Initi@tive 2004. Telemecanique : 80 ans de leadership dans les automatismes





télécharger 51.15 Kb.
titreIniti@tive 2004. Telemecanique : 80 ans de leadership dans les automatismes
date de publication16.10.2016
taille51.15 Kb.
typeLeadership
m.20-bal.com > commercialisation > Leadership







Communiqué de presse



Bruxelles (Belgique), le 04 décembre 2003

Initi@tive 2004. Telemecanique : 80 ans de leadership dans les automatismes
C’est en 1924 que Pierre et André Blanchet fondent « La Télémécanique Electrique », ou plutôt « Manufacture d’appareillage Electrique », puisque l’entreprise ne prend son nom définitif qu’en 1928.

De 1924 à 1980


Dès sa création, Telemecanique fait preuve de dynamisme technologique en inventant le premier contacteur sur barreau. L’entreprise développe en 1925 les relais thermiques, les interrupteurs à flotteurs et les manomètres. Elle se lance dans la fabrication de contacteurs de 40 A, de minuteries, de boîtes de distribution, de boutons-poussoirs, d’interrupteurs de position et de relais. Telemecanique met au point les relais thermo-magnétiques, présente en 1935 le démarreur-moteur en coffret DRT-12 et dans les années 50 développe les séries de boutons-poussoirs XB2-M, les canalisations électriques préfabriquées Canalis, les contacteurs à haute fréquence.

Au fil des années, ses ingénieurs standardisent les contacteurs blocs série B et développent la production d’automatismes industriels. Elle présente en 1966, avec la génération du Téléstatic (modules statiques à base de transistors réalisant les fonctions logiques), de nouvelles techniques pour la commande, le pesage et la mesure numérique, la commande des moteurs via la variation de vitesse (VAR 100 et 200), la commande et la signalisation de défauts

d’ équipements d’ascenseurs. A cette époque, Telemecanique développe le TM7, un nouveau tableau de distribution débrochable pour la commande centralisée de moteurs. 1973 voit la mise sur le marché des contacteurs série D qui deviendront la référence mondiale, alors qu’en 1975 naissent les premiers automates programmables TSP 100, suivis en 1978 par la génération des automates TSX 60 et 80.
En 1960, 10 % de son activité est générée par la fabrication de produits et 90 % par les installations d’équipements et de systèmes. Dans les années 1980, ces proportions se trouvent inversées. Telemecanique est alors devenue un des leaders mondiaux en constituants électromécaniques, pneumatiques et électroniques pour l’automatisation des machines et des processus industriels.

De 1980 à nos jours


Toute machine obéit à un équipement de commande. C’est en exploitant la différence entre les équipements de commande de la première ère industrielle et ceux d’aujourd’hui que Telemecanique entre dans l’ère de la productique. Les équipements qu’elle développe contrôlent le fonctionnement des organes de la machine. Ils contribuent aussi à insérer cette dernière dans le système automatisé de gestion de production de l’atelier auquel elle appartient. La mise en place d’une telle organisation implique la compatibilité entre les systèmes de commande et d’information. Et cela, Telemecanique l’avait compris très tôt.
Riche d’une brillante histoire au terme de son parcours industriel, Telemecanique confirme alors sa position de leader sur le marché des produits d’automatismes.

Ses équipements couvrent désormais quatre types de fonctions à chacune desquelles correspond une gamme d’appareils :

- L’acquisition de données par les capteurs, les cellules photoélectriques, les thermostats et autres pressostats,

- Le traitement de ces données par les automates programmables industriels,

- Le dialogue homme-machine à l’aide d’écrans de contrôle, de voyants lumineux, de claviers, de boutons-poussoirs,

- La commande de puissance réalisée à l’aide de contacteurs, de distributeurs pneumatiques et de variateurs de vitesse.
Ainsi, en acquisition de données de nombreuses gammes de capteurs seront lancées avec, entre autres les détecteurs photoélectriques Osiris en 1996, suivis en 2002 de l’offre Global Detection regroupant les familles de détecteurs inductifs et photoélectriques, et les familles d’interrupteurs de position et de pressostats.

Dans le domaine du traitement des données, les automates de la série 7 succèdent en 1984 aux modèles de la série précédente et le premier réseau local industriel Telway 7 fait son apparition. Viendront après le micro automate TSX 17, l’atelier logiciel de programmation X-TEL, le nano automate TSX 07, le Micro, le Premium et enfin en 2002 Twido.

