Roneo de digestif benizri (rahili qui l’a remplacé) diverticulose colique et ses complications appendicite aiguë du jeudi 19/01/2012, avec une semaine de





télécharger 69.71 Kb.
titreRoneo de digestif benizri (rahili qui l’a remplacé) diverticulose colique et ses complications appendicite aiguë du jeudi 19/01/2012, avec une semaine de
date de publication20.11.2017
taille69.71 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > loi > Documentos
Roneo de digestif BENIZRI (RAHILI qui l’a remplacé) diverticulose colique et ses complications – appendicite aiguë du jeudi 19/01/2012, avec une semaine de retard vu que le prof n’avait pas donné les diapos !!dslé…
Après de nombreux harcèlement le Dr Rahili ne m’a toujours pas envoyé ses diapos. Afin d’avoir une ronéo au plus vite j’ai donc combiné mes notes (ce que j’ai pu recopier des diapos en cours) et l’enregistrement (Merci Sidonie ) pour faire une ronéo à peu près potable. Je pense qu’on imprimera les diapos quand il aura décidé dans son infinie bonté de me les envoyer ! ^^

Sur ce,


L’appendicite Aiguë


  • C’est une urgence chirurgicale abdominale la plus fréquente en France : 150000 à 200000 appendicectomies par an en France. Aux Etats-Unis ils en font à peine plus que nous alors qu’ils sont beaucoup plus nombreux : problème d’épidémie en France ou surdiagnostique ?

  • L’incidence de l’appendicite diminue (15 à 20 % d’appendicectomies blanches  absence de parallélisme anatomoclinique  problème de diagnostic fréquent). L’incidence diminue non pas parce que moins de personnes font des appendicites mais parce que le comportement des médecins a changé. Pour la même pathologie parfois il n’y a pas de parallélisme entre le degré d’inflammation et la prise en charge  le diagnostic n’est donc pas si simple, on avait ainsi tendance à opérer systématiquement.

  • 7% des occidentaux auront une appendicite au cours de leur vie.

  • L’appendicite est rare avant 3 ans, ça arrive plutôt chez l’adolescent ou l’adulte jeune +++ (1/3 des patients sont des 17/20 ans)

  • Il existe une discrète prédominance masculine avant 25 ans puis équilibre.




  1. Physiopathologie




  • L’appendice est un diverticule conique du caecum (début du colon). Le caecum est mobile alors que le colon ascendant est attaché au retro péritoine. L’appendice est un segment borgne placé 2 à 3 cm sous la valvule iléo caecale, appendu à son bord postéro interne.

Avant on faisait systématiquement une appendicectomie par incision au niveau du caecum, puis on pouvait mobiliser le caecum pour retrouver le diverticule. Maintenant on fait souvent les appendicectomies par cœlioscopie et ainsi on est on a ainsi une vision d’ensemble de l’abdomen donc plus besoin de chercher l’appendice. Ce qu’on sait c’est que le fait de retirer l’appendice ne va pas laisser de séquelles su le plan fonctionnel.

Il fait 7 à 12 cm de long et sa lumière est en communication avec la lumière caecale. On ne sait pas encore à quoi sert ce segment. Ils y a d’autres diverticules dont on connait la genèse voire la fonction dans la vie embryonnaire, mais pas l’appendice.

  • Nombreux follicules lymphoïdes au niveau de l’appendice donc on se pose encore la question de son rôle dans l’immunité. Il a peut être un rôle dans certaines maladies inflammatoires de l’intestin, dans la mal de Crohn, ces maladies pouvant être due à un contact avec certains allergènes dans le tube digestif  est ce que les gens appendicectomisés développent donc plus de maladies inflammatoires de l’intestin que les gens non appendicectomisés ?

  • Le siège de l’appendice est modifié par :

  • Situation du caecum : sous hépatique, iliaque, pelvien.

  • Direction de l’appendice : péritoine libre, retrocaecale, mésocaelique.

