Cours : Mme ribet





télécharger 93.04 Kb.
titreCours : Mme ribet
date de publication10.10.2017
taille93.04 Kb.
typeCours
m.20-bal.com > histoire > Cours

Cours : Mme RIBET

PLAN



  1. Définition du plâtre.

  2. Les buts.

  3. Les indications des plâtres.

  4. Les différents types de contention.

  5. Les critères d’un bon plâtre.

  6. Le matériel utilisé.

  7. La préparation du patient.

  8. La réalisation du plâtre.

  9. La surveillance du plâtre circulaire.

  10. La surveillance d’un patient porteur d’un plâtre circulaire.

  11. la prévention des complications.

  12. L’installation du patient.

  13. Les informations à donner au patient.

  14. L’ablation du plâtre.

  15. Conclusion


Prise en charge infirmière

d’un patient porteur d’un plâtre

Les objectifs


  • Assurer le confort du patient.

  • Connaître le matériel spécifique à la confection d’un plâtre

  • Connaître les éléments de surveillance d’un patient porteur d’un plâtre

  • Prévenir et dépister les complications dues à une compression.

  • Savoir expliquer au patient la surveillance et la prévention des complications.


Actes infirmiers

Article R. 4311-5

Dans le cadre de son rôle propre, l'infirmier ou l'infirmière accomplit les actes ou dispense les soins suivants visant à identifier les risques et à assurer le confort et la sécurité de la personne et de son environnement et comprenant son information et celle de son entourage :

12° Installation du patient dans une position en rapport avec sa pathologie ou son handicap;

23° Prévention non médicamenteuse des thromboses veineuses;

27° Recherche des signes de complications pouvant survenir chez un patient porteur d'un dispositif d'immobilisation ou de contention;


Actes prescrits


Article R. 4311-7

L'infirmier ou l'infirmière est habilité à pratiquer les actes suivants soit en application d'une prescription médicale qui, sauf urgence, est écrite, qualitative et quantitative, datée et signée, soit en application d'un protocole écrit, qualitatif et quantitatif, préalablement établi, daté et signé par un médecin :

12° Ablation des dispositifs d'immobilisation et de contention ;
Article R. 4311-10

L'infirmier ou l'infirmière participe à la mise en oeuvre par le médecin des techniques suivantes :

7° Pose de systèmes d'immobilisation après réduction ;

Diagnostics infirmiers

Les cibles prévalentes


Altération de la mobilité physique




Atteinte ou risque à l’atteinte à l’intégrité de la peau




Atteint à l’intégrité des tissus




Risque de constipation




Déficit de soins personnel : difficulté à effectuer les soins d’hygiène, de s’alimenter, de se vêtir, se dévêtir.




Mobilité physique réduite




Mobilité réduite au lit





Les connaissances à mobiliser





  1. Définition du plâtre.

  2. Les buts.

  3. Les indications des plâtres.

  4. Les différents types de contention et les particularités de leur maniement.

  5. Les critères d’un bon plâtre.

  6. Le matériel utilisé.

  7. La préparation du patient

  8. La réalisation du plâtre.

  9. Les complications du plâtre circulaire.

  10. La prévention des complications.

  11. Les informations à donner au patient.

  12. L’ablation du plâtre.


  1. Définition du plâtre


Le plâtre est un moyen de contention permettant l’immobilisation d’un membre, d’un segment de membre ou d’une articulation.



  1. Les buts


Le plâtre sert à :

    • Immobiliser

    • Maintenir

    • Contenir

Afin de permettre la restauration du membre lésé afin de favoriser la formation d’un cal osseux.



  1. Les indications des plâtres


Le plâtre est utilisé dans le cas de :

    • Fractures

    • Entorses

    • Luxations



  1. Les différents types de contention


Suivant la localisation de la fracture le plâtre sera différent.

