Résumé Le secteur de la micro-finance en République Démocratique du Congo, de 2006 à 2011, indique de façon claire un accroissement rapide





télécharger 176.21 Kb.
titreRésumé Le secteur de la micro-finance en République Démocratique du Congo, de 2006 à 2011, indique de façon claire un accroissement rapide
page1/4
date de publication17.10.2016
taille176.21 Kb.
typeRésumé
m.20-bal.com > économie > Résumé
  1   2   3   4



PUPN, 058a (2014), L. ZRAN TOPI


ANALYSE DE LA PERFORMANCE FINANCIERE DU SECTEUR DE LA MICROFINANCE EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, DE 2006 A 2011
Lucien ZRAN TOPI *

Résumé

Le secteur de la micro-finance en République Démocratique du Congo, de 2006 à 2011, indique de façon claire un accroissement rapide.

Mais, de façon satisfaisante, le marché de la micro-finance étant un marché preneur, les acteurs font face à plusieurs contraintes dont l’accès à l’assistance technique pour le renforcement des capacités institutionnelles ainsi que l’accès aux financements et aux subventions pour répondre à la forte demande du marché. Les performances financières et sociales ont été appuyées pour la plus grande part, par le dynamisme affiché dans plusieurs secteurs d’intervention.

Dans ces conditions, ce secteur a connu une tendance évolutive et positive grâce à l’assistance technique et financière des bailleurs de fonds publics et privés. Cette situation est due à la prise de conscience de toutes les forces centrifuges de ce secteur laquelle conduit à une nette amélioration des indicateurs de performance financière.

INTRODUCTION

Créée dans les années 70 pour constituer un mouvement populaire destiné à accorder des prêts aux populations les plus dépourvues, la micro-finance a connu une expansion considérable durant les 40 dernières années. Aujourd’hui, elle est, sans nul doute, un grand prestataire de services financiers très divers pour des millions de personnes à travers les pays en développement.

Les expériences du rôle positif de la micro-finance à travers le monde sont comptées dans plusieurs pays. En effet, les plus grandes institutions de micro-finance se trouvent en Asie, au Bangladesh et en Inde en particulier.

Historiquement très forte en Bolivie, la micro-finance s’est récemment développée au Pérou et au Mexique (Amérique latine). Elle se développe de façon très dynamique en Afrique dans tous les pays politiquement stables (Bénin, Sénégal, Ethiopie, Nigeria). Elle a remporté un très vif succès au Maroc et progresse rapidement au Moyen Orient (Palestine, Egypte et Jordanie).

En République Démocratique du Congo, on observe un développement du système financier en général, une renaissance du secteur de la micro-finance, en particulier, laquelle est marquée par l’implantation de nouvelles institutions notamment, des nouvelles Coopératives d’Epargne et de Crédit en sigle (COOPEC), les institutions de Micro-finance locales, les Institutions de micro-finance internationales et banques commerciales qui ciblent le segment de la micro-finance, et une croissance remarquable de leurs activités. Un des facteurs clés qui a favorisé le développement de ce secteur est le maintien de la paix et la stabilité socio-économique qu’a connu le pays durant cette dernière décennie.
Rappelons qu’en République Démocratique du Congo (RDC), le secteur de la micro-finance se consolide, avec l’arrivée des Institutions de micro-finance internationales, comme Hope (2004), Opportunity (2010) et FINCA (2005), l’implantation des banques de micro-finance, comme Advans (2009) et ProCredit (2005), qui ciblent les Micros-Petites et Moyennes Entreprises (MPME). Par ailleurs, on observe une prolifération des institutions de micro-finance dans des provinces phares du pays.
Malgré la croissance qu’a connue le secteur ces dernières années, le taux de pénétration reste encore très faible, et son potentiel de développement encore énorme par rapport à l’immensité du pays.
Cependant, le secteur de la micro-finance souffrirait de plusieurs maux institutionnels et suivant les types des institutions, ces faiblesses peuvent être plus au moins prononcées. Au niveau des coopératives locales, les maux les plus récurrents sont liés à la gestion de la gouvernance, aux produits qui sont peu diversifiés, à une mauvaise gestion de crédit, la déficience du système de gestion d’information et à la qualité des ressources humaines. Comme conséquence directe de ces maux, l’agrégation de l’ensemble des portefeuilles des institutions de micro-finance du secteur fait ressortir un Portefeuille à Risque à 30 jours (PAR 30) à plus de 20%, largement supérieur à la normes acceptée à l’international (5%). Cette situation a un impact direct sur la rentabilité et la liquidité des institutions avec un impact direct sur les fonds propres. Mal gérées, un grand nombre des institutions ont des fonds propres négatifs.
Dans ces conditions, il se pose une question fondamentale, celle de savoir : comment évolue les différents indicateurs qui permettent de déterminer la performance financière dans le secteur de la micro-finance en RDC ? Pour répondre à cette préoccupation, notre travail sera consacré à l’analyse du secteur à travers les indicateurs de performance.
Nous considérons que les informations financières qui sont fournies par les institutions de micro-finance, reflètent intégralement la réalité comptable et financière de ces dernières.
Pour atteindre l’objectif de notre étude qui est d’analyser la performance financière du secteur, nous avons exploité la combinaison de méthodes suivantes :