Certaines personnes ont un appendice qui fait 10-15 cm. Si il est très court il va se trouver en sous hépatique, si il est très long il va tomber dans le pelvis, l’appendicite va alors donner des douleurs pelviennes voire génitales. Si l’appendice se dirige vers le centre de l’abdomen, son inflammation va immédiatement concerner l’intestin grêle qui lui est central, le retentissement va se faire par des signes de ralentissement du fonctionnement l’intestin ce qui donnera un équivalent d’occlusion.

Présentation clinique variable !! Méfiance !!

  • Si on a un appendice mésocaelique ca va donner une symptomatologie particulière.

  • L’appendice peut être aussi en arrière du caecum  il ne gênera pas l’intestin et va donner des signes postérieurs  on peut ne pas penser à l’appendicite.




  • L’appendicite est une inflammation/infection de l’appendice. Quelle est la cause de l’infection ?

    • La voie hématogène : c’est exceptionnel.

    • Tout diverticule borgne peut se trouver isolé du tube digestif. On peut avoir des matières fécales dures qui vont s’impacter au niveau de l’appendice  obstruction appendice qui va créer une cavité qui va être isolée du reste de l’intestin. Or il y a 10^2germes/mm3 au niveau du duodénum mais au niveau du colon il y a 10^9 germes.  pullulation microbienne  inflammation + infection + parfois retentissement sur la vascularisation. Cela va finir par entrainer la présence de pus dans la lumière qui va diffuser à la paroi, les vaisseaux de la paroi vont être atteints  apport en oxygène va être moindre  gangrène de l’appendice qui donne des tableaux sévères.

Si l’infection diffuse en dehors de l’organe au bout d’un moment la paroi lâche, il y a perforation, ça va donner un abcès autour de l’appendice (infection localisée) ou alors ça va diffuser à l’ensemble de la cavité abdominale (infection généralisée = péritonite)

Obstruction de la lumière appendiculaire par un stercolithe (morceau de matière dur et sec qui va obstruer).

La cause peut être des parasites (certains vers peuvent aller se nicher dans l’appendice).

On peut aussi avoir des corps étrangers qui vont perforer par exemple l’œsophage ou l’estomac et le duodénum. Si le corps étranger arrive à passer tout ça il peut aller dans l’appendice. C’est très très peu fréquent.
Le fait qu’il y ait une obstruction  augmentation de la pression intraluminale  pullulation microbienne  inflammation de la paroi : appendicite catarrhale (rouge car apport de sang pour apporter des cellules de défense). Si les cellules de défense n’ont pas réussi à maitriser l’infection

Le stade d’après on a du pus dans la lumière. On a ensuite une perforation qui va se cloisonner puisque toute la paroi est atteinte. Les différents plans sont atteints, ils sont fragilisés et donc ils peuvent se perforer. Les organes voisins vont venir s’agglutiner autour de l’inflammation pour former un cordon sanitaire autour de l’inflammation.

S’il y a perforation on va avoir un abcès appendiculaire puis péritonite d’abord localisée puis généralisée. Si altération des vaisseaux  gangrène.
[Schéma de la cavité abdominale]


  • Le stade ultime est la perforation qui donne une péritonite qui va être d’abord localisée puis généralisée. Il est assez rare par exemple que le stercolithe retombe en arrière du caecum, que le pus qui s’est collecté dans l’appendice se déverse dans le caecum et que ça cicatrise. Mais quand ça arrive on estime que cette inflammation qu’il y a eu peut générer un tableau chronique.




  1. Signes fonctionnels




  • Même si les examens sont de plus en plus performants et qu’on a tendance à négliger cette étape, l’interrogatoire et l’examen clinique est primordial.




  • Le malade se présente généralement symptomatique. Douleur est le maitre symptôme. On va caractériser la douleur.

    • C’est une douleur abdominale, aigue (installée récemment), spontanée (pas à l’appui seulement), en fosse iliaque droite. Souvent on demande si d’emblée ca a fait ca. Souvent ils étaient un peu gênés au niveau épigastrique au début.

  • Début rarement brutal, souvent progressif. On n’arrive pas aux urgences avec directement la gangrène appendiculaire.

La perforation d’emblée donnera des douleurs en poignard alors que là ça a le temps de progresser sur plusieurs heures voire sur plusieurs jours et on passe à un phénomène inflammatoire progressivement.

