Les formes éLÉmentaires de la vie religieuse





télécharger 0.56 Mb.
titreLes formes éLÉmentaires de la vie religieuse
page1/11
date de publication12.10.2019
taille0.56 Mb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > Biología > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11



Émile Durkheim (1912)


LES FORMES ÉLÉMENTAIRES

DE LA VIE RELIGIEUSE

Le système totémique en Australie


Livre I : Questions préliminaires

Livre 1er de 3

Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay,

professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi

Courriel: jmt_sociologue@videotron.ca

Site web: http://pages.infinit.net/sociojmt
Dans le cadre de la collection: "Les classiques des sciences sociales"

Site web: http://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/index.html
Une collection développée en collaboration avec la Bibliothèque

Paul-Émile-Boulet de l'Université du Québec à Chicoutimi

Site web: http://bibliotheque.uqac.uquebec.ca/index.htm




La présente édition électronique a été réalisée à partir du livre suivant :


ÉMILE DURKHEIM (1912), LES FORMES ÉLÉMENTAIRES DE LA VIE RELIGIEUSE.

LE SYSTÈME TOTÉMIQUE EN AUSTRALIE.


Polices de caractères utilisée :
Pour le texte: Times, 12 points.

Pour les citations : Times 10 points.

Pour les notes de bas de page : Times, 10 points.

Édition électronique réalisée avec le traitement de textes Microsoft Word 2001 pour Macintosh.
Mise en page sur papier format

LETTRE (US letter), 8.5’’ x 11’’)
Édition complétée le 15 février 2002 à Chicoutimi, Québec.



Table des matières
.

Carte ethnographique de l’Australie
INTRODUCTION : OBJET DE LA RECHERCHE. Sociologie religieuse et théorie de la connaissance
I. - Objet principal du livre: analyse de la religion la plus simple qui soit connue, en vue de déterminer les formes élémentaires de la vie religieuse. - Pourquoi elles sont plus faciles à atteindre et à expliquer à travers les religions primitives.

II. - Objet secondaire de la recherche : genèse des notions fondamentales de la pensée ou catégories. - Raisons de croire qu'elles ont une origine religieuse et, par suite, sociale. - Comment, de ce point de vue, on entrevoit un moyen de renouveler la théorie de la connaissance.

LIVRE I: QUESTIONS PRÉLIMINAIRES
CHAPITRE I : Définition du phénomène religieux et de la religion
Utilité d'une définition préalable de la religion; méthode à suivre pour procéder à cette définition. - Pourquoi il convient d'examiner d'abord les définitions usuelles.

I. - La religion définie par le surnaturel et le mystérieux. - Critique : la notion du mystère n'est pas primitive

II. - La religion définie en fonction de l'idée de Dieu ou d'être spirituel. - Religions sans dieux. - Dans les religions déistes, rites qui n'impliquent aucune idée de divinité

III. - Recherche d'une définition positive. - Distinction des croyances et des rites. – Défi­ni­tion des croyances. - Première caractéristique : division bipartite des choses en sacrées et en profanes. - Caractères distinctifs de cette division. - Définition des rites en fonction des croyances, - Définition de la religion

IV. - Nécessité d'une autre caractéristique pour distinguer la magie de la religion. - L'idée d'Église. -Les religions individuelles excluent-elles l'idée d'Église ?
CHAPITRE II : Les principales conceptions de la religion élémentaire
I. - L'animisme
Distinction de l'animisme et du naturisme

I. - Les trois thèses de l'animisme : 1º Genèse de l'idée d'âme; 2º Formation de l'idée d'esprit ; 3º Transformation du culte des esprits en culte de la nature

II. - Critique de la première thèse. - Distinction de l'idée d'âme et de l'idée double. - Le rêve ne rend pas compte de l'idée d'âme

III. - Critique de la seconde thèse. - La mort n'explique pas la transformation de l'âme en esprit. -Le culte des âmes des morts n'est pas primitif .

IV. - Critique de la troisième thèse. - L'instinct anthropomorphique. Critique qu'en a faite Spencer; réserves à ce sujet. Examen des faits par lesquels on croit prouver l'exis­ten­ce de cet instinct. - Différence entre l'âme et les esprits de la nature. L'anthropo­mor­phisme religieux n'est pas primitif.

