'enfant présentant une hyperactivité est décrit comme très turbulent, nerveux, difficilement capable de maintenir son attention, se tortillant, passant sans





télécharger 24.79 Kb.
titre'enfant présentant une hyperactivité est décrit comme très turbulent, nerveux, difficilement capable de maintenir son attention, se tortillant, passant sans
date de publication14.10.2019
taille24.79 Kb.
typeDocumentos
L'hyperactivité
L'enfant présentant une hyperactivité est décrit comme très turbulent, nerveux, difficilement capable de maintenir son attention, se tortillant, passant sans cesse d'une activité à l'autre....

Le trouble TDAH est de début précoce (le plus souvent avant le début de la scolarisation), permanent, en tous lieux et tous milieux .

 

L'hyperactivité infantile

 " Ça me tente pas de rester debout, mais j’ai pas le goût de
m’asseoir
", disait une jeune adolescente à sa copine de classe.

Définition générale:

   Condition difficile de maturation neuropsychique avec conséquence variable sur le caractère, le comportement, l'apprentissage scolaire et la vie psychique. Son origine génétique et neurobiologique ne fait plus de doute dans les grandes recherches nord-américaines et le diagnostic principal n’exige plus d’atteintes neuromotrices spécifiques, s’agissant d’un problème plus fonctionnel que déficitaire. Il tend à se normaliser avec les années, au gré de la maturation naturelle de l'enfant, mais exige une compréhension spécifique et un encadrement particulier, tant au niveau médical, psychologique qu’affectif et pédagogique.

    Plus l'enfant vieillit, en général, plus l'agitation motrice diminue et fait place à une certaine intériorisation. Il arrive toutefois que la difficulté se continue à l'âge adulte, sous une forme plus atténuée, surtout en regard du déficit de la concentration et de l'impulsivité. La conscience de soi permet alors un  meilleur contrôle. Il s'agit d'un malaise à large spectre, dont plusieurs aspects peuvent être bénéfiques  autant que d'autres pénibles à vivre, tout dépendant de la morbidité de la condition et de la compréhension qu'on lui donne.

Manifestations:

a- Usuelles:

1.-  Un déficit de l'attention et de la concentration plus sévère dans les tâches de l’école, à mesure qu'elles deviennent plus abstraites, souvent à l'exception des activités physiques (sports), manuelles/visuelles (dessin, bricolage, informatique), qui captent facilement l'esprit chez cet enfant;

2.- Un besoin excessif mais très variable de toujours bouger dans certaines activités et selon le contexte social; l’incapacité de terminer un jeu, une tâche, en dehors de ses intérêts propres;

3.- Une intolérance marquée à la frustration et une incapacité relative à reconnaître ses propres limites dans son rapport avec l'autorité, les consignes, les demandes d'attention;

4.-  Une stimulation excessive par la fratrie, la vie de groupe et la rivalité des pairs;

5.-  Un besoin de contrôler son entourage, de monopoliser la règle, la discussion et d'être toujours le seul gagnant;

6. Un besoin impulsif de libérer son agressivité, lors d'une contrainte;

b- Occasionnelles:

1. Un manque fréquent d'estime de soi, apparent lors des frustrations mais entretenu par les attentes irréalistes, les échecs, les punitions, et la tendance à survaloriser voire dramatiser le négatif;

2. Une tendance à mélanger le monde réel et imaginaire (fabulation) ou encore se perdre dans le monde imaginaire.

3. Une assez mauvaise organisation des notions d'espace (le territoire, l'ordre) et de temps comme les horaires.

4. Une évaluation inconstante du danger et grande témérité dans l’inconnu;

5. Une alternance parfois rapide entre l'inhibition, surtout avec l’étranger, parfois aussi le père et la désinhibition, avant tout à la maison, de préférence avec la mère ou les très familiers.