  • La méthode descriptive, nous a permis d’expliquer les différents ratios, notamment leur nature, leur mode de calcul ainsi que leur interprétation;

  • La méthode analytique, nous a permis d’analyser les données, des informations collectées auprès de différentes institutions ;

  • La méthode statistique, nous a permis de comparer les indicateurs analysées afin de voir comment ils ont évolué dans le temps ;

  • La méthode déductive, nous a permis de déduire les conclusions à partir de nos analyses effectuées.

Concernant les techniques, nous avons utilisé :

  • La technique documentaire : elle a été réalisée sur la base de la recherche documentaire, à la lecture des livres et autres ouvrages (revues économiques, rapports d’activités de la Banque Centrale du Congo (BCC), de la Banque Africaine de Développement (BAD) et du (PNUD) sur le secteur de la micro-finance, etc.) ;

  • La technique d’entretien : nous a permis de discuter avec les responsables des institutions de micro-finance et des banques ainsi que les agents du Fonds de Promotion de la Micro-finance pour connaître les points de vue de chaque institution sur les questions spécifiques de notre recherche ;

  • La technique narrative : nous a permis d’écouter et de noter les différents orateurs, conférenciers dans des séminaires, ateliers et forums relatifs à la micro-finance ;

  • Les enquêtes sur terrain : nous ont permis de recueillir les informations nécessaires sur la performance sociale des Institutions de Micro-Finance (IMF). Pour ce faire, les questions élaborées ont été orientées sur les aspects suivants :

  • Ciblage méthodologique pour les pauvres par les institutions ;

  • Renforcement du capital social des clients ;

  • Bénéfices économiques pour les clients …


L’intérêt de ce sujet est de focaliser notre attention sur les activités de l’ensemble du secteur de la micro-finance en RD Congo, qui constitue une avancée significative, une des solutions à l’amélioration des conditions de vie de la population congolaise, à leur accès aux nouveaux produits offerts par les institutions de micro-finance et à la croissance économique et à la réduction de la pauvreté.

Il y a lieu d’admettre que les résultats de la présente étude pourraient intéresser les différents acteurs particulièrement :

  • Le Gouvernement Congolais ;

  • La Banque Centrale du Congo ;

  • Les Institutions de Micro-Finance ; 

  • Les Sociétés Financières ;

  • Les Petites et Moyennes Entreprises(PME) ;

  • Les Etudiants, Enseignants et Chercheurs, etc.


1. BREVE PRESENTATION DU SECTEUR DE LA MICROFINANCE


    1. DEFINITION DE LA MICROFINANCE


Le microcrédit est également un instrument de développement pour les pays en voie de développement, se basant sur des principes de prêts de petites sommes à des agents économiques très pauvres, disposant des projets dont la rentabilité ne répond pas aux critères de garantie bancaire classique, affirme Claude SUMATA (2001, p.15).
D’après le rapport des Nations Unies (2006, p.5) le La micro-finance n’est autre que les aides, des produits financiers, les allocations des services de crédit et d’épargne aux agents économiques qui sont dans des conditions précaires, vulnérables, rejetés par le système financier formel, en vue de leur permettre de réaliser des activités génératrices de revenus et de créer des emplois et de pouvoir lutter contre la pauvreté2.
1.2. BREVE HISTORIQUE ET PRESENTATION PROPREMENT DITE DU SECTEUR DE LA MICRO-FINANCE
Le secteur de la micro-finance en République Démocratique du Congo est porté historiquement par les Coopératives d’Epargne et de Crédit (COOPEC) entre 1970 et 1990. Elles ont émergé dans le pays et se sont implantées dans des endroits reculés dépourvus de banques. En 1987, les COOPEC détenaient 7 % de l’épargne du secteur bancaire congolais. Le déclin de ces institutions a commencé dans les années 90 et des dizaines ont disparu à cause de diverses raisons liées à la gestion interne ou à l’instabilité de l’environnement externe. Les COOPEC ont perdu entre 1991 et 1993 près de 80% de leurs membres et 66% des fonds placés dans les banques de dépôts.
A l’instar du secteur bancaire, on a assisté depuis 5 ans environ à une renaissance du secteur de la micro-finance en RDC. En effet, à coté des COOPEC qui ont survécue aux années de troubles, il y a eu la création de :