Le dialogue homme-machine s’enrichit dès 1980 de la nouvelle série de boutons-poussoirs et voyants XB2-B. 1986 voit la commercialisation des terminaux de dialogue XBT à écran et clavier, tandis qu’en 2000 est lancée la gamme Harmony, boutons-poussoirs, voyants et colonnes lumineuses.

La fonction commande de puissance enregistre au cours de ces 20 années le lancement de nombreuses gammes : les disjoncteurs électromagnétiques GV1 en 1980, le contacteur-disjoncteur Integral 32/63 qui constitue une première mondiale en 1983, les contacteurs de la nouvelle série D en 1990, puis les contacteurs TeSys modèle D en 2000 et enfin TeSys modèle U, premier contrôleur-démarreur du marché en 2002. La commande et le contrôle des moteurs à l’aide de variateurs de vitesse est tout aussi riche avec les premières générations Altivar dans les années 80, suivies des séries Altivar 16 et 66, Altivar 08, 58 et 68, et enfin Altivar 11 en 2002, le plus petit variateur du marché sur son secteur.
Sa vitalité technologique s’accompagne d’un développement économique dynamique. Très tôt, l’entreprise s’organise pour conquérir les marchés internationaux. En 1934, elle ouvre sa première filiale à Bruxelles (Belgique) suivie l’année suivante par celle de Milan (Italie).

Forte en 1987, de ses 14 000 « télémécaniciens » dont près de 40 % travaillent à l’étranger, elle est leader mondial des contacteurs à composition variable. Cette année-là, Telemecanique réalise un chiffre d’affaires consolidé de 6,87 milliards de francs pour un résultat net de 673 millions de francs. Elle est le premier constructeur français de constituants d’automatisme, occupe le troisième rang mondial et le deuxième européen. Elle est aussi - fait moins connu - le premier fabricant de canalisations électriques préfabriquées, lancées dès 1953, et commercialisées sous le nom de Canalis. Sa puissance industrielle s’appuie sur 50 unités de production, 4 000 points de vente et un réseau de filiales couvrant le monde entier.
Lorsqu’en 1988, Telemecanique intègre Schneider SA, l’entreprise compte 14 500 employés, 32 filiales hors de France et 4 100 bureaux de ventes. Telemecanique réalise alors plus de 58 % de son chiffre d’affaires à l’étranger dont 39 % par le biais de ses 15 filiales européennes. En 1994 Telemecanique et Merlin Gerin fusionnent et deviennent, l’année suivante, Schneider Electric Industries SA.

En 2003, Telemecanique devient la marque spécialiste unique et mondiale de Schneider Electric pour les produits de contrôle industriel et les automatismes.
Dès l’origine, une composante sociale forte

Dès les années 30, Telemecanique est déjà décrite comme une communauté futuriste sur le plan social. L’entreprise se distingue par ses avancées sociales comme l’intéressement du personnel au capital de l’entreprise et les congés payés dès 1931. Une charte définit les liens qu’elle tisse avec chacun de ses membres.

Ainsi : reconnaissance de l’initiative individuelle comme moteur principal de l’efficacité du groupe, recherche d’une rémunération adéquate de l’efficacité, maintien de l’emploi, information pour obtenir l’adhésion, respect des libertés individuelles sont des valeurs communes à tous les « télémécaniciens ».

Dès 1948, les augmentations de capital réservent une part au personnel. Les salariés détiennent

18 % de Telemecanique en 1959. Maintenue d’année en année, la participation se renforce en 1986 avec l’arrivée du Plan d’Epargne Entreprise et en 1987 par la mise en place d’un plan d’options sur actions.

A propos de Schneider Electric
Schneider Electric

Apporter le meilleur du New Electric World

A chacun, à tout moment, et en tout lieu
Spécialiste mondial de la distribution électrique et des automatismes grâce à ses marques mondiales Merlin Gerin, Square D et Telemecanique, Schneider Electric développe une offre globale de produits et de services pour les marchés du résidentiel, des bâtiments, de l’industrie et de l’énergie et des infrastructures.
Les 74 814 personnes de Schneider Electric ont réalisé en 2002 un chiffre d'affaires de 9,1 milliards d'euros à travers 13 000 points de vente dans 130 pays.
Telemecanique : les grandes dates

Inventeur du premier contacteur sur barreau en 1924, Telemecanique a rapidement élargi ses activités pour devenir le spécialiste du contrôle industriel et de l'automatisation.

Sa politique sociale est, dès 1931, à l'avant-garde des entreprises françaises et de la législation.

Implanté très tôt hors de France, Telemecanique a créé, de 1950 à 1988, un important réseau de filiales sur tous les continents.

