Il existe des précautions standards qui sont essentielles qui permettent la sécurité et des professionnels et des patients. 2 objectifs : ne pas contaminer le





télécharger 27.72 Kb.
titreIl existe des précautions standards qui sont essentielles qui permettent la sécurité et des professionnels et des patients. 2 objectifs : ne pas contaminer le
date de publication08.11.2017
taille27.72 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > comptabilité > Documentos

27/09/2017

PRECAUTIONS STANDARDS
Il existe des précautions standards qui sont essentielles qui permettent la sécurité et des professionnels et des patients. 2 objectifs : ne pas contaminer le patient ni le soignant. Cela s’applique pour tout le personnel et de façon permanente et pour tout patient. Certaines situations septiques imposent des précautions supplémentaires, goutellettes, air,…
I/Précautions standards
Elles s’appliquent par rapport a tout ce qui est sang et liquides biologiques.(urines, selles, sécrétions, excrétas)
Le lavage des mains :

Il se fait avant et après de prendre son service, avant et après avoir été au WC, avant et après le déjeuner, avant et après s’être mouché, s’être recoiffé, nettoyé ses lunettes, fumer, et bien sur au niveau des soins.

Pour les activités de soin on l’effectue à l’entrée et à la sortie de chambre, au passage entre deux patients situés dans la même chambre, entre deux activités pour un même patient (ex : réfection de lit), après une activité dite « sale » et contaminente (bouger du mobilier, toucher l’environnement du patient), avant et après avoir porté des gants (notamment les poudrés) stériles ou pas.

La flore cutanée est composée de la flore commensale (non pathogène) et la flore transitoire (superficielle contaminent, germes pathogènes). Le lavage des mains protège la fore commensale et éradique la flore transitoire.
►Antisepsie : opération au résultat momentané, permettant sur des tissus vivants, d’éliminer ou de tuer des microorganismes (en intégrant les virus).
►Asepsie : ensemble des mesures propres à empêcher tout apport exogène de microorganismes. C’est une méthode préventive qui utilise la stérilisation.
Le port des gants :

Depuis les années 1987 le port de gants est devenu obligatoire pour les soignants, suite à la contamination du corps professionnel infirmier et AS, par le VIH et d’autres maladies a transmission sanguine.


  • Les gants non stériles doivent être utilisés pour tout geste s’il y a risque de contact avec un liquide biologique (urine, sang -> bilan sanguin), les muqueuses (la toilette intimes ou change d’un patient souillé), la peau lésée d’un patient (pour blessure même infime), quand le soignant à une peau lésée (et pas forcément qui saigne, brulures, etc.…), en cas de risque de morsure (pédiatrie, gériatrie, …). Il faut toujours garder en mémoire, un patient=un gant, un soin= un gant, et de toujours le retirer en le retournant. Le changement de gant sur un même patient est fréquent, notamment lorsque le patient a besoin de plusieurs soins (bilan sanguin + vidange de poche a urine). La pose et le retrait de cathéters veineux nécessite aussi le port de gants, ainsi que pour les sondes gastriques et rectales (notamment lors d’occlusions), pour la manipulation de bassins, d’urinal, de bassines, d’haricots, de crachoirs, les prélèvements et soins gynécologiques, manipulation ou recueil concernant les lames (utilisées pour des drainages) des reddons et drains, pour tout ce qui est soin de bouche (stomatite, mucite ,…), contrôles pré transfusionnels, aspirations trachéales, hémoglucotests (HGT ou Dextro), toutes injections intramusculaires et sous cutanées (sauf avec aiguilles auto rétractables), manipulations des instruments souillés (pour IBODE, AS, IDE,…).


Collecteurs :

Boitier jaunes servant a collecter tout ce qui est coupant, piquant (aiguilles), tranchant (lame de bistouri) et sous le sceau des DASRI. Ils doivent être toujours à porté de main, à une distance la plus proche du geste effectué. Ils doivent être bien fixés, de taille adaptée selon les services et les besoins, le niveau de remplissage doit lui aussi être adapté, avec une fermeture définitive inviolable.
Ne jamais recapuchoner une aiguille :

A cause de la mise en place d’un automatisme qui pourrait se répéter lorsque l’on utilise une aiguille en bilan sanguin,…
Ne jamais désadapter une aiguille de la seringue à la main :

Des griffes sur les containers sont faites pour cela
Interdiction d’utiliser des stylos à insuline :
Risque de projection de sang et d’aérosolisation :

