Bibliographie Les drogues. Lowenstein W, Tarot jp, Phan O, Simon p





télécharger 92.49 Kb.
titreBibliographie Les drogues. Lowenstein W, Tarot jp, Phan O, Simon p
page1/4
date de publication27.09.2017
taille92.49 Kb.
typeBibliographie
m.20-bal.com > documents > Bibliographie
  1   2   3   4
Mise à jour sur la toxicomanie pour les médecins généralistes

20 et 21 octobre 2006

Retrouvez tous les documents du séminaire sur

http://aliser92.com/

Portail des professionnels de santé exerçant dans le Nord du 92

Bibliographie


  1. Les drogues. Lowenstein W, Tarot JP, Phan O, Simon P : www.librio.net

  2. Conférence de consensus ; Stratégies thérapeutiques pour les personnes dépendantes des opiacés : place des traitements de substitution ; 23 et 24 juin 2004 ; ANAES

  3. Recommandations pour la pratique clinique : Réduire les mauvaises utilisations des médicaments de substitution des opiacés ; ANAES / Service des recommandations professionnelles / Juin 2004

  4. Tensions et transformations des pratiques de substitution en ville. Aude Lalande, Stany Grelet, OFDT, Avril 2001

  5. Tendances récentes sur la toxicomanie et phénomènes émergents liés aux drogues à Paris en 2005, Rapport TREND septembre 2006,

http://www.ors-idf.org/etudes/pdf/RapportTREND2006.pdf

  1. Observation des phénomènes émergents: travaux menés par l'OFDT : Le système d'information SINTES, les investigations spécifiques du dispositif TREND http://www.ofdt.fr/ofdt/fr/trend1.htm

  2. Les drogues à 17 ans, Tendances n°49, septembre 2006, http://www.ofdt.fr

  3. Objectifs, indications et modalités du sevrage du patient alcoolodépendant ; Conférence de consensus - 17 mars 1999 ; ANAES

  4. Les règles de l’accueil du sujet toxicomane en médecine générale : les premières consultations. JP. Aubert, SFTG Paris-Nord, 1998,

http://www.paris-nord-sftg.com/cr.accueil.toxico.98.htm 

  1. Accueillir et prendre soin d’un usager de drogues en médecine de ville ; pourquoi a-t-il fallu qu’il frappe à ma porte ? Jean Carpentier MILDT 1997

  2. Cannabis : quels effets sur le comportement et la santé ? Synthèse et recommandations  INSERM 2001

  3. Cost-Effectiveness Of Auricular Acupuncture For Treating Substance Abuse In An HMO Setting: A Pilot Study Ronald P. Santasiero, MD, Greg Neussle, CSW-R Mai 2005 / parution.  http://www.medicalacupuncture.org/aama_marf/journal/vol16_3/volume_16__number_3.htm

  4. Acupuncture Treatment for Chemical Dependency - An Overview by Ricardo B. Serrano, DAc, MH, ADS

  5. ASUD article de Benoît Delavaux, cannabis, réduction des risques

  6. Des drogues ingouvernables, Aude Lalande, Vacarme, 36 été 2006

  7. Drogues et dépendance, éditionsINPES

  8. Le dragon domestique,Christian Bachmann, Anne Coppel, Albin Michel


écoute et orientation : Cannabis

0 811 91 20 20 : prix d'une communication locale depuis un poste fixe de 8 h à 20h

Ministère des Solidarités, mission interministérielle de lutte contre la drogue et INPES
OFDT : Office Français des Drogues et Toxicomanies : http://www.ofdt.fr/
L'Atlas régional des consommations de produits psychoactifs des jeunes Français

Exploitation régionale de l'enquête ESCAPAD 2002/2003- Juin 2005

Auteurs :François Beck, Stéphane Legleye, Stanislas Spilka (OFDT)


7j/7 appel gratuit





Après les Suisses, les Canadiens en héros de la réduction des risques. Voyez le point 3, ils sont trop bien.

