Les salpingites I définition





télécharger 25.45 Kb.
titreLes salpingites I définition
date de publication20.11.2017
taille25.45 Kb.
typeDocumentos
Les salpingites


I) Définition
Infection qui touche les annexe (trompes, ovaire) et les paramètres (tissus cellulaires autour de l’utérus), l’utérus et le péritoine pelvien.
2 complications :

  • Apparition d’une stérilité

  • Evolution vers la chronicité



II) Etiologie


  1. Germes


Pour qu’il y est infection, il faut la présence de germes :

  • Tuberculose

  • IST : gonocoque, chlamydia, trichomonas....

  • Autres : streptocoque, entérocoque, staphylocoque

  • Parasitoses



  1. Portes d’entrée


Pour qu’il y est infection il faut une porte d’entrée aux germes :

  • Au niveau du vagin

  • Au niveau du col

  • Infection de l’abdomen : appendicite

  • Facteur favorisant : IVG, stérilet (s’il y a déjà une infection, la pose du stérilet permet l’entrée du germe)



III) Ana-pathologie


  1. Formes aiguës


Elles se voient essentiellement au niveau des trompes qui sont rouges, inflammatoires avec apparition de sécrétions purulentes et un péritoine inflammatoire.
Ces formes peuvent donner :

  • Une péritonite généralisée (toute la cavité abdominale)

  • Une péritonite plastique du petit bassin (abcès de Douglas)




  1. Formes chroniques


L’infection va évoluer lentement, à bas bruit et va provoquer :

  • Un rétrécissement des trompes

  • Une dilatation des trompes (hydro-salpince)


Dans les 2 cas, il y aura une stérilité définitive.

IV) Clinique


  1. Formes aiguës


2 signes principaux :

  • Douleurs pelviennes très importantes

  • Température (39-40°)


Le toucher vaginal est extrêmement douloureux ainsi que la mobilisation.
Si non soignées, elles évolueront vers :

  • Une péritonite généralisée (douleurs abdominales, contractures de tout le ventre)

  • Une péritonite localisée (abcès) : pyosalpince



  1. Formes chroniques


Il peut manquer certains symptômes comme la température ou avoir une absence de douleur. Il peut apparaître d’autres signes comme des saignements ou n’avoir aucun symptôme.

V) Diagnostic


  • Par l’interrogatoire : une jeune fille vierge ne présente que très rarement une salpingite, l’IVG et la multiplication des partenaires sexuels favorisent l’apparition de la pathologie)




  • Examen au spéculum : écoulements nauséabonds




  • Toucher vaginal : mobilisation douloureuse




  • Biologie :

 Prélèvement vaginal

 Prise de sang (NF, CRP)

 Hémoculture en cas de poussées fébriles


  • Cœlioscopie : fait très fréquemment chez la jeune femme.

3 intérêts :

  • Intérêt diagnostic

  • Intérêt pronostic (stérilité définitive ou non)

  • Intérêt thérapeutique : agir directement sur les lésions que l’on voit



VI) Traitements


  1. Traitement médical


Essentiellement traité par des antibiotiques à forte dose pendant au moins 3 semaines.
Ce traitement doit être mis en route le plus rapidement possible : Augmentin* en IV (3 à 6 grammes par jour) associé à l’Oflocet* en PER OS (400mg par jour).
Cette association de ces 2 antibiotiques est à utilisé jusqu’au résultat de l’antibiogramme puis le traitement est réajuster.
Ce traitement est pris pendant 3 semaines, s’il est interrompu avant ces 3 semaines, il y aura bascule vers la forme chronique.



  1. Traitement chirurgical


Ce traitement est utilisé dans les formes aiguës :

La cœlioscopie chez la femme jeune :il faut être sûr du diagnostic pour éviter la stérilité et être sûr du pronostic.
Il est effectué après le traitement médical :fait à distance.

VII) Conclusion
Les salpingites sont des infections gynécologiques mais extrêmement graves parce qu’elles entraînent des séquelles irréversibles : problème de stérilité.
Il ne faut pas hésiter à faire une cœlioscopie chez la femme jeune. Le traitement médical avec des antibiotiques à forte dose contre le germe pendant 3 semaines.


Prolapsus génitaux


I) Définition
Migration vers le bas en association et degré divers du vagin, de l’utérus, de la vessie et du rectum qui sont mal retenus.
Affection très fréquente (environ 3%). Le prolapsus entraîne très souvent des incontinences urinaires.
II) Etiopathologie (= ce qui provoque)
Ce qui maintient l’utérus, la vessie et le rectum :

  • Le ligament large

  • Les paramètres

  • Certains ligaments : vésico-utérin, utéro-sacré

  • Fascia de HALBAN

  • Muscle releveur de l’anus



III) Etiologie
Traumatisme :

  • Accouchement par voie basse (plus le bébé est gros plus le traumatisme est grand)

  • Ménopause : Tous ces muscles et ligaments sont sous l’influence d’hormone (œstrogène), ils se relâchent dès l’arrêt de la production d’œstrogène.