  • L’intensité est variable, subjective.

  • Généralement on essaie de voir si quelque chose soulage les douleurs. Souvent la douleur est soulagée par la flexion de la cuisse car dans cette position les muscles ne sont pas en tension donc moins de pression sur l’appendice. La douleur est due à l’irritation de la paroi abdominale. Cette douleur soulagée par cette position s’appelle un psoïtis.

  • Signes associés : le malade peut avoir des nausées, des vomissements, des diarrhées. Mais ces signes ne sont pas spécifiques. Parmi les signes généraux on a souvent :

  • Un fébricule (fièvre inférieure à 38,5°)

  • Conservation état général sauf si on a déjà des complications (péritonite, abcès, gangrène)




  1. Examen clinique




  • Inspection

    • Généralement l’abdomen est plat.

    • Dans certains cas on voit un ventre météorisé (gonflé) car quand on a une occlusion on a une augmentation du volume intestinal.

Dans certains tableaux les anses grêles vont se dilater et vont augmenter le périmètre abdominal :

  • Quand l’infection est diffuse.

  • Quand l’appendice est long et va vers le milieu de l’abdomen. (Tableaux plus fréquent chez l’enfant car un appendice de 12 cm par exemple chez l’enfant va se retrouver plus loin de la fosse iliaque droite que l’appendice de 12 cm d’un adulte de 1,80m).

  • La langue est saburrale

  • Erythrose des pommettes.




  • Palpation

  • Douleur provoquée et défense en fosse iliaque droite à la palpation. Quand on va amener le muscle vers le foyer inflammatoire le muscle va se contracter tout seul et on va le sentir à la palpation. Cela témoigne d’une inflammation abdominale. Quand il n’y pas de défense les muscles se laissent déprimer.

Au tout début de l’appendicite il n’y a pas assez d’inflammation pour provoquer une défense.

Si l’appendice est rétro caecale on ne va pas non plus avoir de défense car l’inflammation est trop loin des muscles de la paroi pour pouvoir les amener jusqu’au lieu de l’inflammation.

Un patient en surcharge pondéral ne va pas non plus avoir de défense car le foyer est loin des muscles, séparés par une couche de graisse.

  • Signe de Blumberg : la palpation en fosse iliaque droite suivie d’une décompression brutale provoque une douleur intense.

  • Signes de Rowsing : douleur en fosse iliaque droite provoquée par la palpation de la fosse iliaque gauche. C’est lié au fait que la partie droite du sigmoïde soit près de l’appendice, donc quand on appuie sur le sigmoïde on le pousse contre l’appendice et ça fait mal.

  • Flexion contrariée de la cuisse droite peut entrainer une douleur fosse iliaque gauche. On demande au malade de fléchir la cuisse et on s’oppose à la flexion de la cuisse. En fait on reproduit un psoïtis.

  • Le toucher pelvien entraine une douleur à droite. Un toucher rectal ou vaginal va entrainer une douleur. Equivalent du toucher pelvien mais à l’intérieur. Quand on arrive à reproduire une douleur par un toucher : Cris du Douglas en cas d’abcès dans le cul de sac de Douglas. Certains malades ne vont pas consulter très tôt et ont des appendicites qui vont évoluer et c’est chez eux qu’on s’aperçoit de ça dans le toucher rectal.

  1. Examens complémentaires




  • Quand on fait des examens biologiques on va avoir

    • une hyperleucocytose (augmentation des GB) au dépend des polynucléaires neutrophiles..

    • On peut aussi doser la CRP qui va avoir tendance à être élevée.

Mais tous ces signes ne sont pas tous très spécifiques.

  • Parmi les examens d’imagerie on peut faire

    • Un cliqué de l’abdomen sans préparation (ASP), debout, qui prend toute la cavité abdominale, on voit la fin du grill costal et les culs de sacs pleuraux et la symphyse pubienne. Cet examen qu’on faisait avant systématiquement n’est plus très rentable car pas très spécifique donc pas discriminant. On peut y voir des signes d’arrêt du transit dans une appendicite mésocaelique car il va y avoir des niveaux hydro-aériques. Donc examen pas très puissant donc on ne le fait plus, ne fait plus partie des recommandations.

