Cours : Introduction à la psychologie clinique





télécharger 138.25 Kb.
titreCours : Introduction à la psychologie clinique
page2/2
date de publication23.04.2017
taille138.25 Kb.
typeCours
m.20-bal.com > histoire > Cours
1   2

- Inconscient (Ics)-Préconscient (Pcs)- Conscient (Cs) : Première topique

Au sens topique, inconscient désigne un des systèmes définis par Freud dans le cadre de sa première théorie de l’appareil psychique. Il est constitué de contenus refoulés qui se sont vus refuser l’accès au système préconscient-conscient par l’action du refoulement.

Le processus du refoulement peut être envisagé selon les trois points de vue topique, économique, dynamique (Clancier, 1998).

- du point de vue topique, le refoulement est défini comme une opération de maintien hors du champ de la conscience, mais l’instance refoulante n’est pas assimilée à la conscience. C’est la notion de censure qui permet d’en rendre compte.

- du point de vue économique, le refoulement s’explique par une combinaison de désinvestissements, réinvestissements et contre-investissements concernant les représentations (images, idées, …) de la pulsion.

- point de vue dynamique, il s’agira de savoir quels sont les motifs du refoulement, c’est à dire d’expliquer pourquoi une pulsion satisfaite qui engendre normalement un certain plaisir en arrive à procurer un déplaisir qui entraîne le processus de refoulement.

Les caractères essentiels de l’inconscient comme système sont :

  • ses contenus sont des représentants des pulsions ;

- ses contenus sont régis par les mécanismes spécifiques du processus primaire, notamment la condensation et le déplacement, modes essentiels des processus inconscients, particulièrement visibles dans l’analyse des rêves (Freud, 1910) mais aussi dans le mot d’esprit (Freud, 1905) qui est un des sources du comique et du rire ;

Qualifie les opérations et les contenus du système Pcs. Ceux-ci ne sont pas présents dans le champ actuel de la conscience et sont donc inconscients au sens descriptif du terme mais ils se différencient des contenus du système Ics en ce qu’ils restent en droit accessibles à la conscience (connaissances et souvenirs non actualisés par exemple).

Dans le cade de la deuxième topique freudienne, Pcs est utilisé comme adjectif pour qualifier ce qui échappe à la conscience actuelle sans être inconscient au sens strict. Il qualifie des contenus et des processus rattachés au Moi et au Surmoi (Laplanche, Pontalis, 1994).

c:\documents and settings\gérald\bureau\sans titre.jpg

  • Il se situe entre le Conscient et l'Inconscient et, de cette manière, il partage des propriétés avec les deux. Ses contenus sont inconscients mais accessibles à la connaissance consciente.

  • Le Préconscient correspond à une zone intermédiaire, permettant un passage en douceur et progressif des contenus inconscients vers le Conscient.

Il contient les représentations inconscientes sur le point de devenir conscientes.


  • Il est aussi appelé Perception-Conscience (PC-CS) puisqu'il est tout d'abord ce qui perçoit dans le mental.

  • Il a donc pour fonction principale de mettre le sujet en relation avec le monde extérieur, et inversement.




  • La somme des représentations mentales (pensées, idées, désirs, angoisses, etc.), accessibles au sujet lui-même, connues et reconnues par le sujet lui-même, sont définies comme conscientes, c'est-à-dire comme appartenant au système conscient.

  • Ce qui est conscient correspond à ce qui peut être ouvertement et clairement pensé, extériorisé et surtout dit. La capacité de dire (de verbaliser) est révélatrice de la qualité consciente des contenus mentaux.

c:\documents and settings\gérald\bureau\sans titre.jpg
Moi- Ça –Surmoi : Deuxième topique

A partir de 1920, Freud élabore une nouvelle conception de la personnalité et établit une seconde distinction majeure entre trois instances : le ça, le moi et le surmoi. Ces nouveaux lieux psychiques ne correspondent plus vraiment aux premiers.

L’instance du ça revêt la plupart des caractères du système Ics. Les autres instances, le moi et le surmoi, ont elles aussi une origine et une part inconscientes.

Le surmoi a à la fois une fonction de juge et de censeur. Il correspond à l’intériorisation des exigences parentales et des tabous sociaux. Freud voit dans la conscience morale, l’auto-observation, la formation d’idéaux, des fonctions du surmoi. Il est défini comme l’héritier du complexe d’OEdipe. Il se constitue par intériorisation des exigences et des interdits parentaux

  • Quelques années plus tard, Freud (1923, 1933) spécifie cette instance qu’il décrivait parallèlement à la notion de conscience morale, d’auto-observation et de censure et la qualifie de surmoi. Le surmoi puise ses racines dans l’inconscient et peut par conséquent opérer comme censeur de manière inconsciente. Il correspond aussi aux fonctions d’interdiction et d’idéalisation (idéal du moi).

