La femme moderne fait du sport, fume, conduit, travaille. La coupe de cheveux à la mode est la coupe Beatles. On porte des pantalons à coupe large. Pour être un





télécharger 191.85 Kb.
titreLa femme moderne fait du sport, fume, conduit, travaille. La coupe de cheveux à la mode est la coupe Beatles. On porte des pantalons à coupe large. Pour être un
page3/5
date de publication20.11.2017
taille191.85 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5

A la fin du XVIème siècle, la famille Barbier fait ériger sur ses terres, à la place de l’ancien manoir, un château surpassant tout ce que la région connaît en demeures nobles. Lieu de réception et d’agrément, Kerjean suit la mode de son siècle et les règles de l’architecture de la Renaissance. Sa construction et son décor, sans nul doute, influenceront ceux d’autres édifices alentours (châteaux, manoirs, enclos paroissiaux…). Le maître d’œuvre de Kerjean reste inconnu aujourd’hui, les décors et les formes utilisées induisent ses influences. La Renaissance entraîne une réflexion sur l’architecture marquée par l’abandon du gothique pour l’esthétique antique. Le style se diffuse par les guerres d’Italie et se développe en France par les traités d’architecture diffusés grâce à l’imprimerie. L’architecte de Kerjean s’est inspiré notamment de Jacques Androuet du Cerceau, Philibert de L’Orme (château d’Anet) et Sebastiano Serlio. Cet architecte n’était autre que Martengul, le zéphyr de l’île de Batz. Au départ simplement intéressé par les règles magiques des monuments magiques, dans l’architecture, Martengul, comme de nombreux autres, sombra dans une fulgurance amoureuse avec Beatrix, une des poursuivantes de l’Atalante Fugitive. Désirant en savoir plus sur cette quête, il bâtit cette demeure pour en faire le havre de Beatrix au cours de sa quête. Elle fit plus que cela, puisqu’elle s’incarna dans plusieurs des habitants du château au cours des siècles.

En 1618, la famille Barbier obtient de Louis XIII que le domaine de Kerjean soit érigé en marquisat. Quelque peu délaissé au XVIIème siècle, le château retrouve son éclat avec les successeurs des Barbier, les Coatanscour. Dans la seconde moitié du XVIIIème siècle, Suzanne-Augustine de Coatanscour, épouse de François-Gilles de Kersauzon, et simulacre de Béatrix y reçoit la noblesse léonarde. Kerjean est alors le cadre d’une vie luxueuse. C’est à cette époque que Beatrix y construit les jardins, sur les dessins d’Otterney, une salamandre aussi sur la quête des Pommes d’or. Otterney s’est débrouillé pour détourner les travaux des jardins de Versailles et de plusieurs autres, incarné dans André Lenôtre. Pendant la Révolution, la marquise de Coatanscour est arrêtée et emprisonnée à Brest où elle sera également guillotinée le 27 juin 1794. Cependant, elle échappe de peu à la lame d’orichalque, grâce à un groupe de valeureux néphilims, qui voyagent dans le temps, mais cela est une autre histoire.
Confisqué par la Nation, Kerjean sert de garnison puis est vendu, en 1802, à la famille Brilhac. Celle-ci participera au démantèlement d’une partie du château en vendant des pierres de la muraille et de l’aile des remises ainsi que le plomb des toitures. Les familles Forsanz et Coatgoureden succèdent aux Brilhac et maintiennent le château en état. Le château est vendu, en 1911, à l’Etat qui le classe aussitôt Monument Historique. Il n’est pas pour autant visitable. La demeure, d’un grand intérêt ésotérique, est récupérée par les agents du Denier. Ces derniers estiment qu’elle ne peut être laissée aux mains des néphilims, car cela encourage la poursuite de l’Atalante. Hors l’Atalante Fugitive est pour les synarques un anathème, puisque son passage provoque un terrible désordre dans les champs magiques, forçant la Pierre Angulaire à recommencer à 0 tous les calculs concernant cette zone. Les synarques ne comprennent pas comment fonctionnent la quête, mais pour eux, il est clair que ne pas s’intéresser à l’Atalante reste un moyen sûr de ne pas progresser dans cette quête et donc de finir par l’attirer quelque part. Le degré du denier qui se trouve là ne sait pas pourquoi il doit empêcher quiconque de pénétrer dans le bâtiment, mais c’est ce qu’ils font depuis presque un siècle. Ils sont une dizaine d’anciens criminels reconvertis qui passent leur temps autour du manoir (ils n’ont pas le droit d’y entrer), armés et dangereux. Ils s’engagent entre eux mutuellement depuis 1923, et reçoivent leur paye par transaction bancaire suisse. Selon la légende, les deux personnes qui ont engagés les premiers gardiens étaient un petit roux et une large brute, tous les deux des tueurs sans foi ni loi. La quête de l’Atalante Fugitive est du pain béni pour l’Antisynarque, l’Homme au Pentagramme qui pilote vaguement les destinations des pjs. Lors de leur prochain voyage dans le Manoir exochrone, les pjs reçoivent par un biais ou un autre un message les remerciant de leur découverte, et ils gagnent 3pdA.
Lannion
Lannion est une ville pont sur le Léguer. La proximité de l'embouchure du Léguer fait que le niveau de la rivière au centre ville varie de plusieurs mètres en fonction des marées. Quelques auteurs attribuent l'origine de Lannion à la destruction de Lexobie (l'actuel Yaudet ?) par les Danois en 836. Le Yaudet, ou en breton, Ar Yeoded, aurait été occupé par les Yadètes. On devait ajouter naguère au mot Yaudet ou Yeoded, le mot Koz (vieux) pour indiquer que cette cité était la plus ancienne des cités de cette région. Les Romains eurent vite fait de changer le nom de Koz-Yeoded en Vetus-Civitas ou Vieille Cité. Les rares rescapés remontèrent la rivière du Guer jusqu'à une large vallée formée par le confluent de deux ruisseaux se jetant dans le Guer, et entourée de collines. Ces rescapés construisirent leurs demeures au bord du Guer (actuel Leguer) face à la colline de Brélévenez. Depuis plus de 300 ans, ce territoire était sous la domination d’une famille Huon autour de laquelle se groupaient plusieurs autres familles, formant ainsi une force assez imposante. Lannion est un passage obligé pour franchir le Léguer au plus près de la côte, surtout à marée haute. Du temps des Romains, pour aller du Yaudet par la terre vers l'est, les routes passaient inévitablement par Lannion. Le Leguer, comme les autres cours d'eau, était une voie de pénétration facile pour les envahisseurs, aussi Lannion est dotée d'un château attesté dès le Moyen-Âge. Le naute Auguste de Villiers de L'Isle-Adam a passé son enfance dans cette ville.