    • Echographie = bon examen mais examen opérateur dépendant. S’il est réalisé par un bon radiologue l’examen sera meilleur. Il est aussi matériel dépendant : Il faut avoir la bonne sonde. Pour reconnaître l’intestin grêle et le colon on a le signe de la saucisse et le signe de la cocarde. (?) Ca reste un bon examen dans des mains entrainées. C’est un examen non invasif (pas de risque d’allergie à l’iode par exemple). C’est un bon examen pour les diagnostics différentiel.

    • Le scanner est un excellent examen mais il a tendance à atrophier l’examen clinique car on prescrit directement le scanner avant l’examen clinique. Il a mis au placard l’ASP qui lui n’est plus indiqué. C’est le plus sensible et le plus spécifique. Quand on n’a pas une certitude clinique du diagnostic on va faire un scanner.

Le problème de cet examen c’est la disponibilité (malgré que ça se soit amélioré), le coût, et l’exposition aux rayons. Aux Etats-Unis il y a 10000 cancers radio induits par an. On estime qu’au bout de 7 scanners on augmente le risque de cancer radio induit.

Sur le scanner on voit la paroi épaissie de l’appendice (supérieur à 6 mm), l’inflammation, l’infiltration autour de l’appendice, la sécrétion de cellules et de liquide du péritoine. A partir de 10 cc on voit le liquide.

Signe direct : l’appendice a augmenté de taille. Signe indirect : il y a un épanchement.
V. Complications
Si le malade n’a pas consulté tôt ca peut évoluer vers des complications ou des formes plus évoluées de l’appendicite.

  • Plastron appendiculaire : appendicite aigue vieillie qui n’a pas reçu d’antibiotiques. L’appendicite évolue très lentement. Il y a une agglutination des anses grêles et d’épiploon autour de l’appendice. Les douleurs restent mais diminuent.

A l’examen on a :

  • Un empâtement

  • Un abdomen pas très souple.

  • Le problème est régional, il y a une masse palpable sous les cotes.

  • Troubles du transit associés fréquemment. Pas de possibilité d’abcès car pas de place puisque tout est agglutiné.

Quand c’est comme ca le scanner nous aide à confirmer le diagnostic. A l’opération il va falloir enlever toutes les anses grêles agglutinées autour de l’appendice, cela devient une chirurgie difficile et on s’aperçoit que le malade est presque en train de guérir spontanément. Maintenant on a tendance à ne plus opérer les plastrons appendiculaires car il n’y a pas d’abcès, ils ne se perforent pas. On leur donne des antibiotiques et une fois la phase inflammatoire passée on l’opère, 2 ou 3 mois après pour éviter toute récidive.

  • Abcès appendiculaire : perforation cloisonnée appendiculaire de FID.

Le malade a :

  • Une douleur intense

  • Des signes plus prononcés

  • Des signes généraux et locaux,

  • Défense vraiment présente

  • Masse douloureuse au toucher rectal (cri du Douglas)

  • Altération de l’état général marqué

  • Fièvre constante, souvent plus de 38,5°.

  • Péritonite : l’appendice se perfore donc les germes vont diffuser dans le cul de sac de Douglas, autour du colon, il y a du pus dans le ventre. Si on fait le diagnostic tôt, la péritonite est pelvienne et localisée.

Sinon on n’intervient pas tôt, il y aura une péritonite généralisée avec une contracture abdominale.

  • Si le malade a d’emblée des signes généralisés, c’est qu’il a perforé très tôt, c’est une appendicite en un temps.

  • S’il perfore plus tard c’est en deux temps : appendicite puis perforation.

  • C’est en trois temps quand d’abord une inflammation de l’appendice puis abcès puis perforation de l’abcès. Le trois temps on le diagnostic souvent au scanner car il y a du pus partout dans le ventre. On peut aussi le voir directement en chirurgie quand on voit du pus partout dans l’abdomen, mais qu’on ne voit pas l’appendicite libre perforé.

  • La douleur du cri de douglas est encore plus intense.

