Réunion du vendredi 30 novembre 2012 Présents





télécharger 41.52 Kb.
titreRéunion du vendredi 30 novembre 2012 Présents
date de publication10.10.2019
taille41.52 Kb.
typeRéunion
m.20-bal.com > droit > Réunion
Réseau de prévention et de lutte contre les violences conjugales

Compte rendu de la réunion du vendredi 30 novembre 2012

Présents :

David Dernis : S.P.I.P Verquigneul

Annie Flament : Mairie de Lens

Karine Denoyelle : M.D.S de Bully-les-Mines

Cécile Lecomte : M.D.S de Bully-les-Mines

Pierre Lerumigo : Le Cheval Bleu Bully-Les-Mines

Marie-Nadine FLODROPS : Soginorpa Douai

Charles-Louis SOMMERARD : A.V.I.J Saint Nicolas

Laurent Liotard : Systémia-Consultation Lens

Muriel Gruau : M.D.J Lens

Aurore Voisin : P.J.J VEMO Hénin-Beaumont

Véronique Nowak : E.H.L.A Hénin-Beaumont

Charlotte Wittouck : Centre Hospitalier Hénin-Beaumont

Danièle Ziolkowski : Centre Hospitalier Hénin-Beaumont

Aurélie Digironimo : S.P.I.P de Béthune

Isabelle Fache : S.P.I.P de Béthune

Frédérique Zielinski : Maison d’arrêt de Béthune

Mélanie Flament : C.P.I.P de Béthune

Jacques SINEUX : C.P.I.P de Béthune

Martine Noël : Systémia-Consultation Lens

Emmanuelle Van Den Abele : Prévart Béthune

Ahmed Bourdeche : Centre d’hébergement Famille et demandeurs d’asile LENS

Séverine LECOUTRE : Service Ecoute Brunehaut Saint-Nicolas-les-Arras

Zakia Baraka : Service Ecoute Brunehaut Lille

Alexandra Mattiou : T.G.I de Béthune

Camille LESSIEHI : S.P.I.P de Verquigneul

Fatim-Zahra  Bouchaïd : M.D.S Hénin- Beaumont

Sarah LOLLIVIER : M.D.S Arras

Jean-Daniel POGNICI : Soginorpa Douai

Excusés :

Jean-Michel Wierciock : Sous-Préfecture de Lens

Virginie Hoffman : Direction Départementale de la Cohésion Sociale d’Arras

Nathalie Seys : Direction Départementale de la Cohésion Sociale d’Arras

Stéphanie Pillion : Systémia-Enfant Lens

Valérie Delvallez : Accueil 9 de cœur Lens
Présentation Association PREVART

L’Association PREVART située sur Béthune, réseau Cardio Vasculaire, comporte plusieurs pôles de santé :
- Pole cardio : avec des infirmiers, des éducateurs médicaux sportifs, des diététiciens qui travaillent autour des facteurs de risques cardio-vasculaires dans l’arrondissement de Béthune et Lens.
- Une unité de coordination de soins palliatifs à domicile : ce qui permet aux professionnels de se déplacer au domicile du patient, afin que celui puisse vieillir et finir sa vie dans les meilleures conditions possibles en profitant de toutes les aides, qui peuvent être mise à sa disposition.
- Un E.R.C : Espace Ressource Cancer, lieu où les dames et les hommes, qui ont, ou qui ont eu un cancer peuvent venir se ressourcer en dehors de l’hôpital. Ce lieu est également ouvert à l’entourage, qui peut bénéficier de services autour de la socio-esthétique et du bien-être. Essayer de retrouver, pour celles par exemple, qui ont eu un cancer du sein, une image de femme. L’accueil y est convivial, elles y retrouveront de l’attention tout en se changeant les idées
Madame Van Den Abele, travaille sur le projet de repérage précoce des cancers des voies aéro-digestives supérieures, pour l’instant elle est la seule à faire cela en France, mais espère avoir des collègues rapidement.
Les cancers des voies aéro-digestives supérieures (V.A.D.S) concernent toute la sphère ORL (cavité buccale, larynx, pharynx, cou). La mortalité en France de ces cancers est estimée à 5000 morts par an, Les territoires de Lens, Béthune sont sévèrement touchés.

