demande de chercher les ". Chercher plutôt ^34.

Tirets


Ne pas confondre trait d’union, tiret conditionnel de césure (CTRL espace) et tiret, celui qui ponctue la phrase. Pour ce dernier on utilise un tiret cadratin (ANSI 0151) ou demi-cadratin (ANSI 0150) plus long que le trait d’union, avec une espace avant et après.

Procédure :


Passer en revue tous les traits d’union avec une commande de recherche. Les remplacer au besoin par un vrai tiret. On peut se limiter à vérifier les traits d’union espace et espace trait d’union.

Il y a aussi un trait d’union insécable (CTRL MAJ espace) qui s’affiche à l’écran comme un tiret intermédiaire entre le 0150 et le 0151. À l’impression, c’est bien un trait d’union, mais il ne donne pas de césure. Attention, OmniPage rend insécables tous les traits d’union qu’il n’interprète pas comme une césure. Corriger par recherche et remplacement.

Si une paire de tirets isole un membre de phrase, ces tirets devraient être attachés par des espaces insécables au texte qu’ils enferment (mais voir remarque ci-dessus).

On utilise aussi des tirets, avec ou sans numérotation, pour marquer une énumération. Voir ce mot.

Retraits


Toujours utiliser une commande de retrait. Même en première ligne, c’est plus simple qu’une tabulation.

Ne jamais utiliser de tabulation pour mettre plusieurs lignes en retrait. Utiliser une commande de retrait, éventuellement avec un retrait négatif pour annuler le retrait à la première ligne.

Énumérations


Si l’on numérote une série d’alinéas comme ci-dessus, sous Ponctuation et espaces, Procédure, les 1. et 2. ou les a) et b), ou si l’on en énumère sans numérotation mais avec un tiret ou un autre signe, utiliser une tabulation plutôt qu’une espace après la numérotation ou le tiret. (En Word, avec Puces et numéros, ce sera automatiquement tabulé. Mais les puces et numéros sont parfois difficiles à contrôler. On peut préférer mettre en forme soi-même. Dans ce cas, il peut être souhaitable de supprimer les options de listes automatiques dans Outils, Correction automatique.) Penser à faire de même en encodant dans la fenêtre de notes ou dans la fenêtre d’annotations. Deux raisons à cela :

a) Si le paragraphe est justifié, la largeur des espaces varie. Le début du texte des différents paragraphes de l’énumération ou des notes n’est donc pas aligné. Exemple :

– Les énumérations introduites par un tiret peuvent poser le problème de l’alignement de la première lettre qui suit le tiret dans les paragraphes justifiés.

– Les énumérations introduites par un tiret peuvent poser le problème de (anticonstitutionnellement) l’alignement de la première lettre qui suit le tiret dans les paragraphes justifiés.

Si vous avez les mêmes marges et les mêmes caractères que moi, vous devez voir que le rejet à la ligne du mot (anticonstitutionnellement) a écarté le deuxième « Les » du tiret. Pour éviter cela, il faut aligner les énumérations par une tabulation suivant le tiret.

– Les énumérations introduites par un tiret peuvent poser le problème de l’alignement de la première lettre qui suit le tiret dans les paragraphes justifiés.

– Les énumérations introduites par un tiret peuvent poser le problème de (anticonstitutionnellement) l’alignement de la première lettre qui suit le tiret dans les paragraphes justifiés.

Si vous avez les mêmes marges et les mêmes caractères que moi, vous voyez maintenant les deux phrases correctement alignées.

b) Si l’énumération va jusque deux chiffres cela aussi provoquerait (même sans justification) un décalage du début du texte comme ci-dessous, d’abord avec des espaces

9. Texte

10. Texte

et ensuite avec tabulations

9. Texte

10. Texte.

On pourrait en outre vouloir aligner à droite les numéros de un ou deux chiffres. Il faut alors commencer par une tabulation droite

9. Texte

10. Texte.

(ou une tabulation numérique sur le point)

9. Texte

10. Texte.

(Utiliser des tabulations, suppose de les mettre à la position voulue. On n’utilise pas des répétitions de tabulations prédéfinies.)

