2Les infections bactériennes 1La chlamydiose





télécharger 17.94 Kb.
titre2Les infections bactériennes 1La chlamydiose
date de publication29.09.2017
taille17.94 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > droit > Documentos

Module Maternité - gynécologie : Les Infections Sexuellement transmissibles (IST)

Année 2004

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

1Définition



C’est l’ensemble des maladies transmises lors de rapports sexuels avec ou sans pénétration avec un partenaire contaminé. L’agent infectieux (virus, germe ou parasite) peut se transmettre par le vagin, l’anus, la bouche, l’urètre et le pénis.

Actuellement, on ne parle plus de MST mais d’IST car le terme infection indique que l’on peut être infecté et contagieux sans être malade.

Attention, après une IST, le corps ne procure pas d’immunité contre cette infection, c'est-à-dire qu’une réinfection par le même agent infectieux est toujours possible.

2Les infections bactériennes

2.1La CHLAMYDIOSE


  • Agent infectieux : chlamydiae trachomatis.

Ils sont responsables d’urétrites, de cervicite et de conjonctivite et pneumopathie sur le reste du corps,


  • Signes cliniques : la plupart du temps, infection sans symptômes et la plupart des personnes sont porteurs sains.

Chez ♂ : écoulements urétraux.

Chez ♀ : leucorrhées et douleurs pelviennes spontanées ou pendant les rapports. Attention, chez la femme, cela peut dégénérer vers une salpingite pouvant entraîner la stérilité ou une GEU.


  • Le diagnostic : il repose sur des prélèvements bactériologiques locaux et sanguins (recherche anticorps pour savoir si infection),




  • Le traitement : il repose sur une famille d’antibiotique : les CYCLINES.



2.2La syphilis


  • Agent infectieux : treponeme pale. La contamination est généralement vénérienne,




  • Evolution de la maladie : on trouve 4 périodes :




    • Incubation : 15 à 20 jours (pas de signes cliniques),

    • Période primaire ou syphilis primaire :

        1. Apparition d’un chancre (ulcération rosée sur une base indurée se situant sur zone de contact = vulve, verge, amygdales),

        2. Association d’un ganglion satellite (ganglion inguinale),

          • Période secondaire ou syphilis secondaire : s’étend du 2eme mois jusqu’à la 3eme voir 4eme année. Période très contagieuse :

            1. Apparition de la roséole et de plaques muqueuses au niveau de la vulve, de la région anale et de la bouche,

            2. Apparition de plusieurs éruptions cutanées sur tout le reste du corps.




              • La période tertiaire ou quaternaire : apparaît dans un délai de 5 à 10 ans. Atteinte de tous les autres organes (cerveau, foie, moelle épinière).




                • Le traitement : si il est pris tôt : gage de guérison. Il repose sur antibiotique : PENICILINE.



2.3GONOCOCCIE ou BLENNORRAGIE


  • Agent infectieux : NEISEIRA GONNORHEA.

Infection très fréquente en France et très douloureuse chez l’homme.


  • Signes cliniques :

Chez ♂ : infection localisée à l’urètre pénien qui va entraîner des brulures intolérables lors des mictions comparées à des lames de rasoir. L’infection peut évoluer vers l’atteinte de la prostate, des vésicules séminales et des épididymes.

Chez ♀ : infection peu douloureuse qui atteind la vulve, l’urètre et l’orifice cervical. Comme signe = écoulement indolore, l’infection peut gagner rapidement les trompes et entraîner une salpingite.


  • Le diagnostic : mis en évidence par prélèvements bactériologiques locaux.

  • Le traitement : antibiotique, famille des AMPICILLINE.



3Les affections mycosiques

3.1Candida albicans


C’est une infection très fréquente.

  • Signes cliniques :

Chez ♀ : pertes blanches, abondantes, parfois malodorantes. Démangeaisons vaginales et vulve et vagin rouge recouvert d’un dépôt blanchâtre.

Chez ♂ : rougeur et boutons répartis sur tout le corps.


  • Le diagnostic : il repose sur des prélèvements locaux.