Le but du projet est de repérer précocement ces cancers, car plus le diagnostic est tardif, plus les séquelles seront importantes pour la personne, perturbant les différentes fonctions comme la respiration, l’alimentation, la communication.

Le taux de survie est de 30 % à 5 ans contre 85 % pour le cancer du sein.
Il y a une réelle prise de conscience au niveau de la difficulté d’accès aux soins. Un collectif s’est crée en 2003 à l’initiative du Docteur Delmotte, chirurgien ORL.
Un support de communication dans un premier temps a émergé de ce groupe, puis s’est mis en place des créneaux de consultations ORL spécifiques sur le secteur de Béthune et Lens. Cela permet aux personnes d’accéder très rapidement à une consultation de contrôle et d’accélérer la prise en soins en cas de repérage de lésion.
A ce jour, il y a un réel travail de sensibilisation auprès des personnes précaires, des professionnels de santé, des acteurs de terrain. Car « par chance », dans ces cancers, il existe des signes d’alerte qui permettent de constater les changements dans l’état de santé.
Madame Van Den Abele se déplace dans les structures, sensibilise aux signes d’alertes, explique comment repérer ces personnes, informe les professionnels de l’existence du numéro d’appel.

Nous pouvons la contacter afin qu’elle prenne un rendez-vous O.R.L rapidement, et elle peut même accompagner physiquement les patients de leur domicile, à la consultation ORL.

Elle ne fait pas de soins, mais se déplace dans toutes les structures de précarité, de distribution alimentaire et d’entraide comme Le Secours Populaire, la Croix Rouge, les Restos du cœur…afin de repérer ces signes chez les personnes qui présentent les facteurs de risques de ces cancers.

  • tabac, alcool, mauvaise hygiène bucco-dentaire, facteur nutritionnel déficient…

  • Le tabagisme passif est aussi un facteur de risque.


Pour éviter de stigmatiser les personnes atteintes de ces cancers, il faut cependant préciser qu’il existe des risques que même chez les personnes qui auront une vie saine sans tabac ni alcool.
L’accompagnement infirmier, ce n’est pas que du repérage et un moyen de transport pour une consultation ORL. Nous sommes là au moment du diagnostic, le jour de l’intervention, j’emmène dès 6h du matin les personnes au bloc, je les accompagne à tous les examens complémentaires car avec la présence des facteurs de risque, on n’est souvent en présence d’altération d’état général et de nombreux bilans sont à effectuer.
Le projet permet également d’orienter vers les conduites de sevrage. Il existe un partenariat avec différentes structures comme avec le service de Médecine et prévention à l’hôpital de Lens, le CSAPA le jeu de paume.
Nous travaillons actuellement sur un partenariat avec la C.P.A.M de l’Artois pour régler les problèmes de droits de couverture sociale.
Nous travaillons également avec le CHBD62 (Comité d’hygiène bucco dentaire du Pas de Calais) en faisant des interventions dans les centres de distribution alimentaire, de foyers d’hébergements…Il s’agit d’un camping-car équipé comme un cabinet dentaire, avec un chirurgien dentiste qui effectue du repérage direct des lésions en faisant des dépistages bucco dentaires.

Depuis 2010, plus de 200 personnes sont montées dans le camping-car et pour la quasi-totalité des participants, des soins étaient nécessaires.

L’accès aux soins dentaires est de plus en plus difficile pour les personnes exclues, les états bucco dentaires sont catastrophiques, les personnes rencontrées sur le terrain disent ne pas avoir vu de dentiste depuis plus de 20 ans, ceux-ci prennent des risques importants en effectuant eux-mêmes les soins, c’est un véritable retour en arrière.

Question du public :


  • Combien de temps faut-il pour être sensibilisé et savoir repérer les signes ?




