24/02/06: Nous nous disons pour la première fois notre amour





titre24/02/06: Nous nous disons pour la première fois notre amour
page1/40
date de publication11.10.2017
taille1.2 Mb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > histoire > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   40
21/01/06

Les moments clefs

21/01/06:  Inscription de mon Maître et Amant sur Rêves de femme

02/02/06:  Premiers véritables échanges épistolaires

12/02/06:  Premier chat et échange de nos photos

14/02/06:  Premier mail autoritaire de mon Maître et Amant et apparition de Mr Chacal
               Première communication téléphonique

17/02/06:  Décision de nous voir

24/02/06:  Nous nous disons pour la première fois notre amour

01/03/06:  Notre première rencontre

14/03/06:  Première véritable crise suite à mon RdV avec G.
               Ma promesse de n'appartenir qu'à mon maître et de lui réserver l'exclusivité de mon corps
               Sa promesse en retour de prendre soin de moi et de pas m'abandonner

15/03/06: Deuxième rencontre non planifiée. Journée à la boutique.

18/03/06: Je fais part de mes doutes à mon Maître

19/03/03: Départ de Mr Chacal. Il n'y a plus que mon maître et moi, sa chienne

24/03/06: Création du blog pour te dire à toi mon Maître chacune de mes pensées et ne rien te cacher

25/03/06: Première conversation vidéo sur Msn

10/04/06: Deuxième journée rien que pour nous
              Tu m'offres
                       - Ma médaille où tu as fait graver "Nickie propriété de A"
                       - Et des anneaux pour mes seins
             Le soir nous allons au restaurant

19/04/06: Je rencontre "incognito" ta femme

21/04/06: Je dévoile à Alexandre ton existence

22/04/06: A ton tour tu dévoiles à ta femme mon existence et lui dis tout de ce qui nous unit

01/05/06: Je dis à Alexandre toute l'intensité de notre amour en lui faisant lire "nos" confidences

10 et 11/05/06: Nous passons 2 jours ensemble et donc aussi notre première nuit
                      Pose de mes anneaux vulvaires
                      Première promenade de ta chienne
                      Premières photos

13/05/06: Annie et moi échangeons quelques mots en vidéo via msn

23/05/06: Nouvelle journée au magasin
              Nos premiers achats au sex shop
              Tu m'offres un magnifique rosebud
              Alexandre et toi faites connaissance en ma présence à la boutique

02/06/06: Alexandre écrit à Annie

03/06/06: Conversation téléphonique de quelques minutes avec Annie

17/06/06: Annie et moi avons notre première véritable conversation téléphonique sans que tu sois là.

20 et 21/06/06: 2 jours pour nous dont un après-midi à la plage ensemble

13/07/06: Nous passons une nouvelle journée ensemble
              Le soir tu me ramènes à la maison où tu bois un café avec Alexandre

28/07/06: Annie, Alexandre, Toi et moi partageons notre premier repas tous les 4 ensemble à la maison.
              A midi, déjà, déjeuner avec Annie

09/08/06: Nous passons notre troisième nuit ensemble mais, pour la première fois, c'est moi qui viens te rejoindre

21 et 22/08/06: 2 jours pour nous à Aix où notre relation prend un nouveau tournant

24/08/06: Rupture et nouveau départ

06/09/06: Une nouvelle journée ensemble où je t'abandonne tout de moi

26/09/06: Tu me dis que tu ne m'aimes plus

03 et 04/10/06: Nous passons deux jours à Avignon (notre dernière nuit)

09/10/06: Fin de l'histoire

03/02/06

Mail

De : Alain
Date : 02/03/06 22:29:07
A : Christine
Sujet : Pourquoi pas la lune 

Bonsoir Christine, 

En relisant le dernier mail que je vous ai envoyé, je me suis senti nul ! 

