Bulletin d’adhésion et de renouvellement. P 29





télécharger 184.46 Kb.
titreBulletin d’adhésion et de renouvellement. P 29
page1/4
date de publication10.10.2019
taille184.46 Kb.
typeBulletin
  1   2   3   4
SOMMAIRE DU BULLETIN n° 59. MARS 2007.
Editorial : Nuages P  3 
Compte-rendu du Comité de l’UPLS du 27 janvier 2007 P 5
Compte-rendu de l’Assemblée générale de l’UPLS du 27 janvier 2007 P 6
Annexe au CR de l’Assemblée générale : Liste des adhérents présents et représentés P 9
Annexe au CR de l’Assemblée générale : Rapport Financier P 10 
Statuts de l’UPLS (modifiés par l’AG du 27 janvier 2007) P 11
Compte-Rendu des réunions avec les jurys des concours Mines-Ponts

Et Centrale-Supélec. P 15
Lettre des Présidents de l’Aphec, de l’APPLS et de l’UPLS au Ministre de l’Education

Nationale relative au Décret de 1950 . (24 Janvier 2007) P 16
Annexe à cette lettre : étude de cas P 17 
Lettre du directoire de la Conférence des Classes Préparatoires au Directeur de Cabinet

Du Ministre de l’Education Nationale. (15 Février 2007) P 19 
Mémorandum adressé à la presse sur la Conférence des Classes Préparatoires. P 20
Convention « Conférence des Classes Préparatoires » P 21
Lettre de Daniel Boitier, Président d’Honneur de l’UPLS . « L’UPLS doit continuer » P 23
Les adhérents de l’UPLS publient. P 25
Dernière minute : Programme de Lettres-Philo 2007-2008 . P 27
Bulletin d’adhésion et de renouvellement. P 29 
Éditorial

Nuages

Le destin des classes préparatoires semble être de vivre dans l’incertitude, sous la menace et dans l’angoisse… Rien n’en transparaît guère au jour le jour face aux étudiants, heureusement, et nous finissons aussi par nous habituer. Quels nuages encombrent aujourd’hui l’horizon ? On peut repérer dans notre ciel deux nébuleuses porteuses d’orages.
*
L’une est la révision, désormais publiée (et que l’on peut trouver sur notre site), du Décret de 1950. Nos obligations réglementaires de service (ORS) y sont redéfinies. Et tout le monde ne se trouve pas logé à la même enseigne.

Ceux et celles qui ont un service complet en CPGE n’ont pas (ou pas trop) de soucis à se faire. Les nouvelles dispositions confirment et consolident la circulaire du 30 mars 2004 : maxima à 10 heures hebdomadaires en seconde année et 9 en première, avec 1 heure en moins si une classe a un effectif supérieur à 35 et 1 en plus si aucune classe n’a au moins 20 élèves, étant entendu que l’on continue à caler la norme sur la situation de service la plus favorable pour le professeur : par exemple, une seule classe de seconde année avec 36 élèves donne une ORS de 8 heures.

Il ne devrait cependant plus être possible de « cumuler », c’est-à-dire de garder une ORS de 8 heures si aucun effectif ne dépasse 35 en seconde année et même s’il y a en première année un (ou des) effectif(s) supérieur(s) : en ce cas, l’ORS sera de 9 heures.

Mais ce sont les collègues qui doivent assurer un complément de service dans le secondaire qui risquent d’être lourdement pénalisés. En effet, la stricte application du Décret révisé empêcherait d’une part de compter les heures assurées en CPGE parmi celles requises pour bénéficier de la « première chaire », et d’autre part d’appliquer plus d’une fois le coefficient 1,5 aux heures données en CPGE devant des classes parallèles. Ainsi, trois classes de première année dans nos disciplines en filière scientifique ne « vaudraient » plus 3 x 2 x 1,5 + 1 heure de « première chaire » = 10, mais 2 x 1,5 + 2 x 2 = 7, soit une « perte sèche » de 3 heures !

