Leçon 1 06 Novembre 1957





télécharger 6.91 Mb.
titreLeçon 1 06 Novembre 1957
page2/109
date de publication22.09.2017
taille6.91 Mb.
typeLeçon
m.20-bal.com > documents > Leçon
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   109
promesses du ciel »,

  • « pourquoi renoncez-vous ? ».


    Le terme de « ciel » et quelques autres mots bien sentis ne sont très essentiellement rien d’autre que des signifiants purs.

    Je vous en ai souligné le vide absolu. Il embroche si je puis dire, son adversaire, au point de n’en faire plus désormais que ce dérisoire ver de terre qui est allé reprendre, comme je vous le disais, les rangs de la procession,

    et servir d’appât à ATHALIE qui finira dans ce petit jeu - comme vous le savez - par succomber.
    Cette relation du signifiant avec le signifié, si visible, si sensible dans ce dialogue dramatique,

    est quelque chose à propos de quoi je vous ai parlé de référence au schéma célèbre de Ferdinand de SAUSSURE :
    2.jpg
    le courant, ou plus exactement le double flot parallèle, c’est ainsi qu’il le représente, du signifiant et du signifié

    comme étant distincts et voué à un perpétuel glissement l’un sur l’autre.
    C’est à ce propos que je vous ai forgé les images de la technique du matelassier : du point de capiton, dont il faut bien qu’en quelque point le tissu de l’un s’attache au tissu de l’autre. Pour que nous sachions à quoi nous en tenir au moins

    sur les limites possibles de ces glissements : les points de capiton laissent quelque élasticité dans les liens entre les deux termes
    C’est bien là-dessus que nous allons reprendre quand je vous aurai évoqué aussi la fonction de ma 4ème année de séminaire, quand je vous aurai dit qu’en somme parallèlement et symétriquement à ceci, et à quoi aboutissait le dialogue

    de JOAD et d’ABNER, il n’y a pas de véritable sujet qui tienne, sinon celui qui parle au nom de « La parole ».

    Vous n’avez pas oublié le plan sur lequel parle JOAD : « Voici comme ce Dieu vous répond par ma bouche ». 
    Il n’y a pas d’autre objet dans la référence à cet Autre. Ceci est symbolique de ce qui existe dans toute parole valable.

    De même dans la 4ème année de séminaire, j’ai voulu vous montrer qu’il n’y a pas d’objet, sinon métonymique,

    l’objet du désir étant l’objet du désir de l’autre, et le désir toujours désir d’autre chose, très précisément de ce qui manque

    à l’objet perdu primordialement, en tant que FREUD nous le montre comme étant toujours à retrouver.
    De même il n’y a pas de sens, sinon métaphorique. Le sens ne surgissant que de la substitution d’un signifiant à un signifiant dans la chaîne symbolique. C’est très précisément ce qui est connoté dans le travail dont je vous parlais tout à l’heure, et auquel je vous invitais à vous référer, sur L’instance de la lettre dans l’inconscient. [La Psychanalyse n°3, pp.47-81, Écrits p. 493]
    Dans les symboles suivants, respectivement de la métaphore et de la métonymie, S est lié dans la combinaison de la chaîne à S1, le tout par rapport à S2 qui aboutit à ceci : que S dans sa fonction métonymique est dans un certain rapport métonymique avec s dans la signification : f(S…S1) S2 = S (–) s [métonymie]
    De même c’est dans la substitution de S1 par rapport à S2, rapport de substitution dans la métaphore, que nous avons ceci qui est symbolisé par le rapport de grand S à petit s1, qui indique ici - c’est plus facile à dire que dans le cas de la métonymie - la fonction de surgissement, de création du sens : f(S/s1) S2 = S (+) s [métaphore]
    Voilà donc où nous en sommes. Et maintenant nous allons aborder ce qui va faire l’objet de nos recherches cette année.

    Pour l’aborder je vous ai d’abord construit un schéma, et je vais vous dire maintenant ce que, pour au moins aujourd’hui, il va nous servir à concocter.
    Si nous devons trouver un moyen d’approcher de plus près les rapports de la chaîne signifiante à la chaîne signifié,

    c’est par cette grossière image du point de capiton. Mais il est évident, pour que ce soit valable, qu’il faudrait

    se demander où est le matelassier. Il est évidemment quelque part. La place où nous pourrions le mettre sur ce schéma serait tout de même un peu, par trop enfantine.
    2a.jpg
    Il peut vous venir à la pensée que…

    puisque l’essentiel des rapports de la chaîne signifiante par rapport au courant du signifié est quelque chose comme un glissement réciproque, et que malgré ce glissement il faut que nous saisissions où se passe la liaison, la cohérence entre ces deux courants

    …il peut vous venir à la pensée que ce glissement, si glissement il y a, est forcément un glissement relatif :

    le déplacement de chacun produit un déplacement de l’autre et aussi bien ce doit être par rapport à une sorte

    de présent idéal dans quelque chose comme l’entrecroisement en sens inverse des deux lignes,

    que nous devons trouver quelque schéma exemplaire.
    Vous le voyez, c’est autour de quelque chose comme cela que nous pourrions grouper notre spéculation.
    1.jpg
    Cette notion du présent va être extrêmement importante, seulement un discours n’est pas un événement punctiforme

    à la RUSSELL, si je puis dire. Un discours est quelque chose qui a un point, une matière, une texture, et non seulement qui prend du temps, qui a une dimension dans le temps, une épaisseur, qui fait que nous ne pouvons absolument pas

    nous contenter de présent instantané, mais en plus dont toute notre expérience…

    tout ce que nous avons dit et tout ce que nous sommes capables de présentifier tout de suite par l’expérience : il est bien clair par exemple que si je commence une phrase, vous n’en comprendrez le sens

    que lorsque je l’aurai finie, parce qu’il est quand même tout à fait nécessaire, c’est la définition de la phrase,

    que j’en ai dit le dernier mot pour que vous compreniez où en est le premier

    …nous montre dans l’exemple le plus tangible ce qu’on peut appeler l’action nachträglich du signifiant, c’est-à-dire

    ce que je vous dis sans cesse dans le texte de l’expérience analytique elle-même, comme nous étant donné

    sur une infiniment plus grande échelle dans l’histoire du passé.
    D’autre part il est clair, c’est une façon de m’exprimer, je pense que vous vous vous êtes aperçu de ceci,

    en tout cas je resouligne dans mon article sur L’instance de la lettre dans l’inconscient, d’une façon tout à fait précise,

    et à laquelle provisoirement je vous prie de vous reporter, cette chose que je vous ai exprimée sous cette forme

    de métaphore topologique si je puis dire : il est impossible de représenter dans le même plan le signifiant, le signifié et le sujet.