Capitales


Ne jamais rien encoder en capitales, sauf les majuscules initiales et les sigles. Certains acronymes (les sigles considérés comme des mots) sont parfois, ou toujours, composés en minuscules, comme sonar ou radar.

Pourquoi ne pas composer un titre en majuscules ? Parce que ça ne permet pas de changer d’avis ou de recopier un morceau du titre pour le réutiliser dans une phrase ordinaire ailleurs dans le texte ou dans un autre texte. Il faut toujours composer tout, même les titres, en minuscules (sauf les majuscules initiales). Si l’on veut alors que les titres d’un certain niveau soient en majuscules, on l’indique en programmant le style correspondant. Si l’on change d’avis (ou si le client change d’avis), il suffit de changer le style.

Il est classique de mettre le nom de famille des auteurs en petites capitales dans les bibliographies. Le Petit Robert le fait aussi pour les auteurs cités en exemple dans les articles. Mais je trouve très laid le tic de mettre systématiquement tous les noms propres en grandes capitales dans un texte ordinaire.

Capitales accentuées


D’après le Grevisse, les capitales doivent être accentuées comme les autres lettres. On peut vérifier qu’un dictionnaire comme le Petit Robert 2 écrit Égypte avec un accent aigu. Il y a des exemples bien connus (et comiques ou dérangeants) d’ambiguïté par manque d’accents.

Certains éditeurs ne le font pas. Certains ne le font pas pour la majuscule initiale mais le font dans les textes suivis en capitales ou petites capitales. La règle est de le faire toujours.

Procédure :


Rechercher toutes les voyelles en majuscules pour examiner si elles doivent être accentuées.

Pour mémoire voici les principales voyelles majuscules accentuées, et quelques autres majuscules spéciales, que l’on peut rencontrer en français, précédées de leur code ANSI : 0192 À, 0194 Â, 0198 Æ, 0199 Ç, 0200 È, 0201 É, 0202 Ê, 0211 Ô. Certaines peuvent être obtenues normalement au clavier : ^ suivi de E donne Ê.

On peut aussi encoder tout en minuscules (accentuées) et appliquer au mot une fonction qui permet de demander la majuscule initiale (Format/Changer la casse…)

Styles de titre


Utiliser les noms standards de styles de titre, en les modifiant les styles à son goût. Cela permet l’utilisation du mode plan et la composition (et la remise à jour) automatique de la table des matières.

Il n’est pas utile d’affecter le style Titre 1 au gros titre de la couverture ou de la page de titre. En effet ce titre ne joue aucun rôle dans le plan ni dans la table des matières. On peut donc donner à son style un nom non standard comme Titre 0 ou Grand titre et lui donner un niveau hiérarchique de corps de texte. Le style Titre 1 va alors au premier niveau de subdivision, partie ou chapitre.

Changements de page forcés


Lorsque le traitement de texte le permet (c’est le cas de Word sous Windows), il est plus élégant d’inclure dans le style de titre d’un certain niveau (chapitres par exemple) qu’il doit commencer une nouvelle page. Cela permet de systématiser, ou de modifier systématiquement ce choix, en une seule commande.

Par contre, si l’on veut des changements de page spéciaux (comme page impaire), il faut insérer une nouvelle section. Dommage qu’on ne puisse (à ma connaissance) programmer des styles de section. On peut mettre en glossaire des marques de sections avec leur mise en forme.

Césures


Le plus tard possible puisqu’elles dépendent de la mise en forme.

Toujours utiliser le tiret conditionnel de césure qui n’apparaît qu’en fin de ligne à l’impression, jamais le trait d’union ordinaire. Voir Tirets. Le non-respect de cette règle a pour conséquence principale que si le mot change de position, il apparaît dans la ligne avec un trait d’union injustifié ; pour conséquence secondaire que le mot coupé échappe à la commande de recherche et est refusé par le correcteur d’orthographe (contrairement au mot contenant une césure).