1924

Acquisition par Michel Le Gouellec de la "Manufacture d'Appareillage Electrique" qui deviendra "La Télémécanique Electrique" en 1928.

André Blanchet dépose le brevet du premier contacteur sur barreau.

La société démarre la production de contacteurs 40 A, minuteries, distributeurs, boutons-poussoirs, contacts d'arrêt, relais.
1925

Intéressement du personnel au chiffre d'affaires.

Lancement du premier relais thermique, interrupteurs à flotteur, manomètres.
1926

Création du Service Après-Vente. Développement d'agences en France : Grenoble, Lille, Nantes, Metz, Lyon...
1928

Ouverture de la première agence en Belgique, première implantation à l'étranger.
1931

Quinze jours de congés sont accordés à tout le personnel.
1935

Construction à Nanterre (en région Parisienne) d'une station d'essais à grande puissance pour étudier le pouvoir de coupure des contacteurs.

Développement des relais magnéto-thermiques et du démarreur-moteur en coffret DRT-12.
1937

L'intéressement au chiffre d'affaires est abandonné au profit d'une prime d'intéressement aux résultats pour l'ensemble du personnel.

Parution du premier journal d'entreprise.
1946

Création du Comité d'entreprise et étude d'un barème des fonctions.

Mensualisation de l'ensemble des employés.
1950

Développement de la gamme XB2-M, boutons-poussoirs et voyants.
1951

Création d'un réseau de distributeurs exclusifs en France.
1953

Lancement de Canalis, canalisations électriques préfabriquées pour la distribution électrique dans les bâtiments.
1954

Signature avec Merlin Gerin d'accords de rationalisation de leurs offres.

Commercialisation de la deuxième génération de démarreurs en coffret DRT-16.
1956

Mise au point de contacteurs haute fréquence.
1960-1970

Création de 11 filiales : Italie, Pays-Bas, Suède, Portugal, Grande Bretagne, Norvège, Suisse, Canada, Espagne, Danemark et USA.
1963

La surface de production atteint 61 700 m2 avec 12 usines. Les effectifs sont désormais de 4 000 personnes.

La société compte 12 filiales hors de France et 240 agents et distributeurs.
1964

Développement d’une gamme de contacteurs blocs série B.
1965

Nouvelles implantations commerciales à Lille, Montpellier, Orléans, Toulouse.
1966

Développement du Téléstatic (modules statiques à base de transistors) donnant accès aux techniques numériques pour le contrôle commande, le pesage-dosage, la mesure, le pilotage des moteurs (via les variateurs de vitesse VAR 100/200), la commande et la signalisation de défauts des équipements d’ascenseurs...

Mise au point d'un nouveau tableau débrochable pour la commande centralisée des moteurs, le TM7.
1968

Intéressement du personnel aux fruits de l'expansion.

Développement des gammes de contacteurs auxiliaires CA2-A et de contacteurs série C.
1969

Lancement des relais d’automatisme CA2-F.
1971-1988

Création de 14 filiales : Afrique du Sud, Australie, Autriche, Colombie, Singapour, Iran, Finlande, Japon, Venezuela, Mexique, Grèce, Argentine, Hong-Kong et Turquie.
1973

Développement de la nouvelle série de contacteurs série D qui deviendront la référence mondiale dans leur domaine.
1975

Naissance du premier automate programmable TSP 100.
1978

Mise sur le marché de la première génération d’automates avec le modèle TSX 80.
1980

Poursuite du lancement automates avec le modèle TSX 60.

Commercialisation des disjoncteurs magnéto-thermiques GV1 et des boutons-poussoirs et voyants XB2-B.
1981-1982

Naissance de la première colonne lumineuse industrielle XVA.

Sortie des contacteurs série E et des mini automates TSX11/21.
1983

Première mondiale avec le développement du contacteur-disjoncteur Integral 32/63.
1984-1985

Lancement de la deuxième génération d’automates, série 7, avec les modèles TSX 47, 67 et 87. Apparition du premier réseau local industriel Telway.
1986-1987

Développement du terminal de dialogue homme-machine XBT avec écran et clavier.
1988

Avec 14 500 personnes, 32 filiales hors de France et un chiffre d'affaires de 8 milliards de FF, Telemecanique entre dans le Groupe Schneider.

Lancement du micro automate TSX 17.
1990-1992

Commercialisation d’une nouvelle gamme de contacteurs série D, de l’atelier logiciel X-TEL pour la programmation des automates, des portables industriels FTX 417/507 compatibles PC.
1993-1995

Fusion de Telemecanique et de Merlin Gerin en 1994.

