Infections Sexuellement Transmissibles





télécharger 14.41 Kb.
titreInfections Sexuellement Transmissibles
date de publication12.04.2019
taille14.41 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > droit > Documentos

Séméiologie IST

Infections Sexuellement Transmissibles

Elles sont le plus souvent liées à l’activité sexuelle. La transmission non sexuelle est rarissime. Les ulcérations dues aux IST favorisent la transmission du SIDA. Les polyinfections sont fréquentes. La séméiologie cutanée n’est pas limitée aux organes génitaux. Elle touche tous les orifices : urètres, vagin, anus, bouche.

Les agents pathogènes sont :

  • des bactéries comme le Tréponème pâle (syphilis) ou le Gonocoque (gram négatif),

  • des virus comme l’Herpès II (20% de la population adulte présente une sérologie positive) ou le papillome VOP (condylomes = verrues génitales),

  • des parasites comme Phtirius pubis (morpion), la Gale (occasionnel) , Trichomonas vaginalis, Mycoplasma hominis (saprophyte du vagin , pathogène occasionnel).


Les IST sont graves car elles se transmettent (Santé Publique), favorisent la transmission du SIDA, peuvent se compliquer (surtout chez les femmes = stérilité principalement ou cancérisation (cancer du col de l’utérus dû à une infection à VPH).


  1. Le prurit génital :


Il s’agit d’une sensation qui conduit au grattage pouvant être due à :

A.Phtirius pubis ou Morpion



Cette IST est fréquente et peu grave. Les lentes sont des structures brillantes, allongées, ancrées aux poils pubiens. Les adultes sont accrochés par des pinces (cf. parasitologie). Le traitement repose sur les produits antiparasitaires. L’IST peut s’étendre aux poils du thorax, aux aisselles, aux sourcils. Il s’agit alors d’une question d’hygiène.


    1. La gale :


Les femelles cheminent sous la peau en creusant des tunnels dans la couche cornée où elles pondent leurs œufs. La transmission est sexuelle ou familiale et n’est pas une question d’hygiène. C’est une IST très fréquente dont la guérison n’est jamais spontanée.

Le prurit est très important et se caractérise principalement par :

  • le fait qu’il s’aggrave le soir (empêche de dormir),

  • le caractère familial ou dans le couple,

  • la localisation particulière : entre les doigts, les poignets, les aisselles, les seins pour les femmes et les organes génitaux pour les hommes.


Les signes physiques sont principalement :

  • des sillons de 0,5 cm de long où la crasse s’accumule,

  • des vésicules perlées qui peuvent être excoriées (grattage),

  • des nodules scabieux (inflammatoires), notamment au niveau de l’organe génital mâle.


Ni les morpions, ni la gale n’induisent de sérologie particulière.

  1. Les tumeurs ou condylomes :



B.Les lésions verruqueuses ou papillomateuses = Crête de coq



Elles touchent les hommes comme les femmes et sont très contagieuses. Elles sont dues à des virus VPH non oncogènes de types 6, 11 ou 13. Les lésions sont plus ou moins multiples. Elles se localisent dans la région périanale, sur les organes génitaux,…


    1. Les condylomes plans :


Ce sont des papules blanches, difficiles à voir. Chez la femme, elles peuvent être oncogènes sur le col de l’utérus (types 16, 18, 21 et 33 du VPH).
Le diagnostic se fait par :

  • examen clinique,

  • biopsie (diagnostic différentiel),

  • test à l’acide acétique à 5 ou 10%, peu spécifique, fait apparaître des taches blanches correspondant aux condylomes.




  1. Les ulcérations :


Ce sont des pertes de substance sans tendance spontanée à la cicatrisation.


    1. Le chancre :




      1. Phase primaire de la syphilis : le chancre


Il s’agit d’une ulcération en général unique, indolore, indurée et associée à une ou plusieurs adénopathies du même côté. Elle est localisée au niveau de la verge, de la zone périanale, de la vulve, du col de l’utérus, de la bouche (pilier de l’amygdale ou pharynx). Le chancre peut guérir spontanément.


      1. Syphilis secondaire :


Elle se caractérise par des lésions cutanées variées :

  • Roséole = éruption généralisée de taches rosées à disparition spontanée,

  • Lésions papuleuses (boutons) au niveau des paumes et de la plante des pieds, très caractéristiques de la syphilis = faire une sérologie dans ce cas,

  • Lésions périorificielles, infiltrées, très contagieuses car contiennent le Tréponème pâle.

  • Alopécie en clairière



C.Lésions multiples et douloureuses = Herpès génital



La primo infection est une IST, pas les récidives qui ont lieu sans nouveau contact avec le virus. Au départ, on observe des vésicules en bouquet (collection liquidienne de petite taille à liquide clair). Il est très contagieux à ce stade.

Ces lésions s’ouvrent en ulcération qui sont superficielles et très douloureuses, dont l guérison est spontanée en 15 jours à 3 semaines pour la primo infection ( et moins pour les récidives).

La primo infection est très grave et s’accompagne de fièvre, d’altération de l’état général et d’adénopathie = urgence thérapeutique ; mais elle peut être asymptomatique. Le traitement est basé sur le Zovirax (1 prise par jour pendant 7 jours).

Lors de l’accouchement, l’enfant peut décéder d’une encéphalite herpétique !


  1. Les écoulements génitaux :



D.Urétrite masculine ou chaude pisse = urétrite aiguë



Il s’agit d’une affection très douloureuse pouvant s’accompagner de rétention urinaire, avec un écoulement purulent blanc, épais (pus). Elle est due au Gonocoque.
Chez la femme, l’infection par le Gonocoque est plus discrète et le diagnostic plus difficile car la femme peut présenter une leucorrhée physiologique, ou d’autres infections (Candida, Chlamydia).


    1. Subaiguë chez la femme :


L’incubation est plus longue (15 jours). L’infection à Chlamydia tracomatis est souvent à bas bruit, moins douloureuse et écoulement moins abondant. C’est grave chez la femme car l’infection peut remonter vers les trompes et provoquer une stérilité tubulaire.

Les Chlamydia est la seule indication de sérologie.






similaire:

Infections Sexuellement Transmissibles iconInfections sexuellement transmissibles bactériennes

Infections Sexuellement Transmissibles iconLes infections sexuellement transmissibles (ist)

Infections Sexuellement Transmissibles iconLes maladies sexuellement transmissibles – les infections gynécologiques

Infections Sexuellement Transmissibles iconModule : module 1- 5 Prévenir les infections sexuellement transmissibles

Infections Sexuellement Transmissibles iconMaladies sexuellement transmissibles

Infections Sexuellement Transmissibles iconLes maladies sexuellement transmissibles

Infections Sexuellement Transmissibles iconMaladies sexuellement transmissibles (1ère partie)

Infections Sexuellement Transmissibles iconMaladies sexuellement transmissibles hors sida et hepatites b et c

Infections Sexuellement Transmissibles iconQuestion 82 grippe module 8 : Santé et Environnement-Maladies Transmissibles

Infections Sexuellement Transmissibles icon2. principales caractéristiques des encephalopathies subaiguës spongiformes transmissibles





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com