Des histoires de volatils, lévriers, chameaux, taureaux et autres éléphants chargés pour satisfaire l’ego de leurs propriétaires





télécharger 74.16 Kb.
titreDes histoires de volatils, lévriers, chameaux, taureaux et autres éléphants chargés pour satisfaire l’ego de leurs propriétaires
page1/3
date de publication04.02.2017
taille74.16 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > documents > Documentos
  1   2   3
Des histoires de volatils, lévriers, chameaux, taureaux et autres éléphants chargés pour satisfaire l’ego de leurs propriétaires
1903 - CHIENS (de chasse) – Pierre Mégnin (FRA) : pendant la saison de chasse
Témoignage de Paul Mégnin, journaliste spécialiste de turf ayant probablement un lien de parenté avec Pierre Mégnin : « M. Pierre Mégnin a employé avec succès ce doping (pyrophosphate de fer et de soude) pour redonner de la vigueur à des chiens fatigués pendant la saison de la chasse, là encore, excellent résultat. »

[Mégnin P. .- Entraînement ou doping ? .- La Vie au Grand Air, 1903, n° 255, 31 juillet, pp 518-519 (p 519)
1903 - PIGEONS – Robert Janssens (BEL) : pédaler à tire-d’aile
Récit du journaliste Robert Janssens, spécialiste du cyclisme : « A l'époque des pionniers, les coureurs exigeaient de manger le plus souvent possible du pigeon car ils croyaient aux effets dopants de la strychnine contenue dans la volaille. »

[Janssens R. .- Le Tour fleurs et pleurs .- Anvers (BEL), Amsterdam (HOL), éd. Hélios, 1988 .- 231 p (p 143)]
1920 - PIGEONS – Georges Gatier (FRA) : un certain taux de strychnine
Texte de Pierre Chany : « Durant sa jeunesse, Georges Gatier avait pratiqué le cyclisme en qualité de professionnel. Une fois, il avait demandé à Fernand Trignol de lui passer sa musette, au ravitaillement de Pithiviers : « Tu mettra un pigeon » précisa-t-il. A l’époque, les coureurs cyclistes consommaient beaucoup de pigeons, parce que ce volatile contient, paraît-il, un certain taux de strychnine ! »

[Chany P. .- Le Tour de France .- Paris, éd. Plon, 1972 .- 428 p (p 287)]


Georges Gatier [photographie de presse : Agence Rol]
1934 - POULETS – Adolphe de Neuter (BEL) : les crottins n’étant pas numérotés…
1. Témoignage d’Adolphe de Neuter, entraîneur de chevaux : « Malgré l’impopularité actuelle de la police, il est évident que ce ne sont pas les seuls officiants sportifs qui sont en mesure de jouer les détectives dans les cas de doping. Il n’y a pas lieu de tenir compte très sérieusement non plus de présomptions basées sur l’empoisonnement des poulets picorant sur un champs de courses, encore que ces volatiles puissent vraisemblablement avoir avalé le poison charrié par les crottins émaillant le paddock le lendemain d’une réunion hippique et l’ont sans doute fait. Mais les dits crottins n’étant pas numérotés (comme les œufs dans les pondeuses des établissements d’aviculture), leurs auteurs sont bien difficiles à identifier ! Les souris trouvées mortes dans les mangeoires de certains boxes, loués sur les hippodromes, peuvent aussi avoir été empoisonnées dans un box voisin, car il y a peu de poisons foudroyants. Et les animaux de toute espèce vont mourir assez loin de l’endroit où ils ont été frappés par le virus. Sans compter que la mort d’une souris peut avoir des causes diverses et même multiples ! Et la preuve par les poulets est moins caduque. Mais, de quelque côté qu’on retourne la question, il convient d’appeler les acolytes de nos modernes Fouché (ministre de la police de Napoléon 1er) à la rescousse ! »