    Ceci n’est pas mystérieux ni opaque, c’est démontré d’une façon très simple à propos de la référence au cogito cartésien. Je m’abstiendrai d’y revenir maintenant parce que nous allons tout simplement le retrouver sous une autre forme.

    Ceci est simplement pour vous justifier que les deux lignes que nous allons manipuler maintenant et qui sont celles-ci :

    1.jpg


    • Le bouchon veut dire le début d’un parcours,




    • et la pointe de la flèche est sa fin.


    Vous reconnaissez ma première ligne ici, et l’autre qui vient crocher sur elle après l’avoir deux fois traversée.
    Je signale simplement que vous ne sauriez confondre ce que représentent ici ces deux lignes, à savoir le signifiant

    et le signifié [dans le schéma de Saussure], avec ce qu’elles repésentent ici [dans le graphe : γA et δδ’] :
    2a.jpg1.jpg
    qui est légèrement différent, et vous allez voir pourquoi. En effet nous nous plaçons entièrement sur le plan du signifiant. Les effets sur le signifié sont ailleurs, ils ne sont pas directement représentés dans ce schéma.

    Il s’agit des deux états, des deux fonctions, que nous pouvons appréhender d’une suite signifiante.

    Dans le premier temps de cette première ligne A], nous avons la chaîne signifiante en tant qu’elle reste entièrement perméable aux effets proprement signifiants de la métaphore et de la métonymie, ce qui implique l’actualisation possible

    des effets signifiants à tous les niveaux, à savoir particulièrement :

    • jusqu’au niveau phonématique,

    • jusqu’au niveau de l’élément phonologique,

    • de ce qui fonde le calembour, le jeu de mots,

    ...bref, ce qui dans le signifiant est ce quelque chose avec quoi, nous analystes nous avons à jouer sans cesse, car je pense que sauf ceux qui arrivent ici pour la première fois, vous devez avoir à vous rappeler comment cela se passe

    dans le jeu de mots et le calembour. C’est précisément d’ailleurs par cela qu’aujourd’hui nous allons commencer à entrer dans le sujet de l’inconscient, par le trait d’esprit et le Witz.
    L’autre ligne [δδ’] est celle du discours rationnel dans lequel est déjà intégré un certain nombre de points de repère,

    de choses fixes, ces choses dans l’occasion ne pouvant strictement être saisies qu’au niveau de ce qu’on appelle

    « les emplois du signifiant », c’est-à-dire ce qui concrètement dans l’usage du discours, constitue des points fixes,

    qui comme vous le savez, sont très loin de répondre d’une façon univoque à une chose.
    Il n’y a pas un seul sémantème qui corresponde à une seule chose, mais à des choses la plupart du temps fort diverses.

    Nous nous arrêtons ici au niveau du sémantème, c’est-à-dire de ce qui est fixé et défini par un emploi.
    Cette autre ligne δ’] est donc celle du discours courant, commun, tel qu’il est admis dans le code du discours,

    de ce que j’appellerais le discours de la réalité qui nous est commune. C’est aussi le niveau où se produit le moins de créations de sens, puisque le sens est déjà en quelque sorte donné, et que la plupart du temps ce discours ne consiste qu’en un fin brassage de ce qu’on appelle idées reçus, que c’est très précisément au niveau de ce discours que se produit le fameux

    « discours vide » dont un certain nombre de mes remarques sur la fonction de la parole et du langage sont parties.
    Vous le voyez donc bien :

    • ceci [δδ’] est le discours concret du sujet individuel, de celui qui parle et qui se fait entendre. C’est ce discours que l’on peut enregistrer sur un disque.

    • L’autre [γA] est ce que tout cela inclut comme possibilités de décomposition, de ré-interprétation, de résonance, d’effets métaphoriques et métonymiques.

    L’un va dans le sens contraire de l’autre, pour la simple raison justement qu’ils glissent l’un sur l’autre,

    mais l’un recoupe l’autre, et ils se recoupent en deux points parfaitement reconnaissables.
    Si nous partons du discours [δδ’], le premier point où le discours rencontre l’autre chaîne [γA] que nous appellerons la chaîne proprement signifiante, c’est, du point de vue du signifiant, ce que je viens de vous expliquer, à savoir

    « le faisceau des emplois », autrement dit ce que nous appellerons « le code ». Et il faut bien que le code soit quelque part pour qu’il puisse y avoir audition de ce discours. Ce code est très évidemment dans le grand A qui est là, c’est-à-dire dans l’Autre en tant qu’il est le compagnon de langage. Cet Autre, il faut absolument qu’il existe, et je vous prie de noter

    à l’occasion qu’il n’y a absolument pas besoin de l’appeler de ce nom imbécile et délirant qui s’appelle « la conscience collective ».
    Un Autre c’est un Autre, il en suffit d’un seul pour qu’une langue soit vivante, il suffit même tellement d’un seul,

    que cet Autre à lui tout seul peut être aussi le premier temps. Qu’il y en ait un qui reste et qui puisse se parler à lui-même

    sa langue, cela suffit pour qu’il y ait lui, et non seulement un Autre, mais même deux autres, en tout cas quelqu’un qui le comprenne.

    On peut continuer à faire des traits d’esprit dans une langue, quand on en est encore le seul possesseur.

    c:\users\alain\desktop\lacan séminaires\ressources\doc s5\88.jpg

    Voilà donc la rencontre première [α] au niveau de ce que nous avons appelé « le code ». Et dans l’autre, la seconde rencontre [γ] qui achève la boucle, qui constitue à proprement parler le sens, qui le constitue à partir du code qu’elle a d’abord rencontré, c’est à ce point d’aboutissement. Vous voyez deux flèches qui aboutissent - et aujourd’hui je me dispenserai de vous dire quelle qu’elle est la seconde des flèches qui aboutit ici [γ] - dans ce point γ, c’est le résultat de cette conjonction

    du discours avec le signifiant comme support créateur de sens : c’est le message. Ici le sens vient au jour,

    la vérité qu’il y a à annoncer - si vérité il y a - est là dans le message.
    La plupart du temps aucune vérité n’est annoncée, pour la simple raison que le discours δ’] ne passe absolument pas à travers la chaîne signifiante A], qu’il est le pur et simple ronron de la répétition et du moulin à paroles,

    et qu’il passe quelque part en court-circuit entre β et β’, et que le discours ne dit absolument rien, sinon de vous signaler que je suis un animal parlant. C’est le discours commun de ces mots pour ne rien dire, grâce à quoi on s’assure

    qu’on n’a pas en face de soi affaire à simplement ce que l’homme est au naturel, à savoir une bête féroce.