Il y a même lieu de redouter des alourdissements encore plus pénibles, comme le montre (plus loin dans ce numéro du bulletin) l’étude de cas adressée au Ministre, avec une demande d’audience en urgence des présidents de l’APHEC, de l’APPLS et de l’UPLS dès que nous avons pu avoir connaissance des mesures envisagées. Nous n’avons à présent reçu qu’un accusé de réception et l’avis que nos observations étaient transmises à la « Direction générale des Ressources humaines » (DGRH) – puisque c’est ainsi que la DPE (Direction des Personnels Enseignants) que nous connaissions a été rebaptisée dans le cadre d’une réorganisation du Ministère.

Inutile de préciser que nous n’avons jamais été consultés, que les syndicats (qui ont été informés) n’ont pu infléchir cette révision du Décret de 1950 et que les conséquences pour ceux qui enseignent partiellement en CPGE n’ont vraisemblablement guère prises en compte. Reste à savoir quels aménagements demeurent possibles dans l’application de ces nouvelles dispositions. Ce sera évidemment, pour les associations de professeurs de CPGE, une priorité dans les semaines et les mois qui viennent.
*
D’un autre côté, l’avenir même des classes préparatoires est remis en question. Certes, il convient de se réjouir de la publication prochaine d’un Décret aménageant celui de 1994 (qui réorganisait l’ensemble des CPGE), de manière à permettre aux étudiants de recevoir les « crédits » prévus dans le cadre du système européen LMD (licence en 3 ans, puis maîtrise en 2 ans et doctorat avec 3 ans de plus). Il convient, de même, de noter que, comme la DPE est devenue la DGRH, la DES (Direction de l’Enseignement supérieur) est devenue la DGSE (en ajoutant le G de « générale »), avec trois sous-directions correspondant aux niveaux L, M et D respectivement – les classes préparatoires relevant d’un bureau spécial de la sous-direction L et, pour leur budget, non plus du secondaire mais du supérieur …

Cette « rationalisation » est une consolidation. Elle n’a toutefois pas empêché de s’exprimer d’une part la tentation permanente d’intégrer plus ou moins radicalement les CPGE, sous le prétexte que celles-ci ne sont pas « diplômantes », à d’autres établissements d’enseignement supérieur, et d’autre part des critiques à l’encontre de la filière, accusée de rester trop scolaire et d’être dépassée, en étant notamment coupée du monde de la recherche et de l’innovation.

Ces reproches sont venus de la Conférence des Présidents d’Université (CPU). S’ils méritent d’être pris au sérieux, c’est en raison de la campagne présidentielle et de celle qui suivra pour les élections législatives, où des solutions simplistes ne manqueront pas d’être proposées.

Les CPGE représentent, d’une certaine manière, un enjeu : parce qu’elles sont la première étape de formations hautement « professionnalisantes », leurs effectifs se maintiennent et même progressent ; elles apparaissent aussi comme un moyen presque symbolique de promotion sociale et d’intégration. Cette image positive a cependant un double prix. Elle impose d’abord non seulement de réussir l’« ouverture sociale » – et sans démagogie –, mais encore de montrer que la « reproduction des élites » est loin d’être en soi nuisible. Elle requiert ensuite de préserver la spécificité et l’intégrité d’un « système » qui a fait ses preuves, étant bien entendu qu’évoluer constamment fait partie de ses caractéristiques.

Dans cette perspective, même s’il n’est pas question de nier les problèmes auxquels sont affrontées les universités, il faut maintenir que les CPGE n’en sont ni la cause ni le remède. Leur absorption au sein des facultés n’aiderait guère les trop nombreux étudiants qui y arrivent sans projet. Et tout recadrage autoritaire (par exemple en portant la scolarité « préparatoire » à 3 ans, en y offrant davantage de places, en ouvrant les concours à la fin du cycle L et en supprimant en contrepartie les « colles » et/ou des heures de cours) ne ferait que ruiner, en altérant gravement sa pédagogie, une « formule » qui « marche », sans offrir pour autant de solution aux masses de bacheliers que leur parcours dans le secondaire n’engage pas à se lancer dans des filières dites sélectives, fondées sur des disciplines « classiques ».