[de Neuter A. .- Le turf anecdotique – Mémoires d’un entraîneur : le crépuscule du turf. – Bruxelles (BEL), Imp. Sadi, 1934. – 207 p (pp 97-98)]
2. Récit du vétérinaire Jacques Gastellu : « Après la première Guerre mondiale, le doping semblait encore très répandu, notamment en Belgique où, à en croire Adolphe de Neuter, les poulets du gardien de l’hippodrome de Stockel succombaient immanquablement après avoir picoré dans les crottins des concurrents de la veille. »

[Gastellu J. .- Le doping du cheval, p 17. – Thèse Vét : 1968 : Lyon ; N° 7 (Pr Marc Chambon)]
1935 - POULETS – Francis Pélissier (FRA) : des œufs à la strychnine
Témoignage du sorcier de Bordeaux-Paris : « J’ai trouvé des trucs nouveaux. Je donne de la strychnine à mes poulets quinze jours avant une course et comme cela je dope mes gars aux œufs à la strychnine, aliment complet ; »

[Bastide R. .- Doping. Les surhommes du vélo. – Paris, éd. Solar, 1970. – 255 p (p 62)]

1950 - CHIENS (lévriers) – André Gagniard (FRA) : serrer les testicules pour l’empêcher de faire la course
Récit d’André Gagniard, ancien propriétaire d’une écurie de lévriers et qui, par le passé, a exercé les fonctions de secrétaire général de la Société des courses de lévriers de France et de délégué français à la Fédération internationale des courses de lévriers : « Le sport des courses de lévriers est le plus mathématique qui soit ; sauf bousculade, rare d’ailleurs, c’est toujours le meilleur qui gagne. Il y a cependant des circonstances où cette régularité peut être faussée et où le public peut en pâtir. Dans le cas de « doping » par exemple. Deux cas peuvent se produire : amener un chien à dépasser ses possibilités pendant quelques secondes. Les moyens employés relèvent tous de la pharmacopée et sont connus de tout vétérinaire de cynodrome. On peut également songer à empêcher un chien (le favori par exemple) de faire sa course. Là, les moyens sont multiples et également connus. La première idée qui pourrait venir à un propriétaire ou à un entraîneur malhonnête serait de faire abondamment manger ou boire un lévrier juste avant la course. Or, tous les cynodromes obligent les concurrents à une pesée 3 heures avant l’épreuve. Toute différence de poids de plus de 300 grammes avec celui relevé à la course précédente entraîne l’exclusion du chien. De plus, dès la pesée et la visite sanitaire effectuées, tous les lévriers sont enfermés dans des logettes fermées à clé et gardées par un commissaire.

D’autres pratiques ont été parfois tentées : par exemple, faire à un chien de fines pointes de feu sous les pattes, ou lui serrer violemment le ventre s’il s’agit d’une femelle, ou les testicules s’il s’agit d’un mâle, au moment où on l’introduit dans la boîte de départ. Toutes ces pratiques sont archi-connues et les commissaires des courses ne les ignorent pas. Ils agissent en conséquence. »

[Gagniard A. .- Comme une flèche .- Science et Vie, 1962, 101, n° 532, janvier, pp 102-106 (pp 105-106)]


1959 - PIGEONS - La fibre maternelle booste le retour au colombier
C’est Science et Vie qui rapporte un travail scientifique consacré au retour accéléré des pigeons voyageurs, autrement dit « comment truquer une course de pigeons ».

« Un groupe de chercheurs sarrois (Allemagne) vient d’étudier quels sont les facteurs psychologiques ou hormonaux susceptibles d’influer sur la vitesse de retour au colombier des pigeons voyageurs. L’on obtient les meilleurs résultats avec des sujets en train de couver des œufs de 1 à 6 jours ou nourrissant des jeunes de 2 à 3 semaines. Voilà qui va sûrement intéresser les colombophiles. »

[Science et Vie, 1959, n° 503, août, p 18]
1985 - CHAMEAUX – Opium : les « deux bosses » du commerce
« Le trafic d'opium et d'héroïne entre l'Afghanistan, le Pakistan et l'Iran se fait au moyen de chameaux drogués. Les trafiquants des deux premiers pays transportent la drogue par les montagnes; puis l'enfouissent dans les sables du désert jusqu'à ce qu'un marché soit conclu avec leurs correspondants iraniens. La livraison de l'opium et de l'héroïne se fait par des chameaux traversant le désert sans cavaliers. Les chameaux, eux-mêmes drogués, sont conditionnés à suivre une route spéciale au bout de laquelle ils pourront recevoir leur dose de drogue. »