En 1960, l'implantation du Centre national d'étude des télécommunications (CNET, devenu France Télécom R&D, maintenant Orange Labs), imprime une forte orientation à l'industrie de la ville. Le CNET lance sa première fusée, Véronique, en 1957. En recherche spatiale, le CNET ajoute à ses compétences en radioélectricité sa technicité en matière de fusées puis de satellites. Il est ainsi capable de proposer rapidement au CNRS naissant de premières réalisations, avec le premier satellite scientifique français FR1 et avec le sondeur ionosphérique à diffusion incohérente. Des systèmes expérimentaux sont réalisés par le CNET, Antinéa en 1958, Ramsès en 1965, qui équipe le laboratoire de Lannion. Le but est d’augmenter la puissance de calcul des machines, grâce à des éolims emprisonnés dans des transistors fabriqués en terres rares. Pierre Marzin, directeur général des Télécommunications, initiateur du développement économique de la ville dans les années 1960 en obtenant l'implantation d'un établissement du CNET, est un chevalier au service direct de Monseigneur, qui s’occupe des transmissions au sein de l’Ordre. C’est lui qui gère la crypte de Brélévenez. Il dirige le CNET de 1953 jusqu’en 1967.

Le centre de télécommunication spatiale de Pleumeur-Bodou (CTS), situé dans les Côtes-d'Armor, en Bretagne, est à l'origine de la première transmission télévisée en mondiovision via le satellite « Telstar » dans les années 1960. Sous l'impulsion de Pierre Marzin, breton d'origine et directeur du CNET à l'époque, il est décidé fin août 1961 de construire le radôme (contraction du mot : « radar » et de « dôme »). Cette coopération entre les différents baillages et ordres, dont les Veilleurs, la Milice du Christ et l’Ordre des Chevaliers de Saint André du Chardon d’Ecosse, permet de développer un réseau de surveillance mondial des conversations téléphoniques, grâce à un homoncule envoyé dans l’espace. Pleumeur-Bodou en Bretagne ayant un sol particulier (roche granitique), une localisation particulière (absence de perturbations électromagnétiques), un horizon très dégagé et une proximité des laboratoires du CNET de Lannion, font que ce site sera choisi. Le 11 juillet 1962, à 0H47, la commune est le théâtre de la première télécommunication transatlantique (images télévisées) en direct par satellite entre Andover (États-Unis) et Pleumeur-Bodou. Le général de Gaulle viendra inaugurer ce nouvel outil de télécommunication le 19 octobre 1962 sur invitation de Pierre Marzin, et à cette occasion, un menhir gravé dressé devant le radôme sera inauguré également ce jour là afin de commémorer cet événement. Ce menhir est la stase d’un homoncule très puissant protégeant le site à l’aide de plusieurs invocations de kabbale.