Par ailleurs, le soupçon d’une coupure avec la recherche ne tient guère. Ce n’est certes pas en CPGE que l’on « innove ». Mais c’est là que nombre de chercheurs acquièrent les bases indispensables. De surcroît, les enseignants de prépas sont de plus en plus titulaires de doctorats et les écoles où entrent leurs élèves collaborent avec toutes sortes de laboratoires (dont ceux des universités, qui n’ont cependant pas là plus qu’ailleurs de monopole).
*
Il importe bien sûr de développer les synergies qui existent déjà et d’améliorer les complémentarités dans le respect des identités de chacun et au service de l’intérêt général. C’est à quoi, entre autres, répond la création par les six associations de professeurs de CPGE de la « Conférence des Classes préparatoires », qui souhaite le dialogue avec tous les acteurs de l’enseignement supérieur, y compris la CPU. C’est aussi le consensus qui s’est dégagé de la dernière Assemblée générale de l’UPLS, dont on trouvera ci-après de larges échos.
Jean DUCHESNE

Compte-rendu du Comité de l’UPLS

tenu avant l’Assemblée générale

le samedi 27 janvier 2007 à 14 h 00 à l’École des Mines de Paris


Présents : Mmes et MM. E. Baudiffier, C. Belot, D. Boitier, R. Boulard, J. Duchesne,

G. Hocmard, H. Laizé, A.-M. Lereboullet, M.-C. Majorel, V. Marimpouy,

A. Méry, M.-E. Milhet, D. Réal, J. Reznikoff, P. Simon, M. Such, C. Taconet,

M. Thébault, S. Watkins.
Excusés: Mmes et MM. V. Guérin, D. Heiderscheidt, R. Jaulin, J.-M. Pannecoucke.

Cette réunion du Comité est consacrée à la préparation de l’Assemblée générale qui suit.
1. Renouvellement partiel du Comité
R. Boulard, D. Heiderscheidt, V. Marimpouy, A.-M. Lereboullet, A. Méry, M.-E. Milhet et D. Réal terminent leur mandat de trois ans. A.-M. Lereboullet et A. Méry n’en demandent pas le renouvellement. Pour les remplacer, Sylvie Watkins (anglais, Saint-Louis, Paris) qui assure, à la suite d’A.-M. Lereboullet depuis la rentrée le service des expéditions complémentaires, et Isabelle Guillot (lettres, ENCPB, Paris) acceptent d’entrer au Comité.
2. Modification des statuts
J. Duchesne en rappelle les motivations. Des propositions ont été diffusées et amendées en fonction des réactions et suggestions. Il est décidé de présenter à l’approbation de l’Assemblée générale le texte mis au point et diffusé le 21 janvier dernier.
3. Ordre du jour de l’Assemblée générale

Il est établi comme il apparaît ci-dessous dans le compte-rendu.
4. Participation à la Commission Amont de la Conférence des Grandes Écoles
H. Laizé remplacera désormais M.-E. Milhet pour accompagner J. Duchesne.

5. Prochaine réunion
Elle est prévue le mercredi 4 avril, à partir de 17 h 00, à l’École des Mines de Paris.

(Secrétariat de séance assuré par R. Boulard)
Compte-rendu de l’Assemblée générale de l’ UPLS

le samedi 27 janvier 2007 à 14 h 30 à l’École des Mines de Paris.

Le Président ouvre la séance à 14 h 30, en annonçant que le quorum des adhérents est atteint, grâce à l’envoi en nombre suffisant de pouvoirs par les adhérents (voir ci-joint la liste des présents et représentés).
1 . Rapport financier
Pierre Simon, Trésorier de l’UPLS, présente le rapport financier (voir document joint). Les comptes de l’UPLS présentent un solde légèrement bénéficiaire. À l’unanimité, la cotisation est maintenue à 25 euros (17 euros avec bouquet d’adhésions).