[Gaspard A. .- Dictionnaire du formidable .- Alleur (BEL), éd. Marabout, 1986 .- 317 p (p 85)]


1988 - BOVINS – Clenbutérol : coup d'arrêt au trafic
« Un important trafic d'anabolisants utilisés frauduleusement dans l'alimentation animale a été mis au jour et son principal responsable, un pharmacien demeurant à Lens (Pas-de-Calais), inculpé et écroué. Les services de gendarmerie et vétérinaires se sont rendus vendredi dans des élevages de plusieurs départements pour procéder à des contrôles et plusieurs interpellations ont été effectuées dans le Nord. Selon les premiers éléments de l'enquête, quelque dix mille bovins et, dans une moindre proportion, des porcs répartis dans des élevages de plusieurs départements ont reçu depuis juin dernier dans leur alimentation du clenbutérol, notamment dans le Nord, le Pas-de-Calais, les Vosges, la Meuse, la Haute-Saône et l'Oise. Le pharmacien se procurait l'anabolisant en Belgique. Le produit était pré mélangé dans un laboratoire de Haute-Saône à Vauvillers, puis mis en forme dans un laboratoire du Loiret, avant d'être proposé aux éleveurs sous la marque « Districhoc ».

Le clenbutérol, ajouté à l'alimentation animale pendant une période de trente à cinquante jours, permet une diminution des graisses et une augmentation de la masse musculaire de 50 à 70 kg par bovin. »

[Le Quotidien du Médecin, 25.10.1988]
1990 - CHIENS (traîneaux) – François Laubacher (FRA) : de la caféine et des antibiotiques
« Dans les courses de traîneaux à chiens aussi on pratique la lutte antidopage. Aux Saisies, c’est le vétérinaire fédéral, François Laubacher, de Gérardmer qui a officié : il a procédé à trois contrôles. Chaque contrôle comporte une prise de sang (après garrot, on coupe une touffe de poils sur une des pattes et on prélève du sang avec une seringue) et une prise d’urine. Pour le dopage des chiens on utilise, paraît-il, de la caféine ou des antibiotiques ! Le vétérinaire François Laubacher n’a encore jamais constaté de cas de dopage de chiens de traîneau. »

[Le Généraliste, 1990, n° 1150, 27 février, p 45]


1990 - GORILLES ET PORCS-EPICS – Iboga : gesticulent sur place
Enquête du journaliste scientifique Gilbert Charles : « On les croyait purs, innocents, préoccupés de leur seule survie. Mais ils sont, eux aussi, habités par le vice : sauvages ou domestiques, les animaux « se défoncent » parfois comme des bêtes. Dans les forêts du Gabon, les porcs-épics et les gorilles grignotent les racines de l’arbre iboga, un puissant hallucinogène, et se mettent à gesticuler sur place, comme en proie à des visions effrayantes. »

[Charles G. .- La défonce des animaux .- L’Express, 02.03.1990, pp 88-90 (p 88)]
1991 - CHIENS (lévriers) : Olivier Clévenot (RA) : les cinq premiers étaient chargés
Récit du journaliste Olivier Clévenot : « 18 heures : les greyhounds prennent possession de leurs boxes dans le chenil du stade. A peine le temps de prendre leurs marques qu’il leur faut déjà satisfaire au contrôle antidopage, obligatoire avant chaque compétition disputée dans un des trente-six cynodromes affiliés au NGRC (National Greyhound Racing Club). On imagine mal Let’s All Boogie (une star des cynodromes) uriner aux ordres du starter. Mais le tour est très vite joué, il suffit qu’un chien s’y mette pour que tous les autres l’imitent.

