Art. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale)





titreArt. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale)
page12/12
date de publication08.10.2017
taille0.5 Mb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > loi > Documentos
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   12




    • Annexe 3-4 : Liste des contres indications à la pratique du hockey subaquatique


Hockey subaquatique :

Contre-indications définitives

Contre-indications temporaires

Cardiologie

Cardiopathie congénitale
Insuffisance cardiaque symptomatique
Cardiomyopathie obstructive
Pathologie avec risque de syncope
Tachycardie paroxystique
BAV II ou complet non appareillés

Hypertension artérielle non contrôlée
Infarctus récent et angor
Péricardite
Traitement par anti arythmique
Traitement par bêtabloquant par voie générale ou locale , à évaluer (*)

Oto-rhino-laryngologie

Cophose unilatérale
Evidement pétro mastoïdien
Ossiculoplastie
Trachéostomie
Laryngocèle
Déficit audio. bilatéral à évaluer par audiométrie
Otospongiose opérée

Episode infectieux
Polypose nasosinusienne
Obstruction tubaire
Syndrome vertigineux
Perforation tympanique

Pneumologie

Insuffisance respiratoire

Pathologie infectieuse
Pleurésie
Traumatisme thoracique

Ophtalmologie

Pathologie vasculaire de la rétine, de la choroïde, ou de la papille
Kératocône

Prothèse ou implant creux

Chirurgie du globe oculaire sur 6 mois, y compris laser
Décollement rétinien

Neurologie

Syndrome déficitaire sévère
Pertes de connaissance itératives
Effraction méningée neurochirurgicale, ORL ou traumatique

Traumatisme crânien grave à évaluer

Épilepsie (avis neurologique)

Psychiatrie

Affection psychiatrique sévère
Incapacité motrice cérébrale

Alcoolisation aiguë

Hématologie




Phlébite non explorée

Gynécologie

 

Grossesse

Métabolisme







Troubles métaboliques ou endocriniens sévères

Dermatologie

Différentes affections peuvent entraîner des contre-indications temporaires ou définitives selon leur intensité ou leur retentissement pulmonaire, neurologique ou vasculaire

Gastro-entérologie




Gastro entérite aigüe

Toute prise de médicament ou de substance susceptible de modifier
le comportement peut être une cause de contre-indication


La survenue d'une maladie de cette liste nécessite un nouvel examen

L’asthme n’est pas une contre indication à la pratique du hockey subaquatique, sauf asthme d’effort et allergie au chlore et dérivés.

Le diabète n’est pas une contre indication mais un avis du diabétologue est conseillé.



Annexes 4 

Recommandations aux médecins et aux secouristes fédéraux de surveillance de compétitions


  • Annexe 4-1 : Compétitions d’apnée et prise de risque : conduite à tenir en cas d’accident

En compétition, les protocoles de sécurité et la présence d’apnéistes de sécurité limitent fortement la gravité des ces accidents.

Il est certain qu’une perte de connaissance survenant chez un apnéiste non surveillé peut avoir des conséquences dramatiques, en entraînant une noyade.

En cas d’accident, même si les premiers gestes sont assurés dans l’eau par l’apnéiste de sécurité, il appartient au médecin fédéral de prendre en charge la victime au décours de l’accident et d’adapter le traitement selon la nature de l’accident et l’état de la victime.

1 - En cas de Perte de Contrôle moteur (samba)

Le masque est retiré et la victime sera éloignée des bords du bassin pour éviter un traumatisme surajouté. Il n’y a pas eu de perte de connaissance ni d’inhalation ce qui limite l’intervention du médecin qui s’assurera que la victime a récupéré, s’est réhydraté…

2 - En cas de syncope

La situation est plus extrême et nécessite dans un 1er temps l’intervention rapide des équipes de sécurité pour éviter à la victime inconsciente de couler et d’inonder ses voies aériennes :

  • Le masque est retiré

  • Plusieurs insufflations bouche à nez (un trismus est souvent observé) sont délivrés alors que la victime est encore dans l’eau

  • Puis elle est évacuée du bassin

Selon l’état du syncopé, le médecin adaptera son traitement :

  • Le plus souvent après ces 1ers gestes, l’apnéiste totalement amnésique a repris connaissance et n’a pas inhalé : son examen clinique est strictement normal et une mise sous O2 au masque est préconisée (15 l/min) pendant 10 min.