L’association compte 530 adhérents ayant effectivement cotisé en 2006. Une baisse du nombre des adhérents est constatée par rapport aux moyennes de la décennie précédente. Gérard Hocmard parle d’érosion. Rémy Boulard souligne la diversité des adhésions possibles (bouquets d’adhésions avec l’APHEC et/ou l’APPLS), qui finissent par multiplier les sollicitations, et également les départs en retraite de nombreux adhérents, dont les successeurs ne sont pas forcément informés des travaux de l’association ou attirés par elle. L’accès direct à certains sites d’école permet d’avoir ces informations relayées par l’association. Certains contretemps informatiques, dus à la maintenance cet été du serveur qui héberge le site de l’UPLS et retardant l’envoi d’information aux adhérents les plus férus d’informatique et d’Internet, expliquent peut-être en partie cette érosion. Pierre Simon signale la bonne fréquentation du site, notamment la partie modalité des concours. Certains rapports de concours ne peuvent être mis en ligne que tardivement, en fonction des publications ou mises en lignes de ces rapports par les écoles elles-mêmes.
Daniel Boitier, ancien président, évoque la nécessité de faire connaître tous les avantages dont l’UPLS a su, en trente ans d’existence, faire bénéficier ses adhérents et l’ensemble des professeurs enseignant les disciplines littéraires en classes préparatoires scientifiques.
2. Renouvellement partiel du Comité
Rémy Boulard, Danièle Heiderscheidt, Isabelle Guillot, Véronique Marimpouy, Marie-Élisabeth Milhet, Danielle Réal et Sylvie Watkins sont élus ou réélus à l’unanimité.
3. Mise à jour des statuts
Le président explique le besoin de rafraîchissement des statuts de l’UPLS, dont la première version datait de 1976  et qui avaient été révisés au début des années 1990 sous la présidence de Gérard Hocmard.
Parmi les points modifiés dans le document étudiés par le comité et soumis à la lecture des participants figure celui de la périodicité de parution du bulletin papier, et celle du transfert du siège (nominal) de l’association.

Après débat, il est décidé de ne pas préciser dans les statuts la périodicité du bulletin. Avec cette modification (consistant à supprimer deux mots dans la proposition adoptée par le Comité), l’Assemblée générale adopte les nouveaux statuts à l’unanimité.
4. Transfert du siège social
Les nouveaux statuts stipulent que le siège social de l’association peut être transféré sur décision du Comité, sous réserve d’approbation lors de l’Assemblée générale suivante. En l’occurrence, dans sa séance du 13 septembre 2006, le Comité a proposé de transférer le siège social de l’UPLS du Lycée Chaptal de Paris au Lycée Franklin-Roosevelt de Reims. Le Président demande à l’Assemblée générale d’approuver ce transfert. L’approbation est donné à l’unanimité, moins deux abstentions.
5. Création de la Conférence des Classes préparatoires
Il existe une convergence d’intérêts suffisante entre les diverses associations de professeurs de CPGE (APHEC, APPLS, UPA, UPLS, UPS et UPSTI) pour justifier la constitution d’une structure commune et bien visible, au service de l’intérêt général. Les présidents des six associations représentant l’ensemble des collègues exerçant en CPGE ont signé à cet effet une convention (voir texte joint) le 24 janvier 2007. Cette convention requiert l’approbation de chaque association membre. À la demande du Président, l’Assemblée générale approuve à l’unanimité la participation de l’UPLS à la Conférence des Classes préparatoires créée par cette convention.
6. Message du Président sur « l’état de l’Union » - Débat d’orientation générale
Le Président rappelle les multiples défis qu’affrontent aujourd’hui les CPGE :

  • création de l’espace européen d’enseignement supérieur, nécessitant la mise en place d’un système d’octroi crédits ECTS, au moyen d’une révision du décret de 1994 organisant les classes préparatoires.

  • hostilité de certains représentants de l’université et de certains politiques aux classes préparatoires, accusés d’élitisme.

  • révision du décret de 1950, sur les obligations de service des professeurs, dans un sens qui risque de pénaliser les collègues « à cheval » entre le secondaire et les CPGE.



