Bibliographie introduction s'interroger sur la mort c'est s'interroger sur la vie. Or, comme le disait Xavier Bichat, médecin biologiste et physiologiste français, «la vie est l'ensemble des fonctions qui résistent à la mort»





télécharger 192.49 Kb.
titreBibliographie introduction s'interroger sur la mort c'est s'interroger sur la vie. Or, comme le disait Xavier Bichat, médecin biologiste et physiologiste français, «la vie est l'ensemble des fonctions qui résistent à la mort»
page8/8
date de publication25.10.2016
taille192.49 Kb.
typeBibliographie
m.20-bal.com > loi > Bibliographie
1   2   3   4   5   6   7   8

• France


La question de l'eugénisme est traitée par le code pénal, dans le Sous-titre II du Titre I du Livre II, intitulée « Des crimes contre l'espèce humaine » :

Article L 214-1 : « Le fait de mettre en œuvre une pratique eugénique tendant à l’organisation de la sélection des personnes est puni de trente ans de réclusion criminelle et de 7 500 000 euros d’amende ».

Article L 214-3 : « Cette peine est portée à la réclusion criminelle à perpétuité et de 7 500 000 euros d’amende lorsqu’elles sont commises en bande organisée »

À l'Assemblée nationale, le scrutin n° 167 sur l’ensemble du projet de loi relatif à la bioéthique, a été adopté avec modifications en deuxième lecture séance du mardi 8 juin 2004 (310 votants, 304 suffrages exprimés, 187 pour, 117 contre).

Cependant, aussi claire qu'elle paraisse, la position française est en pratique bien plus ambiguë, si on considère les obligations de dépistage (visites prénatales obligatoires) et les facilités légales ainsi que l'encouragement à l'avortement lorsque l'enfant à naître présente des malformations (IMG) : ne s'agit-il pas manifestement de pratiques eugénistes, qui ne posent pas de problèmes sociaux ?

• Pays anglo-saxons, germaniques ou nordiques


Des programmes de stérilisations contraintes furent mis en place en Suède, en Suisse et aux États-Unis pendant l'entre-deux-guerres. La plupart des pays protestants furent touchés, à l'exception de la Grande-Bretagne, où cependant Herbert George Wells et Winston Churchill déploraient que la politique eugéniste ne soit pas développée (cette controverse est rapportée dans le livre de Matt Ridley : Génome.)

• Japon Showa


Lors de la phase de l'expansionnisme du Japon Showa, les gouvernements nippons successifs mirent en place des mesures visant la stérilisation des handicapés mentaux et des "déviants", dont notamment une Loi nationale sur l'Eugénisme, promulguée en 1940 par le gouvernement Konoe.

En vertu de la Loi Eugénique de Protection (1948), la stérilisation pouvait être imposée aux criminels "avec des prédispositions génétiques au crime", aux patients souffrant de maladies génétiques comme l'hémophilie, l'albinisme, l'ichthyosis, et de maladies mentales comme la schizophrénie, la maniaco-dépression et l'épilepsie.

D'autre part, les Lois sur la Prévention de la Lèpre de 1907, 1931 et 1953, la dernière n'étant abolie qu'en 1996, permettaient l'internement des malades dans des sanatorium où l'avortement et la stérilisation étaient monnaies courante. En vertu de l'ordonnance coloniale coréenne de prévention de la lèpre, les malades coréens pouvaient aussi être soumis à des travaux forcés.

• Ailleurs en Asie


Des pays comme la Chine ou Singapour ont lancé depuis le milieu des années 1990 une politique d'eugénisme franchement affirmée visant à favoriser les naissances dans les milieux urbains aisés et à les limiter dans les milieux ruraux défavorisés. Les experts locaux ont précisé que « des ressources humaines de qualité » étaient nécessaires à la modernisation du pays mais que les tendances présentes laissaient présager une « qualité de population moindre ».

