Art. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale)





titreArt. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale)
page9/12
date de publication08.10.2017
taille0.5 Mb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > loi > Documentos
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   12

Traitement conforme aux recommandations des sociétés savantes

(y compris bêtabloquants selon les indications

mais sans utilisation de médicaments hypoglycémiants).

Contrôle optimal des facteurs de risque,

selon les objectifs préconisés par les sociétés savantes,

avec sevrage définitif du tabac.










Test d'effort, sans ischémie ni trouble du rythme,

(sous traitement bêtabloquants s'il y a indication)

démontrant un entraînement physique régulier

avec une capacité physique supérieure à la normale théorique pour l’âge et dans tous les cas :

10 METs pour un homme de moins de 50 ans,

 8 METs pour un homme de plus de 50 ans

ou une femme de moins de 50 ans,

 6 METs pour une femme de plus de 50 ans.















Certificat médical, délivré par un médecin fédéral, de non contre-indication à la pratique de la plongée subaquatique

Enseignement limité à l'espace proche (0 à 6 m) sans réalisation de baptême.

Pas d'encadrement. Pas d'utilisation de mélanges potentiellement hypoxiques.

Renouvellement annuel sous réserve d'un suivi régulier attesté par au moins un ECG d'effort/an




Toute dérogation à ces conditions particulières de pratique devra être validée par le Président de la Commission Médicale et de Prévention Régionale.


  • Annexe 3-2-1e

Conditions autorisant la pratique de la plongée subaquatique de loisir pour les sujets présentant un shunt droit gauche

(Foramen Ovale Perméable ou shunt extra cardiaque)
(Diagnostic et conduite à tenir)



  • Annexe 3-2-1e1 : Conseil aux médecins prescripteurs




Avant Propos


Ces recommandations tenant compte des données scientifiques actuelles sont l’avis de la C.M.P.N.sur la conduite à tenir en cas de découverte d’un Foramen Ovale Perméable (F.O.P.) et plus généralement d’un shunt droit-gauche (D G) chez un pratiquant de la plongée subaquatique avec scaphandre3. Elles ont pour objet de proposer une ligne de conduite pour les médecins confrontés à ce problème. En aucune façon, elles n’excluent la possibilité d’autres études scientifiques.

Quelle méthode de diagnostic appliquer ?

Choix de la technique


Le diagnostic initial de présence d’un shunt D-G cardiaque ou extra cardiaque sera effectué au moyen d’un écho-doppler transcrânien (EDTC) ou d’un écho-doppler carotidien (EDC); des précisions diagnostiques peuvent être obtenues par la réalisation d’une échocardiographie transœsophagienne (ETO) ou une échocardiographie transthoracique (ETT) avec imagerie de 2ème harmonique.

L’EDTC et l’EDC ont une très bonne sensibilité dans la mise en évidence de la présence d’un shunt D-G. Leurs performances sont équivalentes et le choix de la technique dépend essentiellement de l’opérateur et de la disponibilité du matériel.

L’ETO reste la méthode de référence pour le diagnostic du F.O.P. Elle présente un potentiel iatrogène minime mais réel.

L’ETT, avec imagerie de 2ème harmonique, est aussi performante que l’ETO, mais permet des manœuvres de provocation par expiration contre pression (abusivement appelées Valsalva) plus prononcée et est donc plus sensible que l’ETO dans le dépistage du FOP.

Choix du produit de contraste


3 types de produits sont couramment utilisés :

Le galactose (ou ses dérivés) : par exemple Echovist© ou Levovist© : ils sont performants mais onéreux mais ont pour inconvénient d’adhérer aux tubulures de la perfusion. Possibilités de sensations vertigineuses et de sensations douloureuses sur le trajet veineux.

Les gélatines fluides modifiées : par exemple Plasmion© ou Gelofusine© :

elles sont plus performantes que le soluté salé à 0,9 % avec cependant la possibilité de réactions allergiques.