    Ces deux points, β et β’, comme nœud minimum du court-circuit du discours, sont très facilement reconnaissables :

    • c’est précisément l’objet au sens de l’objet métonymique dont je vous ai parlé l’année dernière,

    • c’est d’autre part le « Je » en tant qu’il indique dans le discours lui-même, la place de celui qui parle.


    Observez bien que dans ce schéma vous pouvez toucher d’une façon sensible à la fois ce qui lie et ce qui distingue

    la vérité parfaitement et immédiatement accessible à l’expérience linguistique, mais que l’expérience freudienne

    de l’analyse recoupe de la distinction au moins principielle qu’il y a entre :

    • ce « Je », qui n’est rien d’autre que la place de celui qui parle dans la chaîne du discours, qui n’a même pas besoin d’ailleurs d’être désigné par un « Je »,

    • et d’autre part le message, c’est-à-dire cette chose qui nécessite absolument au minimum l’appareil de ce schéma pour exister.


    Il est totalement impossible de faire sortir un message quelconque, ni une parole d’une façon en quelque sorte irradiante et concentrique, de l’existence d’un sujet quelconque, s’il n’y a pas toute cette complexité.

    Il n’y a pas de parole possible pour la bonne raison que :

    • la parole suppose précisément l’existence d’une chaîne signifiante, ce qui est une chose dont la genèse est loin d’être simple à obtenir, nous avons passé un an pour y arriver,

    • et ce qui suppose l’existence d’un réseau des emplois, autrement dit de l’usage d’une langue.


    Ce qui suppose en outre tout ce mécanisme qui fait que, quoi que vous disiez, en y pensant ou en n’y pensant pas,

    quoi que vous formuliez, une fois que vous êtes entré dans la roue du moulin à paroles, votre discours en dit toujours plus que ce que vous n’en dites, et très évidemment en se fondant, par le seul fait qu’il est parole, sur l’existence

    quelque part de ce terme de référence qu’est le plan de la vérité, de la vérité en tant que distincte de la réalité,

    quelque chose qui fait entrer en jeu le surgissement possible de nouveaux sens introduits dans le monde,

    dans la réalité, y introduit littéralement, non pas les sens qui y sont, mais les sens qu’elle en fait surgir.
    c:\users\alain\desktop\lacan séminaires\ressources\doc s5\88.jpg
    Vous avez là, irradiant du message d’une part, du « Je » d’autre part - le sens de ces petits ailerons que vous voyez là - deux sens divergents :

    • l’un qui va du « Je » vers l’objet métonymiqueβ’]

    • et vers l’Autre [βα],

    à quoi correspond symétriquement le message par la voie de retour du discours :

    • la direction du message vers l’objet métonymique β’]

    • et vers l’Autre [γα].


    Tout cela provisoirement, je vous prie de le relever.
    Sur le schéma, vous verrez que cela nous sera d’un grand usage, ce qui peut vous sembler aller de soi :

    • la ligne qui va du « Je » vers l’Autre, [βα]

    • et la ligne qui va du « Je » vers l’objet métonymique β’],

    et vous verrez à quoi correspondent les deux autres lignes formidablement passionnantes et remplies d’intérêt, qui vont :

    • du message vers le codeα], car précisément cette ligne de retour existe. Si elle n’existait pas il n’y aurait, comme le schéma lui-même vous l’indique, pas le moindre espoir de création de sens,

    • c’est précisément dans l’inter-jeu entre le message et le code et aussi dans le retour du code au messageγ], que va jouer la dimension essentielle dans laquelle nous introduit de plain pied le trait d’esprit.



    c:\users\alain\desktop\lacan séminaires\ressources\doc s5\89.jpg
    C’est là que pendant un certain nombre de leçons je pense, nous nous maintiendrons pour voir tout ce qui peut

    s’y passer d’extraordinairement suggestif et indicatif. D’autre part cela nous donnera une occasion de plus de saisir

    la relation de dépendance où est l’objet métonymique, ce fameux objet qui n’est jamais cet objet, toujours situé ailleurs,

    qui est toujours autre chose, dont nous avons commencé à nous occuper l’année dernière. Maintenant abordons ce Witz.
    Le Witz, qu’est-ce que cela veut dire ? On l’a traduit par le trait d’esprit, on a dit le mot d’esprit. Je passe tout de suite sur les raisons pour lesquelles je préfère trait d’esprit. Le Witz veut tout de même aussi dire l’esprit. L’esprit pour tout dire, a tout de suite été l’apport qui se présente à nous dans une extrême ambiguïté, car en fin de compte un trait d’esprit c’est l’objet - à l’occasion - de quelque dépréciation, c’est légèreté, manque de sérieux, fantaisie, caprice.
    Quant à l’esprit on s’arrête, on y regarde à deux fois avant de parler de la même façon de « l’esprit ».

    Malgré tout, « l’esprit », dans le sens d’un homme spirituel, n’a pas une excessivement bonne réputation,

    c’est tout de même bien autour de cela que gît le centre de gravité de la notion de l’esprit, et il convient de lui laisser toutes ses ambiguïtés, jusqu’à - y compris - l’esprit au sens large, cet esprit qui sert évidemment trop souvent de pavillon à des marchandises douteuses : l’esprit du spiritualisme.
    Cet esprit, nous pouvons le centrer sur le trait d’esprit, c’est-à-dire sur quelque chose qui paraît en lui le plus contingent,

    le plus caduc, le plus offert à la critique. C’est bien dans le génie de la psychanalyse de faire des choses comme cela,

    et c’est pour cela déjà que nous n’avons pas à nous étonner que ce soit en somme le seul point de l’œuvre de FREUD où soit mentionné à proprement parler ce qu’on décore ailleurs d’une grande majuscule, à savoir Esprit.

    Néanmoins il n’en reste pas moins encore que cette parenté entre les deux pôles du terme esprit ait donné lieu

    depuis toujours aux querelles de la tablature.
    À la vérité il serait amusant de vous évoquer…

    par exemple dans la tradition anglaise où c’est le terme Wit

    qui est encore plus nettement ambigu que le Witz, et même que l’esprit en français

    …les discussions sur le vrai, l’authentique esprit, le bon esprit pour tout dire, et puis sur le mauvais esprit,

    c’est-à-dire cet esprit avec lequel les faiseurs de pirouettes amusent le monde. Comment distinguer cela ?

