Élimination de kystes dans les selles





télécharger 17.45 Kb.
titreÉlimination de kystes dans les selles
date de publication23.04.2017
taille17.45 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > droit > Documentos

Parasitologie GB – DCEM

Frédérique de Monbrison

22 Janvier 2008 BOUTEFEU - RAJOELISON


GIARDIOSE

Giardia intestinalis



  1. GÉNÉRALITÉS : LES PROTOZOAIRES


Giardia intestinalis (ou duodenalis) est un protozoaire intestinal. La giardiose ou giardiase est relativement fréquente en France. C’est une maladie du péril fécal.
Les protozoaires sont des organismes intra-tissulaires ou intra-cellulaires, unicellulaires, à reproduction asexuée que l’on retrouve sous forme de kyste ou de forme végétative.

Le kyste est la forme responsable de la dissémination de la maladie (forme résistante). La forme végétative, au contraire, est très fragile : elle assure la multiplication du parasite et les signe cliniques.
Les protozoaires peuvent être :


  • Intestinaux

  • Génitaux

  • Tissulaires

  • Sanguicoles (hématozoaires)


  1. MORPHOLOGIE




G. intestinalis est un protozoaire flagellé unicellulaire.


  • Forme végétative : mobile, fragile, binucléée, flagellée (15µm) ►






  • Kyste, forme de dissémination : (12 µm) résistant. Le kyste assure la multiplication du parasite (4 noyaux : 1 kyste donne 2 formes végétatives). ►



  1. RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE


« La giardiose est fréquemment rencontrée en France tant chez les adultes que chez les enfants avec toutefois une prédominance pour ces derniers.
Par ailleurs, il n’est pas rare de la diagnostiquer chez des voyageurs revenant d’une région chaude ou tropicale où cette parasitose est particulièrement répandue et liée au péril fécal. » ANOFEL


  1. CYCLE PARASITAIRE




  • Contamination digestive : absorption de kystes dans de l’eau ou des crudités souillés par des matières fécales.




  • Dissémination : la double paroi du kyste est détruite, les formes végétatives sont libérées et se fixent à la surface de la muqueuse duodéno-jéjunale. Elles donnent naissance à de nouveaux kystes.




  • Élimination de kystes dans les selles




  1. CLINIQUE




  • Asymptomatique le plus souvent, les manifestations cliniques sont différentes chez l’adulte et chez l’enfant.




  • Chez l’adulte :

    • Troubles digestifs : selles pâteuses, douleurs abdominales, météorisme

    • PAS de fièvre

    • La localisation particulière de G. intestinalis entraîne parfois une duodénite parasitaire dont le retentissement sur les fonctions hépato-vésiculaires se manifeste par un état nauséeux.

└► Donc : penser à une giardiose devant nausées + selles pâteuses


  • Chez l’enfant : signes cliniques plus intenses que chez l’adulte, surtout si association à d’autres parasitoses :

      • Troubles digestifs plus intenses (la giardiose une des premières causes de diarrhée de l’enfant)

      • AEG, retard staturo-pondéral

  1. DIAGNOSTIC




  • Diagnostic biologique direct : examen parasitologique des selles (à répéter, 3 jours différents).

Remarque : on peut mettre en évidence des formes végétatives si l’examen est rapide après défécation.


  • PAS de sérologie (pas de production d’Ac car localisation uniquement intraluminale)



  1. TRAITEMENT




  • Flagyl ® Métronidazole (cp de 500mg ou suspension buvable) : 3cp au cours des 3 repas pendant 5 jours.

└► Ne pas boire de boissons alcoolisées ! (Effet antabuse du Flagyl®)

└► Effets indésirables (à connaître) :

  • Troubles digestifs (accentue les diarrhées) mais maintenir absolument le ttt pendant 5 jours.

  • Rarement, troubles neurologiques : neuropathies périphériques sensitives réversibles




  • Fasigyne ® 500 Tinidazole : nécessite 2 jours de ttt seulement, mieux toléré au niveau digestif.




  • Secnol ® Secnidazole : 2g en dose unique


Remarque : Flagyl ® ou Fasigyne ® ou Secnol ® = ttt de 1ère intention


  • Zentel ® Albendazole : donné en 2ème intention, en cas d’échec du ttt.



  • Surveillance : examen parasitologique des selles 1 mois après la fin du traitement



  1. PRÉVENTION




  • Prévention du péril fécal :




  • Lavage des mains +++ et des aliments (avec de l’eau non contaminée) : la contamination a souvent lieu par ingestion d’eau de puits (nappes phréatiques contaminées) : penser à contrôler et à traiter l’eau.




  • Mise en place de latrines, traitement de des eaux usées…

Qu’est-ce qui est vert et qui pousse au fond du jardin ?

Un martien qui fait caca.




similaire:

Élimination de kystes dans les selles iconLa recherche d’Ag dans les selles

Élimination de kystes dans les selles iconRecherche d’Ag bactériens dans les selles : bonne sensibilité

Élimination de kystes dans les selles iconExamen de référence pour les kystes de petite taille

Élimination de kystes dans les selles iconF 33880 St Caprais de Bordeaux
«Microclusters Flanagan» qui sont véritablement la percée nutritionnelle du siècle ! Ils permettent en effet de multiplier l’assimilation...

Élimination de kystes dans les selles iconUe gastro
«de l’huile qui reste sur la cuvette après avoir tiré la chasse») fait évoquer une stéatorrhée (graisses dans les selles) en faveur...

Élimination de kystes dans les selles iconGeoffroy lesage le mardi 8 décembre 2009, 14h15
«Etude de l’élimination de substances aromatiques dangereuses dans un procédé couplant adsorption et biodégradation»

Élimination de kystes dans les selles iconMéthode d’élimination du cadmium contenu dans des effluents aqueux...

Élimination de kystes dans les selles iconModule urologie nephro
...

Élimination de kystes dans les selles iconCollecte, enlèvement, élimination et recyclage de déchets dangereux,...

Élimination de kystes dans les selles iconUn soged doit aborder de manière détaillée les points listés ci-dessous
«déchets», sensibilisation personnel, tri prévu, logistique, traçabilité, filières de valorisation ou d’élimination





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com