Et je ne peux pas résister au besoin que j'éprouve de me justifier, et de vous expliquer tout ce que j'ai bêtement résumé dans le terme "j'adore" en parlant de "pourquoi pas la lune". 

Depuis hier, je ressasse et je m'en veux en vous imaginant lire mon message et croire à une légèreté, une incompréhension de part à cause de ce vocabulaire galvaudé. 

Je suis comme ça. Parfois je vais trop vite en besogne, et après je regrette, mais c'est trop tard (ça ne vous rappelle rien ?). 

Peut-on "adorer" les souffrances que vous avez endurées dans cette histoire d'amour ? Certainement pas. Alors acceptez de prendre connaissance de ces quelques lignes pour me rattraper :

Les deux personnages qui sont en vous sont déroutants. Le premier, celui de la femme à la recherche du sexe est sans doute celui qui vous vaut le plus de lettres, d'envies de rencontres, de rendez-vous charnels. Il est plaisant et excitant (surtout pour tout homme normalement constitué), et je ne vous cache pas que je suis tombé sous le charme dès mes premières visites sur votre site. Les choses seraient tellement simples s'il n'y avait que lui. Mais il y a le second personnage à la recherche d'autre chose (l'amour ? la liberté ? l'envie de ne pas passer à côté (de quoi ?)). Pour celui-là, les choses sont tellement plus compliquées. 

Pour revenir à "Pourquoi pas la lune", ce que je voulais dire, c'est que sans vous connaître vraiment, sans connaître Pierre, sans connaître Alexandre, j'ai souffert avec vous Christine. Vous avez su raconter de façon poignante votre histoire. Pourtant, je ne suis pas du genre à "fondre" pendant un film, mais j'ai ressenti dans mes tripes aussi bien votre bonheur que vos souffrances. En un mot, j'ai vécu en vous le temps de ma lecture (et même après). 

Voilà. 

Comme je ne voudrais pas terminer ce message sur un air de spleen, à cause de ce p... de verbe adorer, je conclurai donc par cette note plus légère en rappelant le premier sens du verbe adorer : "Rendre des honneurs à Dieu, à une divinité" (sic). Et vous êtes divine Christine !

De : Christine

Date : 02/04/06 02:17:19

A : Alain

Sujet : Réf. : Pourquoi pas la lune

Bonsoir, 

Rassurez-vous, je n'ai absolument pas trouver votre avant dernier mail nul. Au contraire. J'ai été très touchée de ce que vous ayez pris la peine de vous procurer "pourquoi pas le lune" et de le lire. 

Peu le font se contentant de rester à la surface des choses. Qu'il vous ait plu me touche encore plus. Quant à votre façon de m'en parler.... 

Écrire ce livre a été pour moi une exutoire. Une façon d'exorciser mes démons et mettre à plat, comme vous l'avez si bien compris, mes contradictions. Pas évident de concilier tout cela. 

Mais bon maintenant ça va. J'assume....  et je suis repartie de l'avant. Après tout "je suis comme je suis, je suis faite comme ça... est-ce ma faute à moi..." dit le poème. L'important est d'être en accord avec ce qu'on est et pour moi c'est maintenant le cas. Je me suis réconciliée avec moi-même dirons-nous après être passée par une période de durs combats qui m'ont valu quelques expériences (assez dures) décrites dans " confidences impudiques". Expériences que je ne regrette pas même si aujourd'hui cela me semble assez déraisonnable. Je suis revenue à des choses qui, même si elles sont loin d'être conventionnelles, sont néanmoins beaucoup plus soft. (Encore que.... je dois bien avouer que parfois....)

"Je suis comme ça. Parfois je vais trop vite en besogne, et après je regrette, mais c'est trop tard" comme je me disais "Tiens donc!!!" en lisant cette phrase j'en suis arrivée à la fin et j'ai souri. Aurions-nous des points communs, cher monsieur? Le goût de l'aventure et de la quête sans fin. Mais le plus passionnant n'est-il pas le voyage et je ne suis pas (plus) pressée d'en arriver au terme. 