Il existe :

    • Les plâtres ouverts :

      • les gouttières pour les membres

      • les coquilles pour le tronc

    • Les plâtres circulaires (avec une fenêtre si blessure) pour les membres supérieurs et inférieur, mais également pour le tronc que l’on appellera un corset.


Pour les fracture de l’épaule ce sont des attèles qui sont utilisées. . Ce sont des attèles en polyamide, en polypropylène. Elles sont légères. Ce sont des contentions qui augmentent le confort du patient et permettent une rééducation précoce.


  1. les critères d’un bon plâtre.


Le plâtre doit être :

      • Léger et solide

      • Immobiliser rigoureusement et fonctionnellement les parties osseuses qu’il recouvre. (sus et sous adjacentes qu’il recouvre)

      • Confortable

      • Pas blesser la personne.



  1. Le matériel utilisé.




    • Des bandes de plâtre ou des bandes de résine

10 cm pour poignet et chevilles

15 cm pour le coude

    • Du jersey tubulaire, 5 cm pour le poignet et

7 cm pour le coude et la cheville

    • Du matériel de rembourrage (bande de ouate) : Velband

    • Un bac à tremper

    • De l’eau tiède

    • Une talonnette

    • Instruments (ciseaux, scie, pour l’ablation : pinces écarteur)

    • Un tablier

    • Un absorbex ou alèse à usage unique

    • Du savon antiseptique pour nettoyer

    • Une tondeuse



  1. La préparation du patient




    • Rassurer le patient

    • L’installer confortablement car doit rester jusqu’à la consolidation du plâtre.

    • Lui expliquer ce qui va être fait

    • Le protéger correctement avec l’absorbex

    • Le raser si nécessaire

    • Désinfecter la plaie si besoin

    • Faire un pansement si nécessaire.

    • Au niveau du membre supérieur enlever les bagues à cause des oedèmes.




  1. La réalisation du plâtre


Le plâtre est fait par le médecin aidé de l’infirmier.
Il faut :

    • Poser le jersey qui doit être adapté au membre à plâtrer.

    • Le jersey doit être sans plis.

    • Rembourrer les parties osseuses saillantes avec les bandes de ouate.

    • Faire tremper dans l’eau tiède les bandes de plâtre de largeur suffisante en fonction de la partie à plâtrer.

    • Essorer.

    • Appliquer en circulaire et renversés en quantité suffisante sans serrer.

    • Le modeler pour qu’il soit adapté au relief osseux.

    • Lisser correctement pour chasser l’air qui reste afin de rendre le plâtre plus solide et qu’il soit esthétique.

    • Attendre qu’il sèche environ 10 min pour qu’il garde la forme qu’on lui a donné.

    • Si besoin faire une fenêtre au bout de ces 10 min.

    • Le séchage sera complet au bout de 36 à 48 h pour le plâtre et 4 h pour la résine.

    • Un plâtre encore humide doit toujours être posé sur un plan dur et jamais sur un reborde de table ou un dossier de chaise.

    • Le plâtre doit sécher à l’air libre pour permettre l’évaporation naturelle (pas de chaussette ou de couverture.).

    • Ne jamais utiliser de séchoir pour accélérer le séchage car le plâtre emmagasine la chaleur et des brûlures sont possibles.



  1. La surveillance du plâtre.


Elle est immédiate et se réalise tout d’abord par :

    • Une radio de contrôle après la réalisation du plâtre.

    • Noter la date de pose du plâtre et

    • la date de l’ablation du plâtre.



  1. La surveillance d’un patient porteur d’un plâtre.


La surveillance d’un patient plâtré doit être rigoureuse surtout les premiers jours. L’infirmier doit savoir prendre en compte toutes les plaintes du patient et connaître tous les signes de compression :


  • La surveillance locale :

Le risque majeur est l’œdème qui va entraîner une compression vasculo-nerveuse : c’est le syndrome de VOLKMANN qui se rencontre surtout au niveau des membres supérieurs mais peut exister au niveau des membres inférieurs. La main prend la position d’une griffe. C’est irréversible et se fait très rapidement dans les 4h.