  • On s’adapte à vos besoins, je peux intervenir en réunion d’équipe, sensibiliser le public aux facteurs de risques, 1 heure d’intervention suffit.


il existe aussi un programme de formation plus conséquent. Celui-ci est réservé aux professionnels en contact avec la population qui dans la pratique quotidienne vont être amenés à faire du repérage.
Ces formations se font sur une matinée, avec un chirurgien ORL, une socio-oncologue du Centre Oscar Lambret et moi-même, le programme est téléchargeable sur le site d’Eclat GRAA.
Quelques chiffres :
En effet, il est intéressant de savoir ce que fait réellement PREVART.
Le bilan 2010-2011 :
- 218 interventions dans les champs de la précarité, dans toutes les petites associations, etc.

- 77 personnes ont été orientées vers une consultation.

- 12 personnes présentées des lésions cancéreuses et précancéreuses.

Question du public


  • Quels sont les signes qui sont visibles à l’œil nu ?


  • Modification de la voix : souvent due au gonflement des cordes vocales par œdème, à la laryngite chronique.



  • Gêne pour avaler (comme un obstacle coincé dans la trachée, qui perturbe la déglutition)




  • Toux chronique : souvent banalisée chez le fumeur, s’inquiéter lorsque celle-ci perdure plus de 3 semaines et que :


- l’on commence à se réveiller la nuit pour tousser,

- l’on ne peut pas prendre la parole sans être gêné,


  • La douleur à l’oreille : le carrefour ORL est une zone très innervée pour le réflexe de déglutition, dès que cette déglutition devient douloureuse au passage des aliments, répercussion douloureuse directe dans l’oreille, douleur omniprésente et insupportable (souvent les personnes qui souffrent, se protègent avec un coton dans l’oreille).


Si ces signes persistent, Il faut sans plus attendre consulter son médecin traitant.

Quant à l’âge et le sexe, nous pensions que les hommes âgés de plus de 60 ans étaient les plus concernés. Cependant, il s’est avéré que les hommes et les femmes plus jeunes pouvaient être touchés.
Question du public


  • Comment se passe la consultation :


La consultation dure environ un quart d’heure. Elle commence par un interrogatoire sur les symptômes, sur la présence des facteurs de risques. Puis l’ORL utilise un fibroscope pour examiner plus précisément les zones inaccessibles à l’œil nu. Il s’agit d’un examen non indolore qui dure moins d’une minute.

Question du public
Y a-t-il une prise de médicament ou y a-t-il opération chirurgicale ?
Plus le repérage est précoce, moins les soins seront invasifs. Il y aura des examens complémentaires comme une biopsie si une lésion suspecte est repérée lors de la première consultation. Celle-ci se fait au bloc opératoire sous anesthésie générale.
Il faut sensibiliser la famille ?
Il est important que la personne soit soutenue par son entourage. C’est évidemment au patient de prendre la décision d’informer les proches.
Pouvez-vous expliquer le fonctionnement relatif au diététicien, éducateur sportif ?
PREVART c’est une plate-forme de santé, c’est un peu un équivalent de la maison de la santé, la maison du diabète, etc. …sauf que pour la prise en soins des patients, si on prend par exemple le pôle cardio-vasculaire, il suffit qu’il y ait un seul facteur de risque cardio-vasculaire et il y a une prise en soin de la personne.

Nous ne nous substituons pas à un établissement de soins, les traitements sont toujours prescrits par le médecin traitant. Le personnel est formé à l’éducation thérapeutique et pourra prodiguer par ce biais un accompagnement, des conseils, du soutien.

Concernant le diabète, on contrôle les glycémies, une attention particulière est apportée aux soins des pieds, avec la présence d’une podologue libérale.