Au fait, Alain est-il votre prénom? 

A très bientôt 

Christine 

12/02/06

Mail

De : Alain
Date : 02/11/06 23:13:49
A : Christine
Sujet : Intense

Tu es toute excusée (c'est moi qui suis trop exigeant : dès que je t'envoie un message, j'attends déjà ta réponse). Et puis, après avoir reçu ton envie de me dire bonjour de ce matin qui m'est allée droit au cœur, je pouvais patienter un peu. .....

Le message risque d'être un peu long, mais j'ai tellement à te dire.

Commençons par ton message. Il me semble que nous nous recevons 5 sur 5, tous les deux. Et c'est génial. Au risque de répéter tes dires, j'aime ce qui se passe en ce moment entre nous, et cette mise à nu réciproque.

Et j'ajoute au risque moi aussi de te choquer par ma franchise : « A peine, une semaine que nous nous connaissons et déjà tu commences à occuper une part non négligeable dans mes pensées. Dangereux cela. » Te souviens-tu ? (p49 si tu as oublié). Aujourd'hui, je pourrais faire cette phrase mienne. C'est peut-être là, la seule chose qui m'inquiète.

...........

Pour poursuivre mes réactions à ton courrier, je te dirais ces quelques phrases brèves que je te laisse décoder :

-         .........

-         Tu recherches l'homme idéal qui soit à la fois un ami, un amant et un maître. Ta proposition me tente terriblement, mais je crains de ne pas être à la hauteur ?

.......

Voilà quand tu parlais de franchise, d'intimité, et de se dévoiler sans pudeur, je crois qu'on y arrive tous les deux sans se forcer (au fait Poissons et Balance, ça donne quoi comme type de relations). Nous avons le même besoin, la même envie. Ce bout de parcours ensemble nous fait du bien. Je ne sais pas où la route nous emmènera, et je n'ai pas encore envie de le savoir. Mais il faut être vigilant, Christine : Si l'un de nous doit changer de cap, il devra ménager l'autre, parce que ça pourrait le faire souffrir énormément.

Intense tout ça, non ?

De : Christine
Date : 02/12/06 03:02:11
A : Alain
Sujet : Réf. : Intense

Une confidence: moi aussi dès que j'envoie un message j'attends avec impatience une réponse. "Dangereux ça" ? Sans doute. Mais que serait la vie sans un peu de danger?  "Un long fleuve tranquille"  très ennuyeux.... Et ça franchement, je n'en ai nulle envie. Je dois même dire que c'est en fin de compte ce qui m'effraye sans doute le plus. Comme un avant goût de la mort. Et là, j'ai vraiment tout mon temps.

............

Nous nous verrons... un jour... sans doute... j'en suis convaincue. Et j'aime cette idée. Mais prenons notre temps et ne précipitons pas les choses.

J'aime cette lente découverte que nous faisons l'un de l'autre. Cette approche... ce travail (le mot ne me semble pas adéquat mais je n'en trouve pas d'autre) de séduction en oeuvre entre nous. Où cela nous mènera-t-il? Il est encore trop tôt, tu as raison,  pour le dire. Nous verrons bien. Prenons le temps de mieux nous connaître. Mais ne m'entraîne pas sur des rivages que tu n'as nulle envie d'atteindre. Tout est possible, il suffit de le dire, l'amitié, la complicité.... plus... peut-être.

.............

De : Alain
Date : 02/12/06 07:59:57
A : Christine
Sujet : Et toi comment es-tu?

On s'est manqué de peu cette nuit (je suis allé me coucher vers 1h30, j'ai très mal dormi. Je tourne, je vire dans le lit. Il est 6h30, je me lève sans bruit et je reviens à l'ordinateur). Je ne pensais pas avoir déjà 2 messages de toi. C'est merveilleux.

