Leçon 1





télécharger 2.16 Mb.
titreLeçon 1
page77/77
date de publication11.11.2017
taille2.16 Mb.
typeLeçon
m.20-bal.com > documents > Leçon
1   ...   69   70   71   72   73   74   75   76   77
discours de ce maître que la suite des phénomènes dans le développement ou l'évolution de la psychose ».
II. 2 - Éd. p.14 « La notion de l'automatisme mental est apparemment pola­

-590-
Lettre de Élie Hirsch

risée dans l'œuvre et l'enseignement de Clérambault par le souci de démontrer le caractère fondamentalement anidéique, comme il s'exprimait, des phéno­mènes qui ne manifestent dans l'évolution de la psychose, ce qui veut dire non conforme à une suite des idées - ça n'a pas beaucoup plus de sens, hélas que le discours du maître ».

À propos d'automatisme mental:
III. 1-151156. «( ...) C'est une fantaisie qui parle, ou plus exactement c'est une fantaisie parlée de ce personnage qui fait écho aux pensées du sujet, qui intervient, qui le surveille, qui dénomme au fur et à mesure la suite de ses actions, qui les commente... ».
III. 2 - Éd. p. 165. « (...) C'est une fantaisie qui parle, ou plus exactement, c’est une fantaisie parlée. C'est en quoi ce personnage qui fait écho aux pensées du sujet intervient, le surveille, dénomme au fur et à mesure la suite de ses actions, les commande... ».

Certaines copies en circulation comportent effectivement « commande ». S'agissant d'automatisme mental (échos et commentaires) la rectification va de soi.
IV 1- 7 XII 55. « (...) C'est dans toute cette mesure que vous maintenez qu'il y a chez ce sujet que vous appellerez dans votre jargon, la partie saine de sa per­sonnalité, c'est bien en tant qu'elle parle de l'autre, qu'elle est capable de se moquer de lui, qu'elle existe comme un sujet ».
IV 2 - Éd. p. 49. « Ce que vous appelez, dans votre jargon, la partie saine de la personnalité, tient à ce qu'elle parle à l'autre, qu'elle est capable de se moquer de lui. C'est à ce titre qu'elle existe comme sujet ».
V 1- 21 XII 55. « Là nous le trouvons à son état développé, c'est un des inté­rêts de l'analyse du délire comme tel, c'est toujours ce qu'ont souligné les analystes, c'est-à-dire qu'il montre ce qu'on appelle le jeu des fantasmes dans son caractère absolument développé, de duplicité, c'est-à-dire, ces deux autres aux­quels se réduit le monde, dans le Président Schreber sont faits l'un par rapport

à l'autre, car c'est tout au plus que l'un offre à l'autre son image inversée... »

- 591 -
V 2 - Éd. p. 10l. « Nous le trouvons ici à son état développé, et c'est un des intérêts de l'analyse du délire comme tel. Les analystes l'ont toujours souligné, le délire montre le jeu des fantasmes dans son caractère absolument développé de duplicité. Les deux personnages auxquels le monde se réduit pour le Président Schreber sont faits l'un par rapport à l'autre, l'un offre à l'autre son image inver­sée ».
VI. 1-16 XI 55. « Il est tout à fait clair que la triplicité essentielle, au moins de premier plan que ceci implique chez le sujet, est quelque chose qui est bien sans aucun doute, bien entendu, le moi du sujet, parle et peut parler du sujet nor­malement à un autre en troisième personne, et parler de lui, parler du S du sujet. Ceci, dans la perspective de structuration du sujet fondamental et de sa parole, n'a rien d'absolument explicite, sinon compréhensible.

« Comme toute une partie des phénomènes des psychoses se comprennent en ceci, que d'une façon extrêmement paradoxale et exemplaire en même temps, le sujet à la façon d'Aristote faisait remarquer: "Il ne faut pas dire l'âme pense, mais l'homme pense avec son âme", formule dont on est déjà loin puisque aussi bien je crois que nous sommes plus près de ce qui se passe en disant qu'ici, le sujet psy­chotique au moment où apparaît dans le réel, où apparaît avec ce sentiment de réa­lité qui est la caractéristique fondamentale du phénomène élémentaire, sa forme la plus caractéristique de l'hallucination, le sujet littéralement parle avec son moi, c'est quelque chose que nous ne rencontrerons jamais d'une façon pleine ».
VI. 2 - Éd. p. 23. « Une triplicité est ici indiquée chez le sujet, qui recouvre le fait que c'est le moi du sujet qui parle normalement à un autre, et du sujet, du sujet S, en troisième personne. Aristote faisait remarquer qu'il ne faut pas dire que l'homme pense, mais qu'il pense avec son âme. De même je dis que le sujet se parle avec son moi ».
VII. 1- Éd. p. 337. « Le TU N'AS QU'À... n'a pas de valeur de réduction de ce quelque chose qui permettrait quelques remarques sémantiques très éclai­rantes ».
VII. 2 - 27 VI 56 au lieu de réduction, c'est réflexion que l'on trouve.
VIII. 1- 7 XII 55. « (...) quand ce dont il s'agit est la fameuse pulsion homo­sexuelle que notre théorie met à la base du délire ».