C’est une équipe pluridisciplinaire qui s’articule autour du patient pour qu’il puisse vivre au mieux avec sa maladie chronique.
Sur le Lensois, Il y a Prévalens, c’est une antenne de Prévart qui est en train de se développer. Il y a déjà une infirmière qui est en place sur le secteur. Des ateliers d’éducation existent, il y a un support de communication prêt. Les locaux se situent au niveau de la Croix Rouge.
Quant aux soins palliatifs, c’est en relation avec l’hôpital et l’hospitalisation à domicile les patients sont orientés par le médecin traitant.
Comment les bailleurs sociaux peuvent-ils aider ces personnes en difficulté ?

-Les orienter vers le médecin traitant

-en leur demandant comment va leur santé ?

-Dire je ne vous trouve pas en forme.

-Vous voyez un médecin ?

-Créer un lien, sans parler du problème d’alcool
Le bailleur social :
L’accompagnement se fait juste pour remettre dans les rails, les problèmes administratifs sont très longs, car la personne a perdu tout repère. Lorsqu’il y a des problèmes de santé qui viennent, se greffer cela peut encore être plus long, dans ce cas l’association qui s’occupe de la famille prolonge l’accompagnement social afin que la famille qui est situation de précarité puisse refaire surface, et repartir d’un bon pied. Lorsqu’il y a des loyers impayés souvent il y a des problèmes de santé, d’hygiène de vie, des problèmes avec les enfants. Lorsqu’ils passent en agence, cela se remarque dans leur tenue vestimentaire, dans leur façon d’être. Il y a des signes apparents. Quant à la violence conjugale, on peut en constater énormément, cependant il est difficile d’en parler.


  • Vous dites que vous avez un contact privilégié avec la sécurité sociale, j’aimerais savoir si cela fonctionne réellement ?



Nous sommes sur une piste pour obtenir une ligne directe à la CPAM de l’Artois, je suis en contact avec les services d’Arras.


  • Est-ce que pour une consultation O.R.L, il faut que la personne ait la C.M.U ou la mutuelle prend en charge ?



Cela se fait à l’hôpital aux consultations externes, mais il faut évidemment que les droits soient ouverts.
Il ne faut pas hésiter à insister auprès des gens pour qu’ils fassent les démarches. D’autant plus que certains spécialistes pratiquent des dépassements d’honoraires. C’est pour cela qu’il est très important d’accompagner la personne, car on peut signaler auprès des médecins que c’est du repérage que c’est nous qui sommes allés chercher le patient.
Le numéro d’appel de PREVART n’est jamais donné aux patients, il est réservé aux professionnels de santé tels que les médecins et chirurgiens dentistes et récemment, il est ouvert également aux professionnels de terrain, sensibilisés aux signes d’alerte.
Présentation de David Blin Psychologue au commissariat de Lens

Le couple B : rencontré suite à la déclaration de maltraitance de la part des enfants
Madame B a quatre enfants :
-une fille de 12 ans et un garçon de 8 ans (qui ont déclaré de la violence de la part du beau-père ,Monsieur B)

Le placement des enfants arrive puisqu’ils «dysfonctionnent » selon le couple.

Ces deux enfants : fille et garçon disent subir des crises d’autorité violentes de la part de leur beau-père.
-deux garçons de 14 ans et 17 ans eux aussi actuellement placés pour de la délinquance plus ou moins grave et dont la mère ne souhaite plus entendre parler.
Le père biologique des enfants était présent au début suite notamment aux sollicitations de la M.D.S.