Appels de notes


Accolés3 au dernier mot du texte, avant la ponctuation éventuelle. Utiliser des appels de notes automatiques, cela réduit les risques d’erreur et permet de retrouver immédiatement la note correspondante ou inversement. De plus la mise en forme se fait automatiquement dans le style appel de note, par exemple en exposant.

Corriger les appels de note qui hériteraient d’une mise en forme gras ou italique ou d’un corps supérieur. Dans certaines polices, l’appel de note (droit) accolé à la fin d’un texte italique peut paraître trop près. On pourrait fignoler par l’interposition d’une fine espace insécable. Exemple : avant4 élargi en avant 5. Le rendu à l’écran est approximatif. Faire des essais d’impression.

Premier, deuxième...


Les abréviations correspondantes sont 1er (1re), 2e, 3e, et cetera. On n’écrit pas (ou plutôt : on écrit trop souvent, mais on ne devrait pas) 1ier (1ière), 2ème ou 2ième.

Procédure :


Remplacer certains ème et ième par e.

Nombres


La norme est de séparer les groupes de trois chiffres, sauf dans les années et les codes, postaux ou autres. Anciennement, on séparait peut-être par un point (et beaucoup le font toujours, à tort). La norme est (Grevisse) de séparer les groupes de trois chiffres par une espace (de préférence insécable). Une justification de cette norme peut être que les anglo-saxons utilisent le point pour marquer la position des décimales (là où nous mettons une virgule) : 1.234 n’a pas la même signification en anglais et en français. Mais en français on doit écrire 1 234 pour mille et des cents et 1,234 pour un et des poussières, jamais 1.234.

1Faut-il une espace avant un ? qui suivrait ... ? Ou bien faut-il mettre après le ? les ... qui marquent l'inachèvement de la phrase ? Comme ceci ?...

2À partir d’un éditeur simple, d’un message électronique, d’un texte en html recopié sur Internet, d’un vieux traitement de texte sous DOS, d’un texte reçu de quelqu’un qui n’a pas fait cette option de correction automatique ou par des conversions, importations, exportations imparfaites

3Certains éditeurs intercalent une petite espace. Cela semble difficile à automatiser en Word.

4Exemple.

5Exemple.

similaire:

Remarques et trucs sur la typographie en traitement de texte, et cetera iconAtelier informatique : seance no 1 Accéder au traitement de texte,...
«Microsoft Office Word 2007». Tu es maintenant dans le logiciel de traitement de texte qui va te

Remarques et trucs sur la typographie en traitement de texte, et cetera iconLe traitement de texte
«traiter» du texte, c’est-à-dire de modifier un texte pour lui donner le contenu et l’aspect désirés. IL ne faut pas confondre ce...

Remarques et trucs sur la typographie en traitement de texte, et cetera iconTraitement de texte
«traitement de texte» est apparu en 1964 chez ibm, en Allemagne, avec l'expression Textverarbeitung.[réf nécessaire] IL était, en...

Remarques et trucs sur la typographie en traitement de texte, et cetera iconLes documents sont aussi en ligne sur le site de l’école au format traitement de texte

Remarques et trucs sur la typographie en traitement de texte, et cetera iconTraitement de texte (Microsoft Word)
«Document Vierge» puis sur le bouton «créer» en bas à droite de la fenêtre affichée

Remarques et trucs sur la typographie en traitement de texte, et cetera iconCliquez sur la ligne désirée pour des trucs de nos grands-mères à tester

Remarques et trucs sur la typographie en traitement de texte, et cetera iconMise en parallèle du 'Traitement de texte' word et du 'Traitement de son' audacity

Remarques et trucs sur la typographie en traitement de texte, et cetera iconPar une douce soirée d’été, comme à l’accoutumée, Pierre aimait se...
«Texter» comme texte et «Exon», qui devait sans doute être le nom de famille, lui rappela sa vielle machine de traitement de texte...

Remarques et trucs sur la typographie en traitement de texte, et cetera iconUtilisation d’un traitement de texte

Remarques et trucs sur la typographie en traitement de texte, et cetera iconInitiation au traitement de texte Word





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com