V. Conclusion: l'animisme réduit la religion à n'être qu'un système d'hallucinations .

CHAPITRE III : Les principales conceptions de la religion élémentaire (suite)
II. - Le naturisme
Historique de la théorie

I. - Exposé du naturisme d'après Max Müller

II. - Si la religion a pour objet d'exprimer les forces naturelles, comme elle les exprime d'une manière erronée, on ne comprend pas qu'elle ait pu se maintenir. - Prétendue distinction entre la religion et la mythologie

III. - Le naturisme n'explique pas la distinction des choses en sacrées et en profanes
CHAPITRE IV Le totémisme comme religion élémentaire

historique de la question, méthode pour la traiter
I. - Histoire sommaire de la question du totémisme

II. - Baisons de méthode pour lesquelles l'étude portera spécialement sur le totémisme australien. -De la place qui sera faite aux faits américains
LIVRE II: LES CROYANCES ÉLÉMENTAIRES
CHAPITRE I : Les croyances proprement totémiques
I. - Le totem comme nom et comme emblème

I. - Définition du clan. - Le totem comme nom du clan. - Nature des choses qui servent de totems. - Manières dont est acquis le totem. - Les totems de phratries, de classes matrimoniales

II. - Le totem comme emblème. - Dessins totémiques gravés ou sculptés sur les objets; tatoués ou dessinés sur les corps

III. - Caractère sacré de l'emblème totémique. - Les churinga. - Le nurtunja. - Le waninga. - Caractère conventionnel des emblèmes totémiques
CHAPITRE Il : Les croyances proprement totémiques (suite)
II. - L'animal totémique et l'homme
I. - Caractère sacré des animaux totémiques. - Interdiction de les manger, de les tuer, de cueillir les plantes totémiques

Tempéraments divers apportés à ces interdictions. - Prohibitions de contact. - Le caractère sacré de l'animal est moins prononcé que celui de l'emblème

II. - L'homme. - Sa parenté avec l'animal ou la plante totémique, - Mythes divers qui expliquent cette parenté. - Le caractère sacré de l'homme est plus apparent sur certains points de l'organisme: le sang, les cheveux, etc. - Comment ce caractère varie avec le sexe et l'âge. - Le totémisme n'est pas une zoolâtrie ni une phytolâtrie
CHAPITRE III : Les croyances proprement totémiques (suite)
III. Le système cosmologique du totémisme et la notion de genre
I. - Les classifications des choses par clans, phratries, classes

Il. - Genèse de la notion de genre : les premières classifications de choses empruntent leurs cadres à la société. - Différences entre le sentiment des ressemblances et l'idée de genre. - Pourquoi celle-ci est d'origine sociale

III. - Signification religieuse de ces classifications : toutes les choses classées dans un clan participent de la nature du totem et de son caractère sacré. - Le système cosmologique du totémisme. - Le totémisme comme religion tribale
CHAPITRE IV : Les croyances proprement totémiques (fin)
IV. - Le totem individuel et le totem sexuel
I. - Le totem individuel comme prénom; son caractère sacré. - Le totem individuel comme emblème personnel. - Liens entre l'homme et son totem individuel. - Rapports avec le totem collectif

Il. - Les totems des groupes sexuels. - Ressemblances et différences avec les totems collectifs et individuels. - Leur caractère tribal
CHAPITRE V : Origines de ces croyances
I. - Examen critique des théories
I. - Théories qui dérivent le totémisme d'une religion antérieure : du culte des ancêtres (Wilken et Tylor) du culte de la nature (Jevons). - Critique de ces théories

II. - Théories qui dérivent le totémisme collectif du totémisme individuel. - Origines attribuées par ces théories au totem individuel (Frazer, Boas, Hill Tout). - Invraisemblance de ces hypothèses. - Raisons qui démontrent l'antériorité du totem collectif

III. - Théorie récente de Frazer : le totémisme conceptionnel et local. - Pétition de principe sur laquelle elle repose. - Le caractère religieux du totem est nié. - Le totémisme local n'est pas primitif

IV. - Théorie de Lang : le totem ne serait qu'un nom. - Difficultés pour expliquer de ce point de vue le caractère religieux des pratiques totémiques