Pour cela il est important de surveiller :

  • La chaleur des extrémités. Elles ne doivent pas devenir froides.

  • La coloration : il ne doit pas y avoir la présence de cyanose.

  • La sensibilité : il ne doit pas y avoir de fourmillements.

  • La mobilité : les doigts doivent bouger.

  • Les pulsations qui doivent être présentes.

  • Les douleurs : ne doivent pas être présentes

  • Les oedèmes : les extrémités ne doivent pas être oedématiées, mais doivent diminuer. Dans ce cas le plâtre peut flotter. Il devra donc être modifié.

  • L’odeur : il ne doit pas y avoir d’odeur dans ce cas ce qui peut être le signe d’une nécrose ou d’une infection de la plaie sous le plâtre.


L’apparition d’un seul de ces signes nécessite la lever de la compression très rapidement.

Soit il faut :

    • Enlever le plâtre,

    • Ouvrir le plâtre sur toute sa longueur

    • Echancrer les extrémités trop serrées

    • Confectionner une fenêtre au point douloureux.




        • La surveillance générale :

          • Prévenir les complications liées à l’immobilisation :

                • Cutanées : avec les risques d’escarres par compression cutanée.

                • Thromboemboliques : avec des risques de phlébite et d’embolie pulmonaire

                • Problèmes : Digestifs : par constipation

                • Respiratoires : par risques encombrement ou gène respiratoire

                • Urinaires : par risque stase urinaire qui peut entraîner une infection.

  1. La prévention des complications




    • Surveiller que le plâtre ne soit pas trop large après la fonte des oedèmes

    • Surveillez qu’il n’y ait pas d’apparition d’odeur provenant du plâtre révélatrice d’une nécrose ou d’une infection de la plaie.

    • Administrer et surveiller le traitement aux anti-coagulants préventifs.

    • Lever le patient et l’installer au fauteuil le plus tôt possible.

    • Apprendre au patient à utiliser les béquilles.

    • Conseiller au patient de faire des contractions musculaires, de mobiliser les orteils ou les doigts de la main, les articulations, des membres qui ne sont pas plâtrés.



  1. L’installation du patient


Pour le membre supérieur :

  • Il est important que le membre soit maintenu dans une écharpe pour la journée.

  • La nuit mettre le membre surélevé sur un oreiller.

  • Installer le patient confortablement et l’aider au moment des repas pour couper la viande, peler les fruits, ouvrir les yaourts…

  • Au moment de la toilette.


Pour le membre inférieur :

  • Avoir un matelas assez ferme.

  • Surélever les pieds du lit.

  • Placer des oreillers sous tout le plâtre afin que la talon ne soit pas en contact avec le matelas.

  • Prévoir un perroquet pour qu’il puisse se soulever plus facilement.

  • Pour lever le patient le faire tourner vers le côté mobile ou sain.

  • Poser un arceau pour éviter le poids des drap et couvertures et surtout au début pour lui permettre de sécher.

  • Si le plâtre est haut, protéger le plâtre lors des mictions et des défécations par une alèse à usage unique.

  • Lors de la toilette l’installer devant le lavabo en position assise en prévoyant un tabouret pour allonger la jambe. Installer à portée de main tout le nécessaire de toilette. L’aider à faire le dos et masser les points d’appui.



  1. Les informations à donner au patient


Que le patient rentre chez lui ou qu’il soit hospitalisé il est important de lui donner les informations nécessaires au dépistage des complications d’un plâtre circulaire et les conseils utiles au maintien d’un plâtre efficace.

Un protocole écrit pourra être distribué afin que le patient puisse le consulter souvent.
Il faudra :


    • Préciser le temps de séchage

    • Expliquer qu’en séchant le plâtre va devenir léger

    • Qu’il n’y ait pas d’appui pendant 48 h

    • Un plâtre encore humide doit toujours être posé sur un plan dur et jamais sur un reborde de table ou un dossier de chaise.