Brélévenez
L'église de la Trinité (vers 1200 – début XVème siècle), jadis appelée Notre-Dame des Neiges. Elle est construite en haut de la colline du Crec'h Tanet, auquel on accède par un escalier de 138 (ou 140) marches, bordé de maisons construites au début du XIXème siècle. Derrière le sanctuaire passe la rue des Templiers, sur le bord de laquelle se tient une hostellerie portant le même nom, jouxtée par tout un ensemble de bâtiments en ruines. Le propriétaire nous a renseignés : le lieu-dit, au cadastre, se nomme « Mur an Vern Bras », ce qui, en Breton, signifie « l'Eminence du Grand Mât ». Jadis, l'hostellerie et le manoir, situé à proximité, faisaient avec l'église, partie d'un vaste complexe fortifié, protégé par deux enceintes extérieures. L'église a subi des remaniements aux XIVème, XVème et XVIIème siècles. A l'extérieur : le chevet et le porche sud datent du XIIème siècle ; le porche est surmonté de trois piliers du XVIIème siècle. Cette église a été édifiée par les religieux du Temple. Les Templiers en effet possédaient des domaines dans la paroisse de Brélévenez. A noter d’ailleurs que l’on a découvert à l’intérieur d’une des chapelles de l’église elle-même, plusieurs pierres tombales sur lesquelles étaient gravés les croix et les insignes de l’ordre du Temple. Sur plusieurs vitraux du chœur on voyait peinte la croix de gueules des Templiers, entourée de l'orle ou cercle d'or, telle qu'elle se voyait d'ordinaire sur le baculus ou bâton magistral, insigne spécial de la dignité de grand-maître du Temple. Le chevalier Godeffroy de Kermel fonde en 1421 la chapellenie de Sainte Marguerite. L'église est fortifiée à la fin du XIVème siècle par le comte de Penthièvre et le connétable de Clisson. Ce que l'intérieur de Brélévennez offre de fort remarquable, est un grand bénitier de forme carrée, qui se trouve scellé dans une niche du mur à gauche en entrant. Ancienne mesure servant à peser le blé, elle fut enchantée par les templiers, dans le but d’empoisonner des néphilims invités à un pardon. Les hosties consacrées, perverties par l’orichalque, étaient offertes aux participants. Les néphilims incapables de consommer l’hostie étaient rapidement éliminés par la foule en délire.

Sous le chœur de l'église de Brélévennez est une crypte ou chapelle souterraine dans laquelle on voit un saint sépulcre environné d'une grille et accompagné de plusieurs statues ; mais tous ces ouvrages sont modernes. La date est exprimée dans l'inscription que l'on voit sur une grande tombe plate faisant partie du pavé de cette chapelle ; on y lit : Ci git noble discret mi (messire) Claude Legou, recteur de céans pandan 38 ans, par les soins duql a été fait ce sépulc. le grant autel, la sacris. et autres traveau. Décédé le 27 déc. 1700. p. di. p. lui (priez Dieu pour lui). Cette crypte et ses accessoires n'ont donc pu être faits que dans les dernières années du XVIIème siècle. Dans cette crypte se réunissent les frères dans des consommations de drogue sacrée, de façon à discerner les champs magiques et à pénétrer dans les akashas.
Le Château de Tonquédec
Tonquédec se situe dans le Centre du Trégor ("Argoat", le pays des bois), région située à l’ouest du département des Côtes d’Armor (22), à environ 10 Km au sud-Est de Lannion. Tonquédec tire son nom du château. Ce nom est composé de deux mots bretons "ton quédec" ou "guedet", lesquels signifient "lieu élevé où l'on fait bonne garde". La toponymie y révèle la présence d'installations religieuses ou templières : Le Mouster, monastère, L'hôpital, Stang-an-Clan, étang du malade...

Du haut de sa corniche rocheuse, les ruines du château de Tonquédec, avec leurs onze tours et une enceinte close, dominent la vallée du Léguer. C'est un véritable vestige de la Bretagne féodale, et la propriété de l’Ordre de l’Hermine. Le début de la construction remonte au XIIe siècle par la famille de Coëtmen - Penthièvre, puînée des ducs de Bretagne. Il a été démantelé sur ordre du duc Jean IV en l'an 1395 à cause d'un conflit l'opposant aux Penthièvres. En effet, Rolland II et Rolland III de Coëtmen, vicomtes de Tonquédec, se sont alliés à la rébellion d'Olivier de Clisson. La reconstruction de l'édifice debute à partir de 1406 par Rolland IV de Coëtmen. Il a ensuite changé plusieurs fois de propriétaires, avant d'être classé comme place forte pour l'artillerie en 1577. La famille de cette époque (Goyon de La Moussaye), étant protestante, était donc en désaccord avec le roi Henri IV. Pendant les guerres de la Ligue, le château sert de cachette aux huguenots, il est finalement démantelé vers 1626 sur décision de Richelieu.