Une affaire de dopage vient justement d’éclater la veille. Quinze jours auparavant, à Canterbury, un greyhound avait terminé à la ramasse derrière les cinq autres. Une péripétie anormale pour des chiens censés se tenir en quelques centièmes de seconde… Au vu du contrôle supplémentaire effectué par la suite, les officiels ont découvert que les cinq premiers étaient chargés. L’enquête se poursuit actuellement sans qu’aucune information ne soit divulguée. Lorsque l’on entend du côté de la fédération que le seul moyen connu de tricher consisterait à freiner un chien, et que la première analyse s’était révélée négative, il y a quand même malaise… »

[In « Ces champions ont vraiment les crocs » .- L’Équipe Magazine, 1992, n° 531, 14 mars, pp 48-49]
1996 - PIGEONS - Cannabis + héroïne : à leur insu
« Un récent communiqué de la commune de Milan déclare que les pigeons de la place du Dôme ont développé une véritable dépendance à la drogue. Cela provient du fait que les jeunes gens, pendant le week-end, laissent tomber par terre des joints « d’aventure » sur le bitume de la place ou dans les rues voisines ; beaucoup de substances hallucinogènes traînent à terre. « Généralement, le drogué et le consommateur occasionnel sont très distraits », affirme un expert en la matière. Il arrive souvent qu’ils laissent tomber par terre de petites portions de drogue ou de « fumée » pendant qu’ils préparent la dose ou bien une cigarette de marijuana. Même si les pigeons ne sont pas des consommateurs naturels de substances toxiques, ils sont tellement affamés qu’ils avalent tout ce qu’ils trouvent. Comme ils ont un maigre poids spécifique, il suffit d’une petite particule de substance pour qu’ils deviennent drogués.

Le problème s’aggrave quand ils trouvent un papier argenté nappé de restes d’héroïne, « oubliés » par un trafiquant de drogue ou par un consommateur, cela peut transformer les pigeons en drogués quand ils picorent le papier usagé. Pour assurer la désintoxication des pigeons dopés, la municipalité milanaise recherche une solution fiable, aisée et non-coûteuse : ils rêvent ! ! ! Les animaux subissent plusieurs dégâts au niveau physique et psychique et ils développent des comportements antisociaux.

La commune a décidé d’augmenter la présence dissuasive de la police. Cette solution semble être le seul moyen de résoudre ce problème. »

[Le Réverbère, 1996, n° 77, p 9]
1997 - PIGEONS – Fortifiés aux anabolisants et aux corticostéroïdes
« Les pigeons voyageurs de compétition seront bientôt soumis à des contrôles antidopage surprises en Grande Bretagne, selon la nouvelle réglementation de la fédération, alarmée par les rumeurs de volatiles dopés aux stéroïdes anabolisants.

The Royal Pigeon Racing Association (RPRA), qui rassemble quelque 80 000 colombophiles dans le pays, a annoncé les nouvelles dispositions qui prévoient, pour les éleveurs fautifs, des interdictions de concours pouvant aller jusqu’à trois ans et la confiscation de gains.

« Nous n’avons à ce jour jamais eu de preuves de dopage, mais nous n’avons jamais eu de tests disponibles », a expliqué un porte-parole du RPRA au Times de samedi.

Des rumeurs de dopage se sont développées récemment en Europe, portant principalement sur des stéroïdes anabolisants et corticostéroïdes, censés augmenter la masse musculaire et permettre aux pigeons de voler plus vite et plus longtemps.

Les pigeons de compétition peuvent, selon les spécialistes, voler jusqu’à 48 km/h contre le vent et 144 km/h avec vent dans le dos, et parcourir plus de 900 km en une journée.

Les premiers contrôles antidopage, à partir de prélèvements dans les crottes de pigeons, seront effectués dès le début de la saison de compétition, à la mi-avril. »

[Le Figaro, 31.03.1997]
1999 - PIGEONS (voyageurs) – Des corticostéroïdes pour voler toujours plus loin
« Deux pigeons voyageurs ont été disqualifiés au cours d’une épreuve du championnat de Suède de transport de lettre par pigeon pour avoir été dopés à la cortisone, a annoncé la fédération suédoise des pigeons voyageurs à Malmoe (Suède).