Les cristalloïdes : soluté salé isotonique à 0.9 % : à préconiser en cas d’antécédent allergique connu.

Le contraste est constitué par de l’air à 5 ou 10 % ; l’émulsion est réalisée par agitation (10 va-et-vient au minimum) et le produit final ne doit pas comporter de bulles macroscopiques.

Position du patient


Le patient est le plus souvent en décubitus dorsal, ce qui est plus facile pour l’examinateur, permettant une meilleure précision dans le positionnement de la sonde d’échographie. Certains examinateurs préfèrent la position assise mais il semble qu’elle soit moins performante.

Une perfusion de soluté salé à 0,9 % est effectuée au moyen d’un cathéter court à aiguille interne d’un calibre d’au moins 18 G placé dans une veine proximale du membre supérieur (basilique ou céphalique) afin de permettre une injection très rapide du soluté de contraste. Le site d’injection doit être le plus près possible du cathéter.

Réalisation de l’examen


Une première mesure sera effectuée sans manœuvre de provocation (en respiration spontanée normale).

Une deuxième mesure sera effectuée avec une manœuvre de provocation, même en cas de positivité de la première mesure4. Le patient effectue une expiration forcée contre une pression d’environ 45 hPa (45 cm H2O) pendant 10 secondes. L’injection du produit de contraste est effectuée très rapidement à la 5ème seconde de l’expiration forcée qui est encore maintenue pendant 5 secondes et est suivie d’une respiration normale. En cas de doute sur la perfection de la mesure, celle ci sera recommencée éventuellement avec changement de position du patient (position assise en cas de décubitus dorsal initial).

Quantification du résultat


Cette quantification sera réalisée au repos et après provocation.

Le comptage sera réalisé sur 20 secondes et le seuil significatif est de 5 hits en 20 secondes. Le résultat exprimé sera :
Shunt au repos

  • Négatif

  • Quelques hits

  • Flux massif de hits (« tempête de neige »)

Shunt après provocation (pression mentionnée)

  • Négatif

  • Quelques hits

  • Flux massif de hits (« tempête de neige »)


En cas de shunt avec flux massif observé à l’EDTC ou l’EC, une imagerie cardiaque complémentaire est conseillée pour la localisation et la quantification précise du shunt.

Quel est l’opérateur ?


Cet examen est réalisé par tous les opérateurs rompus à la technique et avertis de ce protocole.
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   12

similaire:

Art. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale) iconAméliorer les conditions de prévention et d’accès aux soins, en réaffirmant...

Art. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale) iconCommune de Solaize Cahier des Clauses Techniques marche de prestation...

Art. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale) iconFederation regionale de defense contre

Art. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale) iconDirection départementale des territoires de vaucluse notice departementale d’information

Art. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale) iconDirection départementale des territoires de vaucluse notice departementale d’information

Art. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale) iconProjet de loi relatif à la prévention de la récidive et à l’individualisation...
Art. 130 Afin de protéger la société, de prévenir la récidive et de restaurer l'équilibre social, dans le respect des droits reconnus...

Art. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale) iconLe programme Stoprisk est une initiative du cclin sud-Est qui vise...
«barrières» à mettre en œuvre et constituent la première stratégie de prévention de la diffusion des micro-organismes

Art. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale) iconDirection Départementale des Territoires et de la Mer du Nord
«Biodiversité» concernent l’ensemble des agriculteurs ayant des prairies temporaires, des haies, des saules têtards et des mares...

Art. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale) iconL’outil d’auto-diagnostic pour une prévention détection
«Jeudis de la Prévention» : le Face à Face. Des entretiens gratuits et confidentiels au service des chefs d’entreprise

Art. 7 : Fonctionnement des Commissions Médicales et de Prévention des organismes déconcentrés de la fédération (cmp régionale et cmp départementale) iconDireccte – Unité départementale
...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com