Autre point à suivre : les modifications des épreuves de certains concours. Le Concours Commun Mines-Ponts envisage à l’horizon 2011-2012 une épreuve d’anglais obligatoire à l’oral (seulement); une seconde langue serait proposée de manière facultative. Une évolution est également étudiée à l’écrit : le thème serait conservé, mais ne serait plus forcément un extrait de roman, tandis que la contraction croisée pourrait être remplacée par un exercice d’expression écrite à partir d’un texte en langue étrangère.
Les aspects positifs ne manquent cependant pas :

  • Les classes préparatoires, contrairement à d’autres filières d’enseignement supérieur, ne désemplissent pas. Les effectifs augmentent même régulièrement.

  • La raison n’en est sans doute pas « la reproduction sociologique des élites », mais la conscience largement répandue que les CPGE constituent la première étape d’études « professionnalisantes ».



  • L’atout des CPGE est la pédagogie, l’approfondissement (dans un cadre qui demeure pluridisciplinaire) de certaines grandes matières, ce qui est le préalable aussi bien à la recherche qu’à la « professionnalisation ».

  • Les grandes écoles qui conduisent soit à la recherche, soit à des emplois assurés, tiennent à continuer de recruter la majorité de leurs étudiants sur concours préparés en CPGE.

  • La continuité des parcours classes préparatoires-grandes écoles est manifestée à la Commission Amont de la Conférence des Grandes Écoles (CGE), et il faut se réjouir de voir M. Hervé Biausser, Directeur de l’École Centrale de Paris, prendre la présidence de cette commission qui permet des échanges et une meilleure coordination entre tous les acteurs de la filière.

  • Des passerelles et une coopération existent, peuvent et doivent être développées avec les universités et les autres institutions d’enseignement supérieur, en France, en Europe et dans le monde entier. Parler de rivalités serait ruineux et faux : les prépas n’enlèvent rien à personne, leur dissolution dans les universités ne règlerait pas les problèmes de celles-ci. Il faut à l’inverse développer les complémentarités.

  • L’« ouverture sociale » des CPGE est le souci de tous – CGE, Conférence des classes préparatoires, ministère, politiques – afin que la filière continue d’être un « ascenseur social », non comme pépinière d’élites, mais en tant que « professionnalisante ».

  • Les classes préparatoires n’ont aucun complexe à avoir vis-à-vis de la recherche : elles forment une bonne part des chercheurs, et les professeurs y sont de plus en plus nombreux à être titulaires d’un doctorat.


(Secrétariat de séance assuré par R. Boulard)

U.P.L.S. – Assemblée générale du 27 janvier 2007

Présents et représentés

(par ordre alphabétique)

1. ADAY-ESCUDERO Martine ; 2. AGARD Brigitte ; 3. AMARÉ Jean-Michel ; 4. AMBLARD Jean-François ; 5. ARTUS-PASTORELLO Geneviève ; 6. ANDRÉ Anne-Sophie ; 7. AUDIBERT Mireille ; 8. AUGU Jacqueline ; 9. AUMONIER Valérie ; 10. BAGOT Françoise ; 11. BAUDIFFIER Éliane ; 12. BEAUVAL Colette ; 13. BEL-LASSEN Michel ; 14. BELOT Claudine ; 15. BENJAMIN Harold ; 16. BERENI Jeanne-Marie ; 17. BERETTA Alain ; 18. BERTRAND Emmanuel ; 19. BESNARD-JAVAUDIN Eugenio ; 20. BESSE Annick ; 21. BICKFORD-SMITH Jacqueline ; 22. BIGOT-CHIRAT Gabrielle ; 23. BILLARD-AUGIS Annie ; 24. BOITIER Daniel ; 25. BOLLENOT Jacques ; 26. BONSCH Martine ; 27. BORRUT Michel ;

28. BOULARD Rémy ; 29. BOURGEOIS Jacques ; 30. BOUTTIER Catherine ; 31. BRASME Joël ;

32. BRAUNS Eric ; 33. BURTIN Marie-Pierre ; 34. CABIROL-LACAN Brigitte ; 35. CARRASCO-MARANO Sylvie ; 36. CAUDAL Jean-Luc ; 37. CAUTRES Pascale ; 38. CERVERA Manuela ; 39. CHALANSET Martine ; 40. CHALOT Béatrice ; 41. CHARDIN-DEBOST Nancy ; 42. CHAUMEL Marie-France ;

