Stress oxydant et infections chroniques froides dans les pathologies neurodegeneratives, le syndrome de fatigue chronique et l’autisme





télécharger 433.09 Kb.
titreStress oxydant et infections chroniques froides dans les pathologies neurodegeneratives, le syndrome de fatigue chronique et l’autisme
page1/10
date de publication20.10.2016
taille433.09 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > droit > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10





STRESS OXYDANT ET INFECTIONS CHRONIQUES FROIDES DANS LES PATHOLOGIES NEURODEGENERATIVES, LE SYNDROME DE FATIGUE CHRONIQUE ET L’AUTISME
TERRASS HOTEL

12-14 rue Joseph de Maistre, 75018 PARIS

Tél. : + 33 (0)1 46 06 72 85, Fax : + 33 (0)1 44 92 34 40

Dimanche 29 Novembre 2009








Association ADNO, association 1901, BP 143, 06223 VALLAURIS CEDEX,www.association-adno.org

Association ARIANE, association 1901, 46, bd Jean-Jaures, 92100 CLICHY, www.filariane.org




Professeur Luc MONTAGNIER, virologue, membre des Académies de Médecine et de Sciences,

Docteur Philippe BOTTERO, Médecin Généraliste

Docteur Michel BRACK Médecin attaché INSERM, U939, Hôpital Alleray-Labrouste, Paris XV

Docteur Henri FAURE, Biologiste des Hôpitaux, Chargé de Cours à l’Université Grenoble

Docteur Philippe LEBAR, radiologue, attaché de l’hôpital Necker, Paris

Docteur Philippe RAYMOND, Médecin généraliste, Attestation d’Etude de Médecine Tropicale

Docteur Dominique RUEFF, Médecin Généraliste, DU Oncologie, Président de l’ADNO,

Docteur Corinne SKORUPKA, Médecin généraliste, Présidente de l’association Ariane





Docteur Corinne Skorupka

Présidente de l'association Ariane

Trouble autistique, trouble envahissant du développement, autisme classique, atypique, régressif, trouble du spectre de l'autisme… les appellations abondent pour décrire les multiples déclinaisons d'une vaste pathologie handicapante globalement désignée par l'acronyme T.E.D. ou, plus commodément, par le mot Autisme.

Mais l'on peut aussi opter pour une tout autre terminologie : déficit enzymatique, intolérances alimentaires, stress oxydant, inflammation neurologique et gastro-intestinale, perméabilité intestinale, carences en acides gras, en vitamines, en minéraux, hypoperfusion du cerveau, intoxication au mercure, au plomb, à l'aluminium, faiblesse ou déséquilibre du système immunitaire, processus auto-immun, déséquilibres de la flore intestinale, atteintes neurologiques d'origine virale, mutations génétiques spontanées et non héréditaires, choc postvaccinal…

La progression spectaculaire des troubles envahissants du développement, ainsi que la proportion croissante des enfants qui régressent après un développement jusque là normal, ne sauraient s'expliquer par un meilleur dépistage, voire l'élargissement des critères de diagnostic. Ni non plus par un phénomène "d'épidémie" génétique.

Sans exclure le facteur d'un terrain génétique propice au chavirement d'enfants plus fragiles que les autres, peut-être une définition supplémentaire s'imposera-t-elle un jour comme une évidence, celle d'un autisme environnemental, induit par un changement radical de notre environnement depuis dix à vingt ans. Un autisme potentiellement curable à condition de le déceler et de le traiter très précocement en même temps que l'on met en place une éducation structurée, intensive et spécifique.