    • Le plâtre doit sécher à l’air libre pour permettre l’évaporation naturelle (pas de chaussette ou de couverture pour éviter de garder l’humidité.),

    • Ne jamais utiliser de séchoir pour accélérer le séchage car le plâtre emmagasine la chaleur et des brûlures sont possibles.

    • Donner les précaution à prendre pendant le transport.




    • Ne pas mouiller le plâtre.

    • Ne pas prendre de bain.

    • Protéger le plâtre avec des sacs de plastique pour prendre sa douche.

    • Garder le plâtre le plus propre possible. Il est possible de mettre une chaussette ou un jersey.

    • Assurer la propreté de la région périnéale, des aisselles,

    • Eviter la macération

    • Assurer des préventions d’escarres au niveau du bord du plâtre et des points d’appuis.




    • Expliquer la surveillance des signes de compression.

    • Connaître les signes de compression : les signes du syndrome de Volkmann : absence de pouls, membre blanc ou cyanosé, froid, douleurs pulsatiles, fourmillements, odeur fétide, œdème.

    • Revenir aux urgences au moindre signe anormal.




    • Mettre le membre en position déclive le plus souvent possible.

    • Eviter les station debout prolongées

    • Assis ne pas laisser pendre le plâtre mais le reposer sur une chaise

    • Dès que la fracture sera moins douloureuse, il pourra se mobiliser.

    • Mobiliser les articulations




    • Ne pas passer d’objet entre le plâtre et le membre, aiguille à tricoter ou autre, faire sur tout attention chez les enfants avec les jouets de petite taille.




    • L’alimentation doit être pauvre en lipides et en glucides rapides pour éviter de prendre du poids, mais riche en protéines pour maintenir les muscles, en calcium pour accélérer la fabrication osseuse et en fibres pour faciliter un transit intestinal.




    • Poursuivre le traitement aux anticoagulants en sous cutanée à heure régulière, tous les jours.

    • Prévenir le médecins au moindre signes de saignements




    • Revenir aux dates fixées par le médecins pour les consultations de contrôle et enlever le plâtre.



  1. L’ablation du plâtre.


Elle se fait :

    • Par le médecin,

    • Après un temps nécessaire de consolidation.

    • Après une radio de contrôle pour s’assurer que le cal osseux est complet et suffisant.

    • L’ablation du plâtre se fait à l’aide :

  • d’une scie à plâtre électrique,

  • de cisaille et

  • d’écarteur.


Il faut

    • Installer le patient confortablement,

    • Le rassurer,

    • Mettre une protection.

    • Scier le plâtre ;

    • A l’aide des écarteurs, écarter les berges du plâtre.

    • Couper ensuite le jersey.

    • Oter le plâtre avec précaution.


Après l’ablation du plâtre assurer des soins de la peau. Il est possible d’appliquer de la vaseline. Il faut enlever les croûtes si il y en a, et faire des pansements si besoin. La vaseline pourra être gardée 12 à 24 h sous une bande afin d’enlever tout reste de croûtes. Si possible un bain redonnera un aspect normal à la peau.

Après l’ablation du plâtre une rééducation en centre spécialisé sera nécessaire pour combattre : l’amyotrophie et l’ankylose.



  1. Conclusion.


Le plâtre est un geste médical.

Un plâtre mal fait peut entraîner des complications graves et par fois irréversibles qui engage la responsabilité du médecin.

En cas de mal formation ou d’infection il peut être poursuivi.

D’un point de vue médico-légal, un défaut de surveillance par l’infirmier est considéré comme une faute professionnelle.
La prise en charge infirmière porte sur :

    • Le dépistage des complications

    • La prévention des complications

    • L’installation du patient

    • L’information du patient


La surveillance d’une personne porteuse d’un plâtre.