43. COQUILLAT Françoise ; 44. CRINIÈRE Laure ; 45. DALES Lydie ; 46. DAVAL Françoise ; 47. DAVIS Anne-Françoise ; 48. DE LANGENHAGEN Marie-Aude ; 49. DELEBARRE Dominique ; 50. DERBIN Claude ; 51. DUCHESNE Jean ; 52. DURANTEL Anne ; 53. FABRE Solange ; 54. FAGES Elisabeth ;

55. FOURT Danielle ; 56. FRANGIN Sophie ; 57. FRIZOT Daniel ; 58. GANA Anne-Marie ;

59. GANDRILLON Daniel ; 60. GARCIN Etienne ; 61. GAUTHIER Daniel ; 62. GOMART Hélène ; 63. GRAS Daniel ; 64. GRASCOEUN Françoise ; 65. GUÉRIN Véronique ; 66. GUIHARD Sylvette ; 67. GUILLON-JEANDOT Claire ; 68. GUILLOT Isabelle ; 69. GUIONNET Jean-Marc ; 70. HOCMARD Gérard ;

71. HOSSAERT Dominique ; 72. HOURIEZ Jean Margaret ; 73. HOURIEZ Jean-Marie ; 74. HURNI Christian ; 75. IAFRATE Jean-Marc ; 76. JAMOIS Ivan ; 77. JAULIN Richard ; 78. JEUDY Pierre ; 79. JOURDAIN Gabriel ; 80. JOURDAN Jacqueline ; 81. KARLSON Léon ; 82. LACOUE Michèle ; 83. LAIBE Marc ;

84. LAIZÉ Hubert ; 85. LAMBY Hildegarde ; 86. LANGLOIS Danièle ; 87. LAURET Pierre ; 88. LE GRAVEREND Frédérique ; 89. LE PARC Catherine ; 90. LECLERC Natalia ; 91. LECLERC Philippe ; 92.LECLERC TOCQUEVILLE Isabelle ; 93. LEFEBVRE Véronique ; 94. LEREBOULLET Anne-Marie ;

95. LOMBARD Claude ; 96. LORIMY-GERBAULT Myriam ; 97. LOISEAU-WATSON Claude ;

98. MAJOREL Marie-Christine ; 99. MANCEAU Jean-Luc ; 100. MARC Nathalie ; 101. MARCUCCI Virginie ; 102. MARIMPOUY Véronique ; 103. MARNE Alban ; 104. MASSÉ Annie-Claude ; 105. MASSON Jean-Michel ; 106. MÉRY Alain ; 107. MILHET Marie-Élisabeth ; 108. MINAUD Marie-Françoise ;

109. MONASSE Françoise ; 110. MONTCHARMONT Bernard ; 111. MORIN Jacqueline ; 112. MUHIDINE Souraya C. ; 113. MULLER Laurent ; 114. OIRY Michel ; 115. ORTH Karin ; 116. PADOVANI Claude ;

117. PANNECOUCKE Jean-Michel ; 118. PAPAZIAN Francis ; 119. PARIENTI Denise ; 120. PETIT Gérard ; 121. PIQUET Fabrice ; 122. PILATO Philippe ; 123. PILLORGET Philippe ; 124. POILVERT Marie-Pierre ; 125. PONSARD Guy ; 126. PONSARD Nicole ; 127. POURCHOT Isabelle ; 128. PREVOT Denis ;

129. RACIMORA Marie-José ; 130. RAMEAU Joëlle ; 131. RÉAL Danielle ; 132. REBÉRIOUX Jean-François ; 133. REISCH Jean-Pierre ; 134. REZNIKOFF Jean ; 135. ROSSIGNOL Stéphane ; 136. SAMARAN Christian ; 137. SANTERNE Jean-Paul ; 138. SCALACRI Nadine ; 139. SCHLOESSER Erika ;