    Les difficultés dans lesquelles les critiques sont entrés, sont la seule chose à laquelle il faudrait bien qu’on se réfère.

    Et cela continue encore après le XVIIIème siècle, avec ADDISON, POPE, etc. au début du XIXème siècle.

    Dans l’école romantique anglaise, la question du Wit n’a pas pu ne pas être au premier plan et à l’ordre du jour,

    et à cet égard les écrits de HAZLITT sont aussi quelque chose de bien significatif, et quelqu’un dont nous aurons l’occasion de parler, COLERIDGE, est encore bien celui qui a été le plus loin dans cette voie.
    Je pourrais vous dire cela également pour la tradition allemande, et en particulier de la conjonction, de la promotion

    au premier plan de l’esprit et du christianisme littéraire qui a suivi une évolution strictement parallèle en Allemagne,

    où la question essentielle du Witz est au cœur de toute spéculation romantique allemande, c’est-à-dire de quelque chose qui, du point de vue historique et du point de vue aussi de la situation de l’analyse, aura de nouveau à retenir notre attention.
    Ce qui est tout à fait frappant, c’est à quel point arrive la critique autour de la fonction du Witz ou du Wit, à laquelle je dois dire il n’y a rien qui corresponde dans ce lieu, et quoique, vous le savez, les seules personnes qui s’en soient sérieusement occupées étant uniquement chez nous les poètes, c’est-à-dire que dans cette période du XIXème siècle,

    la question, non seulement est vivante, mais est au cœur de BAUDELAIRE et de MALLARMÉ.
    Mais d’ailleurs elle n’y a jamais été, même dans des essais, que du point de vue critique, je veux dire du point de vue d’une formulation intellectuelle du problème. Le point décisif est ceci. Le fait est que, quoi que ce soit que vous lisiez

    sur le sujet du problème du Witz ou du Wit, vous arrivez toujours à des impasses extrêmement sensibles,

    que seul le temps m’empêche de vous développer aujourd’hui - j’y reviendrai.
    Il faut que j’efface cette partie de mon discours, et qu’il témoigne - je vous le prouverai ultérieurement - quel saut, quelle franche rupture, quelle différence de qualité et de résultat est constitué par l’œuvre de FREUD.
    FREUD n’avait pas fait cette enquête à laquelle je viens de vous faire allusion, celle de toute la tradition européenne sur le sujet du Witz

    j’ai laissé de côté encore une autre, la principale, la tradition espagnole,

    parce qu’elle est trop importante pour que nous n’ayons pas dans la suite à y revenir abondamment

    …FREUD ne l’avait pas fait, il nous dit ses sources, elles sont claires : ce sont trois livres fort sensés, fort lisibles,

    de ces braves professeurs allemands de petites universités qui avaient le temps de réfléchir paisiblement,

    et qui vous faisaient des choses pas pédantes du tout, et qui s’appellent respectivement K. FISCHER,

    Friedrich Theodor VISCHER, et T. LIPPS, professeur munichois qui a écrit certainement la chose la meilleure

    des trois, et qui va fort loin, pour tout dire qui va vraiment tendre les bras à la rencontre de la recherche freudienne.
    Simplement, si T. LIPPS n’avait pas été tellement soucieux de la respectabilité de son Witz, s’il n’avait pas voulu

    qu’il y en ait de faux et de vrais, il aurait été certainement beaucoup plus loin. C’est au contraire ce que n’a absolument pas retenu FREUD. FREUD avait l’habitude de se commettre, et c’est pour cela qu’il a vu beaucoup plus clair.

    C’est aussi parce qu’il a vu les relations structurales qu’il y a entre le Witz et l’inconscient.
    Sur quel plan les a-t-il vues ? Uniquement sur le plan qu’on peut appeler formel. J’entends « formel », non pas au sens

    de jolies formes, des rondeurs de tout ce avec quoi on essaye de vous replonger dans l’obscurantisme le plus noir.

    Je parle de la forme au sens où on l’entend par exemple dans la théorie littéraire, parce qu’il y a encore une autre tradition dont je ne vous ai pas parlé, mais c’est aussi parce que j’aurai à y revenir souvent,tradition née récemment : la tradition tchèque, le groupe qui a formulé le formalisme dont nous croyons ici que cette référence a un sens vague.
    Pas du tout ! C’est simplement votre ignorance qui vous fait croire cela. Le formalisme est une école critique littéraire

    qui a un sens extrêmement précis, et que l’organisation d’État, qui se place là-bas du côté du spoutnik,

    persécute depuis quelque temps déjà. Enfin quoi qu’il en soit, c’est au niveau précisément de ce formalisme,

    c’est-à-dire d’une théorie structurale du signifiant comme tel, que se place d’emblée FREUD, et le résultat n’est pas douteux, il est même tout à fait convaincant : c’est une clef qui va permettre d’aller beaucoup plus loin.
    Je n’ai pas besoin de vous demander - après vous avoir demandé de lire de temps en temps mes articles - de lire quand même, puisque je vous parle cette année du Witz, le livre de FREUD, Der Witz und seine Beziehung zum Unbewußten 3.

    Cela me paraît la moindre des choses.
    Quand vous verrez l’économie de ce livre, vous verrez qu’il est fondé sur ceci que FREUD part de la technique du mot d’esprit et qu’il y revient toujours, et que c’est appuyé sur la technique du mot d’esprit. Qu’est-ce que cela veut dire pour lui ?

    Cela veut dire technique verbale, comme on dit, et comme je vous dis plus précisément : technique du signifiant.

    C’est parce qu’il parle de la technique du signifiant et qu’il y revient sans cesse, que véritablement il débrouille le problème.
    Il y fait apparaître des plans, c’est-à-dire que : tout d’un coup on voit avec la plus grande netteté ce qu’il faut savoir reconnaître et distinguer pour ne pas se perdre dans des confusions perpétuelles du signifié et des pensées

    qui ne permettent absolument pas de s’en sortir. Tout d’un coup on voit :


    • qu’il y a un problème de l’esprit par exemple,

    • et qu’il y a un problème du comique et que ce n’est pas la même chose,

    • de même que le problème du comique et le problème du rire.