Prévalence:

    Environ 3-5% d'enfants/adolescent(e)s de la clientèle scolaire souffriraient de ce handicap avec un ratio de 9:1 en échantillons cliniques et 4:1 en études d'épidémiologie en faveur du garçon, souvent le fils aîné; ce qui laisse présumer une origine de type immunogénétique, que la recherche fondamentale se doit d'approfondir. Il est fréquent que l'un des parents, surtout le père, ou l'un des proches présente le même profil de tempérament. Dans les études des jumeaux/jumelles vrai(e)s ou homozygotes, 50% des enfants auront la même atteinte.

Commentaires:

    Nous savons maintenant que la maturation de l'enfance-adolescence se poursuit pendant au moins 20-25 ans, et que le parent, l'éducateur, le professionnel de la santé ne doivent pas démissionner, malgré les turbulences du parcours. À un niveau purement physiologique, le cerveau ne termine sa maturation réelle, à travers la multiplication des dendrites (interconnexions nerveuses), qu’à la fin de l’adolescence. Il sera toujours essentiel d'avoir un diagnostic multifactoriel, qui détermine le plan de traitement et la meilleure collaboration des différentes ressources.

Diagnostic différentiel:

    Les troubles psychoaffectifs accompagnent le plus souvent l'hyperactivité, mais peuvent aussi exister par eux-mêmes, sous forme d'agitation psychomotrice, d'origine situationnelle, toujours transitoire. Plus rarement, l'agitation se rattache à un épisode psychotique, la maladie bipolaire, par exemple. Seule une expertise avancée permettra de le savoir. Toutefois, il y a lontemps eu cette tendance à tout voir sous  l'étiquette de la dépression latente, sans égard aux symptômes: déficience relationnelle, conflit inconscient, etc.

    En regard du parent, il importe surtout de savoir s'il y a passage au conflit névrotique. Toute personne, à force de vivre la contrariété et même provocation, peut perdre son équilibre naturel et avoir recours à des comportements aberrants, en regard principalement du complexe œdipien, là où la rivalité entre personnes du même sexe peut devenir incontrôlable, si l'une d'elle (l'enfant ou le parent/substitut) n'a pas le contrôle de son agressivité ou le sens des limites. Le parent/substitut responsable n'aura souvent d'autres choix que d'apprendre, seul ou avec aide pendant quelques années, à vivre un grand sentiment d'impuissance, tout en disposant d'une grande énergie d'intervention, d'une compréhension à toute épreuve et d’un très bon contrôle de soi (sang-froid). Et malgré ce qu'il reçoit, l'enfant actif passera souvent pour un "carencé" affectif, tellement il donne l'impression d'avoir manqué de tout, frustré qu'il est de ne jamais recevoir autant qu'il demande. De plus, ce qui fait problème n'est pas tant l'hyperactivité en soi que le tempérament d'opposition souvent associé (dans 50% des cas).

Le traitement- approche multimodale:

a. Global :

Réduire le nombre de stimuli/le niveau de stimulation dans la plupart des activités où il y a risque d’excitation et débordement pulsionnel, en particulier en fin de journée, en soirée, en vue de préparer le sommeil. L’enfant très actif (plus il s’excite, plus il a d’énergie) ne sent ni la fatigue ni le besoin de sommeil, mais doit quant même se résoudre à un rituel assez fixe, pour retrouver un rythme biologique plus serein. L’activité la plus stimulante demeure toutefois la vie de groupe/fratrie, où larecherche d’attention entraîne rapidement une rivalité excessive avec les pair(e)s. Le retrait social devient alors un bon remède que d’ailleurs, l’enfant lui-même recherche lorsque sa tolérance sensorielle se trouve dépassée.

 b. Particulier :

1- Avant tout, une démarche avec l'enfant, les parents, les enseignant(e)s pour reconnaître, comprendre et accepter le problème.

