La France recherche de nouvelles façons de prendre en charge la maladie d’Alzheimer





titreLa France recherche de nouvelles façons de prendre en charge la maladie d’Alzheimer
date de publication04.10.2017
taille25 Kb.
typeRecherche
m.20-bal.com > loi > Recherche

The Wall Street Journal du 17 octobre 2012









La France recherche de nouvelles façons de prendre en charge la maladie d’Alzheimer
SULLY-SUR-LOIRE, France-Un médicament pour soigner la maladie d'Alzheimer reste une illusion, aussi les autorités testent de meilleures façons de prendre en charge les personnes atteintes de la forme la plus commune de démence, la maladie d'Alzheimer. Plutôt que de se contenter de traiter les patients, ils essaient d'aborder l'ensemble des problèmes qui en découlent.

En vertu d'un plan de 2 milliards de dollars lancé en 2007, la France forme les médecins et les infirmiers sur les maladies évolutives du cerveau, met en place des programmes pour soutenir les familles touchées par celles-ci, construit de nouveaux centres mémoire pour les patients et s'implique dans les progrès des scientifiques afin de déterminer la meilleure et la plus économique des stratégies.

« La maladie d’Alzheimer est beaucoup plus qu'une maladie, c'est un problème de société», a déclaré Florence Lustman, inspecteur général des finances et directeur du plan national. "Si vous vous limitez aux aspects uniquement médicaux, vous passez à côté de beaucoup de dimensions."

L'Hôpital local de Sully-sur-Loire, le principal centre médical dans une zone rurale de 70.000 personnes, à environ 150 km au sud de Paris, est l'un des endroits qui teste cette approche. Ce lieu est devenu le point central des ressources disponibles en la matière, alors qu'elles étaient auparavant éparpillées dans cette zone géographique où il y a environ 250 personnes atteints d'Alzheimer; eux-mêmes dispersés parmi les villages des bords de Loire, et cela donne des résultats prometteurs, affirment les autorités.

En moins de deux ans, la durée moyenne de séjour des patients atteints de maladie d’Alzheimer ou de maladies apparentées à l'hôpital a chuté à 12 jours, deux jours de moins que la moyenne nationale. Les patients passent plus vite dans les services de soins de suite et de réhabilitation et rentrent donc plus vite à leur domicile, où la majorité préfère rester, affirment les autorités.

Le plan national Alzheimer français s'intéresse aux coûts qu'engendre la prise en charge des patients atteints de démence. Le vieillissement des populations et les difficultés des scientifiques à trouver un traitement contre la maladie d'Alzheimer amènent les gouvernements à faire face à des dépenses financières très importantes, un fardeau financier.

Aux États-Unis, environ 5,4 millions de personnes sont atteintes de la maladie d'Alzheimer, et d'ici 2050 ce nombre pourrait atteindre 13 millions de personnes. Cela représenterait un budget d'environ 1,1 milliard de dollars pour les soins de longue durée et à l’hôpital, selon la branche américaine de l'Association Alzheimer.

Au niveau mondial, plus de 115 millions de personnes pourraient souffrir de la maladie en 2050, selon l'Association Américaine Alzheimer, une organisation qui chapeaute les groupes Alzheimer.



Traitement holistique

L’approche française comprend:

  • L'amélioration de la recherche médicale

  • La création de nouveaux centres mémoire et centres de recherche

  • L'intégration régionale des services sociaux et des services de soins

  • L’amélioration de la qualité des soins à domicile

  • Le développement de la formation pour les médecins et autres personnels

  • Le développement des accueils de jours, garde de nuit et hébergement temporaire

Florence Lustman, pour le Plan Alzheimer français

La Grande-Bretagne et Chypre ont également créés des plans nationaux liés à la problématique de la démence alors que les Etats-Unis, la Suisse ainsi que d'autres pays l'envisagent seulement. Les États-Unis se sont engagés à augmenter le financement fédéral pour la recherche sur la maladie d'Alzheimer, (uniquement), de 22% soit environ 560 millions de dollars.

Mais peu de pays ont choisi l'approche globale de la France, à savoir: renforcer le soutien pour les aidants et les patients tout en améliorant la collaboration entre les services sociaux.  Cela répond à l'objectif de garder les patients hors des hôpitaux, à leur domicile aussi longtemps que possible.

«La France est le chef de file dans ce domaine», a déclaré Robert Egge, responsable de la politique publique de l'Association Américiane Alzheimer. L'exhaustivité du plan « est une source d'inspiration pour de nombreux pays», a t-il dit.

Parce que les soins à domicile peuvent peser sur les familles, la France a lancé un inhabituel et ambitieux programme de «répit», qui comprend des accueils de jour , des services à domicile qui soulagent les familles aidant les personnes atteintes de démence. La France a également créé des dispositifs de proximité qui coordonnent l’ensemble des ressources existantes pour les malades Alzheimer et leurs aidants, afin de donner aux familles une source d’information plus lisible tels que les consultations mémoire, les établissements de soins.

En cinq ans, les efforts visant à accroître et améliorer la recherche a été l’axe le mieux réussi, dit Mme Lustman

La France a créé des bases de données qui regroupent des résultats d'examens médicaux et des données sociales -comme la qualité de vie, les bénéfices psychologiques des traitements et d'autres améliorations non médicales – pour aider les chercheurs à évaluer les différentes approches. Cela a également permis d’accroitre le nombre d’essai de médicaments expérimentaux contre la maladie d'Alzheimer, a déclaré Sandrine Lemery, responsable de la politique du plan national.

