Durée : 6 heures





télécharger 148.03 Kb.
titreDurée : 6 heures
date de publication11.11.2017
taille148.03 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > comptabilité > Documentos
BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR
ENVIRONNEMENT NUCLÉAIRE

SESSION 2013

______
Durée : 6 heures

Coefficient : 6

______

ÉPREUVE E5 : Analyse et organisation d’une activité en environnement nucléaire


DOSSIER RESSOURCES


Dès que le dossier vous est remis, assurez-vous qu’il est complet.

Le dossier se compose de pages, numérotées de 1/ à /.

SOMMAIRE

Glossaire des abréviations

ALARA

:

As Low As Reasonably Achievable (aussi bas que raisonnablement possible)

BPE

:

Bon Pour Exécution

BPO

:

Bon Pour Observation

CGA

:

Conditions Générales d’Achats

CNPE

:

Centre Nucléaire de Production d'Électricité

DIS

:

Déchet Industriel Spécial

DIB

:

Déchet Industriel Banal

DMP

:

Dispositions et Moyens Particuliers

EPI

:

Équipement de Protection Individuelle

FME

:

Foreign Material Exclusion (Exclusion des corps étrangers)

FNC

:

Fiche de Non Conformité

INB

:

Installation Nucléaire de Base

IPS

:

Important Pour la Sûreté

K1

:

Matériels installés dans l'enceinte, ayant à assurer leur fonction en situation normale, accidentelle et en cas de séisme

K2

:

Matériels installés dans l'enceinte, ayant à assurer leur fonction en situation normale et en cas de séisme

K3

:

Matériels installés hors de l'enceinte, ayant à assurer leur fonction en situation normale et en cas de séisme

OI

:

Ordre d’Intervention

PdP

:

Plan de Prévention (décret 92-158)

DSI

:

Document de Suivi de l’Intervention (ex : Plan de Qualité)

REP

:

Réacteur à Eau sous Pression

PV

:

Procès-Verbal

RFI

:

Rapport de Fin d’Intervention

RPMQ

:

Recueil des Prescriptions des Matériels Qualifiés

RTR

:

Régime de Travail Radiologique

UTO

:

Unité Technique Opérationnelle

VAO

:

Vu Avec Objet

VSO

:

Vu Sans Objet

ZC

:

Zone Contrôlée

QS

:

Qualité Surveillée

QSP

:

Qualité Sûreté Prestataire

SYGMA

:

SYstème informatique de Gestion de la MAintenance

PMUC

:

Produits et Matériaux Utilisables en Centrale

REX

:

Retour d’EXpérience


Les niveaux d’enjeux radiologiques

Analyse des activités à risque

et classification de l’enjeu radiologique

Niveau d’enjeu radiologique de l’activité

0 ou très faible

1 ou faible

2 ou significatif

3 ou fort

Dose collective

[homme.mSv]







1




10




20







Débit d’Équivalent de Dose

[mSv/h]







0,1




2




40







Propreté radiologique

NC0

(Niveau de contamination très faible voire nul)

Locaux classés K, NP ou N1

et

pas de risque de dispersion de contamination (surfacique et/ou atmosphérique) liée à l’activité

NC1

(Niveau de contamination faible)

Local N2 ou zone

avec contamination surfacique < 400 Bq/cm²

et

pas d’ouverture circuit véhiculant de la contamination

ou

ouverture de circuit d’un diamètre < 80 mm sans projection de particules actives (meulage, brossage…)

NC2

(Niveau de contamination significatif)

Local N2 ou zone avec contamination surfacique ≥ 400 Bq/cm²

ou

ouverture d’un matériel contenant un média filtrant

ou

ouverture de circuit de diamètre ≥ 80 mm véhiculant de la contamination

NC3

(Niveau de contamination fort)