• Allemagne nazie41


Jusqu'en 1933, l'eugénisme était considéré comme une technique de l'arsenal scientifique. Il s'agissait d'améliorer telles ou telles souches humaines à travers le contrôle de la reproduction. À travers l'eugénisme, les scientifiques espéraient éliminer les pathologies héréditaires (on parle d'eugénisme médical) ainsi que les déviances sociales qui pourraient avoir une origine héréditaire, par exemple la criminalité là où celle-ci se révèlerait congénitale.

Une politique eugéniste particulière propre à l'Allemagne nazie s'est mise en place dès 1933. Elle consistait d'une part à favoriser la fécondité des humains considérés comme supérieurs. (Politique pro-nataliste, soutien familial, pouponnières, lebensborn ...) ; d'autre part à prévenir la reproduction des humains considérés comme génétiquement déficients (diabétiques, myopes, etc.) et de ceux considérés comme inférieurs ou mentalement non désirables (les criminels, arriérés mentaux, etc.).

L'Allemagne a cherché à lutter contre l'avortement pour les femmes considérées comme supérieures, alors que dans le même temps la circulaire secrète de 1934 autorisait l'avortement pour les femmes devant être ultérieurement stérilisées. Le décret secret de 1940 a été encore plus loin en rendant obligatoire l'avortement pour les femmes « inférieures ». 200 000 femmes furent ainsi stérilisées jusqu'en 1945.

Un autre exemple est celui de l'homosexualité, considérée par cette mouvance comme une maladie. L'Allemagne eugéniste proposait aux homosexuels le choix entre la castration volontaire ou la mise en camps de concentration.

Avant même l'arrivée d'Hitler au pouvoir, une majorité de scientifiques et d'hommes politiques étaient favorables à l'eugénisme. La loi de 1934 portant sur la stérilisation eugénique s'est mise en place à l'aide de la participation active du docteur Gütt (médecin haut fonctionnaire), de Falk Ruttke (juriste) et Ernst Rüdin (psychiatre génétique suisse). Cette loi impose la stérilisation obligatoire pour les malades atteints de neuf maladies considérées comme héréditaires ou congénitales (cécité, alcoolémie, schizophrénie...). On estime que 400 000 allemands ont été stérilisés entre 1934 et 1945. Ces stérilisations ont fait l'objet d'un quasi consensus dans la communauté médicale allemande.

D'autres pratiques, hors cadre légal, ont été utilisées pour éliminer les personnes indésirables, camps de concentration pour les alcooliques, criminels, délinquants, asociaux divers, castration des criminels sexuels et homosexuels, stérilisation des enfants métis nés de mères allemandes et pères africains, nord africains, indochinois de l'armée d'occupation française, extermination des tziganes et des juifs.

L'eugénisme allemand et ses variantes suédoise et états-unienne n'étaient pas des actes isolés de pervers, mais au contraire le résultat d'une politique d'élimination systématique, basée sur des techniques « scientifiques », et organisée par l'administration.

Il est également intéressant de noter que cette forme d'eugénisme avait remis en avant une notion déjà considérée mythique : celle de « race aryenne » ; les anthropologues de l'époque parlaient plutôt de race nordique ou de race alpine.

En définitive, certes la science peut être le bras droit de l’homme pour repousser les limites de la vie, voire de la mort, reste à savoir si la main qu’elle lui tend ne le pousse pas vers les bas fonds les plus pervers.

BIBLIOGRAPHIE

Dictionnaires :


  • Le Grand Robert de la langue française

  • Le Petit Larousse 2007

  • Le Trésor de la Langue Française



Ouvrages :


  • AMBROSELLI (C.), L’éthique médicale, « Que sais-je ? », n°2422, PUF, 1988, p.49.

  • AUMONIER (N.), BEIGNIER (B.) et LETELLIER (P.), L’euthanasie, Que sais-je, PUF, 2006.

  • BENOIT- BROWAEYS Dorothée, La bioéthique, Les essentiels Milan, 1995.

  • LA MARNE (P.), Ethiques de la fin de vie : acharnement thérapeutique, euthanasie, soins palliatifs, Ellipses, 1999.