  • POLITIQUES PUBLIQUES : La France va élaborer un plan européen de lutte contre la drogue. Ce plan "reprendra cette fameuse approche globale un peu inventée par la France" associant prévention, répression et soins, a précisé le président de la MILDT, Etienne Apaire, qui rappelle par la même occasion : "Nous avons décidé de réintroduire de manière très claire l'interdit pesant sur les drogues illicites"

  • NOUVELLE SUBSTANCE STUPEFIANTE : La BZP est classée comme stupéfiant en Europe et en Nouvelle Zélande

  • REDUCTION DES RISQUES : Vive réaction du Réseau juridique canadien VIH/sida suite aux critiques de l’Organe international de contrôle des stupéfiants de l’ONU (OICS) sur les programmes de réduction des risques canadiens : « Encore une fois, l’OICS se montre dangereusement coincé par l’idéologie et dépourvu de bon sens, de raisonnement scientifique et d’orientation judicieuse pour les politiques publiques, dans ses positions à l’égard de la drogue »

  • SUBSTITUTION : de nouveaux dosages du générique du Subutex sont disponibles sur le marché

  • ETUDES : des chercheurs français trouvent des pistes pour le traitement de la dépendance à l'ecstasy

  • INTERNATIONAL : Le PEROU s'élève vivement, lui aussi, contre un rapport de l'OICS qui vise l'élimination de la feuille de coca : "C'est une imposture", a affirmé le ministre bolivien. "Ils insistent à nouveau alors qu'on a fait tant d'études qui démontrent que la coca n'est pas la cocaïne » ; VATICAN : La consommation de drogues fait partie des nouveaux péchés "à résonance sociale" ; Le BRESIL découvre une plantation de coca transgénique en pleine forêt amazonienne

  • CANNABIS : "Apprendre à se droguer est le seul moyen pour résoudre le problème des drogues..." : entretien avec le Dr Jacques Barsony dans Charlie Hebdo

  • DELIRES : Selon un professeur de psychologie israélien, la descente du Moïse du Mont Sinaï, avant qu'il ne présente les Dix Commandements, serait en réalité "un évènement rassemblant leprophète et le peuple d'Israël sous l'effet de stupéfiants".

--------------

POLITIQUES PUBLIQUES

Mildt : la France va élaborer un plan européen de lutte contre la drogue
Selon la MILDT, le plan européen anti-drogue sera calqué sur celui de la France


Source : AFP, Date: 04/03/2008

La France va élaborer avec la Commission Européenne un plan de lutte contre la drogue qui doit être lancé en juillet, a annoncé mardi le président de la mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt), Etienne Apaire. "Nous allons travailler avec la Commission Européenne pour mettre en place à partir de juillet un nouveau plan européen de lutte contre la drogue", a déclaré M. Apaire. Cette date coïncidera avec le moment où Paris prendra la présidence de l'Union européenne (UE).
Ce plan "reprendra cette fameuse approche globale un peu inventée par la France" associant prévention, répression et soins, a-t-il précisé lors d'une conférence de presse avec le secrétaire général de l'Office international de lutte contre le trafic de stupéfiants (OICS), Koli Kouame, à l'occasion de la présentation du rapport annuel de l'OICS, dépendant de l'Onu et basé à Vienne.

"S'agissant de la France, la Mildt sous l'autorité du Premier ministre et sur instruction du président de la République est en train de préparer un plan de lutte gouvernemental contre les drogues et les toxicomanies", a ajouté M. Apaire. "Nous avons décidé de réintroduire de manière très claire l'interdit pesant sur les drogues illicites", a-t-il rappelé, évoquant des "sanctions pédagogiques", comme les "stages de sensibilisation" aux drogues, prévus par la loi Sarkozy de prévention de la délinquance du 5 mars 2007 et disponibles en principe depuis le début de l'année. Le président de la MILDT a également insisté sur les ravages de la cocaïne, dont "la consommation a doublé depuis 2002". "Nous avons une répartition de cette cocaïne très importante à travers toutes les strates de notre société. Les réseaux de distribution de cannabis sont en train de se convertir à la distribution de cocaïne", a-t-il affirmé. Selon lui, en France 100.000 personnes reçoivent des produits de substitution à l'héroïne. "Je crains malheureusement qu'il n'y ait pas de substitution s'agissant de la cocaïne", a-t-il dit.