Contamination surfacique et/ou volumique atypique, quantitativement

ou

qualitativement (risque iode ou risque alpha)

ou encore

activité sans REX alors qu’elle présente un risque de dispersion de contamination

Dosimétrie extrémité

Si rapport DED extrémités/corps entier

≥ 25

Si rapport DED extrémités/corps entier

≥ 25

Si rapport DED extrémités/corps entier

≥ 25

ou

DED extrémités

> 50 mSv/h

Si rapport DED extrémités/corps entier

≥ 25

ou

DED extrémités

> 2,5 Sv/h

Parades

Analyse d’optimisation

Analyse non formalisée

+

Renseignement onglet DT232 sous PREVAIR

Analyse formalisée réalisée par le métier

+

Renseignement onglet DT232 sous PREVAIR

Analyse formalisée de responsabilité métier avec validation SPS/PR

+

Renseignement onglet DT232 et onglet Référentiel RP sous PREVAIR

Analyse formalisée de responsabilité SPS/PR et collaboration métier

+

Renseignement de la totalité des onglets d’Optimisation sous PREVAIR

Confinement

-

Selon ADR :

Confinement dynamique

(déprimogène seul)

ou

Confinement statique

(sas + déprimogène)

Selon ADR :

Confinement dynamique

(déprimogène seul)

ou

Confinement statique

(sas + déprimogène)

Selon activité et ADR :

Confinement statique

(sas + déprimogène)

Tenue et protection respiratoire

Surbottes

+

Gants vinyle

Surbottes

+

Gants vinyle

+

Surtenue papier

+

Masque FFP3

Surbottes

+

Gants vinyle

+

Surtenue papier

+

Heaume ventilé

Ou

Tenue Étanche Ventilée

Tenue Étanche Ventilée

Formulaire d’accès

-

-

Formulaire Zone Orange

Si DeD > 2 mSv/h

Formulaire Zone Orange

Si DeD > 2 mSv/h

Formulaire Zone Rouge

Si DeD > 100 mSv/h

Surveillance collective

Selon ADR :

Balise gamma

Balise aérosols

Balise iode

Selon ADR :

Balise gamma

Balise aérosols

Balise iode

Selon ADR :

Balise gamma

Balise aérosols

Balise iode

Selon ADR pour la balise gamma.

OBLIGATOIRE pour la balise aérosols et la balise iode selon la nature du risque rencontré

Validation

Rédacteur

C.A. EDF Métier

SPS/PR

Commission ALARA + Approbation Direction


Moyens individuels de protection des voies respiratoires contre la contamination

d:\sujet_e5_candidats_libres\dossier_technique\protections_respiratoires.bmp
Performance Humaine : les Pratiques de Fiabilisation des Interventions

PRATIQUES

QUI

POUR QUOI FAIRE

QUAND

POINTS CLES




Pré-job briefing

Intervenant(s)

+ responsable désigné

SE CALER

Juste AVANT de commencer l’intervention.
En cas d’interruption


Dialoguer, se voir faire, mémoriser :

Résultat attendu – Risques (dont le pire) – REX

Situations propices aux erreurs - Parades dont pratiques de fiabilisation : qui fait quoi ?

e:\donnees\f39715\mes_documents\stages qs\qsp\qsp2000\evolution 2007\supports ga\sq 05 - prat de fiab\1_1.jpg

Minute d’arrêt

Intervenant(s)

SE POSER

Avant toute intervention

à risque.
En cas d’interruption, d’imprévus ou d’aléas

S’arrêter devant le matériel

Observer l’environnement réel de travail et détecter les risques potentiels (360°)

Vérifier les points clés (RF – tranche…)

Sécuriser l’intervention

Recommencer autant que nécessaire

e:\donnees\f39715\mes_documents\stages qs\qsp\qsp2000\evolution 2007\supports ga\sq 05 - prat de fiab\2_2.jpg

Communi-cation sécurisée

Intervenant(s)

S’ACCORDER

Lors de la transmission d’un ordre d’action.
Si échange de paramètres à enjeux

Émission de l’ordre, des paramètres

Information Claire-Complète-Ciblée

Répétition du message par le destinataire

Confirmation/accord par l’émetteur

e:\donnees\f39715\mes_documents\stages qs\qsp\qsp2000\evolution 2007\supports ga\sq 05 - prat de fiab\3_3.jpg

Auto-contrôle

Intervenant(s)

CIBLER

le geste,

l’action

à réaliser

AVANT chaque nouvelle action.