Cette double approche, médicale et éducative, permet à un nombre croissant d'enfants - en particulier dans les pays anglo-saxons, bien plus avancés que nous sur le plan éducatif et celui de la recherche - de récupérer de leur trouble envahissant. Au point pour certains de devenir indiscernables de leurs pairs. Mais pas tous à ce jour ce qui montre bien que les troubles envahissants du développement sont des pathologies complexes et que d'autres voies restent à explorer pour découvrir les pièces manquantes du puzzle.
Tel est le propos de cette journée organisée par les associations ADNO et Ariane avec le concours des Dr Bottero et Raymond sous le parrainage du Professeur Montagnier. Ces derniers, devançant la recherche anglo-saxonne qui à son tour se concentre sur ces aspects, travaillent depuis plusieurs années déjà sur l'incidence des infections froides dans diverses pathologies réputées psychiatriques, dont l'autisme.

Leurs travaux représentent un formidable espoir en esquissant un modèle dans lequel nombre d'anomalies avérées sans que l'on puisse en cerner avec certitude les origines, pourraient être à la fois engendrées et alimentées par des nanobactéries, potentiellement traitables.
Docteur Dominique Rueff

Président de l’association ADNO

Lorsque nous avons envisagé avec mon amie et consœur Corinne Skorupka le programme de cette réunion commune, je pensais que nous allions approfondir ce concept auquel je suis attaché depuis le début de mon exercice médical : celui d’une médecine la plus étiologique et la plus globale possible.
Depuis mes débuts j’ai refusé le monothéiste médical consistant à penser qu’une seule thérapeutique, une seule recherche de symptômes présents et leur traitement pouvaient résoudre les situations pathologiques chroniques complexes que nous voyons de plus en plus dans nos consultations. Qu’il s’agisse de troubles comportementaux chez les adultes et les enfants, de situations étiquetées « spasmophilie » ou « fibromyalgie » ou plus simplement comme le dit Philippe Raymond d’un ensemble de symptômes exprimant tragiquement un « mal être » depuis des années et parfois des générations, la prise en charge ne peut qu’être globale.
Sans nier le rôle de la génétique, de la psychothérapie ou même parfois de la psychiatrie, il nous a toujours semblé, du moins pour ces deux dernières que leur rôle consistait plutôt à atténuer la douleur physique et morale, permettre de « vivre avec » plus ou moins intégré dans la société ou pire dans des institutions spécialisées quand la situation n’était plus compatible avec la famille, l’éducation et l’apprentissage de la vie « en dehors des murs ».
Notre curiosité et notre volonté d’apporter le plus possible à ces patients nous a poussé, avec d’autres confrères, fidèles de l’ADNO, qui se reconnaîtront, à nous intéresser à l’homéopathie (on y reviendra avec Luc Montagnier), à l’immunothérapie, à la diététique, à la supplémentation nutritionnelle orthomoléculaire, à l’immunonutrition (recherche et éviction des intolérances alimentaires), à la gestion du stress oxydatif, à la prise en charges des éléments à l’origine de l’inflammation chronique et de la surcharge cellulaire en sucre (glycation), à la protéomique fonctionnelle de type CEIA (www.ceia.com) , au problème de l’intoxication chronique en provenance de l’environnement, qu’il s’agisse de métaux lourds, de substances médicamenteuses, de pureté et de qualité de l’eau que nous ingérons chaque jour et qui compose 60% de nos organismes, des apports en qualité des corps gras que nous ingérons et qui composent la majorité de nos membranes cellulaires….
Avec cette approche multi-factorielle, bien que nous ayons eu de nombreux résultats aussi satisfaisants pour nos patients que pour nous, parfois définitifs mais souvent inconstants, nous avions l’impression qu’il nous manquait encore des éléments essentiels de ce puzzle complexe.
La rencontre avec les Docteurs Bottero et Raymond nous a convaincu qu’avec le dépistage et le traitement des infections froides à mycobactéries, nous tenions alors une pierre fondatrice de tout cet édifice. Les premiers résultats que nous avons observés Corinne et moi ont achevé de nous convaincre.
Le travail et la réflexion que mène Luc Montagnier à la fois sur les nanobactéries et l’importance de la structure de l’eau est un continuum vivant et dynamique de toute cette recherche au service de l’individu, de l’environnement donc absolument nécessaire et écologique.