« Je suis déçu, il s’agit d’une véritable torture d’animaux » a déclaré Viggo Elofsson, président de la fédération suédoise des pigeons voyageurs. Selon lui, c’est en avalant de la cortisone que les pigeons deviennent plus résistants ; ils sentent moins la douleur et peuvent ainsi voler plus loin.  

Ce sont des laboratoires allemands qui ont analysé les excréments des deux oiseaux impliqués, a précisé le quotidien régional suédois Ystads Allehanda . Ce phénomène de dopage à la cortisone est connu en Europe mais ce sport est resté à un stade encore assez amateur en Suède. Ce contrôle fédéral a été effectué sans avertissement préalable. L’un des oiseaux impliqués, dont les identités n’ont pas été révélées, est originaire de Goeteborg (sud-ouest), l’autre de Karlshamn (sud). L’un des deux a été champion de Suède 1998, l’autre sort d’un pigeonnier d’un producteur très connu en Suède, a précisé le journal sans donner d’autres détails. »

[Agence France-Presse, 18.01.1999]
  1   2   3

similaire:

Des histoires de volatils, lévriers, chameaux, taureaux et autres éléphants chargés pour satisfaire l’ego de leurs propriétaires iconTechnocentre
«Autres charges» mentionnée dans la colonne des «charges employeur» et que, d’une façon générale, toutes les charges que paye l’employeur...

Des histoires de volatils, lévriers, chameaux, taureaux et autres éléphants chargés pour satisfaire l’ego de leurs propriétaires iconA ssociation de défense nationale des propriétaires, propriétaires...

Des histoires de volatils, lévriers, chameaux, taureaux et autres éléphants chargés pour satisfaire l’ego de leurs propriétaires iconRevue de presse septembre 2010
«petit guide à l'attention des propriétaires de chiens catégorisés et de leurs Maires»

Des histoires de volatils, lévriers, chameaux, taureaux et autres éléphants chargés pour satisfaire l’ego de leurs propriétaires iconLes utilisateurs professionnels créent des rapports pour leurs propres...

Des histoires de volatils, lévriers, chameaux, taureaux et autres éléphants chargés pour satisfaire l’ego de leurs propriétaires iconSauver notre industrie avec les salariés en lutte Des Contis aux...
«Contis», des Freescale, des New Fabris, des Molex, des Caterpillar, et de tous les autres avec leurs brèves séquestrations de patrons,...

Des histoires de volatils, lévriers, chameaux, taureaux et autres éléphants chargés pour satisfaire l’ego de leurs propriétaires iconRenouvellement d’ordonnance : comment rendre la consultation intéressante ?
«rentabiliser» leurs 23 euros, en profitent pour parler d’une multitude d’autres choses. D’autres, au contraire, viennent «juste...

Des histoires de volatils, lévriers, chameaux, taureaux et autres éléphants chargés pour satisfaire l’ego de leurs propriétaires iconVu l'avis de la commission professionnelle consultative des autres...
«Services financiers» a pour objectif de former des personnels chargés d’assurer des fonctions d’accueil et de commercialisation...

Des histoires de volatils, lévriers, chameaux, taureaux et autres éléphants chargés pour satisfaire l’ego de leurs propriétaires icon1 La théorie de la communauté
«C'est l'accord silencieux et spontané de plusieurs consciences qui sentent et pensent de même, qui sont ouvertes les unes aux autres,...

Des histoires de volatils, lévriers, chameaux, taureaux et autres éléphants chargés pour satisfaire l’ego de leurs propriétaires iconLire attentivement les instructions suivantes avant d'élaborer un...
«sans objet» dans le paragraphe correspondant. Ceci, pour des raisons de maintenabilité du document

Des histoires de volatils, lévriers, chameaux, taureaux et autres éléphants chargés pour satisfaire l’ego de leurs propriétaires iconLa motivation est définie en termes «d’état d’activation» pour répondre...
«d’état d’activation» pour répondre à un motif à satisfaire. IL existe diverses sortes de motivations mais nous nous intéressons...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com