- 592 -
Lettre de Élie Hirsch

VIII. 2 - Éd. p. 57. Fragment élidé.
IX. 1-11 156. « C'est que quand une pulsion, disons féminine ou passivante apparaît chez un sujet pour qui ladite pulsion a déjà été mise en jeu dans diffé­rents points de sa symbolisation préalable... ».
IX. 2 - Éd. p. 100. « Quand une pulsion, disons féminine ou pacifiante, appa­raît chez un sujet pour lequel ladite pulsion... ».
X. 1 -18156. « Autrement dit, quand le mâle de l'épinoche ne sait pas que faire sur le plan de ce qui est sa relation normale avec son semblable du même sexe, quand il ne sait pas s'il faut attaquer ou ne pas attaquer, il se met à faire quelque chose qu'il fait quand il s'agit de faire l'amour ».
X. 2 - Éd. p. 109. « Autrement dit, quand l'épinoche mâle ne sait pas que faire sur le plan de sa relation avec son semblable de même sexe, quand il ne sait pas qu'il faut attaquer ou pas, il se met à faire quelque chose qu'il fait alors qu'il s'agit de faire l'amour ».
XI. 1-11156. « Il s'agit d'un assassinat, il n'y a pas de traces, d'âme, d'autre part, parler d'une âme avec certitude n'est pas non plus très commun, savoir dis­tinguer ce qui est âme et tout ce qui s'attache autour d'elle, la distingue avec autant de certitude, c'est aussi quelque chose qui n'est pas donné à tout un cha­cun, et qui semble donné justement à ce délirant avec un caractère de certitude qui donne à son témoignage un relief essentiel ».
XI. 2 - Éd. p. 88. « Qu'est-ce que ça peut bien être qu'assassiner une âme ? D'autre part, savoir distinguer l'âme de tout ce qui s'attache à elle, n'est pas donné à tout un chacun, mais l'est à ce délirant avec un caractère de certitude qui confère à son témoignage un relief essentiel ».
XII. 1 -l. Éd. p. 208. « Dégager une loi naturelle, c'est dégager une formule insignifiante ».
XII. 2 -11 IV 56. « (...) formule signifiante ».
XIII. 1- 20 VI 56.

-593-
« Tu es celui qui me ... ce jour-là

Tu es celui qui me ... à travers les épreuves

Tu es celui qui me ... la loi... le texte

Tu es celui qui... la foule »
« Je ne crois pas cela plus vain que d'énumérer par liste et catégorie les symp­tômes d'une psychose, c'est autre chose et je crois que c'en est le préalable peut-être indispensable, au moins pour le point de vue que nous allons choisir ».

« La différence qu'il y a entre tu es celui qui me suis le mieux et tu es celui qui me suit comme un petit chien est là pour nous permettre d'amorcer les exercices qui suivent, ce qu'il convient de mettre dans les blancs ».
XIII. 2 - Éd p. 321.

« Tu es celui qui me suivait ce jour-là

Tu es celui qui me suivais à travers les épreuves Tu es celui qui suis la loi, le texte

Tu es celui qui suit la foule ».

On notera le passage sauté par le rédacteur et les blancs remplis dans l'exergue de la leçon ».

-594-
TABLES DES MATIERES


-595-
1   ...   69   70   71   72   73   74   75   76   77

similaire:

Leçon 1 iconLeçon 4 17 Février 1971 Leçon 5 10 Mars 1971 Leçon 6 17 Mars 1971...
«discours». Je rappelle le discours du Maître et ces 4 disons positions, les déplacements de ces termes

Leçon 1 iconLeçon 9 10 mai 1972 Leçon 10 17 mai 1972 01 Juin 1972 Le savoir du...
«les internes des asiles», ce sont maintenant «des hôpitaux psychiatriques», sans compter le reste

Leçon 1 iconLeçon 1 18 novembre 1959 Leçon 2 25 novembre 1959
«Éthique», vous verrez pourquoi, ce n’est pas par plaisir d’utiliser un terme plus rare, plus savant

Leçon 1 iconLeçon 1 06 Novembre 1957 Leçon 2 13 Novembre 1957
«l’algèbre lacanienne», IL faut installer la police de caractères dite «Lacan», disponible sur la page d’accueil du superbe site...

Leçon 1 iconLeçon 18 11 mai 1955 Leçon 19 18 mai 1955 Leçon 20 25 mai 1955 Leçon...

Leçon 1 iconLeçon 12

Leçon 1 iconLeçon 10

Leçon 1 iconLeçon 1 16 Novembre 55

Leçon 1 iconLa leçon dire

Leçon 1 iconLeçon 1 12 Novembre 58





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com