IV) Diagnostic


  • Clinique : Interrogatoire


Un prolapsus ne fait jamais mal. La patiente sent une boule, une anomalie, une pesanteur entre ses jambes.
Le trouble le plus fréquent est l’incontinence urinaire.

La patiente est en position gynécologique, le médecin regarde le degré de :

  • La cystocèle (descente de la vessie) :

Cystocèle I : la vessie affleure le vagin

Cystocèle II : la vessie affleure la vulve

Cystocèle III : la vessie s’extériorise


  • L’hystérocèle (descente de l’utérus) :

Type I : descente du col

Type II : affleure la vulve

Type III : extériorisation de l’utérus


  • Le rectocèle (descente du rectum) :

Type I : affleure le vagin

Type II : affleure la vulve

Type III : extériorisation du rectum
Dans tous les cas, le prolapsus entraîne le vagin.

Examen complémentaire (pratiquement pas) :

  • Colpo-cystographie : cliché radiographique après injection d’un produit opaque


V) Traitement


  1. Traitement prophylactique


Eviter la déchirure importante du périnée : si le bébé pèse plus de 4-4,5 kg pour un premier enfant, le médecin propose alors une césarienne.
Episiotomie préventive : Le médecin fait une coupe franche du périnée si le bébé a du mal à passer pour pouvoir le recoudre correctement après l’accouchement.
Traitement hormonal de substitution lors de la ménopause : ce traitement compense l’absence de sécrétion d’œstrogène pour que les muscles et ligaments sous l’influence de cette hormone ne se relâchent pas.



  1. Traitement médical


Il n’est pas utilisé souvent : chez les femmes très âgées que l’on peut difficilement opérer. On utilise des éléments (pessaires) pour maintenir en position initiale les organes.
Le problème est qu’il faut que les pessaires restent en place.



  1. Traitement chirurgical


Tout dépend de l’âge de la patiente : rare chez la femme jeune qui désire des grossesses.

 Il faut retendre les ligaments utéro-sacré.
Chez la femme à l’approche de la ménopause :

 Intervention sur la vessie, l’utérus, le rectum.

3 méthodes :

  • Avec prothèse pour remonter la vessie, l’utérus et le rectum par voie cœlioscopique.




  • Sans prothèse par voie vaginale ou par voie abdominale (scali)




  • Chez les femmes très âgées : colpocleisis (fermeture du vagin)



VI) Conclusion
Le prolapsus est une affection fréquente qui provoque une infirmité. Les patientes se cachent par peur, par honte.
Le prolapsus peut être corrigé facilement, essentiellement par un traitement chirurgical.

L’incontinence urinaire


Très fréquente.

Interrogatoire :

  • Incontinence d’effort

  • Incontinence de repos : nuit, sans effort, lorsque la personne entend l’eau coulée, mains dans l’eau froide…



Clinique :

  • Position gynécologique : la patiente pousse ou tousse, s’il y a incontinence urinaire, la vessie se bombe.




  • Test UMSTEDT : 2 doigts dans le vagin, le médecin remonte la vessie, l’urètre et demande à la personne de pousser ou de tousser (faire un effort)

 Si le test fonctionne (arrêt de l’incontinence) alors le traitement chirurgical fonctionne

Traitement :

Pour l’incontinence de repos, le traitement chirurgical ne fonctionne pas, c’est un traitement médical : antispasmodique qui agissent au niveau de la vessie.
Pour les incontinences d’effort, il y a dans un premier temps un traitement médical avec rééducation urinaire puis le traitement chirurgical.





similaire:

Les salpingites I définition iconChapitre La définition du domaine public Section Définition légale

Les salpingites I définition iconLes gales definition

Les salpingites I définition iconLes poux definition

Les salpingites I définition iconLes amyloses : i-definition

Les salpingites I définition iconLes hépatites I définition

Les salpingites I définition iconLes cirrhoses I définition

Les salpingites I définition iconLes ictères I définition

Les salpingites I définition iconI. Définition et caractéristiques A. Définition

Les salpingites I définition iconLes anémies 8 octobre 2007 definition

Les salpingites I définition iconDéfinition Qu'est-ce qu'un solvant ? Les différentes familles de...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com