  • MARMET Thierry (sous la coordination de), Ethique et fin de vie, pratiques du champ social, Eres,

  • MOUTEL Grégoire, « Les éléments du corps humain, la personne et la médecine » Emmanuelle Grand, Christian Hervé, L'harmattan.

  • THOMAS Jean-Paul, « A quoi sert la bioéthique ? », Les petites pommes du savoir

  • THOMAS Louis - Vincent, La mort, Que sais-je, PUF, 5ème édition, 2004.



Sites Internet :


  • Les chiennes de garde : http://www.chiennesdegarde.org/article.php3?id_article=333&var_recherche=avortement

  • « Au Mexique, l’avortement est autorisé dans la capitale », L’Humanité, 26 avril 2007, http://www.humanite.fr/2007-04-26_International_Au-Mexique-l-avortement-est-autorise-dans-la-capitale

  • http://www.ined.fr

  • http://www.inserm.fr

  • http://www.legifrance.fr

  • « Le Dakota du Sud rejette l'interdiction totale de l'avortement », Libération, 08 novembre 2006, http://www.liberation.fr/actualite/monde/215788.FR.php

  • Arrêt Lahache: Conseil d’Etat, 31 octobre 1980, n° 13028, http://www.rajf.org/article.php3?id_article=1134

  • La position officielle de l'Eglise catholique romaine : http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19741118_declaration-abortion_fr.html

  • L’encyclique Evangelium vitae : http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/encyclicals/documents/hf_jp-ii_enc_25031995_evangelium-vitae_fr.html

  • http://www.wikipedia.com (encyclopédie en ligne)

  • « L'eugénisme sous le nazisme », http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Eug%C3%A9nisme_sous_le_nazisme



1 « A quoi sert la bioéthique ? » Jean-Paul Thomas. Les petites pommes du savoir.

2 « Les éléments du corps humain, la personne et la médecine » Emmanuelle Grand, Christian Hervé, Grégoire Moutel. L'harmattan.

3 « Les éléments du corps humain, la personne et la médecine » Emmanuelle Grand, Chritian Hervé, Grégoire Moutel . L'harmattan.

4 Http://www.inserm.fr Institut national de la santé et de la recherche médicale.

5 « L'espoir qui venait du froid »Documentaire ARTE Connaissance et découvertes.

6 « Ethiques de la fin de vie » Paula La Marne. Ellipses.1999.

7 Le Trésor de la Langue Française (TLF) la définit comme une «mort douce, de laquelle la souffrance est absente, soit naturellement, soit par l'effet d'une thérapeutique dans un sommeil provoqué» et, presque dans les mêmes termes ; le Grand Robert de la langue française (GRLF) comme une «mort douce et sans souffrance, survenant naturellement ou grâce à l'emploi de substances calmantes ou stupéfiantes»; Le Petit Larousse 2007 (PL07) enfin, s'attachant plutôt à une définition légale, la donne comme l’«acte d'un médecin qui provoque la mort d'un malade incurable pour abréger ses souffrances ou son agonie», et précise qu'il est «illégal dans la plupart des pays».


8 Le poète grec Cratinos (Ve s. av. J.-C.) emploie l’adverbe euthanatôs pour désigner aussi bien une belle mort qu’une mort douce. Chez Posidippe (vers 300 av. J.-C.), euthanasia signifie autant bonne mort que mort douce : l’homme ne désire rien de mieux qu’une mort douce » (Fragment 16). Suétone (63 av. J.-C., 14 apr. J.-C., Vie des douze Césars, « Auguste », 99) rapporte que l’empereur Auguste, expirant dans les bras de Livie, eut l’euthanasia (mort rapide et sans souffrance) qu’il avait toujours souhaitée. V. N. AUMONIER, B. BEIGNIER et P. LETELLIER, L’euthanasie, Que sais-je, PUF, 2006.