    Cela a beau de temps en temps aller ensemble, et même tous les trois s’embrouiller, ce n’est quand même pas non plus le même problème. Le problème de l’esprit - pour s’éclairer - part chez FREUD de la technique signifiante.
    C’est de là que nous allons partir avec lui, et chose très curieuse, ceci qui se passe à un niveau dont assurément

    il n’est pas tout de suite indiqué que ce soit le niveau de l’inconscient, c’est précisément de , et pour des raisons profondes qui tiennent à la nature même de ce dont il s’agit dans le Witz, c’est précisément en regardant là,

    que nous en verrons le plus sur ce qui n’est pas tout à fait là, qui est à côté, qui est l’inconscient,

    et qui justement ne s’éclaire et ne se livre que quand on regarde un peu à côté.
    Vous trouvez là d’ailleurs quelque chose que vous allez tout le temps trouver dans le Witz, c’est la nature du Witz

    qui est ainsi : quand vous regardez là, c’est ce qui vous permet de regarder où ça n’est pas.
    Commençons avec FREUD par les clefs de la technique du signifiant.

    FREUD ne s’est pas cassé pour trouver ses exemples : presque tous les exemples qu’il nous donne, et qui peuvent vous apparaître un peu terre à terre et de valeur inégale, sont pris à ses professeurs, respectivement :

    K. FISCHER, F. T. VISCHER et T. LIPPS, c’est pourquoi je vous ai dit l’estime dans laquelle je les tenais.
    Il y a une autre source quand même dont FREUD est véritablement pénétré, c’est Heinrich HEINE. C’est à elle

    qu’il prend le premier exemple qui est ce mot merveilleux qui fleurit dans la bouche de Hirsch HYACINTHE, collecteur juif de Hambourg, besogneux et famélique, qu’il retrouve aux Bains de Lucques. Si vous voulez faire une lecture pleine sur le Witz, il faudrait que vous lisiez Reisebilder 4. Il est stupéfiant qu’il ne soit pas un livre classique.
    On trouve dans Reisebilder un passage dans la partie italienne, sur les Bains de Lucques, et c’est là qu’avec

    ce personnage inénarrable de Hirsch HYACINTHE…

    sur les propriétés duquel j’espère avoir le temps de vous dire encore quelque chose

    …et parlant avec lui, il obtient cette déclaration : qu’il a eu l’honneur de soigner les cors aux pieds du grand ROTHSCHILD, Nathan le Sage, et que pendant ce temps il se disait - lui Hirsch HYACINTHE - un homme important.
    Car pendant qu’il lui rognait les cors, il pensait que Nathan le Sage prévoyait tous les courtiers qu’il enverrait aux rois, et que si lui, Hirsch HYACINTHE, lui rognait un peu trop le cor au pied, il en résulterait dans les hauteurs

    cette irritation qui ferait que Nathan rognerait lui aussi un peu plus sur le cuir des rois.
    Et de fil en aiguille, il nous parle aussi d’un autre ROTHSCHILD qu’il a connu, à savoir Salomon ROTHSCHILD.

    Et qu’un jour où il s’annonçait comme Hirsch HYACINTHE, il lui fut répondu dans un langage débonnaire :


    • « Moi aussi je suis le collecteur de la loterie, je ne veux pas que mon collègue entre dans la cuisine. »


    Et, s’écrie Hirsch HYACINTHE :


    • « Il m’a traité d’une façon tout à fait famillionnaire. »


    Voilà sur quoi s’arrête FREUD, qui est complété par ce très joli « Qu’est-ce que c’est ? »

    Un néologisme, un lapsus, un trait d’esprit ? C’est un trait d’esprit assurément, mais le fait que j’ai pu poser

    les deux autres questions, déjà nous introduit dans une ambiguïté du signifiant, dans l’inconscient.
    En effet, qu’est-ce que FREUD va nous dire ? Nous reconnaissons là-dedans le mécanisme de la condensation matérialisée dans le matériel du signifiant, une espèce d’« emboutissage », à l’aide de je ne sais quelle machine,

    entre deux lignes de chaîne signifiante :
    « Salomon Rothschild m’a traité d’une façon tout à fait familière. »
    Et puis en-dessous, FREUD fait le schéma - signifiant aussi :
    4.jpg
    …il y a « millionnaire », et alors il y a :

    • « ère - aire » des deux côtés,

    • « mili - milli » aussi des deux côtés.

    Ça se condense et dans l’intervalle apparaît « famillionnaire ». Essayons de voir un peu ce que cela donne sur ce schéma.

    Je suis forcé d’aller un peu vite, mais j’ai quand même là quelque chose à pointer.
    c:\users\alain\desktop\lacan séminaires\ressources\doc s5\89.jpg
    Le discours, c’est évidemment ce qui part du « Je », ce qui va à l’Autre. On peut le schématiser là en allant vers l’Autre. On peut aussi, ce qui est plus correct, voir que tout discours partant de l’Autre - quoi que nous en pensions - part et vient se réfléchir sur le « Je », parce qu’il faut bien qu’il soit pris dans l’affaire, et il file vers le message. [αββ’γ]

    Et cela veut simplement annoncer au second temps l’invocation de l’autre chaîne principielle du discours :

    « J’étais avec Salomon Rothschild, tout à fait familier », retour à l’Autre au deuxième temps.
    Cependant, de par la mystérieuse propriété des « mil » et des « aire » qui sont dans l’un et dans l’autre, quelque chose corrélativement…

    n’oubliez pas que ces deux lignes sont quand même deux lignes qui n’ont d’intérêt

    que si les choses circulent en même temps sur cette ligne

    quelque chose s’émeut qui est l’ébranlement de la chaîne signifiante élémentaire comme telle, et qui va ici au premier temps

    de l’ébauche du message se réfléchir sur l’objet métonymique qui est « mon millionnaire », car l’objet métonymique schématisé de son appartenance est ce dont il s’agit pour Hirsch HYACINTHE.
    C’est « son millionnaire » qui en même temps n’est pas « son millionnaire », parce que c’est bien plutôt le millionnaire

    qui le possède, de sorte que cela ne se passe pas. C’est précisément parce que cela ne se passe pas que ce millionnaire vient se réfléchir au second temps, c’est-à-dire en même temps que l’autre. La façon familière est arrivée là.
    Dans le troisième temps millionnaire et familière viennent se rencontrer et se conjoindre au message,

    pour faire le famillionnaire. Cela peut vous sembler tout à fait puéril à trouver, et encore que c’est bien parce que

    c’est moi qui ai fait le schéma. Seulement quand cela aura collé comme ça pendant toute l’année,