  • Le traitement : antifongiques locaux (crème ou ovules) et par voie générale (Per os).



4Les affections parasitaires

4.1TRICHOMONAS


  • Agent infectieux : parasite qui atteint les voies uro-génitales surtout chez les femmes.

  • Les signes cliniques :

Chez ♀ : pertes blanches et brûlures vulvo-vaginale.

Chez ♂ : parfois urétrite.

  • Diagnostic : prélèvement par écouvillonnage.

  • Traitement : antibiotique + antiparasitaire par voie locale et générale.



5Les affections virales

5.1L’herpès génital


  • Agent infectieux : virus Herpes homini de type 2.

  • Evolution de la maladie :

            1. Primo infection qui a lieu entre 2 et 7 jours, caractérisé par une brûlure puis une rougeur et des vésicules et des ulcérations (au niveau de vulve col chez la femme et verge chez l’homme). Période très très douloureuse et s’accompagne de ganglions. Traité ou non, cet épisode va guérir spontanément mais le virus reste à vie dans l’organisme dans un ganglion pour réapparaître de temps à autre.

            2. Herpès génital récurrent, réapparaît à l’occasion de fatigue, au moment des règles, d’une exposition au soleil et du facteur de stress. L’herpès se reextériorise suivant les 4 étapes vu avant.

  • Traitement : antiviraux par voie générale et locale. C’est l’ACYCLOVIR® qui est utilisé.



5.2Les condylomes


Ils sont communément appelés crête de coq. Il s’agit de végétation au niveau de la sphère génital lié au PAPILLOMAVIRUS. La contamination se fait par contact sexuel direct.


  • Les signes :

Chez ♀ : démangeaisons puis apparition de végétations caractéristiques isolées, groupées ou en choix fleur. Parfois douloureuse à l’entrée de la vulve et autour de l’anus. Il peut y avoir une atteinte au niveau du col de l’utérus et des parois vaginales.

Chez ♂ : toujours les végétations, au niveau de l’anus, de la verge et du gland.

  • Le traitement : laser.



5.3Le cytomégalovirus (CMV)


  • Appartient à la famille des herpès.

La transmission peut se faire :

    • Par voie sanguine,

    • Par transmission materno-fœtale (prénatale ou per-partum),

    • Lors de greffes,

    • Par simple contact extra sexuel (salive, lait maternel).




      • Particularités : chez l’adulte, l’infection est presque toujours asymptomatique.

      • Le traitement : il n’existe pas de traitement efficace vis-à-vis du CMV. Par contre, l’ACYCLOVIR® donne des résultats encourageants, il réduirait le risque d’infection après une greffe de moelle osseuse chez un séropositif et prolongerait la vie.

      • Mesures préventives sont importantes et efficaces pour éviter le contact avec les secrétions infectées :

        • Donc, mesures d’hygiène +++,

        • Préservatif.



Retour vers liste

/

similaire:

2Les infections bactériennes 1La chlamydiose iconInfections bactériennes materno-fœtales

2Les infections bactériennes 1La chlamydiose iconInfections sexuellement transmissibles bactériennes

2Les infections bactériennes 1La chlamydiose iconInfections bactériennes materno – fœtales (ecn 20,75,96)

2Les infections bactériennes 1La chlamydiose iconInfections materno-foetales bactériennes Mode de contamination Anténatale et pernatale

2Les infections bactériennes 1La chlamydiose iconL3 médecine amiens 2012/2013 S5 ue1 Dr thomas infections bactériennes génitales

2Les infections bactériennes 1La chlamydiose iconMenigites bacteriennes et meningo-encephalites bacteriennes

2Les infections bactériennes 1La chlamydiose icon1Épidémiologie des méningites bactériennes On peut distinguer deux...

2Les infections bactériennes 1La chlamydiose icon2Les corticosurrénales 1Concernant l’ensemble des hormones 1Généralités

2Les infections bactériennes 1La chlamydiose icon1La lumière

2Les infections bactériennes 1La chlamydiose icon1La commune d’Ambalavao





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com