  • Le moi ne se laisse pas saisir facilement dans toutes ses dimensions. Il existe des sensations inconscientes qui peuvent chercher à se manifester sans que le moi perçoive la contrainte qu’il subit. Aussi Freud doit-il spécifier une autre instance de la personnalité : le ça.



  • Du point de vue économique, le ça est en quelque sorte le réservoir des pulsions, de l’énergie psychique. Ses contenus expression psychique des pulsions, sont inconscients, pour une part héréditaires et innés, pour l’autre refoulés et acquis. Du point de vue dynamique, il entre en conflit avec le moi et le surmoi qui du point de vue génétique en sont des différenciations (Laplanche, Pontalis, 1994).


Le ça correspond à ce qui est refoulé mais n’en constitue qu’une partie. Il se remplit d’énergie à partir des pulsions, mais il n’y a en lui aucune organisation, aucun principe volontaire. Il vise simplement à satisfaire ses pulsions conformément au principe de plaisir. Tous les processus qui s’accomplissent en lui sont illogiques mais sans contradiction.

  • Freud attribue au ça une grande partie des propriétés qu’il attribuées dans sa première topique au système Ics.



  • Le moi représente les intérêts de la personne toute entière et se trouve fortement investi de libido narcissique

  • la partie superficielle de l’appareil psychique

  • orienté vers l’extérieur et permet la transmission de toute impression reçue. Pour Freud (1923), le moi superficiel émane du système P comme d’un noyau.

  • Il est une partie du ça modifiée par la proximité et l’influence du monde extérieur, organisé pour percevoir les excitations et s’en défendre. Le moi a donc pour fonction de représenter le ça le monde extérieur.



  • Résumé des trois instances psychiques de la deuxième topique définie par Freud

c:\documents and settings\gérald\bureau\sans titre.jpg

  • Sous ce terme, Freud (1915a) désigne plusieurs choses : la maîtrise des excitations, leur immobilisation psychique, leur décharge progressive



  • (Freud (1920) accorde une importance primordiale au principe de plaisir. Pour lui, l’évolution des processus psychiques est fonction de ce principe



  • Le principe de réalité a une fonction régulatrice.

8. La théorie des pulsions

8.1. Les contenus des pulsions

  • Le terme de pulsion désigne « une poussée interne d’excitation » (Vanier, 1996).

8.2. Les caractéristiques de la pulsion

  • POUSSEE

  • BUT

  • OBJET

  • SOURCE



  • Libido d’objet et libido du moi : Pour Freud (1914), la libido s’investirait d’abord sur le moi pour se réinvestir à partir du moi sur des objets extérieurs.

  • Instinct de vie et instinct de mort: Pour Freud (1920), d’autres instincts que les instincts de conservation libidinaux sont à l’œuvre dans le Moi. Les pulsions sexuelles correspondent à l’Eros, c’est à dire aux pulsions de vie qui agissent comme des forces de liaison, présidant à la création et à la synthèse des unités vitales. Freud oppose les instincts d’agression dont le but est de détruire, Thanatos ou pulsions de mort.
1   2

similaire:

Cours : Introduction à la psychologie clinique iconIpc (Introduction à la Psychologie Clinique)

Cours : Introduction à la psychologie clinique iconMaster Professionnel de Psychologie Spécialité Psychopathologie et Psychologie clinique

Cours : Introduction à la psychologie clinique iconChapitre : Initiation à la méthode en psychologie clinique

Cours : Introduction à la psychologie clinique iconCours de psychologie cognitive Morais

Cours : Introduction à la psychologie clinique iconCas clinique n°1 I. Introduction

Cours : Introduction à la psychologie clinique iconIntroduction à la clinique des psychoses

Cours : Introduction à la psychologie clinique iconHistoire de la psychologie clinique
«corps à corps» et une communication de «volonté à volonté». Mesmer use de massages et d’attouchements

Cours : Introduction à la psychologie clinique iconPsychologie clinique et psychopathologie
«Palo-Ato» → sont des gens qui pensent que certaines maladies mentales sont troublées par la communication comme la communication...

Cours : Introduction à la psychologie clinique iconCours de psychologie n°4
«plaire» désigne un produit sans action réelle que le médecin donne au malade pour lui plaire

Cours : Introduction à la psychologie clinique iconPremier examen clinique d’un patient adulte vu aux urgences. I introduction





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com