    vous vous direz peut-être que le schéma sert à quelque chose.
    Il a tout de même un intérêt, c’est que grâce à ce qu’il nous présente d’exigence topologique, il nous permet

    de mesurer nos pas quant à ce qui concerne le signifiant, à savoir que tel qu’il est fait, et de quelque façon que

    vous le parcouriez, il limite tous nos pas. Je veux dire que chaque fois qu’une chose consistera à faire un pas,

    il exigera que nous n’en fassions pas plus de trois élémentaires.Vous allez vous apercevoir que c’est à cela que tendent les petits bouchons de départ et les pointes de flèches ainsi que les ailerons qui concernent les segments qui doivent toujours être dans une position seconde intermédiaire, les autres sont ou bien initiaux ou bien terminaux.
    Donc en trois temps les deux chaînes - celle du discours et celle du signifiant - sont arrivées à converger au même point,

    au point du message. Cela fait que Monsieur Hirsch HYACINTHE a été traité d’une façon tout à fait famillionnaire.

    Ce message est tout à fait incongru en ce sens qu’il n’est pas reçu, il n’est pas dans le code. Tout est là.
    Le message en principe est fait pour être dans un certain rapport de distinction avec le code, mais là c’est sur le plan du signifiant lui-même que manifestement il est en violation du code, de la définition que je vous propose du trait d’esprit,

    en ce sens qu’il s’agit de savoir ce qui se passe, ce qui est la nature de ce qui s’y passe. Et le trait d’esprit est constitué par ceci que le message qui se produit à un certain niveau de la production signifiante, contient de par sa différence,

    de par sa distinction d’avec le code, il prend de par cette distinction et cette différence, valeur de message.

    Le message gît dans sa différence même d’avec le code.
    Comment cette différence est-elle sanctionnée ? C’est là le deuxième plan dont il s’agit.
    Cette différence est sanctionnée comme trait d’esprit par l’Autre, et ceci est indispensable, et ceci est dans FREUD,

    car il y a deux choses dans le livre de FREUD sur le trait d’esprit : c’est la promotion de la technique signifiante, la référence expresse à l’Autre comme tiers, que je vous serine depuis des années, qui est absolument articulée dans FREUD

    par la deuxième partie tout spécialement de son ouvrage, mais forcément depuis le début, perpétuellement :

    par exemple FREUD nous promeut que la différence du trait d’esprit et du comique tient en ceci par exemple, que le comique est duel.
    Comme je le dis, le comique est la relation duelle, mais il faut qu’il y ait le tiers Autre pour qu’il y ait le trait d’esprit,

    et en effet cette sanction du tiers Autre, qu’il soit supporté par un individu ou pas, est absolument essentielle :

    l’Autre renvoie la balle, c’est-à-dire le range dans le code en tant que trait d’esprit, il dit - dans le code -

    que « ceci est un trait d’esprit ». C’est essentiel, de sorte que si personne ne le fait, il n’y a pas de trait d’esprit.

    Autrement dit, si famillionnaire est un lapsus, et si personne ne s’en aperçoit, ça ne fait pas un trait d’esprit.

    Mais il faut que l’Autre le codifie comme trait d’esprit.
    Et troisième élément de la définition : il est inscrit dans le code, de par cette intervention de l’Autre, que ce trait d’esprit

    a une fonction qui a un rapport avec quelque chose de tout à fait situé profondément au niveau du sens, et qui est,

    je ne dis pas une vérité - je vous illustrerai à propos de cet exemple que ce n’est pas en tant que famillionnaire

    que nous faisons des allusions subtiles à propos de je ne sais quoi qui serait la psychologie du millionnaire

    et du parasite par exemple.
    Bien sûr cela contribue beaucoup, à notre plaisir, et nous y reviendrons mais je vous pose dès aujourd’hui

    que le trait d’esprit, si nous voulons le chercher - et avec FREUD, car FREUD nous conduira aussi loin

    que possible dans ce sens où est sa pointe, puisque de pointe il s’agit et pointe il y a - son essence tient en quelque chose qui a rapport à quelque chose de tout à fait radical dans le sens de la vérité, à savoir ce que j’ai appelé ailleurs,

    dans mon article sur L’instance de la lettre, quelque chose qui tient essentiellement à la vérité,

    qui s’appelle « la dimension d’alibi de la vérité ».
    À savoir que dans quelque point que nous puissions...

    et en entraînant chez nous je ne sais quelle diplopie mentale

    ...vouloir serrer de près quel est le trait d’esprit, ce dont il s’agit, ce qui fait expressément le trait d’esprit,

    c’est de désigner et toujours à côté, et de n’être vu que précisément en regardant ailleurs.
    C’est là-dessus que nous reprendrons la prochaine fois. Je vous laisse certainement sur quelque chose de suspendu,

    sur une énigme, mais je crois au moins avoir posé les termes mêmes auxquels je vous montrerai par la suite

    que nous devons nécessairement nous rallier.

    13 No vembre 1957 Table des séances

    Reprenons notre exposé au point où nous l’avions laissé la dernière fois, c’est-à-dire au moment

    où Hirsch HYACINTHE parlant à l’auteur de Reisebilder qu’il a rencontré aux bains de Lucques, lui dit :

    « Aussi vrai que Dieu doit me donner tout ce qu’il y a de bien,

    j’étais assis tout à fait comme un égal, tout à fait famillionnairement. »
    Voilà donc d’où nous partons, du mot « famillionnaire » qui en somme a eu sa fortune.

    Il est connu par le point de départ que FREUD y prend. C’est donc là que nous reprenons, et c’est là que je vais déjà essayer de vous montrer la façon dont FREUD aborde le trait d’esprit. L’analyse est importante pour notre propos.
    En effet, l’importance de ce point exemplaire est de nous manifester - puisque hélas il en est besoin - de façon

    non douteuse, l’importance du signifiant dans ce que nous pouvons appeler avec lui les mécanismes de l’inconscient.