+ idem contrôle croisé

Acte professionnel (donc usage courant)

AVANT de réaliser l’action.

Identification à voix haute et en pointant du doigt sur la procédure l’action à réaliser, sur le matériel le RF, simuler l’acte.

e:\donnees\f39715\mes_documents\stages qs\qsp\qsp2000\evolution 2007\supports ga\sq 05 - prat de fiab\4_4.jpg

Contrôle croisé

Intervenant(s)

VALIDER

l’action

à réaliser

Quand la réalisation d’actions
non appropriées
peut aboutir à des conséquences graves irréversibles

AVANT de réaliser l’actionA deux

L’exécutant indique par la voix et l’ébauche du geste son intention de faire et les points qui composent l’action.

Celui qui contrôle vérifie que l’intention et le geste sont cohérents et donne son accord.

e:\donnees\f39715\mes_documents\stages qs\qsp\qsp2000\evolution 2007\supports ga\sq 05 - prat de fiab\5_5.jpg

Débriefing

Intervenant(s)

+ manager ou personne désigné

PROGRESSER et prévenir

Immédiatement
après l’intervention

avec traçabilité

Atteinte des objectifs ? Écarts – Difficultés – Qualité des moyens et outils – Pièges – Rex sur la mise en œuvre des pratiques – Pistes d’amélioration…

Échange constructif = plus de sérénité pour l’intervention à venir

e:\donnees\f39715\mes_documents\stages qs\qsp\qsp2000\evolution 2007\supports ga\sq 05 - prat de fiab\6_6.jpg


La planification de travaux



Une intervention de maintenance sur un groupe hydraulique nécessite les tâches suivantes :

  • Sectionnement des énergies, durée estimée du travail : 1 heure ;

  • Remplacement de la pompe hydraulique, durée estimée du travail : 2 heures ;

  • Remplacement de l’huile hydraulique, durée estimée du travail : 2 heures ;

  • Remplacement d’une soupape de séquence, durée estimée du travail : 1 heure ;

  • Remplacement du câble d’alimentation, durée estimée du travail : 1 heure ;

  • Réglages, essais, durée estimée du travail : 1 heure ;


On désire connaître :

  • Dans combien de temps l’intervention peut être terminée ;

  • Pour chaque tâche : à partir de quand elle peut être terminée ;

  • Pour chaque tâche : à partir de quand elle peut commencer, à quelle heure elle doit être terminée.


LA METHODE PERT (AMERICAINE) OU « DES POTENTIELS » (FRANCAISE)


  • On ajoute une tâche fictive n°1, de durée nulle, qui constitue le « top départ » ; ainsi qu’une tâche fictive n°8, de durée nulle, qui constitue le « top fin ».

  • On établit le tableau des antériorités (ci-dessous) :




La tâche

Qui dure

Précède la tâche

1

2

3

4

5

6

7

8

1

0 h




x



















2

1 h







x







x







3

2 h










x

x










4

2 h



















x




5

1 h



















x




6

1 h



















x




7

1 h






















x

8

0 h

























Exemple :

Le câble ne peut pas être remplacé avant d’avoir supprimé l’énergie électrique (2 avant 6).


  • Le tableau des antériorités permet d’établir le graphe de réseau (ci-dessous) :







Les liaisons indiquent les antériorités, les nombres accolés aux liaisons indiquent les durées.