Complications / Problèmes

Causes / Etiologies

Symptômes / Signes

Surveillance / Actions

  • Les compressions

    • Cutanées

    • Vasculaires

    • Nerveuses

Syndrome de VOLKMANN

      • L’œdème

      • La malformation du plâtre :

      • Trop séré

      • Mal rembouré

        • Absence de pouls

        • Douleurs pulsatives

        • Membre froid

        • Blanc puis cyanosé

        • Fourmillements

        • Odeur fétide dans les

stades avancés.

        • Pouls radial : prise de pouls

        • Apparition de douleurs :

interrogatoire

        • Vérifier la température,

couleur, l’odeur

        • Sensibilité des extrémités :

toucher la personne

Si doutes il faut appeler

le médecin ou même déposer

le plâtre

        • L’ankylose

        • La raideur



        • L’amyotrophie

        • Due à l’immobilisation de

l’articulation


        • L’inactivité musculaire.

        • Douleurs


        • Mobilité du plâtre




        • Prévention des positions

vicieuses : membre en positions

physiologiques et en légère flexion.

        • Mobilisation active des muscles

sous le plâtre

        • Mesurer l’efficacité du plâtre

si il est devenu trop grand le

refaire.
Surveillance locale

Surveillances générales


Complications

Causes

Symptômes

Surveillanes / Actions

  • Stase :

    • Cardio-vasculaire

      • Phlébite

      • Embolie pulmonaire

        • Immobilisation

        • Fébricule

        • Rougeur

        • Tachycardie

        • Anxiété

        • Douleurs au mollet

        • Perte du ballottement

        • Température




        • Pouls

        • Anxiété

        • Faire l’anticoagulation

  • Escarres

  • Compression

  • Modification cutanée

  • surveiller les points de

compression faire des PE

  • Stases :

  • Rénale



  • Digestive


  • Pulmonaire

    • Immobilisation

    • Oligurie

    • Cystite

    • Colique néphrétique




    • Constipation


    • Encombrement

    • Gène respiratoire



    • Surveillance de la diurèse

    • Faire boire +++

    • Interrogatoire




    • Riche en fibres,

    • Surveillance des selles

    • Laxatif doux




    • Surveiller la respiration




    • Faire tousser, cracher




    • Aérosol









D.A. / Module de traumato / Les plâtres / Février 2006 / 1ère et 2ème année /

similaire:

Cours : Mme ribet iconCours : Mme ribet

Cours : Mme ribet iconCours : Mme ribet la thermoregulation

Cours : Mme ribet iconCours : Mme ribet prise en soin d’une personne ¨pour amygdalectomie

Cours : Mme ribet iconRapport annuel 2013 du service public d’élimination des déchets
«Julie» foulquier, Mme Colette piveteau, M. David neveur, Mme Perrine pignol, M. Claude devaux, M. Guy Messager, M. Pierre nivois,...

Cours : Mme ribet iconConseil municipal du 10 decembre 2014
«Julie» foulquier, M. Frédy melle, Mme Colette piveteau, M. David neveur, M. Claude devaux, M. Guy Messager, M. Pierre nivois, Mme...

Cours : Mme ribet iconMM. Didier miriel, Mme Marie-Line hercouet, Mme Nicole despres, Mme...
«Le Bas Bourg». Le montant des travaux s’élève à 13 535,00 € ht, soit 16 242,00 € ttc et fera l’objet d’un financement par la commune,...

Cours : Mme ribet iconMme Ahajji et Mme Hilger Mme Conraux

Cours : Mme ribet iconCours : Mme F. Blanc

Cours : Mme ribet iconCours de mme tenenbaum
«bis». IL n’y aura pas de résumé ou topo du cours présenté par le(a) chargé(e) de td au début de chaque séance. Le cours doit donc...

Cours : Mme ribet iconRelative à la protection de l’enfance
«La protection de l‘enfance et l’adoption» à l’initiative de la sénatrice Mme Michelle Meunier en s’appuyant non seulement sur le...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com