Puis il a commencé à dysfonctionner (Problème d’alcool, etc.)
Monsieur B est en recherche de paternité et se revendique comme le père. Il ne comprend pas pourquoi il n’est pas aimé de ces enfants et dit en faire des cauchemars.
Le couple B est dans une situation très précaire socialement et même intellectuellement. Ce sont des gens qui sont passés par l’I.M.P.R.O et par des centres d’aide par le travail.
Monsieur a des traits de caractère qui peuvent nous faire penser qu’il est «manipulateur pervers ». Cependant, étant intellectuellement limité, cela semble peu probable.
Madame n’a pas eu de période « monoparentale », en effet elle s’est mise en couple rapidement avec Monsieur B, après la séparation du père de ses enfants
Ce couple parait très soudé, ils font tout ensemble. Madame ne se plaint pas de violence conjugale et se dit heureuse. Elle a même été chez le médecin pour prouver qu’elle n’avait pas d’ecchymose, quant à Monsieur B, il se fait prescrire des prises de sang pour prouver qu’il n’est pas « alcoolique ».
Le psychologue est persuadé qu’il n’y a pas de violence conjugale.
Monsieur Blin constate que Madame B, n’a pas la parole avec Monsieur, mais elle ne l’a pas non plus avec les enfants puisqu’elle délègue son autorité à Monsieur B. De plus, celui-ci affirme qu’en effet, les enfants mènent, Madame B par le bout du nez, et qu’il est donc obligé de « recadrer ».
Le juge signifie à Monsieur que le psychologue du commissariat ne peut lui être d’aucune aide. Cependant, Il ne veut rien savoir. Il ne veut pas être suivi par la M.D.S qui lui dit qu’il n’est que le « beau-père », ni pas le cheval bleu, car il nie toute violence.
Les différentes notions développées dans l’analyse de la situation

Hypothèse :
« Monsieur se met dans la position de « méchant », donc nous qui sommes « gentils », on a envie de ne pas « l’aimer », donc il ne veut pas qu’on l’aime sauf la police.

Il est possible que ce soit le fait  que la police soit une institution plus ou moins rigide.
-proposer une thérapie familiale en y invitant le père biologique. Même s’il ne vient pas, il a été invité, on peut le nommer, le faire exister. Le faire asseoir sur le siège vide, il sera là symboliquement.
-une autre hypothèse : en cas de difficulté à orienter, le professionnel peut essayer de dire qu’il ne comprend plus, qu’il a besoin d’aide, et de leur proposer d’aller ensemble prendre rendez-vous.
En conclusion : Le psychologue du commissariat travaille sur du conjugal et la M.D.S sur du parental, donc ils ne sont pas sur le même terrain. Ils pourront, à priori difficilement se rejoindre. La famille peut donc facilement, les enfants y compris, amplifier le dysfonctionnement, en envoyant des informations diverses aux différents intervenants.
De là, l’intérêt de recadrer nos interventions et de travailler en partenariat.

La proche réunion de réseau
Lutte de Prévention Contre les Violences Conjugales
aura lieu le  8 janvier 2013 de 14 heures à 16 heures.

Centre Hospitalier

Salle Soleil

Les tilleuls

585, avenue des Déportés
Henin-Beaumont 62 251

similaire:

Réunion du vendredi 30 novembre 2012 Présents iconRéunion Présents

Réunion du vendredi 30 novembre 2012 Présents iconPsychothérapies à l’adolescence Vendredi 23 novembre 2007

Réunion du vendredi 30 novembre 2012 Présents iconContrôle continu Matériaux 2G02 Vendredi 8 novembre 2002

Réunion du vendredi 30 novembre 2012 Présents iconCompte rendu du conseil municipal du vendredi 4 novembre 2011

Réunion du vendredi 30 novembre 2012 Présents iconRéunion du 8 juin 2016 Membres présents

Réunion du vendredi 30 novembre 2012 Présents iconRéunion du Groupe de Travail bpco, 9 novembre 2012
«avis d’experts». Ainsi que celle de l’utilité de la mesure des volumes pulmonaires après chaque modification thérapeutique (formulation...

Réunion du vendredi 30 novembre 2012 Présents iconRèglement (UE) n° 1151/2012 du Parlement européen et du Conseil du...

Réunion du vendredi 30 novembre 2012 Présents iconCompte-rendu du comité de pilotage relatif à l'aménagement de la...

Réunion du vendredi 30 novembre 2012 Présents iconRéunion du 7 novembre 2016

Réunion du vendredi 30 novembre 2012 Présents iconRéunion N°3 du Projet rgc&u anr «senso» Le 25/10/2006 au lcpc de...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com