  • Nouvelles Coopératives d’Epargne et de Crédit (COOPEC) ;

  • Institutions de Micro finance locales  Institutions de micro-finance ;

  • internationales (FINCA, ADVANS, Opportunity, OXUS) ;

  • Banques commerciales qui ciblent le segment de la micro-finance (ProCredit)…


A la fin de 2012, la configuration du secteur de la micro-finance en RDC se présentait comme suit :


Institutions

Nombre

COOPEC

145

Institutions de Micro-Finance (IMF) et Banques commerciales ciblant les Micros Petites et Moyennes Entreprises (MPME)


19

TOTAL

164

Source : rapport d’activités de la micro-finance BCC.
Il est remarqué que 77% des Institutions sont localisées dans le grand Kivu et à Kinshasa et 91% du total épargne est concentré dans ces deux régions. Cette concentration s’explique par les spécificités de chacune de régions ci-dessous. Dans la partie Est du pays, l’esprit entrepreneurial est solidement ancré dans la culture populaire et les Micros, Petites et Moyennes Entreprises (MPME) y sont donc assez développées. C’est ce qui a permis un développement rapide des activités de micro-finance. Le secteur de la micro-finance souffre de plusieurs maux institutionnels et suivant les types des institutions, ces faiblesses peuvent être plus au moins prononcées.
Au niveau des coopératives locales, les maux les plus récurrents sont liés à la gestion de la gouvernance, aux produits qui sont peu diversifiés, à une mauvaise gestion de crédit, la déficience du système de gestion d’information et à la qualité des ressources humaines. Comme conséquence directe de ces maux, l’agrégation de l’ensemble des portefeuilles des institutions de micro-finance du secteur fait ressortir un portefeuille à risque à 30 jours (PAR 30) à plus de 20%, largement supérieur à la norme acceptée à l’international (5%). Cette situation a un impact direct sur la rentabilité et la liquidité des institutions avec un impact direct sur les fonds propres. Actuellement, un grand nombre des institutions ont des fonds propres négatifs.
2. DYNAMISME DU SECTEUR DE LA MICRO-FINANCE EN RDC : PERFORMANCES FINANCIERES
  1   2   3   4

similaire:

Résumé Le secteur de la micro-finance en République Démocratique du Congo, de 2006 à 2011, indique de façon claire un accroissement rapide iconLa satisfaction des clients avec les services des Institutions de...

Résumé Le secteur de la micro-finance en République Démocratique du Congo, de 2006 à 2011, indique de façon claire un accroissement rapide iconPays bénéficiaire République Démocratique du Congo Pouvoir adjudicateur

Résumé Le secteur de la micro-finance en République Démocratique du Congo, de 2006 à 2011, indique de façon claire un accroissement rapide iconPointe Noire République du Congo  (242) 06 621 78 78 / e-mail :...

Résumé Le secteur de la micro-finance en République Démocratique du Congo, de 2006 à 2011, indique de façon claire un accroissement rapide iconRepublique algerienne democratique et populaire

Résumé Le secteur de la micro-finance en République Démocratique du Congo, de 2006 à 2011, indique de façon claire un accroissement rapide iconRepublique algerienne democratique et populaire

Résumé Le secteur de la micro-finance en République Démocratique du Congo, de 2006 à 2011, indique de façon claire un accroissement rapide iconRepublique algerienne democratique et populaire

Résumé Le secteur de la micro-finance en République Démocratique du Congo, de 2006 à 2011, indique de façon claire un accroissement rapide iconRepublique algerienne democratique et populaire

Résumé Le secteur de la micro-finance en République Démocratique du Congo, de 2006 à 2011, indique de façon claire un accroissement rapide iconAtlas de la conservation des arbres soumis à l’exploitation en Afrique...

Résumé Le secteur de la micro-finance en République Démocratique du Congo, de 2006 à 2011, indique de façon claire un accroissement rapide iconRepublique algerienne democratique et populaire
«izourar fidhourar» face à la main géante thaletat chatouillant l’inspiration de nos artistes

Résumé Le secteur de la micro-finance en République Démocratique du Congo, de 2006 à 2011, indique de façon claire un accroissement rapide iconRéférence du projet : ao2010-517926 Dephy
«guidées» par les analyses météorologiques – est une façon de progresser vers l'accroissement du réalisme des modèles de climat





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com