C’est la formation de petites gouttelettes (postillons). Cette situation nécessite le port de lunettes, de masque, ou masque avec visière, charlotte ou bonnet comme en bloc opératoire, un tablier en plastique, surblouse, kimonos (notamment pour les patients en fin de vie).
Matériel souillé réutilisable :

Nécessite une manipulation avec une grande précaution, avec des gants et doivent être immergés immédiatement dans une solution Détergeant-Désinfectant. (Ex : les garrots.)
Les surfaces souillées :

Obligation de port de gants, absorption avec du papier ou quelque chose de jetable, nettoyage, rinçage, désinfection.
Transport des liquides biologiques :

Il s’effectue dans des emballages fermés que se soit pour le linge ou les déchets. Il implique la notion du respect des circuits. Pour les liquides biologiques il s’effectue dans des poches étanches et hermétiquement fermé. Pour le linge, s’il est contaminé (patient au statut infectieux, septique), est mis dans des poches rouges, souvent hydrosolubles. Pour tout ce qui est déchets, l’hôpital en est un gros producteur et depuis 1992 leur destruction est une préoccupation de ce dernier. Il y a 3 étapes, la classification, le tri et la collecte, leur traitement (600°C pour les simples, 1200°C pour les autres).


  • Classification :

2 types : -ordures ménagères : résidus de repas, poubelles des chambres, emballages, couches de patients non infectés, poches de perfusion vides (sauf transfusion), poches de nutrition, coiffes, gants (sauf pour patients en isolement septique)

-DASRI : matériel a risque, et tout ce qui est psycho émotionnellement à risque (cotons, compresses, tubulures,…).Par an ils représentent 250kg par lit et un cout très important. Cela représente un circuit extrêmement surveillé et sécurisé, et bénéficie d’une élimination à 2000°C avec filtres spécifiques. On compte aussi dans cette catégorie tout ce qui est déchets anatomiques (sang, membres, organes,…).
A coté de cette précaution standard il existe des précautions en cas de patients septiques.
II /- Les précautions septiques


  1. Les isolements septiques :

Ils consistent à empêcher les microorganismes de sortir de l’environnement. Un patient septique est contaminent, c’est souvent à cause d’un BMR (bactérie multi résistante) et le but est de circonscrire l’infection, lui couper la route. L’isolement est prescrit, sous forme de protocoles validés par le CLIN. La transmission se fait soi par le déplacement du patient, et les visites sont elles aussi très limitées.




Elles se font aussi a 60 ou 80% par manu portage d’où l’utilité du manugel à l’entrée et à la sortie de la chambre du patient. Les gants sont aussi une barrière à la transmission pour le patient et pour son environnement direct. Le linge est aussi un très grand vecteur, il nécessite donc une très grande précaution notamment à sa sortie. Tout matériel de soin est laissé dans la chambre (flacons de Bétadine,….) et est évacué une fois le patient parti et guéri.


L’isolement contact :
Le but est de circonscrire l’infection transmise pas contact directe ou indirecte et toujours en complément des protections standard.
Les indications :


  • BMR (bactérie multi résistantes) il faut souvent 3 antibiotiques à forte doses pour les staphylocoques orémus, pseudomonas…

- Les diarrhées : quel soit bactériennes, virales, parasitaires, salmonelloses, typhoïdes

  • Infections cutanés : abcès, rétrovirus (varicelle, zona, herpès)

  • Infection virales : Hépatite A, Conjonctivites, VRS

  • Gale, poux


Les précautions :


  • Lavage des mains avant et à la sortie

  • Gants dès qu’il y a contact avec le patient

  • Sur-blouse, pour éviter tout contact avec la blouse, elle reste dans la chambre.

  • Linge sale mis sous double emballage avec un sac soluble avec eau chaude.

  • Déchet sac DASRI sous sac fermé et étanche.

  • Excréta manipulé avec grande précautions, utilisation de javel et lunette.

  • Nettoyage de la chambre se font en dernier

  • Soin sont regroupé et pour éviter l’ouverture de la porte


Les choix des lieux est très importants, il faut être loin de la salle des soins.
L’isolement gouttelette :
But :
Circonscrire l’infection conscrite par les sécrétions oro-trachéo-bronchique, les germes se trouvant dans les gouttelettes de salives ou sécrétion des voies aériennes. C'est-à-dire tout éternuement, transmission par inhalation
Indication :


  • Grippe, Oreillons

  • Adénovirus, Parvovirus B19

  • Rubéole

  • Coqueluche

  • Diphtérie

  • Pneumopathie

  • Méningite bactérienne à méningocoque

  • Haémophilus

  • Peste pulmonaire

  • Syndromes épi glottique

  • Pneumonie

  • Scarlatine


Précaution :


  • Masque

  • Porte fermé

  • Lavage des mains, pose du masque, lavage des mains

  • Ablation du masque et se laver les mains avant de sortir

  • Port de sur-blouse, de gants

  • Déchet DASRI

  • Visite très limités, les visiteurs doivent respecter les mêmes précautions que le personnel.