Merci pour toutes ces indications te concernant dans le premier..........

Pour ton second message, laisse-moi un peu de temps pour y répondre. Quelques commentaires immédiats tout de même : Après t'avoir écrit, j'ai effectivement trouvé que j'étais peut-être allé un peu trop vite (on a le même défaut tous les 2), j'ai un instant regretté, mais finalement j'assume. Ne nous sommes nous pas engagés dans une franchise réciproque ? Et tout ce que je t'ai écrit, je le pense sincèrement. Mais tu as raison, laissons le temps faire son œuvre.

Quant aux fameux rivages, es-tu si certaine que je n'ai nulle envie de les atteindre ?........
13/02/06

Mail

De : Christine
Date : 02/13/06 10:58:35
A : Alain
Sujet : Réf. : Avons-nous bien fait hier..................................... ?

Ouf, me voilà rassurée....

La première chose que j'ai faite ce matin en me levant a été d'aller voir s'il y avait un message de toi. Il y en avait un. J'ai réussi à réfréner ma curiosité et mon impatience et je ne l'ai pas ouvert tout de suite préférant faire durer cet instant où je ne sais pas encore ce que tu m'as écrit et où je vais le découvrir..... Un instant délicieux qui me fait sourire..... J'ai donc attendu d'être douchée, maquillée, habillée et prête à partir au boulot. Un bon début de journée.....

Tu as raison. Est-ce vraiment raisonnable? Peut-être pas. Par contre, je ne pense pas que ce soit dangereux. Du moins pas encore. Et si ça le devient nous le saurons bien assez tôt et je suis convaincue que nous saurons alors agir en conséquence avant que ça ne risque de faire mal. Mais je crois que nous sommes suffisamment adultes (à 50 ans et... plus c'est le moins me diras-tu même si nous avons conservé en nous des élans d'adolescents) et tenons suffisamment à nos conjoints respectifs, pour éviter cet écueil.

J'ai envie de profiter de ce qui se passe entre nous. Sans trop me poser de questions. C'est tellement bien de te parler, de t'écrire, de te lire. Je dois dire que j'ai été quelque peu étonnée (très agréablement bien sûr) par l'homme que j'ai découvert que "balade..." ne laissait pas vraiment présager.

14/02/06

Mail

De : Alain
Date : 02/14/06 10:13:15
A : Christine
Sujet : Message "labellisé sérieux" contenant du "déraisonnable"

Ma Douce Christine,

Difficile exercice qui m'attend, je vais tenter te donner mon ressenti sur tes messages profonds (du 11 et du 12 février), et me mettre à nu sur ces mêmes sujets. C'est plus difficile que de parler de la couleur de tes yeux, Petite Noisette.

En plus depuis ton message il s'est passé tellement de choses, je t'ai parlé en live, je t'ai vu...

Bon je me lance :

« Que serait la vie sans un peu de danger ? ». Bravo, tu m'as remis les idées en place, et j'adhère à ton adage d'autant que même si je voulais fuir, il me serait impossible aujourd'hui de "t'abandonner", de laisser en plan ce que nous sommes en train de construire et qui nous donne tant de plaisir. Je nous vois comme deux enfants sur la plage, construisant leur château de sable. Nous bâtissons intuitivement (peut-être naïvement), sans connaître par avance le résultat, et nous sommes émerveillés par la tour, le pan de mur que l'autre édifie et que nous utilisons pour soutenir la partie du monument que nous érigeons à notre tour. Je suis incapable de te dire à quoi ressemblera le château à la fin, mais je suis persuadé qu'il sera magnifique, beaucoup plus beau que si nous l'avions construit seul, chacun de notre côté. Il faut juste prendre soin de le protéger des vagues et du piétinement des baigneurs. Pour cela construisons-le à l'abri dans un coin tranquille, juste pour nous deux.