Aider les familles accompagnant des personnes atteints de la maladie d'Alzheimer a été un grand défi, étant donné que beaucoup de solutions d'accueil temporaire ne sont pas de bonne qualité, ne sont pas assez efficaces, a déclaré Mme Lustman. Le soutien aux familles est essentiel pour que les patients atteints de démence puissent demeurer hors des hôpitaux, où le coût de prise en charge est beaucoup plus élevé.

Un autre défi a été de trouver des spécialistes et de former des généralistes dans toute la France.

L’Hôpital de Sully-sur-Loire, par exemple, a du mal à trouver du personnel qualifié et des ressources adaptées a déclaré le directeur de l'hôpital Rudy Lanchais. La création d’un dispositif de proximité qui coordonne l’ensemble des ressources existantes a été plus longue que prévue.

Aujourd'hui, les travailleurs sociaux et le personnel hospitalier échangent plus rapidement entre eux à propos des patients lorsqu’ils arrivent à l'hôpital, ce qui permet de les transférer plus rapidement dans un service de soins moins intensif. Pour améliorer la communication, de nombreuses ressources ont été regroupées dans un dispositif de proximité qui coordonne l’ensemble des ressources existantes.

Pourtant, la formation des médecins libéraux, surchargés, sur les ressources disponibles et la maladie a été difficile.

En moyenne un praticien généraliste français a sept patients atteints d'Alzheimer, pour 300 patients atteints de diabète, a déclaré Benoît Lavallart, médecin et chef de projet au plan national français d'Alzheimer.

«Les médecins généralistes voient le problème, mais n’imaginent pas la solution", as t-il dit.

L'équipe de Sully-sur-Loire cherche à attirer les médecins à des séances d'information grâce à des buffets (mini pizzas et desserts miniatures, tartelettes etc.). Mais sur une récente soirée, un mardi, seulement 40 des 100 médecins invités ont assisté à une séance d’information de trois heures, dit Mr Lanchais .

Un effort plus populaire a été la création de groupes de soutien pour les familles, organisés dans les cafés de la ville et l’accueil de jour qui se situe près de l'hôpital.

Pour 20 euros (environ $ 26) par jour, les patients y font des activités pour stimuler leur mémoire telles que des mots croisés, du tricot, puis préparent le déjeuner ensemble.

Le but est que «tout le monde ait un peu de responsabilité", a déclaré Cécile Coret, un coordonnateur de santé en gériatrie.

Mais le bâtiment de l’accueil de jour ne peut accueillir qu'un nombre restreint de patients et certaines familles ne peuvent se le permettre même si le prix est modéré, dit Mr Lanchais.

similaire:

La France recherche de nouvelles façons de prendre en charge la maladie d’Alzheimer iconRecherche sur la prise en soin relationnel de la personne âgée atteinte...
«relancer» des recherches à partir des mots-sujets proposés en bas des notices détaillées. Pour exemple, on retrouve les mots-sujets...

La France recherche de nouvelles façons de prendre en charge la maladie d’Alzheimer iconIntroduction : La Maladie d’Alzheimer nous lance des défis…
«Le nom d’Alzheimer résonne comme celui d’un savant fou et cruel. Le nom d’Alzheimer permet aux médecins de croire qu’ils savent...

La France recherche de nouvelles façons de prendre en charge la maladie d’Alzheimer iconC agfa graphics ommuniqué de presse
«Les journaux sont continuellement à la recherche de nouvelles façons d'améliorer leur efficacité tout en devant relever les défis...

La France recherche de nouvelles façons de prendre en charge la maladie d’Alzheimer iconII. Historique
«Maladie d’Alzheimer et maladie de Pick» sur le terrain anatomoclinique à l’aide de données histologiquement vérifiées de la littérature...

La France recherche de nouvelles façons de prendre en charge la maladie d’Alzheimer iconPost-Doctorant(e) –Aspects socio-épidémiologiques de la maladie vih en France
«Épidémiologie des déterminants professionnels et sociaux de la santé» du Centre de recherche en Epidémiologie et Santé des Populations...

La France recherche de nouvelles façons de prendre en charge la maladie d’Alzheimer iconLes médicaments utilisés dans la maladie d’Alzheimer

La France recherche de nouvelles façons de prendre en charge la maladie d’Alzheimer iconEssai Clinique du Médicament Expérimental S38093 sur la Maladie d’Alzheimer

La France recherche de nouvelles façons de prendre en charge la maladie d’Alzheimer icon«En G, ceux qui attrapent la maladie d’Alzheimer vivent vieux. Sans...

La France recherche de nouvelles façons de prendre en charge la maladie d’Alzheimer icon«Une étude dénonce la prise en charge du diabète»
«le dépistage et le traitement du diabète ne sont pas satisfaisants en France, selon les premières données de l’étude Entred qui...

La France recherche de nouvelles façons de prendre en charge la maladie d’Alzheimer iconTravail de recherche Plan du travail de recherche
«riches» favorisés par le bouclier fiscal se revoient contraints de participer à la croissance de la France, mais cette fois sous...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com