2- Ensuite évaluer et traiter chaque malaise selon sa gravité.

a) Déficit d'attention et agitation: Encadrement pédagogique. Conseils continues aux parents/enfant. Médication, genre méthylphénidate (ritalin ou générique PMS), ou l'équivalent, si nécessaire.

b) Caractère d'opposition, dépassement des limites et refus des consignes: thérapie comportementale et cognitive, grille de récompenses, contrats personnalisés.

c) État anxiodépressif plus ou moins situationnel: thérapie psychoaffective en particulier sur l'estime de soi.

d- État névrotique: thérapie dynamique individuelle ou familiale.

e) Troubles résiduels: évaluation orthopédagogique; éducation des habiletés sociales, au besoin.

3- Parents: groupes de soutien, comme "Panda".  
Dr Claude Jolicoeur, pédopsychiatre, Montréal.

 
L’enfant présentant ce syndrome a généralement les comportements suivants : (plus de six symptômes pendant plus de six mois, à l'école mais également dans l'environnement familial)  

  •    agite souvent ses mains et ses pieds ou se tortille sur sa chaise

  •     a du mal à rester assis quand on le lui demande

  •     agresse facilement les autres enfants

  •     a du mal à s’intégrer dans un groupe (pas de véritables amis)

  •     est un brise-tout

  •     ne sait pas obéir

  •     ne sait respecter aucune limite (ni observer les distances)

  •     ne respecte aucune sphère intime

  •     présente un comportement impossible lorsqu’il est en visite

  •     est un "trouble-fête"

  •     est très nerveux et remuant lorsqu’il est assis (à table, à l’école)

  •     ne tire aucune leçon de ses expériences

  •     se retire en général du groupe formé, ne participe pas aux jeux de groupe

  •     a des manies bizarres (joue avec ses cheveux (trichotillomanie), fait des grimaces, grogne

  •     est inépuisable mais épuisant pour l’entourage

  •     a des troubles du sommeil

  •     a des difficultés à se concentrer

  •     est faible en lecture (dyslexie) et/ou en écriture (légasthénie) et/ou en calcul (dyscalculie)

  •     oublie ou perd régulièrement des objets

  •     a des difficultés de langage (prononciation, grammaire)

  •     tendance aux accidents


Le trouble TDAH est de début précoce (le plus souvent avant le début de la scolarisation), permanent, en tous lieux et tous milieux .

Ce trouble est considéré comme problématique lorsqu'il est vécu comme un préjudice par l'enfant et sa famille: rejet scolaire, pas d'amis, intolérance de la famille ...Il est nécessaire de faire le diagnostic différentiel entre le TDAH et des troubles psycho-affectifs, en particulier la dépression et l'anxiété qui peuvent provoquer des troubles moteurs et cognitifs, mais souvent anxiété et dépression sont des troubles secondaires au TDAH, l'enfant étant dans une situation de dévalorisation et d'impuissance permanente....Le traitement de l'enfant hyperactif en difficulté d'apprentissage est multidimensionnel.  Il doit être prolongé dans le temps et inclure les parents et l'école. L'amélioration du comportement et des compétences scolaires seront déterminantes sur l'estime de soi de l'enfant, et permettront aux parents et à l'école de porter un autre regard sur l'enfant, souvent dévalorisé et rejeté en raison de son agitation, de son désordre, de son inefficacité et de son échec.

La coopération devrait être totale entre enseignants, parents, ainsi que les autres professionnels tels que pédiatres, neuro-pédiatres, pédopsychiatres, psychologues, spécialistes du langage et de l’éducation.  

source - HYPERACTIVITÉ SOS GENÈVE


Quelques complications:
Souvent l'enfant paraît faussement solitaire ou asociale, parce qu'il se retire au lieu de partager avec le groupe. Incapable de contenir son envie de toujours gagner, d'avoir la première place, de changer les règles à son avantage, il quitte et joue seul. La faiblesse de l'estime de soi semble endémique; il y a les échecs réels, mais aussi cette hypersensibilité aux aspects négatifs de la vie. Les attentes souvent irréalistes subissent un dur revers face à la réalité. La fabulation qui se confond avec le mensonge s'explique également par le manque de réflexion approfondie, quand il y a crainte de la punition ou le désir effréné d’un besoin. L’imprudence ou l’insouciance au danger provoque l’inquiétude comme la mauvaise notion de temps et d’espace.


source - Dr. Claude Jolicoeur, pédopsychiatre

LA COMORBIDITÉ DU T.D.A./H.