140. SCHUEHMACHER Yvette ; 141. SCHÜLKE Fabienne ; 142. SIGONNEY André ; 143 SIMON Pierre ; 144. SIX Marilise ; 145. SIZUN Dominique ; 146. SUCH Muriel ; 147. TACONET Catherine ; 148. TARDIEU Jean ; 149. TASSEL Michelle ; 150. TASSET Michelle ; 151. TAVERNIER Catherine ; 152. TERRÉ-VIEL Catherine ; 153. THÉBAULT Jocelyne ; 154. THÉBAULT Michel ; 155. TOLEDANO-STROCHUC Ruth ;

156. TOUZEAU Simone ; 157. TURLIER Marie-Claude ; 158. UMNIK Volker ; 159. VALENTIN Barbara ; 160. VAURIE-OLIVARES Marie-Pierre ; 161. VERBRUGGE Françoise ; 162. VIGLINO Patricia ;

163. VIGNERON Martine ; 164. WATKINS Sylvie ; 165. WEILL Francine

.
Nombre d’adhérents à jour de leur cotisation au 31 décembre 2006 : 530.
Quorum du quart : 133.
Le quorum était donc atteint et dépassé : 165 > 133.

upls

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU 27 JANVIER 2007
RAPPORT FINANCIER



DÉPENSES




2006




2005




RECETTES

2006




2005































Secrétariat (1)




729,48




1.168,20




Adhésions (6)

9.701,53




11.683,50

Imprimerie (2)




2.446,94




3.978,37




Assemblée










Expéditions ( 3)




2.183,61




3.260,70




générale

25,00




200,00

Fonctionnement (4)




3.243,00




2.889.95
















Matériel / Fournitures (5)




1.842,10




1.654,97




Virement de CNE

1.423,24







Assemblée générale




579,00




608,10














































TOTAL




11.024,13




13.560,29







11.149,77




11.883,50































Excédent recettes sur dépenses





125,64




















































Excédent dépenses

sur recettes











1.676,79



















  1. Dont mailings aux adhérents (relance de février, réunion de spécialité) et envoi d’un accusé de réception d’adhésion.

  2. Dont impression des bulletins trimestriels et des Anthologies de sujets + confection d’exemplaires supplémentaires pour les nouveaux adhérents.

  3. Routage et affranchissement des publications envoyées aux adhérents.

  4. Dont prime assurance MAIF – abonnement au BOEN – adhésion à la Conférence des Grandes Écoles – frais de déplacement pour les membres assistant aux réunions du Comité, aux réunions avec les jurys et aux Commissions de travail.

  5. Dont règlement de la facture de la Junior Entreprise de l’INT pour son intervention sur le site Internet de l’UPLS (1.423,24 €).

  6. Dont 194 cotisations à 17 € et 19 à 12,50 €...

  1   2   3   4

similaire:

Bulletin d’adhésion et de renouvellement. P 29 iconBulletin d’adhésion et de renouvellement Saison 2016-2017

Bulletin d’adhésion et de renouvellement. P 29 iconLe P'tit Pot' Bio
«mauvaises herbes» montées en graines, légumes perdus entraîne le non-renouvellement de l'adhésion

Bulletin d’adhésion et de renouvellement. P 29 iconBulletin d’adhesion

Bulletin d’adhésion et de renouvellement. P 29 iconBulletin d’adhésion

Bulletin d’adhésion et de renouvellement. P 29 iconBulletin d’adhésion

Bulletin d’adhésion et de renouvellement. P 29 iconBulletin d’adhésion

Bulletin d’adhésion et de renouvellement. P 29 iconBulletin d’adhésion 2017

Bulletin d’adhésion et de renouvellement. P 29 iconBulletin d'adhésion (exercice en individuel)

Bulletin d’adhésion et de renouvellement. P 29 iconBulletin d’adhesion 2012 à retourner

Bulletin d’adhésion et de renouvellement. P 29 iconBulletin de demande d’adhésion 2016-2017





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com