9 L’historien grec Polybe prête au roi de Sparte Cléomène, après son échec militaire, le désir de se suicider pour trouver une mort belle et honorable (euthanatesai) plutôt que de tomber entre les mains de ses ennemis (Polybe(202-120 av. J.-C.), Histoires, V, 38, 9). Cicéron (106-43 av. J.-C.) paraît avoir souhaité une bonne mort (euthanasian) dont Atticus lui écrit qu’elle ressemblerait à une désertion (Lettres à Atticus, XVI, 7, 3). Flavius Joseph raconte l’histoire de ces quatre lépreux qui préfèrent avoir une mort « plus douce » en se rendant à l’ennemi pour périr égorgés, plutôt qu’en mourant d’inanition hors de la ville (Antiquités juives, IX, 4, 5). V. N. AUMONIER, B. BEIGNIER et P. LETELLIER, L’euthanasie, Que sais-je, PUF, 2006.

10 N. AUMONIER, B. BEIGNIER et P. LETELLIER, L’euthanasie, Que sais-je, PUF, 2006.

11 On trouve cependant la première allusion à une « eu-thanasie » dans la Vie des douze Césars (cf. note 2) ; la seconde allusion est Thomas More.

12 V. Patrick VERSPIEREN, « Euthanasie », in Encyclopedia universalis, t. 9, p. 113; N. AUMONIER, B. BEIGNIER et P. LETELLIER, L’euthanasie, Que sais-je, PUF, 2006.


13 T. MARMET (sous la coordination de.), Ethique et fin de vie, Pratiques du champ social, Eres, 1997.

14 V. Francis Bacon, Du progrès et de la promotion des savoirs, livre II, partie 3, p. 150. Gallimard, 1991.

15 C. AMBROSELLI, L’éthique médicale, « Que sais-je ? », n°2422, PUF, 1988, p.49.

16 TLF : «Fait de donner délibérément la mort à un malade (généralement incurable ou qui souffre atrocement). Euthanasie agonique»; PL07 : «Euthanasie passive : acte d'un médecin qui laisse venir la mort d'un malade incurable sans acharnement thérapeutique» ; GRLF : «Usage des procédés qui permettent de hâter ou de provoquer la mort pour délivrer un malade incurable de souffrances extrêmes, ou pour tout motif d'ordre éthique».


17 GRLF: «Le mot ne s'est employé qu'à propos des humains. Il s'est étendu aux animaux que l'on s'applique à faire mourir sans souffrance, ce qu'autorise l'étymologie»; PL07: «Acte comparable pratiqué par un vétérinaire sur un chien, un chat, etc.».

18 En France, ce serment a été réactualisé en 1996 par le professeur Bernard Hoerni dans un sens plus libéral tenant compte des évolutions de la société, notamment en ce qui concerne le concept d'acharnement thérapeutique: «Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement les agonies. Je ne provoquerai jamais la mort délibérément».

19 N. AUMONIER, B. BEIGNIER et P. LETELLIER, L’euthanasie, Que sais-je, PUF, 2006.


20 P. LA MARNE, Ethiques de la fin de vie : acharnement thérapeutique, euthanasie, soins palliatifs, Ellipses, 1999.

21 « Celui qui détruit une vie est comme s’il détruisait un monde entier » (Michna de Sanhédrin, 37 a).

22 N. AUMONIER, B. BEIGNIER et P. LETELLIER, L’euthanasie, Que sais-je, PUF, 2006 ; T. MARMET (sous la coordination de.), Ethique et fin de vie, Pratiques du champ social, Eres, 1997.

23 « Celui qui ôte une vie est considéré comme ayant tué l’humanité entière, celui qui sauve une vie est considéré comme ayant sauvé l’humanité entière » (S5, V32).

24 N. AUMONIER, B. BEIGNIER et P. LETELLIER, L’euthanasie, Que sais-je, PUF, 2006 ; T. MARMET (sous la coordination de.), Ethique et fin de vie, Pratiques du champ social, Eres, 1997.

25 N. AUMONIER, B. BEIGNIER et P. LETELLIER, L’euthanasie, Que sais-je, PUF, 2006 

26 N. AUMONIER, B. BEIGNIER et P. LETELLIER, L’euthanasie, Que sais-je, PUF, 2006 

27 V. L. BOTANLSKI, La condition fœtale : Une sociologie de l'avortement et de l'engendrement, Gallimard, broché, essai, 2004.