Pour trouver la durée minimum de l’intervention, on additionne les temps des liaisons de 1 à 8 par l’itinéraire qui donne le temps le plus long : 1  2  3  4  7  8 = 6 heures

Cette durée minimum est également appelée « chemin critique ».

Lors d’une acquisition d’un chantier par un prestataire, il est impératif de respecter la durée d’intervention fixée dans le contrat. Cette durée sera celle du « chemin critique » (liaisons en gras, voir graphe de réseau ci-après).
Le rallongement de la durée d’une des phases présentes sur le « chemin critique » impacterait directement la durée du chantier et engendrerait des pénalités pour le prestataire.

Pour établir à partir de quand au plus tôt, une tâche peut commencer :


  • Partir de la tâche 1 et additionner les temps en suivant l’itinéraire.




  • Si plusieurs flèches arrivent sur une tâche, choisir celle qui donne le temps le plus long.



Exemple :
Pour 7 :

venant de 6  2 heures venant de 5  4 heures venant de 4  5 heures
C’est la durée de 5 h qui est retenue et ces valeurs sont inscrites à gauche du N° de la tâche.


Pour établir quand au plus tard une tâche doit commencer pour ne pas retarder l’achèvement du chantier :


  • Partir de la tâche 8 et retrancher le temps en suivant l’itinéraire ; si plusieurs flèches partent d’une tâche.




  • Choisir celle qui donne le temps le plus court pour éviter d’augmenter la durée du « chemin critique ».



Exemple :
Pour 3 :

venant de 5  2 heures venant de 4  1 heure
C’est la durée d’1 h qui est retenue. En prenant 2 heures, le chemin critique serait augmenté d’une heure et impacterait donc la durée de l’intervention d’autant.


Ces résultats seront traduits sous une forme graphique. C’est le graphe de GANTT.





On constate que la tâche 6 commencera au plus tôt une heure après le début du chantier et qu’elle devra être finie au plus tard 5 heures après le début du chantier. Le chemin critique comporte les tâches 2  3  4  7 qui n’ont aucun battement.

A. Georgon et R. Deborde, Maintenance des systèmes industriels, Edition Hachette 1994


Les règles d’assurance qualité EDF/prestataires



L’Arrêté Qualité du 10 août 1984 est un texte règlementaire applicable aux Installations Nucléaires de Base. Il définit des exigences Qualités (conception, construction, exploitation) pour les INB et contient 19 articles.

Il s’applique aux activités réalisées :

  • Sur les équipements IPS ;

  • Ou aux activités pouvant influer sur la qualité des équipements IPS.


Ces activités sont appelées « ACQ » (Activités Concernées par la Qualité)


Art. 4 :

L’exploitant est responsable de la sûreté et de l'application de l'Arrêté Qualité dans son INB. Il exerce ou fait exercer une Surveillance sur ses prestataires.

Art. 6 :

Pour chaque Activité Concernée par la Qualité (ACQ) les exigences nécessaires à l'obtention de la qualité sont définies.

Art. 7 :

Les moyens Humains, Techniques et Organisationnels doivent être adaptés à ces exigences.

Art. 8 :

Un Contrôle Technique différent de la réalisation permet de s'assurer de la conformité des résultats aux exigences.

Les écarts et anomalies sont détectés et corrigés.

Art. 9 :

Une organisation indépendante Vérifie l’application des articles 6, 7, 8

Art. 10 :

Établissement de documents relatifs aux Activités Concernées par la Qualité

Art. 12 :

Les écarts par rapport aux exigences sont appelés anomalies ou incidents;

Leur traitement est une Activité Concernée par la Qualité

Art. 13 :

Les incidents significatifs sont identifiés, analysés et déclarés à l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN).