  • Si le délai d’intervention en surface est plus long, l’apnéiste qui recoule inconscient a pu inhaler et présente une toux persistante et/ou de tachypnée, éventuellement accompagnées de signes généraux (asthénie, pâleur, tachycardie, vomissements…). Le risque d’atteinte pulmonaire retardée (SDRA, pneumopathie….) est alors élevé et justifie une hospitalisation pour surveillance et contrôle radiologique et gazométrique.

  • Enfin dans les cas les plus extrêmes qui ne devraient  pas survenir en compétition, la victime, échappant à toute surveillance, coule et après avoir fortement inhalé est récupérée en état de mort apparente (stade 4 de grand anoxique de la classification de Bordeaux). La réanimation cardiorespiratoire s’impose dès que la victime est extraite de l’eau dans l’attente de l’intervention d’une équipe de réanimation (SAMU / pompiers). On  ne cherche pas nécessairement à réchauffer la victime, une légère hypothermie étant à l’heure actuelle considérée comme améliorant le pronostic après réussite de la RCP.

3 - Suivi fédéral après accident

Dans le cas le plus fréquent où l’apnéiste récupère instantanément sur le lieu de la compétition, il appartient au médecin et aux juges de s’assurer qu’elle ne reprend pas la compétition.
Compte tenu de la physiopathologie et des circonstances de survenue, ces accidents peuvent survenir dans d’autres disciplines pratiquées en apnée : chasse sous-marine, tir sur cible, nage avec palmes…..

Annexes 5 

Surveillance médicale des sportifs de haut niveau et sportifs inscrits dans les filières d’accès au sport de haut niveau


  • Annexe 5-1 : suivi médical réglementaire




a) nature des examens médicaux préalables à l’inscription sur la liste des sportifs de haut niveau ou sur la liste des sportifs Espoirs



Pour être inscrits sur la liste des sportifs de haut niveau ou sur la liste des sportifs Espoirs, prévues aux articles L.221-2, R221-3 et R221-11 du code du sport, les sportifs doivent effectuer les examens suivants:


  1. Un examen médical réalisé, selon les recommandations de la société française de médecine du sport et des autres sociétés savantes concernées, par un médecin diplômé en médecine du sport; (fiche jointe en annexe du règlement)

  2. Une recherche par bandelette urinaire de protéinurie, glycosurie, hématurie, nitrites;

  3. Un électrocardiogramme standardisé de repos avec compte rendu médical;

  4. Une échocardiographie trans-thoracique de repos avec compte rendu médical;

  5. Une épreuve d’effort d’intensité maximale (couplée, le cas échéant, à la mesure des échanges gazeux et à des épreuves fonctionnelles respiratoires) réalisée par un médecin, selon des modalités en accord avec les données scientifiques actuelles, en l’absence d’anomalie apparente à l’examen clinique cardiovasculaire de repos et aux deux examens précédents. Cette épreuve d’effort vise à dépister d’éventuelles anomalies ou inadaptations survenant à l’effort, lesquelles imposeraient alors un avis spécialisé.

Chez les sportifs licenciés ayant un handicap physique ou mental ne permettant pas la réalisation de cette épreuve d'effort dans des conditions habituelles, une adaptation méthodologique est à prévoir.

  1. Un examen dentaire certifié par un spécialiste,



Ces examens doivent être réalisés dans les six mois qui précèdent la première inscription sur la liste des sportifs de haut niveau ou sur la liste des sportifs Espoirs.
b) nature et périodicité des examens de la surveillance médicale, communs à toutes les disciplines, pour les sportifs inscrits sur la liste des sportifs de haut niveau ou dans les filières d’accès au sport de haut niveau


Le contenu des examens permettant la surveillance médicale des sportifs visés à l’article L. 231-6 du code du sport comprend :



1°) Deux fois par an :
Un examen médical réalisé par un médecin diplômé en médecine du sport comprenant :

-un entretien

-un examen physique

-des mesures anthropométriques

-un bilan diététique, des conseils nutritionnels, aidés si besoin par des avis spécialisés coordonnés par le médecin selon les règles de la profession ;