28 Source : INED (Institut National d’Etudes Démographiques)

29 "Cette question est un piège. Personne n’est « pour » l’avortement. Avorter, ce n’est pas une partie de plaisir que l’on revendique en criant : « Vive l’avortement ! » On ne milite pas « pour l’avortement ». Mais « pour la légalisation de l’IVG » ou « pour le maintien de la loi permettant les IVG » dans les pays où l’IVG est déjà légale. La différence est énorme." in Site Internet : Les chiennes de garde (http://www.chiennesdegarde.org/article.php3?id_article=333&var_recherche=avortement)

30 Voir la position officielle de l'Eglise catholique romaine (http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19741118_declaration-abortion_fr.html)

31 Voir l'encyclique "Evangelium vitae". (http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/encyclicals/documents/hf_jp-ii_enc_25031995_evangelium-vitae_fr.html)

32 Article 2 CEDH

33 CEDH, 8 juillet 2004, aff. Vo c/France ; C-53924/00

34 JO, 18 janvier 1975, p.739

35 JO, 1er janvier 1980, p.3

36 CE, 31 oct. 1980, Lahache, n° 13028, http://www.rajf.org/article.php3?id_article=1134

37 JO, 7 juillet 2001, p.10823

38 Concernant le dernier point la jurisprudence reconnaît qu'il n'est pas toujours possible à respecter en cas d'urgence.

39 « Le Dakota du Sud rejette l'interdiction totale de l'avortement », Libération, 08 novembre 2006. http://www.liberation.fr/actualite/monde/215788.FR.php.

40 « Au Mexique, l’avortement est autorisé dans la capitale », L’Humanité, 26 avril 2007. http://www.humanite.fr/2007-04-26_International_Au-Mexique-l-avortement-est-autorise-dans-la-capitale.

41 V. article: « L'Eugénisme sous le nazisme » (http://fr.wikipedia.org/wiki/L'Eugénisme_sous_le_nazisme).

1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Bibliographie introduction s\Une expérience de Vie, une Vie d’expérience
«la mort» et naute signifiant «navigateur» soit, littéralement, «navigateur de la mort» ou «explorateur de la mort.»

Bibliographie introduction s\Bibliographie- références textes officiels
«La Vie Scolaire est l’ensemble des normes et évènements spécifiques à la vie collective en milieu scolaire» (J. P obin, 2002). C’est...

Bibliographie introduction s\«Quelqu’un a dit un jour que la mort n’est pas la pire chose dans...

Bibliographie introduction s\Album présenté comme une bande dessinée
«casserole» : on peut s’interroger sur le lien établi par la préposition et le redoublement de la rime. Anatole comme lieu du problème...

Bibliographie introduction s\Professeur Philippe Raimbourg
«…Il est fondamental de s’interroger sur l’adéquation des normes juridiques aux exigences économiques et de proposer des solutions...

Bibliographie introduction s\Attendre c'est vivre dans ce bas monde et c'est dans ce bas monde...
«Je t’aime», et que vous avez cette boule au ventre, les souvenirs qui s’écroulent, une mini crise cardiaque, les membres qui tremblent,...

Bibliographie introduction s\Vieillir est soumis a sanction
«L’important n’est pas de connaître la date de sa mort, mais d’être sûr de vivre jusque là»

Bibliographie introduction s\La mort, le mort, les morts et les autres
«boîte à outils conceptuels» (intro) qu’est l’anthropologie pour élaborer des modèles plausibles (Gardin) rendant compte des données...

Bibliographie introduction s\«La vie est comme le chocolat, c’est l’amer qui fait apprécier le sucre.»

Bibliographie introduction s\Faculté de Médecine Xavier Bichat, Département de médecine générale
«intrinsèque» de nature chronologique et génétique et qui survient avant tout sur les régions non exposées au soleil





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com