  • On a une fièvre

  • Altération de l’état général

  • Hyperleucocytose

Cette péritonite peut entrainer un choc septique ce qui donne une bactériémie (les germes diffusent par voie hématogène dans le sang) puis septicémie. Par la suite cela va atteindre le secteur circulatoire et même le cœur ne va plus pouvoir répondre au problème. La fonction du cœur ne va donc plus être assurée, voire celle du rein, et c’est comme ça que les patients meurent par choc septique. Mais on ne voit ça quand les patients viennent consulter très tard.

Généralement quand on fait de l’imagerie on ne voit pas de pneumo péritoine car c’est un segment borgne qui ne contient pas beaucoup d’air et qui souvent a été obstrué.
VI. Formes selon le terrain


  • Appendicite du vieillard : évolution plus aigue, signes frustres car le malade de se plaint pas. Le retard de diagnostic est fréquent. Souvent le malade arrive avec une occlusion fébrile avec AEG. L’occlusion prend le devant du tableau donc on pense d’abord à un cancer colique droit compliqué mais pas une appendicite.

  • Appendicite du nourrisson et de l’enfant : tout est différent car l’appendicite donne vite un tableau généralisé. C’est rare avant 2/3 ans, parfois gravissime, évolution rapide. Toute infection dés qu’elle se généralise chez l’enfant va être plus grave que chez l’adulte. Il faut être très vigilant quand on voit des signes tels qu’anorexie, vomissements…

  • Appendicite de la femme enceinte : L’utérus va augmenter de taille. Pendant les 2ème et 3ème trimestres, le caecum est refoulé par le haut.

Pendant la grossesse à cause de la forte production d’hormones les ovaires grossissent et comme ils sont (un peu) mobiles, ils peuvent se tordre et donner des douleurs en FID. Ainsi on ne sait pas vraiment si ce sont des douleurs ovariennes ou d’appendicite, et comme il n’est pas recommandé de faire des IRM chez la femme enceinte on a un diagnostic plus difficile.

Un diagnostic d’appendicite tardif au 1ème trimestre va favoriser les avortements. Si c’est au troisième trimestre ca va donner des accouchements prématurés car l’inflammation va provoquer des contractions utérines.
On peut avoir un tableau de cholécystite aigue, voire pyélonéphrite aigue. Le diagnostic est donc plus difficile.

  • Appendicite chez le diabétique et l’insuffisant rénal chronique : Signes torpides  errance diagnostique fréquente.  Si le diagnostic d’appendicite n’a pas été évoqué et que les malades ont eu une antibiothérapie, les antibiotiques vont être efficaces sur l’infection de l’appendice mais souvent ils ne vont pas guérir complètement l’infection et ça va se compliquer.

  • Appendicite retrocaecale : au niveau du retropéritoine, à ne pas confondre avec une pyélonéphrite. On a un psoïtis +++.

  • Appendicite mésocoeliaque donne un tableau d’occlusion fébrile.

  • Appendicite gauche en cas de malrotations mésentériques (tout l’intestin grêle va être d’un coté et le colon de l’autre coté, on n’aura pas de cadre colique), de situs inversus, mais c’est très très rare.

  • Appendice pelvien : Ca donne des signes plutôt bas :

    • Irritation

    • Diarrhées

    • Gènes pour aller à la selle

  • On peut aussi avoir des signes urinaires car un foyer inflammatoire au contact de la vessie va faire se contracter la vessie, ce qui fait que même quand on n’a pas grand chose dans la vessie on va aller uriner. appendice fixé au rétropéritoine.

  • Appendicite sus hépatique qui donne des tableaux cholécystite

  • Hernie de Littré : c’est un malade qui a une grosse hernie inguino-scrotale, le caecum glisse dans cette hernie donc le jour où ce malade fait une appendicite ça donne une hernie très inflammatoire avec une paroi scrotale rouge, très indurée, une peau très épaisse.




  1. Diagnostic différenciel




  • Tumeurs appendiculaires type carcinoïde, mucocèle.

  • Torsion d’ovaire chez la femme, salpyngite.

  • Autres atteintes digestives entrainant des inflammations.

