673 avril 2015





télécharger 24.79 Kb.
titre673 avril 2015
date de publication29.09.2017
taille24.79 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > droit > Documentos









673

AVRIL 2015

  • Médecins traitants

  • Ophtalmologistes








DEPISTAGE DE LA RETINOPATHIE DIABETIQUE - LR-DDGOS-8/2015


  1. Rappel du contexte et présentation du dispositif de dépistage de la rétinopathie diabétique


Près de 40 % des patients diabétiques ne bénéficient pas d'un dépistage de la rétinopathie diabétique au moins tous les 2 ans, comme le recommande la Haute Autorité de Santé (HAS), en raison notamment d'un accès inégal aux ophtalmologistes sur le territoire.


En 2010, la HAS a publié des recommandations sur le « dépistage de la rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d'œil », présentant cette modalité de dépistage comme une amélioration importante du service attendu.
Les médecins traitants peuvent désormais prescrire à leurs patients diabétiques (selon des critères d'éligibilité déterminés) la réalisation d'une rétinographie par un orthoptiste pratiquant cet acte, avec lecture différée par un ophtalmologiste lecteur1.
En offrant au patient un accès plus rapide au dépistage avec un reste à charge limité, cette nouvelle modalité de dépistage doit permettre d’améliorer le taux de dépistage de la rétinopathie diabétique et de réduire les complications évitables par une prise en charge précoce des patients diabétiques atteints de rétinopathie.
Elle s’adresse spécifiquement aux patients diabétiques âgés de moins de 70 ans, sans rétinopathie diabétique connue.

  1. L’organisation du dépistage


Cette nouvelle modalité de dépistage repose sur une étroite coordination entre le médecin traitant, l’orthoptiste et l’ophtalmologiste.
2.1 Le médecin traitant


  • repère les patients éligibles à cette modalité de dépistage ;

  • présente cette modalité de dépistage et la propose au patient

  • recueille son consentement ;

  • prescrit un acte de rétinographie en couleur chez l'orthoptiste pour dépistage de la rétinopathie diabétique et remet l'ordonnance au patient ;

  • remet également au patient, les informations médiales recommandées par la HAS pour faciliter l'interprétation de ses clichés (taux d'hémoglobine glyquée, existence ou non d'une hypertension artérielle, ancienneté du diabète).


NB : l'acte de lecture différée du médecin lecteur est intégré au calcul de l'indicateur ROSP « surveillance du fond d'œil » chez le patient diabétique.

2.2 L’orthoptiste


  • réceptionne l'ordonnance et les éventuelles informations médicales (données cliniques) du patient fournies par le médecin prescripteur,

  • s'assure du consentement du patient sur les modalités de transmission des données à l'ophtalmologiste

  • réalise deux clichés numériques de chaque œil,

  • recueille les données administratives du patient nécessaires à la facturation de l'ophtalmologiste lecteur, et les coordonnées du patient et du prescripteur pour l'envoi du compte rendu,

  • transmet à l'ophtalmologiste dans un délai de 48 heures, l'ensemble de ces données sous forme numérique : rétinographies, données administratives de facturation, coordonnées de transmission du compte rendu d‘examen, informations médicales si communiquées par le prescripteur, et éventuellement un texte libre de compte rendu de son intervention.


2.3 L’ophtalmologiste lecteur


  • réceptionne les données médico administratives transmises par l'orthoptiste ;

  • interprète les clichés, la lecture devant se faire dans un délai de 7 jours ouvrables suivant la réalisation des rétinographies par l'orthoptiste ;

  • rédige le compte rendu de l'examen à destination du médecin prescripteur et du patient et indique si besoin la nécessité d'orientation vers un ophtalmologiste en cas de rétinopathie avérée.


  1. Modalités de facturation pour l’ophtalmologiste


Un nouvel acte BGQP140 est inséré au livre II de la CCAM, subdivision 02.01.04 : « Lecture différée d'une rétinographie en couleur sans la présence du patient » (tarif de 11,30 €).
La facturation s'effectue en tiers payant et sans dépassement d'honoraires. A défaut d'une prise en charge à 100 % (au titre de d'une ALD, d'une maternité, de la CMU-C ou de l'ACS), il convient de facturer l'acte de lecture au titre de la prévention (code exo 7).
NB : la facturation est réalisée en mode SESAM sans carte Vitale. A titre transitoire et de manière dérogatoire, il est autorisé de n'adresser que la feuille de soins électronique en mode SESAM dégradé (pas de transmission de la feuille de soins papier à la Caisse primaire).


  1. Echanges entre l’orthoptiste et l’ophtalmologiste


La transmission sécurisée des données du patient entre l'orthoptiste et l'ophtalmologiste s’effectue :

  • soit par Messagerie Sécurisée de Santé (MSSanté) de l'ASIP Santé (NB : informations sont disponibles sur http://www.mssante.fr/, la CPAM n'en assurant pas le support) ;

  • soit par un autre moyen lorsque l'orthoptiste est salarié d'un ophtalmologiste effectuant la lecture différée, ou lorsque la rétinopathie est réalisée par un orthoptiste salarié d'un centre de santé et la lecture effectuée par ophtalmologiste salarié de ce même centre de santé.


Deux obligations préalables incombent aux professionnels de santé (ou, le cas échéant, à leur employeur) :

  • une déclaration d’intention (jointe à cette lettre) de pratiquer cette modalité de dépistage auprès de leur organisme d’assurance maladie (à compléter et à adresser par mail à : declaration-depistage-rd@cnamts.fr),

  • un engagement de conformité à la CNIL du traitement des données à caractère personnel par les professionnels de santé (le tutoriel ci-joint en présente les modalités pratiques).




  1. Durée de conservation des données




  • Pour les données administratives : 90 jours.

  • Pour les données médicales (photographies et données cliniques) : sans limitation de durée, dans le dossier médical du patient.



Le Sous-Directeur Gestion du Risque

Julien ROSIO

1 Ce dispositif, prévu aux avenants 9 et 10 à la convention nationale des orthoptistes et dans l’avenant 11 à la convention nationale des médecins libéraux, est remboursable par l’Assurance Maladie depuis la décision Uncam du 17 décembre publiée au Journal officiel du 8 décembre 2014.


Caisse Primaire d’Assurance Maladie d’Indre-et-Loire

36 rue Édouard Vaillant – 37035 Tours cedex 9

Tél : 0.811.70.90.37 – www.ameli.fr

e-mail : relation-ps@cpam-tours.cnamts.fr


similaire:

673 avril 2015 iconVendredi 10 avril 2015

673 avril 2015 iconAdopté par la commission des normes professionnelles (cnp) du 16...

673 avril 2015 iconAvril 2015 Plantes d’intérieurs

673 avril 2015 iconConseil municipal du 10 avril 2015

673 avril 2015 iconLa Planète Bleue avril 2015

673 avril 2015 iconCahier revendicatif Réponses dp avril 2015

673 avril 2015 iconNote de service n° 2015-064 du 9 avril 2015parue au

673 avril 2015 iconProjet de procès-verbal de la réunion ordinaire du 14 avril 2015

673 avril 2015 iconRégime d’assurance médicale pour les fonctionnaires recrutés sur...

673 avril 2015 iconMaia inf0 N° 10 – avril 2015
«Essential for Living» est en cours d’organisation pour cet été. Elle est destinée aux professionnels intervenant auprès de personnes...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com