« Mais ne m'entraîne pas sur des rivages que tu n'as nulle envie d'atteindre. » J'ai peur d'avoir mal interprété ta phrase lors de ma première réponse. Tu voulais peut-être simplement me dire «  Ne me fais pas miroiter de belles choses, si tu sais que tu m'abandonneras en route». Dans ce cas, je comprends tes craintes mais compte sur ma sincérité, je ne te raconterai pas d'histoires. Et j'en attends autant de toi.

Quoiqu'il en soit, cette folle relation qui se construit entre nous, je la déguste, je la savoure, et j'en redemande, sans savoir où elle nous mènera (je me répète), mais c'est tellement bon !

.................

Et pour finir, il y a eu le 21 janvier : « Vous venez de vous inscrire comme auteur pour le webzine : Rêves de femme. Votre pseudo est :AlexCordal ». Tu connais la suite ! Rassure-toi, je ne regrette rien, et si c'était à refaire, je le referai. Paradoxalement notre rencontre a provoqué en moi des sensations opposées, le négatif d'abord, et je m'en suis déjà expliqué : le sentiment au vu de tes expériences d'être passé à côté de quelque chose. Heureusement, il y a le positif, les moments passés à te séduire (j'ai adoré ! D'autant que j'ai réussi, il me semble), cette relation qui s'est établie entre nous, et ... la suite à venir, irrationnelle ? Probable ? Possible ? Réelle ? L'avenir nous dira quel était le bon adjectif.

Voilà, tu sais tout (pas facile, j'ai la gorge serrée)................

.................

Bises.

Alain
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   40

similaire:

24/02/06: Nous nous disons pour la première fois notre amour iconAprès un cycle III riche en péripéties
Il suffit que nous parlions d'un objet pour nous croire objectifs. Mais par notre premier choix, l'objet nous désigne plus que nous...

24/02/06: Nous nous disons pour la première fois notre amour iconNous prions notre lecteur de nous tenir pour excusé : nous nous sommes...

24/02/06: Nous nous disons pour la première fois notre amour iconAdresse postale
«vous» ou «votre» vous concerne en tant qu’utilisateur du site. Toute référence à «Gueule d'amour», «nous» ou «notre» désigne l'entreprise...

24/02/06: Nous nous disons pour la première fois notre amour iconUne plateforme idéale pour échanger sur les partenariats commerciaux franco-suisses
«Pour nous, ce prix récompense aussi notre internationalisation. Notre implantation en Suisse est une première étape dans notre expansion...

24/02/06: Nous nous disons pour la première fois notre amour iconCite+ : une entreprise particulierement engagee dans le developpement durable !
«Nous sommes limités en quantité et nous ne pouvons stocker plus de 90 jours ces produits, en raison de l’arrêté préfectoral!» nous...

24/02/06: Nous nous disons pour la première fois notre amour icon10. 03. 2016 : 440. Vivre bien et bien vivre !!!
«Pardonne-nous nos offenses» : C’est accepter les conséquences de nos actes. Prendre consciences des moments où nous n’agissons pas...

24/02/06: Nous nous disons pour la première fois notre amour iconVote en première lecture du plfss 2017
En quatre ans seulement, nous avons ramené le déficit du régime général de 17,5 milliards à 3,7 milliards d’euros en 2016. (…) Nous...

24/02/06: Nous nous disons pour la première fois notre amour iconRapport de recherche
«personne ayant des limitations fonctionnelles». Nous avons fait ce choix afin que notre recherche soit en accord avec la littérature...

24/02/06: Nous nous disons pour la première fois notre amour iconQualité d'air pour la France
Au cours des dernières années, nous avons créé les conditions propices à un bon départ et nous sommes optimistes que notre" Made...

24/02/06: Nous nous disons pour la première fois notre amour iconLes matériaux du crimson circle
«période des vacances», mais pour moi, c'est le moment de l'année où nous nous souvenons tous pourquoi nous sommes venus ici pour...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com