  • Tumeurs de l’appendice, la plus fréquente étant la carcinoïde, elle a un pronostic très bon. Dans ces cas là on enlève l’appendice.

  • Diagnostics urinaires qui peuvent mimer un tableau d’appendicite.

  • Diverticule de Meckel qui peut devenir inflammatoire ou se cancériser.




  1. Traitement




  • Les études n’ont pas démontré que c’était bien de traiter par antibiotique. Le traitement reste l’appendicectomie.

  • Ce n’est plus une urgence chirurgicale vitale, pas besoin d’opérer dans l’heure, on peut attendre quelques heures. Il n’y a pas plus de complications si on attend quelques heures.

  • Technique :

    • On lie les vaisseaux qui nourrissent l’appendice pour ne pas qu’ils saignent,

    • On suture le segment digestif pour obstruer. Un simple nœud à la base de l’appendice suffit. Ligature du méso appendice = ligature de la base appendiculaire avec un fil ou des agrafeuses.

  • Avant on opérait par l’abord de Mac Burney : incision oblique de 2 cm sur la ligne entre l’ombilic et l’épine iliaque antéro-supérieure, au 2/3 / 1/3 vers l’extérieur. On sort l’appendice, on lie le méso, on met un point sur la base appendiculaire, on fait une toilette appendiculaire. Dans 30% des cas on faisait un abcès appendiculaire.

  • Depuis quelques années on le fait par cœlioscopie. On fait un trou au niveau de l’ombilic, on entre un trocart, on insuffle un gaz inerte pour gonfler l’abdomen, on rentre un autre trocart et on opère comme ça. On est cependant pas certains que c’est plus efficace que l’abord de Mac Burney mais on le fait de plus en plus comme ça.

  • Parfois on opère mais on ne trouve pas d’appendicite, donc on cherche autre chose comme le diverticule de Meckel qui se situe sur le dernier mètre de l’intestin grêle. S’il y a un diverticule de Meckel on le traite, s’il n’y en a pas on en reste là.

  • Si c’est une banale appendicite catarrhale on n’a pas besoin de donner des antibiotiques au malade. S’il a fait une péritonite ou un abcès appendiculaire on va donner une antibiothérapie.

      • Traitement = appendicectomie ± antibiotiques.




  1. Soins post opératoires




  • En post opératoire on surveille le malade :

    • On surveille la paroi abdominale car la principale complication post op c’est l’abcès

    • On surveille la reprise du transit.

  • Pendant cette période de surveillance, si le malade se mobilise bien il n’aura pas besoin d’avoir de traitement pour la prévention de la phlébite.




  1. Complications




  • Abcès de paroi

  • Abcès intra abdominaux : plus rares mais plus fréquents avec la cœlioscopie.

  • Rarement, le nœud sur la base de l’appendice ne tient pas donc si le nœud tombe on a un trou dans le caecum et ca donne une péritonite post op ou des matières fécales qui sortent par la cicatrice.

  • Hémorragies post op si le nœud sur les vaisseaux tombe.

  • Syndrome du 5 ème jour : syndrome d’occlusion, de fièvre…

  • A distance survenue de brides dans la cavité abdo  étranglement intestin  douleurs, vomissement, occlusion que l’on appelle occlusion sur bride.




  1. Traitement des formes compliquées




  • En cas d’abcès appendiculaire, on enlève l’appendice et on peut drainer l’abcès.

  1. Drainer l’abcès

  2. Traiter la cause

  • Quand péritonite appendiculaire on va faire une toilette de la cavité abdominale et on traite la source de la péritonite et l’appendicite.

  1. On traite la péritonite

  2. On traite l’appendicite



Diverticulose colique et ses complications


  1. Physiopathologie




  • Problème d’infection du tube digestif.

  • La diverticulose colique est acquise. Elle va arriver dans la vie à un moment donné.

  • La diverticulose acquise est de plus en plus fréquente : une opération sur deux sur le colon est une diverticulose colique.

  • Elle est acquise à cause des modifications du mode alimentaire. Depuis 100 ans on raffine tellement le blé qu’on mange très peu de fibres. Donc le bol fécal est moins volumineux car on mange peu de fibres alimentaires.