A la question de savoir si le T.D.A./H. est un trouble associé ou non à d'autres troubles mentaux, l'E.Q.S.M.J. apporte des éléments de réponse contributifs.

En regroupant les neuf troubles mentaux étudiés en trois groupes -(Troubles d'Opposition et de Conduite, Troubles Anxieux, Troubles Dépressifs), on constate au questionnaire parent que le T.D.A./H. ne serait qu'un trouble simple que dans environ un quart des cas. Il serait pour les trois autres quarts associé à 30 % de Troubles d'Opposition et de Conduite, à 35 % de Troubles Anxieux et à 10% de Troubles Dépressifs .



  LE PROBLÈME DE L'HYPERACTIVITÉ EN CLASSE


De longue date, et de plus en plus, on constate que les enseignants identifient dans leur classe certains élèves qui dérangent et/ou ont des difficultés d'apprentissage "pour cause" d'hyperactivité.


Souvent cet élève tenu pour hyperactif est d'abord caractérisé par les enseignants comme extrêmement actif, facilement distrait et ayant de la difficulté à rester assis (Goupil, 1990).

Lorsque ce comportement surréactif (ou extériorisé) a tendance à perdurer, il est le plus souvent tenu pour un trouble que l'enseignant tentera de régler par lui-même ou en recourant à une aide extérieure.

Bien que l'enseignant ait une représentation de l'hyperactivité, celle-ci est en général purement personnelle ou intuitive. En effet, rares sont les organisations scolaires qui ont vu la nécessité de donner à leur corps enseignant, une définition de l'hyperactivité à laquelle chacun puisse consensuellement se référer.

similaire:

\Confrontation des pratiques européennes au sujet du Trouble Déficit...
«je suis très facilement distrait», l’hyperactivité souvent caractérisée par une agitation importante «je bouge trop et je ne peux...

\RÉsumé Le déficit de I'attention/hyperactivité (Attention Deficit...
«d'être calme et/ou attentif» que comme un trouble de «l' autorégulation» ou de «l'autocontrôle»

\Le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (tdah)...

\Voici quelques informations importantes pour passer une bonne année scolaire
«de la main à la main» à son enseignant. Dans le cas contraire, même s’il est très débrouillard, votre enfant peut tomber et se faire...

\1. L’approche anglo-saxonne de l’hyperactivité
«neuro» marque le caractère neurobiologique des théories de référence, défini selon trois caractéristiques principales : l’hyperactivité,...

\Diagnostiquer cas clinique n° 1
«une mère consulte avec son enfant de 20 mois «tout le temps malade» et présentant des rhinopharyngites à répétition.»

\09h 10 Temps 1 : diagnostiquer5 Temps 1 : diagnostiquer
«une mère consulte avec son enfant de 20 mois «tout le temps malade» et présentant des rhinopharyngites à répétition.»

\Il n’y a pas une dysphasie mais des dysphasies à des degrés variables
«Pénalisé dans l’expression IL [l’enfant] est doublement gêné, dans son accès à l’école et dans ses relations aux autres. Une sorte...

\Adresse : Maison de l’Agriculture 15, avenue Jean Zuccarelli 20200 bastia
«Pomelo de Corse» est très juteux, avec une teneur minimale de 38 de jus. C'est un fruit présentant un goût parfumé et sucré

\Résumé Si vous demeurez aux côtés de votre enfant malade, handicapé...
«compte crédit exprimé en jours» de 310 jours ouvrés sur une période de trois ans. Chaque parent qui suspend son activité puise dans...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com