  • Transport du patient ave masque et drap bien couvert et passera en dernier.

  • Nettoyage de la chambre en dernier avec utilisation masques et gants


Isolement air :
Transmission par fine particule en condensation ou en suspension pendant une longue période dans l’air.
Indication :


  • la tuberculose

  • varicelle, zona, herpès

  • lèpre


Précaution :


  • Masque P1 à haut pouvoir filtrant en forme de bec de canard.

  • Avant de rentrer de la chambre :




    • Porte fermé

    • Chambre à pression négative

    • Lavage des mains avant et après mise an place du masque




  • Renouvellement de l’air 6 fois par 24/h en ouvrant la fenêtre

  • Déchet DASRI

  • Visite limite et seulement avec masque P1

  • Transport avec un masque

  • Nettoyage de la chambre avec P1


Rassurer et expliquer par rapport à cette situation.
2- Isolement protecteur :
Le but est de protéger le patient des germes environnant, pour un patient immunodéprimé.
Indication :



  • VIH

  • Dialysé

  • Prématuré

  • Leucémique

  • Grand brulé

  • Chimiothérapie

  • Radiothérapie







similaire:

Il existe des précautions standards qui sont essentielles qui permettent la sécurité et des professionnels et des patients. 2 objectifs : ne pas contaminer le iconLes isolements septiques en service de soins
«precautions particulieres» à mettre en place n complément des «precautions standards» et visant à éviter la transmission des agents...

Il existe des précautions standards qui sont essentielles qui permettent la sécurité et des professionnels et des patients. 2 objectifs : ne pas contaminer le iconQuelques définitions : Traitement thermique
«acier». IL existe d’autres métaux à base de fer qui ne sont pas des aciers comme les fontes

Il existe des précautions standards qui sont essentielles qui permettent la sécurité et des professionnels et des patients. 2 objectifs : ne pas contaminer le iconTraitements d’hiver des arbres fruitiers
«momifiés» qui restent attachés aux branches : ils constituent des réservoirs de monilia, prêt à contaminer l’arbre dès le prochain...

Il existe des précautions standards qui sont essentielles qui permettent la sécurité et des professionnels et des patients. 2 objectifs : ne pas contaminer le iconI – L’impact de la cessation d’activité sur les modes de résolution...
«le liquidateur peut, avec l'autorisation du juge-commissaire et le débiteur entendu ou dûment appelé, compromettre et transiger...

Il existe des précautions standards qui sont essentielles qui permettent la sécurité et des professionnels et des patients. 2 objectifs : ne pas contaminer le iconRéunion du vendredi 30 novembre 2012 Présents
«par chance», dans ces cancers, IL existe des signes d’alerte qui permettent de constater les changements dans l’état de santé

Il existe des précautions standards qui sont essentielles qui permettent la sécurité et des professionnels et des patients. 2 objectifs : ne pas contaminer le iconParoi est riche en lipides complexes
«mammites d’été» souvent causées par la présence de mouches qui provoquent des micro-lésions et qui permettent donc l’implantation...

Il existe des précautions standards qui sont essentielles qui permettent la sécurité et des professionnels et des patients. 2 objectifs : ne pas contaminer le iconLe programme Stoprisk est une initiative du cclin sud-Est qui vise...
«barrières» à mettre en œuvre et constituent la première stratégie de prévention de la diffusion des micro-organismes

Il existe des précautions standards qui sont essentielles qui permettent la sécurité et des professionnels et des patients. 2 objectifs : ne pas contaminer le iconJ’ai, ou quelqu’un de ma famille ou de mon entourage a, la «Maladie de Steinert»
«Groupe d’Intérêt Steinert» de l’Association Française contre les Myopathies (afm), elle s’adresse en termes simples aux malades...

Il existe des précautions standards qui sont essentielles qui permettent la sécurité et des professionnels et des patients. 2 objectifs : ne pas contaminer le iconF 33880 St Caprais de Bordeaux
«Microclusters Flanagan» qui sont véritablement la percée nutritionnelle du siècle ! Ils permettent en effet de multiplier l’assimilation...

Il existe des précautions standards qui sont essentielles qui permettent la sécurité et des professionnels et des patients. 2 objectifs : ne pas contaminer le iconLes précautions standards et complémentaires





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com