  • Ainsi le colon doit plus se contracter et augmenter sa pression intracolique pour expulser les matières moins nombreuse  création d’une hernie de la muqueuse à travers la musculeuse. On va en faire plusieurs au niveau du colon. Ils sont souvent au niveau du colon gauche et du sigmoïde. Ils s’étendent aussi au reste du colon.

  • Ces diverticules vont rester souvent asymptomatiques.

Par contre chez certaines personnes on peut avoir :

  • une pullulation microbienne

  • atteinte des petits vaisseaux

  • ischémie

  • infection, pus

  • diffusion aux autres diverticules, et le segment de colon entier va être mal. On va avoir une colite segmentaire : on appelle ca une sigmoïdite. L’infection a diffusé d’un diverticule à l’autre sur un segment d’une vingtaine de cm.

  • Ca peut donner un abcès d’origine diverticulaire, perisigmoidien.

  • En Asie les diverticules sont plutôt sur le colon droit.

  • Il existe une classification des abcès = Classification corrélée à la gravité : classification de Hinchey.

    • Stade 1 : abcès péri colique, abcès les plus simples

    • Stade 2a : abcès pelvien accessible à un drainage percutané

    • Stade 2b : abcès pelvien complexe associés ou non à une fistule

    • Stade 3 : péritonite généralisée purulente

    • Stade 4 : péritonite stercorale

  • Si l’abcès s’élimine dans la vessie il peut y avoir de l’air qui sort quand on fait pipi. Ca s’appelle une pneumaturie. Quand on a une pneumaturie on sait qu’il y a communication être l’intestin et la vessie, sauf quand il y a une production de gaz dans la vessie. Ce gaz peut venir :

  • soit de l’extérieur (d’un geste médical)

  • soit de la vessie : certaines infections produisent de l’air dans la vessie.




  1. Clinique




  • Quand le malade va faire sa sigmoïdite ca va donner :

    • Des douleurs spontanées en fosse iliaque gauche

    • Douleurs provoquées et majorées à la palpation

    • Défense

    • Hyperleucocytose (16000 GB)

    • CRP élevée.

Tout ca est encore plus important si on a un abcès.

  • Si un diverticule se perfore on a des matières fécales qui se déversent dans la cavité abdominale. La péritonite va être alors pullulante, d’abord localisé et niveau pelvien puis elle sera stercorale.

La péritonite stercorale est une infection excessivement grave de la paroi abdominale, quand elle arrive chez des sujets âgés elle entraine souvent la mort.
Examens paracliniques

  • L’examen clé dans la sigmoïdite aigüe c’est le scanner.

  • On ne fait pas de coloscopie car ça risque de perforer le diverticule.

  • On ne fait pas non plus d’opacification avec de la baryte.



  1. Epidémiologie




  • Alors que l’appendicite est un problème du sujet jeune et pas quelque chose de gravissime, la diverticulite arrive chez des gens plus âgés.

  • 30% des gens de 60 ans on des diverticules et plus de 50% au delà de 80 ans.

90% des gens de 90 ans ont des diverticules.

  • On s’est aperçu que la majorité des diverticules qui se perforaient étaient des diverticules du sigmoïde. C’est probablement parce que c’est juste avant le rectum et que c’est l’endroit où il y a le plus de surpressions.

  • C’est devenu un problème de société pour lequel on a adopté des recommandations et une stratégie thérapeutique qui date d’une vingtaine d’années.




  1. Traitement




  • Quand les malades viennent avec une sigmoïdite simple qui se traduit par :

  • Défense en fosse iliaque gauche

  • Hyperleucocytose

      • on donne des antibiotiques car c’est bactérien.

Sauf que certains malades arrivent d’emblée avec un abcès. Si c’est abcès est petit et proche du colon on va le traiter par des antibiotiques. Plus c’est petit plus un trt par antibiotique va avoir un succès.

      • Quand plus de 3 cm il va falloir l’évacuer par ponction. Si dans le drain on voit des matières fécales c’est que de diverticule qui était perforé ne s’est pas rebouché et alors il faudra opérer le malade d’emblée.