--------------

NOUVELLE SUBSTANCE STUPEFIANTE


BZP : un nouveau stupéfiant officiel en Europe et en Nouvelle-Zélande...
Source : http://www.emcdda.europa.eu/attachements.cfm/att_49695_FR_BZPDecision2008FinalFR.pdf
Date : 03/03/2008

L'Europe a aujourd'hui répondu aux préoccupations concernant la consommation de la drogue stimulante appelée BZP, en la soumettant à des «mesures de contrôle et des dispositions pénales» dans tous les États membres de l'UE. La décision par le Conseil de l'UE (1) a été adoptée aujourd'hui au stade final d'une procédure en trois étapes mise au point pour répondre à de nouvelles drogues psychoactives potentiellement dangereuses dans l'UE (2).

La décision du Conseil repose sur les constatations d'un rapport formel d'évaluation des risques de la BZP, rédigé en 2007 par le comité scientifique de l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT), avec la participation d'experts de la Commission européenne, d'Europol et de l'Agence européenne des médicaments (EMEA) (3). Présenté à la Commission européenne et au Conseil de l'UE le 31 mai 2007, le rapport examinait les risques sanitaires et sociaux de cette drogue, ainsi que les données concernant le trafic international et la criminalité organisée.

La décision du Conseil stipule: «étant donné qu'elle présente des propriétés stimulantes et un risque pour la santé et qu'elle est dépourvue d'avantages médicaux, et pour respecter le principe de précaution, il convient de contrôler la BZP», tout en adaptant les mesures de contrôle aux «risques relativement peu élevés que comporte cette substance».

Par conséquent, il est demandé aux États membres de l'UE de prendre, dans un délai d'un an, les mesures nécessaires pour soumettre la BZP à: «des mesures de contrôle, proportionnées aux risques que présente cette substance» et aux «sanctions pénales» prévues à leurs lois nationales (à leur tour conformes aux conventions des Nations unies sur les drogues). Huit États membres de l'UE (la Belgique, le Danemark, l'Estonie, la Grèce, l'Italie, la Lituanie, Malte et la Suède) contrôlent déjà la BZP aux termes des lois sur le contrôle des drogues ou autres lois équivalentes. Deux États membres (l'Espagne et les Pays-Bas) la réglementent dans le cadre de leurs lois liées aux médicaments.

La BZP (1-benzylpipérazine) est une drogue psychoactive qui appartient au groupe des dérivés de pipérazine (qui comprend des substances telles que la mCPP et la TFMPP). À l'instar des amphétamines et des méthamphétamines, la BZP est un stimulant du système nerveux central. Ses consommateurs signalent des effets semblables à ceux de ces substances, bien que la BZP soit moins puissante (environ 10% de la puissance de la D-amphétamine). Tandis que la pipérazine est largement utilisée depuis de nombreuses années comme vermifuge pour animaux, la BZP n'a jamais été employée à une telle fin.