Développement des contacteurs série K, des disjoncteurs magnéto-thermiques GV2, des contacteurs-disjoncteurs Integral 18, des contacteurs de puissance série F et du nano automate TSX 07.

Lancement d’une nouvelle génération de variateurs de vitesse Altivar 16 et 66.
1996-1999

Lancements des gammes de cellules photoélectriques Osiris, des unités de commande et de signalisation Harmony, d'un nouveau concept d'aide à la mise en œuvre du dialogue homme-machine et des départs-moteurs avec les solutions TegoDial et TegoPower, des variateurs de vitesse Altivar 08 et 58, du micro automate TSX 37 et de la plate-forme d’automatisme Premium.
2000-2001

Naissance de TeSys, la nouvelle génération de disjoncteurs, contacteurs et relais de protection thermique, inscrite dans la continuité de la série D. Une innovation majeure : la technologie QuickFit permet d'effectuer les connexions sans outils et sans câbles, générant un gain de temps de 50 % à la mise en œuvre.

Commercialisation du module programmable Zelio Logic.
2002-2003

Lancement de nouvelles gammes de produits de contrôle industriel et d’automatisme embarquant de plus en plus d’intelligence, simples à mettre en œuvre et ouverts aux standards de communication du marché. Sa devise est « Simply smart », qui se traduit par « davantage d’ingéniosité et d’intelligence pour une utilisation toujours plus simple ». Parmi ces gammes : Global Detection (détecteurs photoélectriques et inductifs, interrupteurs de position et capteurs de pression), TeSys modèle U, premier contrôleur démarreur de marché, Altivar 11, Altistart 48, Twido (nano automate), Magelis IPC (PC industriels), Vijeo Look (logiciel de supervison), etc.
En avril 2003 la marque Modicon, qui avait intégré Schneider Electric en 1994, devient un nom de gamme de produits de la marque Telemecanique. Il faut rappeler qu’en 1968, aux Etats-Unis, Modicon a inventé le premier automate programmable.




Communication Financière :

Schneider Electric

Alexandre Brunet

tél. +33 (0)1 41 29 70 71

fax +33 (0)1 41 29 71 42

www.schneider-electric.com

Euroclear : 12197

Contact Presse :

Schneider Electric

Véronique Moine

Michel Rochon
tél. +33 (0)1 41 29 70 76

fax +33 (0)1 41 29 71 95 tél. +33 (0)1 41 29 70 76 tél. +33 (0)1 41 29 70 76

Contact Presse :

DGM

Michel Calzaroni

Olivier Labesse
tél. +33 (0)1 40 70 11 89

fax +33 (0)1 40 70 90 46




similaire:

Initi@tive 2004. Telemecanique : 80 ans de leadership dans les automatismes iconB Leadership dans le Datacenter 19

Initi@tive 2004. Telemecanique : 80 ans de leadership dans les automatismes iconÉcret n° 2004-777 du 29 juillet 2004 relatif à la mise en œuvre du...

Initi@tive 2004. Telemecanique : 80 ans de leadership dans les automatismes iconÉcret n° 2004-777 du 29 juillet 2004 relatif à la mise en œuvre du...

Initi@tive 2004. Telemecanique : 80 ans de leadership dans les automatismes iconInterrompt souvent les autres ou impose sa présence (par exemple:...

Initi@tive 2004. Telemecanique : 80 ans de leadership dans les automatismes icon! Parmi tous les patients, Mr D, 62 ans attent patiemment dans son...

Initi@tive 2004. Telemecanique : 80 ans de leadership dans les automatismes iconLe paa-maroc a réalisé 54% de ses engagements
«leadership», s’est fixé comme objectifs, la gestion et la réduction des risques posés par le changement climatique dans les systèmes...

Initi@tive 2004. Telemecanique : 80 ans de leadership dans les automatismes iconJe travaille depuis 10 ans en tant qu'infirmière dans l'unité d'admission...
«de bonne éducation», généreux et attentionné. Mais aussi dans les moments où, ne canalisant pas sa production délirante, IL est...

Initi@tive 2004. Telemecanique : 80 ans de leadership dans les automatismes iconPlus de 3 ans d’expérience technico-fonctionnelle dans les technologies de l’information

Initi@tive 2004. Telemecanique : 80 ans de leadership dans les automatismes iconStage de Recherche en Océanographie-2009
«fond» dans un lagon oligotrophe «clair» est en cours, (projet pnts-= 2007-2010; Despinoy et al., 2004; Minghelli-Roman et al., 2007)...

Initi@tive 2004. Telemecanique : 80 ans de leadership dans les automatismes iconLeadership ou bien de





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com