V. - Toutes ces théories n'expliquent le totémisme qu'en postulant des notions religieuses qui lui seraient antérieures
CHAPITRE VI : Origines de ces croyances (suite)
II. - La notion de principe ou mana totémique et l'idée de force
I. - La notion de force ou principe totémique. - Son ubiquité. - Son caractère à la fois physique et moral

II. - Conceptions analogues dans d'autres sociétés intérieures. - Les dieux à Samoa. - Le wakan des Sioux, l'orenda des Iroquois, le mana en Mélanésie. - Rapports de ces notions avec le totémisme. - L'Arùnkulta der, Arunta

III. - Antériorité logique de la notion de force impersonnelle sur les différentes personnalités mythiques. - Théories récentes qui tendent à admettre cette antériorité

IV. - La notion de force religieuse est le prototype de la notion de force en général

CHAPITRE VII : Origines de ces croyances (fin)
III. - Genèse de la notion de principe ou mana totémique
I. - Le principe totémique est le clan, mais pensé sous des espèces sensibles

Il. - Raisons générales pour lesquelles la société est apte à éveiller la sensation du sacré et du divin. -La société comme puissance morale impérative; la notion d'autorité morale. - La société comme force qui élève l'individu au-dessus de lui-même. - Faits qui prouvent que la société crée du sacré

III. - Baisons spéciales aux sociétés australiennes. - Les deux phases par lesquelles passe alternativement la vie de ces sociétés : dispersion, concentration. - Grande effervescence collective pendant les périodes de concentration. Exemples. - Comment l'idée religieuse est née de cette effervescence

Pourquoi la force collective a été pensée sous les espèces du totem : c'est que le totem est l'emblème du clan. - Explication des principales croyances totémiques

IV. - La religion n'est pas un produit de la crainte. - Elle exprime quelque chose de réel. - Son idéalisme essentiel. - Cet idéalisme est un caractère général de la mentalité collective. -Explication de l'extériorité des forces religieuses par rapport à leurs substrats. - Du principe la partie vaut le tout

V. - Origine de la notion d'emblème: l'embIématisme, condition nécessaire des représenta­tions collectives. - Pourquoi le clan a emprunté ses emblèmes au règne animal et au règne végétal

VI. - De l'aptitude du primitif à confondre les règnes et les classes que nous distinguons. -Origines de ces confusions. - Comment elles ont frayé la voie aux explications scientifiques. - Elles n'excluent pas la tendance à la distinction et à l'opposition
CHAPITRE VIII : La notion d’âme
I. - Analyse de l'idée d'âme dans les sociétés australiennes

Il. - Genèse de cette notion. - La doctrine de la réincarnation d'après Spencer et Gillen: elle implique que l'âme est une parcelle du principe totémique. - Examen des faits rapportés par StrehIow; ils confirment la nature totémique de l'âme

III. - Généralité de la doctrine de la réincarnation. - Faits divers à l'appui de la genèse proposée

IV. - L'antithèse de l'âme et du corps: ce qu'elle a d'objectif. - Rapports de l'âme individuelle et de l'âme collective. - L'idée d'âme n'est pas chronologiquement postérieure à l'idée de mana.

V. - Hypothèse pour expliquer la croyance à la survie

VI. - L'idée d'âme et l'idée de personne; éléments impersonnels de la personnalité

CHAPITRE IX : LA NOTION D'ESPRITS ET DE DIEUX
I. - Différence entre l'âme et l'esprit. - Les âmes des ancêtres mythiques sont des esprits, ayant des fonctions déterminées. - Rapports entre l'esprit ancestral, l'âme individuelle et le totem individuel. - Explication de ce dernier. - Sa signification sociologique

II. - Les esprits de la magie

III. - Les héros civilisateurs

IV. - Les grands dieux. - Leur origine. - Leur rapport avec l'ensemble du système totémique. -Leur caractère tribal et international

V. - Unité du système totémique

LIVRE III : LES PRINCIPALES ATTITUDES RITUELLES
CHAPITRE I : Le culte négatif et ses fonctions. les rites ascétiques
I. - Le système des interdits. - Interdits magiques et religieux. Interdits entre choses sacrées d'espèces différentes. Interdits entre sacré et profane. - Ces derniers sont à la base du culte négatif. - Principaux types de ces interdits; leur réduction à deux types essentiels