Les risques sanitaires ou les effets secondaires signalés par les consommateurs de BZP sont, entre autres: vomissements, maux de tête, douleurs abdominales/nausée, angoisse, insomnie, sautes d'humeur et confusion; certains symptômes pouvant durer jusqu'à 24 heures. Les rapports cliniques de patients consommateurs de BZP suggèrent des liens entre la consommation de la drogue et des crises grand mal, bien que cette constatation repose sur un très petit nombre de cas. De la BZP a été trouvée dans quelques prélèvements post-mortem, mais le rôle de la drogue dans les décès n'est pas connu car d'autres substances ou circonstances interviennent également

La BZP a été signalée pour la première fois à l'OEDT et à Europol par le biais du système d'alerte rapide pour les nouvelles drogues en 1999, mais une hausse du nombre de signalisations de la BZP aux agences a été constatée fin 2006. Au cours des deux dernières années, des produits contenant de la BZP ont fait l'objet d'une commercialisation agressive par divers détaillants et sites internet, en tant que produits euphorisants «naturels» ou «à base de plantes», ainsi que comme alternatives légales à l'ecstasy («Legal E», «Legal X») (4), induisant les consommateurs potentiels en erreur quant à la sécurité de la drogue. Un grand nombre de comprimés et capsules de BZP contiennent de la TFMPP; la combinaison des deux substances imitant certains effets de l'ecstasy.

À ce jour, 15 États membres de l'UE et la Norvège, non membre, ont signalé à Europol et/ou à l'OEDT des saisies de BZP sous forme de poudre, de capsules ou de comprimés, variant de petites saisies (Belgique et Grèce) à jusqu' 64 900 comprimés (Royaume-Uni).

Le rapport d'évaluation des risques révèle peu d'informations sur la synthèse, le traitement ou la distribution à grande échelle de la BZP, ou sur le rôle de la criminalité organisée dans ces processus. Cela peut être expliqué par l'absence de contrôles dans certains pays, qui élimine la nécessité d'une production illicite étant donné que la drogue est disponible auprès de détaillants de substances chimiques.

La BZP ne possède aucune valeur médicale établie ou reconnue, et il n'existe pas de médicaments autorisés contenant la substance dans l'UE. La décision prise aujourd'hui par le Conseil stipule que placer la drogue sous contrôle dans les États membres de l'UE pourrait aider à éviter des problèmes d'application des lois et de coopération judiciaire à l'échelle internationale. La BZP ne fait pas actuellement l'objet d'une évaluation par le système de contrôle des drogues des Nations unies.
  1   2   3   4

similaire:

Bibliographie Les drogues. Lowenstein W, Tarot jp, Phan O, Simon p iconLes drogues et la toxicomanie

Bibliographie Les drogues. Lowenstein W, Tarot jp, Phan O, Simon p iconLes drogues dossier d’analyse

Bibliographie Les drogues. Lowenstein W, Tarot jp, Phan O, Simon p iconAtelier sur les plantes
«notre campement» (tables, bancs, parasols toute une organisation) sur les dunes face à la mer. Yvonne et Anne Marie nous ont rejoints...

Bibliographie Les drogues. Lowenstein W, Tarot jp, Phan O, Simon p iconLes neurotransmetteurs affectes par les drogues

Bibliographie Les drogues. Lowenstein W, Tarot jp, Phan O, Simon p iconFournier d’après Lowenstein n engl j med 1998;338;970-76 traduction G. Fournier

Bibliographie Les drogues. Lowenstein W, Tarot jp, Phan O, Simon p iconEssais sur la Chine de Simon leys l’ «ensauvagement»
«égalisateurs de la puissance classique», en zone urbaine comme dans les zones refuges ou difficiles d’accès, la manœuvre tactique...

Bibliographie Les drogues. Lowenstein W, Tarot jp, Phan O, Simon p iconSimon roberge, ing., Mgp, pmp

Bibliographie Les drogues. Lowenstein W, Tarot jp, Phan O, Simon p iconEcole d’infirmière anesthésiste, ifsi théodore Simon

Bibliographie Les drogues. Lowenstein W, Tarot jp, Phan O, Simon p iconEcole d’infirmière anesthésiste, ifsi théodore Simon

Bibliographie Les drogues. Lowenstein W, Tarot jp, Phan O, Simon p iconLe premier antiseptique chimique : George Simon serullas (1774-1832)
«chocolat de santé». On se le procurait sous forme de pastilles ou de tablettes dans les officines, comme chez «Debauve et Gallais»...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com