Démarche qualité et prescriptions d’assurance qualité
Pour les activités confiées à un fournisseur, ces règles sont décrites dans un document appelé Note technique 85/114.
C’est l’ensemble des prescriptions particulières à l’assurance qualité applicables aux relations entre EDF et ses fournisseurs de service dans les centrales nucléaires en exploitation.
Les modalités d’application de la NT 85/114 sont définies dans le contrat. Elles concernent notamment :

  • Le cas d’intervention (Cas 1 ou Cas 2) ;

  • Les travaux en Zone Contrôlée ou non ;

  • L’intervention sur un matériel IPS ou non ;

  • La tenue d’une réunion d’enclenchement.


Cas 1 :

Le fournisseur prépare et réalise l’activité de maintenance. Il établit le Dossier de Réalisation de Travaux (DRT) et le Rapport de Fin d’Intervention (RFI).
Cas 2 :

Le fournisseur réalise une activité de maintenance conformément au Dossier de Réalisation de Travaux (DRT) fourni par EDF.

L’habilitation de niveau (HN)
HN1 è Personne qui exécute des activités à qualité surveillée seule ou en équipe, sous la responsabilité d'une personne d'un niveau d'habilitation supérieur (HN2).
HN2 è Personne qui organise et dirige des équipes dans le cadre de procédures établies, et/ou, qui exécute une opération de contrôle devant être réalisée par une personne différente de l'exécutant.
HN3 è Personne qui réalise la vérification au cours d'une intervention en toute indépendance de l’équipe d’exécution.
Nota :

Une habilitation HN3 n’entraîne pas une habilitation HN2.
Un salarié EDF n’est pas habilité HNx mais SNx avec les mêmes prérogatives.
Tableau de synthèse des habilitations





CAS 1

CAS 2

N° Article

A. Q. du 10/08/1984

Chargé de travaux/

Exécutant

HN2/HN1

HN2/HN1

Art. 7

Contrôleur technique

PRESTA HN2

PRESTA HN2

Art. 8

Surveillance

EDF SN2

EDF SN2

Art. 4

Vérificateur

PRESTA HN3

EDF SN3

Art. 9

Documents de fin d’intervention

RFI

Compte rendu

Art. 10

Ouverture d’un Fiche de Non Conformité

HN1

HN1

Art. 12

Traitement d’une fiche de non conformité

PRESTA HN3
(sur le site)

EDF SN3

Art. 12


Le conditionnement des déchets

d:\sujet_e5_candidats_libres\dossier_technique\dechets.bmp

d:\sujet_e5_candidats_libres\dossier_technique\zonage.bmp

DOSSIER RESSOURCES

Session 2013

B.T.S. ENVIRONNEMENT NUCLÉAIRE

Épreuve E2 : Analyser et préparer un chantier en environnement nucléaire

Repère : ENE5AEN

Durée : 6 heures

Coefficient : 6


Page : /


similaire:

Durée : 6 heures iconDurée : 6 heures

Durée : 6 heures iconExamen de Pâques Durée : 3 heures 30

Durée : 6 heures iconDurée de l'épreuve : 3 heures coefficient : 1

Durée : 6 heures iconDurée : 5 heures session 2015 Coefficient : 5

Durée : 6 heures iconExamen ue2 24 Janvier 2011 Durée : 2 heures

Durée : 6 heures iconPlan du cours Transport Externe Durée : 120 heures

Durée : 6 heures iconOption a : genie sanitaire et thermique session 2015 Durée : 4 heures...

Durée : 6 heures iconÉtude d’un système technique industriel Pré-étude et modélisation...

Durée : 6 heures iconDocument rédigé par : l’équipe de «l’étudiant en droit africain»
«les conditions de travail» (voir les heures de prolongation, les heures d’équivalence et les heures supplémentaires)

Durée : 6 heures iconÉpreuve E5 : Étude des marchés et des produits touristiques durée : 5 heures Coefficient : 3
«Découvertes» à bordeaux. IL propose du voyage à forfait de niveau moyen et haut de gamme





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com