En 1665, le père Julien Maunoir, invité par Vincent de Meur, supérieur du séminaire des Missions étrangères, Chevalier mage des manteaux noirs de l’Ordre de l’Hermine, vint prêcher une mission à Tonquédec et y guérit une fille "qu'on croyait obsédée et qui probablement n'estoit que folle" en extrayant le néphilim à l’intérieur en le transperçant d’une lame d’orichalque.

En 1789, Le château de Tonquédec appartient à René-André du Quengo, vicomte de Tonquédec, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis. En 1792, capitaine de cavalerie, il tente d'émigrer, mais il est arrêté dans le port de Boulogne, porteur de lettres de madame Élisabeth pour le comte d'Artois. Il est emprisonné, ramené à Paris et finalement libéré, mais assigné à résidence dans la capitale. Lorsque la famille Quengo récupère son bien, à la restauration, il est dans un tel état qu’il échoue entre les mains de la famille Rougé, héritiers de manteaux blancs et noirs issus de l’ordre de Malte.
1   2   3   4   5

similaire:

La femme moderne fait du sport, fume, conduit, travaille. La coupe de cheveux à la mode est la coupe Beatles. On porte des pantalons à coupe large. Pour être un icon12 Le phénomène de coupe L'ugv offre des conditions de coupe excellentes,...
«Vallée de la mort», où les conditions de coupe sont dégradées (usure rapide de l'outil, mauvais état de surface )

La femme moderne fait du sport, fume, conduit, travaille. La coupe de cheveux à la mode est la coupe Beatles. On porte des pantalons à coupe large. Pour être un iconBmw media Information 1/2006 Page L e coupé bmw table des matières. Le coupé bmw (Résumé)
«pli Hofmeister», la biplace se révèle au premier coup d’œil comme une bmw sportive

La femme moderne fait du sport, fume, conduit, travaille. La coupe de cheveux à la mode est la coupe Beatles. On porte des pantalons à coupe large. Pour être un iconHair Prestige Tarifs & Prestations Coiffure-Beauté Femme : Création...

La femme moderne fait du sport, fume, conduit, travaille. La coupe de cheveux à la mode est la coupe Beatles. On porte des pantalons à coupe large. Pour être un iconAttention : le devoir doit être entièrement rédigé !
«Il n'y a rien de pire pour nous, sur le plan humain et sanitaire, parce que l'on ne coupe pas la chaîne de contamination». (…)

La femme moderne fait du sport, fume, conduit, travaille. La coupe de cheveux à la mode est la coupe Beatles. On porte des pantalons à coupe large. Pour être un iconRésumé : Ce travail de recherche porte sur un médicament, le Mediator,...
«coupe faim» par des personnes non diabétiques est à l’origine d’un scandale sanitaire en raison d’effets secondaires très graves...

La femme moderne fait du sport, fume, conduit, travaille. La coupe de cheveux à la mode est la coupe Beatles. On porte des pantalons à coupe large. Pour être un iconL’aquitaine accueille la coupe du monde de rugby
«Le rugby est plus que le rugby. Ce qu’il contient de charges émotionnelles et affectives dépasse la pelouse et se diffuse dans toute...

La femme moderne fait du sport, fume, conduit, travaille. La coupe de cheveux à la mode est la coupe Beatles. On porte des pantalons à coupe large. Pour être un iconN°2 Patient de 55ans adressé aux urgences pour hémiplégie g complète...

La femme moderne fait du sport, fume, conduit, travaille. La coupe de cheveux à la mode est la coupe Beatles. On porte des pantalons à coupe large. Pour être un iconSynthèse vocale
«Coupe-mot» est conçu pour aider les enfants à découper visuellement les syllabes et sons complexes dans les mots. IL peut aider...

La femme moderne fait du sport, fume, conduit, travaille. La coupe de cheveux à la mode est la coupe Beatles. On porte des pantalons à coupe large. Pour être un iconFacteurs de risque et stratification du risque cardio-vasculaire
«rescare», rocher escarpé : ce qui coupe, designe un danger, un inconvénient plus ou moins prévisible

La femme moderne fait du sport, fume, conduit, travaille. La coupe de cheveux à la mode est la coupe Beatles. On porte des pantalons à coupe large. Pour être un iconQui permet de visualiser l’intérieur d’une articulation à l’aide...
«C» très ouvert, l’externe en forme de «C» très fermé (triangulaires à la coupe)





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com