Nous tenons ici à le remercier tout particulièrement pour son esprit à la fois profondément humanitaire, au sens noble du terme et constamment novateur qui le mènera certainement à d’autres récompenses internationales. Nous remercions également tous les intervenants de cette réunion qui ont apporté leur savoir et leur expérience.

Nous souhaitons que cette réunion vous apporte à tous, thérapeutes, patients, parents d’enfants malades courage et optimisme, car l’essentiel, invisible pour nos yeux actuels est certainement encore devant nous, et c’est tous ensemble que nous le découvrirons.
N’oublions pas de remercier les fabricants, distributeurs et laboratoires qui nous ont soutenus pour cette réunion ainsi que tous ceux et celles qui ont collaboré à cette journée, nos conjoints, secrétaires et autres collaborateurs avec une mention particulière pour DESTINATION FORME qui a bien voulu prendre en charge le secrétariat, la permanence téléphonique, la fabrication de ce document.


  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

Stress oxydant et infections chroniques froides dans les pathologies neurodegeneratives, le syndrome de fatigue chronique et l’autisme iconRsca n°6 : docteur je suis fatigué…
«Et bien voilà docteur, je ne sais pas ce que j’ai mais depuis 2 mois je suis fatigué !» Ha la fatigue chronique, un de mes motifs...

Stress oxydant et infections chroniques froides dans les pathologies neurodegeneratives, le syndrome de fatigue chronique et l’autisme iconFax : 02. 33. 24. 05. 59  Introduction page 2
«soins», souvent en milieu hospitalier (hôpital de jour). Les chiffres concernant cette population ne sont pas publiés. Les personnes...

Stress oxydant et infections chroniques froides dans les pathologies neurodegeneratives, le syndrome de fatigue chronique et l’autisme iconLes douleurs constituent, dans notre série (4), le symptôme le plus...
«tout le corps est douloureux» disent les patients. Elles sont difficiles à décrire et, parfois à localiser à cause des troubles...

Stress oxydant et infections chroniques froides dans les pathologies neurodegeneratives, le syndrome de fatigue chronique et l’autisme iconAxe numéro 1 : insuffisance respiratoire chronique chez les patients obèses
«syndrome de Pickwick» en référence au valet pied de la chronique de Charles Dickens, correspond à une de maladies de l’appareil...

Stress oxydant et infections chroniques froides dans les pathologies neurodegeneratives, le syndrome de fatigue chronique et l’autisme iconMarc Loriol, Le temps de la fatigue. La gestion sociale du mal-être...
«stressant» est de faire du sport, si possible en contact avec la nature. La «bonne fatigue» contre la «mauvaise fatigue» encore...

Stress oxydant et infections chroniques froides dans les pathologies neurodegeneratives, le syndrome de fatigue chronique et l’autisme iconSolution français 1 : la contrainte provoque le stress La traduction...
«stress». On peut distinguer une gamme de stress pour laquelle le rapport strain/stress est linéaire et la déformation est réversible,...

Stress oxydant et infections chroniques froides dans les pathologies neurodegeneratives, le syndrome de fatigue chronique et l’autisme iconExamen clinique
«syndrome de Pickwick» en référence au valet pied de la chronique de Charles Dickens, correspond à une de maladies de l’appareil...

Stress oxydant et infections chroniques froides dans les pathologies neurodegeneratives, le syndrome de fatigue chronique et l’autisme iconLes meningites infections des méninges, à virus (bénin) ou bactérie (grave) Le syndrome méningé

Stress oxydant et infections chroniques froides dans les pathologies neurodegeneratives, le syndrome de fatigue chronique et l’autisme iconModalites de surveillance des pathologies chroniques respiratoires

Stress oxydant et infections chroniques froides dans les pathologies neurodegeneratives, le syndrome de fatigue chronique et l’autisme iconLe stress et les troubles émotionnels
«syndrome général d’adaptation», en fait c’est la réponse normale de l’organisme devant une situation nouvelle. L’objectif c’est...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com