  • Si il y a une péritonite il faut :

    • Laver

    • Drainer

    • Enlever la cause : on enlève le sigmoïde  Intervention de Hartmann : on enlève un segment, on ferme celui du bas et on met une poche sur celui du haut pour que les matières fécales puissent sortir. Quand les patients sont relativement jeunes et en bon état général on va faire une dérivation des matières : anastomose protégée par une colostomie d’amont.




  • Les patients qui font qu’une seule poussée de diverticulite on ne les opère pas car on considère que les antibiotiques on bien marché et qu’ils ont bien répondu au traitement.

  • Quand ils font deux sigmoïdites sévères authentifiées par le scanner, on opère.


Le traitement est médical pour la sigmoïdite. On opère les patients à froid à distance de l’épisode inflammatoire et seulement quand ils ont fait 2 poussées de diverticulite authentifiées par un scanner.

On traite chirurgicalement pour les complications.


  1. Complications




  • Les diverticules peuvent rarement saigner et dans 80% des cas cette hémorragie est localisée. Mais elle peut être aussi massive, cataclysmique et menacer le pronostic vital immédiat du patient. A ce moment là il faut essayer de faire un scanner avec produit de contraste (angioscanner). Ainsi on sait de quel coté est l’hémorragie et on peut l’opérer.

    • Quand l’hémorragie est localisée on fait une hémicolectomie segmentaire.

    • Quand elle est généralisée on fait une colectomie totale.




  1. Diagnostique différenciel


Le plus fréquent est le cancer du colon.


similaire:

Roneo de digestif benizri (rahili qui l’a remplacé) diverticulose colique et ses complications appendicite aiguë du jeudi 19/01/2012, avec une semaine de iconUE8 – Item 284 – Diverticulose colique et diverticulite aiguë du sigmoïde

Roneo de digestif benizri (rahili qui l’a remplacé) diverticulose colique et ses complications appendicite aiguë du jeudi 19/01/2012, avec une semaine de icon1 Formes congénitales Elles sont rares. La diverticulose colique...

Roneo de digestif benizri (rahili qui l’a remplacé) diverticulose colique et ses complications appendicite aiguë du jeudi 19/01/2012, avec une semaine de iconComplication diverticulose colique référentiel has déc 2006

Roneo de digestif benizri (rahili qui l’a remplacé) diverticulose colique et ses complications appendicite aiguë du jeudi 19/01/2012, avec une semaine de iconColique nephretique aiguë

Roneo de digestif benizri (rahili qui l’a remplacé) diverticulose colique et ses complications appendicite aiguë du jeudi 19/01/2012, avec une semaine de iconVous avez ete opere(E) D’une appendicite aigue
«doux», footing, vélo, natation, dès le 15e jour. Pour les efforts plus violents ou brusques, attendez à un mois

Roneo de digestif benizri (rahili qui l’a remplacé) diverticulose colique et ses complications appendicite aiguë du jeudi 19/01/2012, avec une semaine de iconRésumé La kinésithérapie respiratoire, rarement curative d’une déficience...

Roneo de digestif benizri (rahili qui l’a remplacé) diverticulose colique et ses complications appendicite aiguë du jeudi 19/01/2012, avec une semaine de iconComparaison amoxicilline associée à l’acide clavulanique versus appendicectomie...

Roneo de digestif benizri (rahili qui l’a remplacé) diverticulose colique et ses complications appendicite aiguë du jeudi 19/01/2012, avec une semaine de iconLa pharyngite aiguë, ou pharyngo-amygdalite aiguë, est une inflammation...

Roneo de digestif benizri (rahili qui l’a remplacé) diverticulose colique et ses complications appendicite aiguë du jeudi 19/01/2012, avec une semaine de iconRapport d’activités Mednet 2012 Introduction Le Groupe Pompidou a...
«renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» pour la période 2012-2014

Roneo de digestif benizri (rahili qui l’a remplacé) diverticulose colique et ses complications appendicite aiguë du jeudi 19/01/2012, avec une semaine de iconRésumé a travers les prénoms des jours de naissance que les Akan...
«onomastique et numerologie» (La numérologie est un néologisme qui traduit une connaissance mystique des nombres et de leurs valeurs...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com