    Il est évidemment tout à fait surprenant de voir déjà que l’ensemble de ceux que leur discipline n’y prépare pas spécialement - je veux dire les neurologistes - à mesure qu’ils se collettent avec ce sujet délicat de l’aphasie, c’est-à-dire du déficit de la parole, font de jour en jour des progrès remarquables quant à ce qu’il s’agit, ce qu’on peut appeler

    leur formation linguistique, mais que les psychanalystes, dont tout l’art et toute la technique reposent sur l’usage de la parole, n’en ont jusqu’ici pas tenu le moindre compte, alors que ce que FREUD nous montre, ce n’est pas simplement

    une espèce de référence humaniste - manifestant sa culture ou ses lectures - à ce qui est du domaine de la philologie,

    mais une référence absolument interne, organique.
    Puisque - j’espère ! - vous avez depuis la dernière fois, pour au moins la plupart d’entre vous, entrouvert

    Le mot d’esprit et ses rapports avec l’inconscient, vous pouvez vous apercevoir que sa référence à la technique du mot d’esprit

    en tant que technique de langage, est très précisément ce autour de quoi pivote toujours son argumentation,

    et que si ce qui surgit de sens, de signification dans le mot d’esprit, est quelque chose qui lui paraît mériter

    d’être rapproché de l’inconscient, ce n’est - je martèlerai que tout ce que j’ai à dire sur le trait d’esprit s’y rapproche -

    fondé que sur sa fonction même de plaisir qui pivote et tourne toujours et uniquement en raison des analogies

    de structure, qui ne se conçoivent que sur le plan linguistique, des analogies de structure entre ce qui se passe

    dans le mot d’esprit, je veux dire le côté technique du mot d’esprit, disons le côté verbal du mot d’esprit,

    et ce qui se passe sous des noms divers, que FREUD a découverts, ce qui est le mécanisme propre de l’inconscient,

    à savoir les mécanismes tels que condensation, déplacement. Je me limite à ces deux là pour aujourd’hui.
    Voilà donc où nous en sommes : Hirsch HYACINTHE parlant à Henri HEINE, où Hirsch HYACINTHE - fiction d’Henri HEINE - raconte ce qui lui est arrivé. Quelque chose s’est produit au départ - pour vous en tenir à ce segment que je viens d’isoler - quelque chose de fort net, exhaussant en quelque sorte pour le mettre sur un plateau, l’exalter,

    ce qui va venir, cette invocation au témoin universel et aux relations personnelles du sujet à ce témoin, c’est-à-dire Dieu :
    « Aussi vrai que Dieu me doit tous les biens... »
    Ce qui est quelque chose d’incontestablement à la fois significatif par son sens, et ironique par ce que la réalité

    peut y montrer de défaillant, mais à partir de là l’énonciation se fait :
    « ...j’étais assis à côté de Salomon ROTHSCHILD, tout à fait comme un égal... »
    Voici le surgissement de l’objet : ce « tout à fait », la totalité, c’est que nous ne sommes pas tout à fait sûrs que

    cette totalité soit véritablement fermée, et en effet ceci se retrouve à bien des niveaux, et je dirais même à tous les niveaux de l’usage de cette notion de totalité. Ici en effet il reprend sur ce « tout à fait », et il dit : « tout à fait...

    et ici se produit le phénomène, la chose inattendue, le « scandale de l’énonciation », à savoir ce message inédit, ce quelque chose dont nous ne savons pas même encore ce que c’est, que nous ne pouvons pas encore nommer, et qui est

    ...famillionnaire. »
    Quelque chose dont nous ne savons pas si c’est un acte manqué ou un acte réussi, un dérapage ou une création poétique.

    Nous allons le voir. Ce peut être tout à la fois, mais il convient précisément de s’arrêter à la formation,

    sur le strict plan signifiant, du phénomène de ce qui va ensuite être repris - je vais vous le dire, et je l’ai déjà annoncé la dernière fois - dans une fonction signifiante qui lui est propre en tant que « signifiant échappant au code »,

    c’est-à-dire à tout ce qui jusque là a été accumulé de formations du signifiant dans ses fonctions de création de signifié.
    Il y a là quelque chose de nouveau qui apparaît, qui peut être noué au ressort même de ce qu’on peut appeler

    le progrès de la langue, son changement. Il convient d’abord de nous arrêter à ce quelque chose

    dans sa formation même, je veux dire au point où cela se situe par rapport au mécanisme formateur du signifiant.

    Il convient de nous y arrêter pour pouvoir même valablement continuer sur ce qui va se montrer être les sites

    du phénomène, voire ses accompagnements, voire même à l’occasion ses sources, ses points d’appel.
    Mais le phénomène essentiel, c’est ce nœud, ce point où apparaît ce signifiant nouveau, paradoxal, ce « famillionnaire »

    • duquel FREUD part,

    • et auquel il revient sans cesse,

    • sur lequel il nous prie de nous arrêter,

    • sur lequel - vous le verrez - jusqu’à la fin de sa spéculation sur le trait d’esprit, il ne manque pas de revenir comme désignant le phénomène essentiel, le phénomène technique qui spécifie le mot d’esprit,

    et qui nous permet de discerner :



    • ce qui est le phénomène central,

    • ce par quoi il nous enseigne sur le plan qui est notre plan propre, à savoir des rapports avec l’inconscient,

    • et ce qui nous permet aussi du même coup d’éclairer d’une nouvelle perspective tout ce qui l’entoure, tout ce qui l’amène dans ce qu’on peut appeler les tendenz - puisque c’est le terme tendenz qui est employé dans cet ouvrage - de ce phénomène de rayonnement divers, au comique, au rire, phénomènes qui peuvent rayonner de lui.


    Arrêtons-nous donc sur ce « famillionnaire ». Il y a plusieurs façons de l’aborder. C’est là le but, non seulement

    de ce schéma, mais de ce schéma pour autant qu’il vous est donné pour vous permettre d’inscrire les plans différents de l’élaboration signifiante, le mot élaboration étant choisi ici spécialement, puisque étant choisi expressément, puisque FREUD le rapporte spécialement. Arrêtons-nous sur ceci et, pour ne pas trop vous surprendre, commençons de nous apercevoir dans quel sens ceci se dirige. Que se passe-t-il quand « famillionnaire » apparaît ?
    On peut dire que :


    • quelque chose s’y indique que nous sentons comme une visée qui va vers le sens,

    • quelque chose tend à surgir de là qui est quelque chose d’ironique, voire de satirique,

    • quelque chose aussi qui apparaît moins, mais qui se développe si on peut dire, dans les contre-coups du phénomène, dans ce qui va se propager dans le monde à la suite de là.


    C’est une espèce de surgissement d’un objet, lui, qui va plutôt vers le comique, vers l’absurde, vers le non-sens.