-une recherche par bandelette urinaire de protéinurie, glycosurie, hématurie, nitrites
2°) Une fois par an :
a) Un examen dentaire certifié par un spécialiste ;
b) Un examen électro cardiographique standardisé de repos avec compte rendu médical.
c) Un examen biologique pour les sportifs de plus de 15 ans mais avec autorisation parentale pour les mineurs, comprenant :

-numération formule sanguine

-réticulocytes

-ferritine
3°) Deux fois par an chez les sportifs mineurs et une fois par an chez les sportifs majeurs :
Un bilan psychologique est réalisé, lors d’un entretien spécifique, par un médecin ou par un psychologue sous responsabilité médicale. Ce bilan psychologique vise à :
-détecter des difficultés psychopathologiques et des facteurs personnels et familiaux de vulnérabilité ou de protection;

-prévenir des difficultés liées à l’activité sportive intensive;

-orienter vers une prise en charge adaptée si besoin.
4°) Une fois tous les quatre ans :
Une épreuve d’effort maximale telle que précisée au point a) 5- de cette annexe du présent règlement médical fédéral (article 1er de l’arrêté du 16 juin 2006).
5°) les candidats à l’inscription sur la liste des sportifs de haut niveau ou sur la liste des sportifs Espoirs qui ont bénéficié de l’échocardiographie alors qu’ils étaient âgés de moins de quinze ans, doivent renouveler cet examen entre 18 et 20 ans.
Les examens prévus une fois par an ne seront pas réalisés une nouvelle fois chez un même sportif, s’ils ont déjà été effectués, la même année, lors du bilan médical prévu pour l’inscription sur les listes.

c) nature et périodicité des examens complémentaires spécifiques à certaines disciplines sportives
Pour les disciplines fédérées par la FFESSM, les sportifs visés à l’article L. 231-6 du code du sport doivent être soumis à un examen ORL annuel effectué par un spécialiste.

  • Annexe 5-2 : suivi médical fédéral




Nature des examens médicaux préalables à l’inscription sur la liste des sportifs de haut niveau ou dans les filières d’accès au sport de haut niveau



Les examens suivants complètent le bilan réglementaire prévu par l’annexe 5-1 :
Une iconographie du rachis dorsolombaire pour la nage avec palme en cas de signes d’appel d’une pathologie du rachis.

* * *



1


2 Par traitant, on entend le diabétologue suivant le patient depuis au moins un an. Préalable signifie que le Médecin Fédéral ne délivrera un certificat de non contre indication QU’APRES AVOIR PRIS CONNAISSANCE du certificat préalable.

3 Ce groupe de travail était constitué par les Docteurs Éric BERGMANN, Bruno GRANDJEAN, Bruno LEMMENS et Michel LYŒN, médecins fédéraux, et avait invité comme experts les Docteur Jean Éric BLATTEAU (I.MN.S.S.A) et Vincent LAFAY (C.H.U. Marseille).

4 Il a en effet été noté une diminution, voire une disparition paradoxale du shunt lors des manœuvres de provocation.

5 Texte en annexe de ce document

--
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   12

similaire:

Art. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale) iconAméliorer les conditions de prévention et d’accès aux soins, en réaffirmant...

Art. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale) iconCommune de Solaize Cahier des Clauses Techniques marche de prestation...

Art. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale) iconFederation regionale de defense contre

Art. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale) iconDirection départementale des territoires de vaucluse notice departementale d’information

Art. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale) iconDirection départementale des territoires de vaucluse notice departementale d’information

Art. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale) iconProjet de loi relatif à la prévention de la récidive et à l’individualisation...
Art. 130 Afin de protéger la société, de prévenir la récidive et de restaurer l'équilibre social, dans le respect des droits reconnus...

Art. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale) iconLe programme Stoprisk est une initiative du cclin sud-Est qui vise...
«barrières» à mettre en œuvre et constituent la première stratégie de prévention de la diffusion des micro-organismes

Art. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale) iconDirection Départementale des Territoires et de la Mer du Nord
«Biodiversité» concernent l’ensemble des agriculteurs ayant des prairies temporaires, des haies, des saules têtards et des mares...

Art. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale) iconL’outil d’auto-diagnostic pour une prévention détection
«Jeudis de la Prévention» : le Face à Face. Des entretiens gratuits et confidentiels au service des chefs d’entreprise

Art. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale) iconDireccte – Unité départementale
...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com