II. - L'observance des interdits modifie l'état religieux des individus. - Cas où cette efficacité est particulièrement apparente : les pratiques ascétiques. - Efficacité religieuse de la douleur. -Fonction sociale de l'ascétisme

III. - Explication du système des interdits: antagonisme du sacré et du profane, contagiosité du sacré

IV. - Causes de cette contagiosité. - Elle ne peut s'expliquer par les lois de l'association des idées. - Elle résulte de l'extériorité des forces religieuses par rapport à leurs substrats. Intérêt logique de cette propriété des forces religieuses

CHAPITRE II : Le culte positif
1. - Les éléments du sacrifice
La cérémonie de l'Intichiuma dans les tribus de l'Australie centrale. - Formes diverses qu'elle présente

I. - Forme Arunta. - Deux phases. - Analyse de la première visite aux lieux saints, disper­sion de poussière sacrée, effusions de sang, etc., pour assurer la reproduction de l'espèce totémique

II. - Deuxième phase: consommation rituelle de la plante ou de l'animal totémique

III. - Interprétation de la cérémonie complète. - Le second rite consiste en une commu­nion alimentaire. - Raison de cette communion

IV. - Les rites de la première phase consistent en oblations. - Analogies avec les oblations sacrificielles. - L'Intichiuma contient donc les deux éléments du sacrifice. - Intérêt de ces faits pour la théorie du sacrifice

V. - De la prétendue absurdité des oblations sacrificielles. - Comment elles s'expli­quent: dépendance des êtres sacrés par rapport à leurs fidèles. - Explication du cercle dans lequel parait se mouvoir le sacrifice. - Origine de la périodicité des rites positifs
CHAPITRE III : Le culte positif (suite)
II - Les rites mimétiques et le principe de causalité
I. - Nature des rites mimétiques. - Exemples de cérémonies où ils sont employés pour assurer la fécondité de l'espèce

II. - Ils reposent sur le principe : le semblable produit le semblable. - Examen de l'explication qu'en donne l'école anthropologique. - Raisons qui font qu'on imite l'animal ou la plante. - Raisons qui font attribuer à ces gestes une efficacité physique. - La foi. - En quel sens elle est fondée sur l'expérience. - Les principes de la magie sont nés dans la religion

III. - Le principe précédent considéré comme un des premiers énoncés du principe de causalité. -Conditions sociales dont ce dernier dépend. - L'idée de force impersonnelle, de pouvoir, est d'origine sociale. - La nécessité du jugement causal expliquée par l'autorité inhérente aux impératifs sociaux
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Les formes éLÉmentaires de la vie religieuse iconSection 1 : La protection des minorités
«Dans un états ou IL existe des minorités ethniques, religieuse ou linguistiques, les personnes appartenant à ces minorités ne peuvent...

Les formes éLÉmentaires de la vie religieuse iconLes particules élémentaires

Les formes éLÉmentaires de la vie religieuse iconLivre II : Les croyances élémentaires

Les formes éLÉmentaires de la vie religieuse iconForum asiatique des parlementaires sur la population et le développement (afppd)
«une société où brillent les femmes», dans le but d’intensifier les efforts de tous les pays pour pendre des mesures visant à éliminer...

Les formes éLÉmentaires de la vie religieuse iconLes règles élémentaires d’un bon compostage

Les formes éLÉmentaires de la vie religieuse iconConsidèrent comme moins sérieuse et moins dommageable envers les...
«emotional abuse» sont très mal connues du grand public, surtout si elles ne sont pas associées à d’autres types de maltraitances,...

Les formes éLÉmentaires de la vie religieuse icon1 Formes congénitales Elles sont rares. La diverticulose colique...

Les formes éLÉmentaires de la vie religieuse iconAgent territorial spécialisé de 1ère classe des écoles maternelles
«situations concrètes habituellement rencontrées» par les atsem. L’intitulé ne mentionne plus les questions sur les notions élémentaires...

Les formes éLÉmentaires de la vie religieuse iconRecherche et enseignement supérieur
«plates-formes d'innovation», infrastructures mutualisées de R&D dans le cadre des deux appels à projets «plates-formes d’innovations»...

Les formes éLÉmentaires de la vie religieuse iconCompétence N° 6 – "Connaissances théoriques élémentaires"





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com