    C’est le famillionnaire en tant qu’il est la dérision du millionnaire, en tendant à prendre forme de figure,

    et il n’y aurait pas beaucoup à faire pour vous indiquer dans quelle direction en effet il tend à s’incarner.
    D’ailleurs FREUD nous signale au passage que quelque part aussi, Henri HEINE redoublant son mot d’esprit, appellera le millionnaire le « millionnarr », ce qui en allemand veut dire le « fou-fou millionnaire », ou...

    comme nous pourrions le traduire d’ailleurs en français

    dans la suite et la ligne de substantivation du « famillionnaire » dont je vous parlais tout à l’heure

    ...le « fat-millionnaire » avec un trait d’union.
    Ceci pour vous dire que voilà l’approche qui fait que nous ne restons pas inhumains. Ne nous y avançons pas beaucoup plus loin, parce qu’à vrai dire ce n’est pas le moment, c’est justement le genre de pas qu’il s’agit

    de ne pas précipiter, à savoir de ne pas trop vite comprendre parce que, en comprenant trop vite,

    on ne comprend absolument rien du tout.
    Ceci n’explique toujours pas le phénomène qui vient de se passer devant lui, à savoir en quoi il se rattache à ce que nous pouvons appeler « l’économie générale de la fonction de signifiant ». Là-dessus il faut quand même que j’insiste pour que vous tous vous preniez connaissance de ce que j’ai écrit dans ce que j’ai appelé L’instance de la lettre dans l’inconscient,

    à savoir les exemples que j’ai donnés dans ce texte des deux fonctions que j’appelle « les fonctions essentielles du signifiant »

    en tant qu’elles sont celles par où, si l’on peut dire, le soc du signifiant creuse dans le réel ce qu’on appelle le signifié, littéralement l’évoque, le fait surgir, le manie, l’engendre, à savoir les fonctions de la métaphore et de la métonymie.
    Il paraît qu’à certains, c’est mon style, disons, qui barre l’entrée de cet article. Je le regrette. D’abord je n’y peux rien, mon style est ce qu’il est. Je leur demande à cet endroit de faire un effort, mais je voudrais simplement ajouter que quelles que soient les déficiences qui puissent y intervenir de mon fait personnel, il y a aussi, quand même,

    dans les difficultés de ce style - peut-être peuvent-ils l’entrevoir - quelque chose qui doit répondre à l’objet même dont il s’agit.

    S’il s’agit en effet, à propos des fonctions créatrices qu’exerce le signifiant sur le signifié, d’en parler d’une façon valable,

    à savoir non pas simplement de parler de la parole, mais de parler dans le fil de la parole si l’on peut dire,

    pour évoquer ses fonctions mêmes, peut-être la suite de mon exposé de cette année vous montrera qu’il y a

    des nécessités internes de style, la concision par exemple, l’allusion, voire la pointe, qui sont peut-être des éléments essentiels, tout à fait décisifs pour entrer dans un champ dont elles commandent non seulement les avenues,

    mais toute la texture. Nous y reviendrons donc dans la suite à propos justement d’un certain style

    que nous n’hésiterons pas même d’appeler par son nom - si ambigu qu’il puisse apparaître - à savoir le maniérisme,

    et dont j’essayerai de vous montrer qu’il a derrière lui, non seulement une grande tradition, mais une fonction irremplaçable.
    Ceci n’est qu’une parenthèse pour revenir à mon texte. Dans ce texte dont vous y verrez que ce que j’appelle

    - après d’autres : c’est Roman JAKOBSON qui l’a inventée - « la fonction métaphorique et métonymique du langage »

    est liée à quelque chose qui s’exprime très simplement dans le registre du signifiant, les caractéristiques du signifiant

    étant celles - comme je l’ai déjà plusieurs fois énoncé au cours des années précédentes - de l’existence d’une chaîne articulée, et ajoutai-je dans cet article, tendant à former des groupements fermés, c’est-à-dire formés d’une série d’anneaux se prenant

    les uns dans les autres pour former les chaînes, lesquelles elles-mêmes se prennent dans d’autres chaînes à la façon d’anneaux,

    ce qui est un peu évoqué aussi par la forme générale de ce schéma, mais qui n’est pas directement présenté.
    L’existence de ces chaînes dans leur double dimension implique ceci que les articulations ou liaisons du signifiant comportent deux dimensions :

    • celle qu’on peut appeler de la combinaison, de la continuité, de la concaténation de la chaîne,

    • et celle des possibilités de substitution toujours impliquées dans chaque élément de la chaîne.


    Ce deuxième élément absolument essentiel est cet élément qui, dans la définition linéaire que FREUD donnait

    du rapport du signifiant et du signifié, est ce qui est omis. En d’autres termes, dans tout acte de langage

    la dimension diachronique est essentielle, mais il y a une synchronie impliquée, évoquée par la possibilité permanente

    de substitution inhérente à chacun des termes du signifiant.
    En d’autres termes, ce sont les deux rapports que je vais vous indiquer :


    • f(S...S1) S2 = S (
  • 1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   109

    similaire:

    Leçon 1 06 Novembre 1957 iconLeçon 1 06 Novembre 1957 Leçon 2 13 Novembre 1957
    «l’algèbre lacanienne», IL faut installer la police de caractères dite «Lacan», disponible sur la page d’accueil du superbe site...

    Leçon 1 06 Novembre 1957 iconLeçon 1 18 novembre 1959 Leçon 2 25 novembre 1959
    «Éthique», vous verrez pourquoi, ce n’est pas par plaisir d’utiliser un terme plus rare, plus savant

    Leçon 1 06 Novembre 1957 iconLeçon 1 12 Novembre 58

    Leçon 1 06 Novembre 1957 iconLeçon 1 16 Novembre 55

    Leçon 1 06 Novembre 1957 iconLeçon 1 16 Novembre l966

    Leçon 1 06 Novembre 1957 iconLeçon 1 21 novembre 1956

    Leçon 1 06 Novembre 1957 iconLeçon 1 17 novembre 1954

    Leçon 1 06 Novembre 1957 iconLeçon 4 17 Février 1971 Leçon 5 10 Mars 1971 Leçon 6 17 Mars 1971...
    «discours». Je rappelle le discours du Maître et ces 4 disons positions, les déplacements de ces termes

    Leçon 1 06 Novembre 1957 iconLeçon 1 18 Novembre 1975
    «quatre, cinq et six». Je me suis contenté du 4 et je m’en réjouis, car le «4, 5, 6»

    Leçon 1 06 Novembre 1957 iconLeçon 1 18 novembre 1953
    «schémas optiques» [Wikipédia], expérience de bouasse du «bouquet renversé», ici repris et modifiés





    Tous droits réservés. Copyright © 2016
    contacts
    m.20-bal.com