La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un





télécharger 0.59 Mb.
titreLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un
page3/11
date de publication11.10.2017
taille0.59 Mb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

Pages 8-9
la ville

évolue
dossier Rénovation urbaine

Légende photo

La tour Catalogne, située sur le Grand mail, à la Mosson, a été totalement rasée en juillet 2008.

Article 1

Le projet de rénovation urbaine engagé depuis 2004 entend améliorer les conditions de logement, le cadre de vie et favoriser le développement économique.
Repenser la ville
Transformer de manière durable les quartiers les plus en difficulté et améliorer en profondeur les conditions de vie des habitants, c’est l’ambition du projet de rénovation urbaine de Montpellier. Sous l’impulsion du maire, Hélène Mandroux, la Ville a déposé en juillet 2004 un dossier auprès de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru). Il concerne trois quartiers : le Petit-Bard-Pergola aux Cévennes, le quartier de la Mosson et le secteur
Gély-Figuerolles dans le quartier Montpellier Centre. Ce projet concerne 47 500 habitants. Cela se traduit par la démolition de logements vétustes et des reconstructions, le développement des équipements publics et une redynamisation économique des trois secteurs concernés.

Un volet social

En parallèle, tout est fait pour effectuer le relogement dans les meilleures conditions. Sur place, une équipe de la Serm de 12 personnes est chargée, pendant toute la durée de réalisation de chacun des projets, d’effectuer un accompagnement social individualisé.

L’enjeu de la rénovation urbaine consiste à améliorer l’habitat et les espaces publics mais aussi à restructurer le quartier et développer l’économie, les services et l’emploi.

Il existe également un volet social pour l’emploi : la clause d’insertion. Dans les appels d’offre, elle prévoit d’affecter 5 à 10 % des heures travaillées à l’insertion des populations issues des quartiers rénovés.

La rénovation devrait être terminée en 2013. Sur les 253,4 millions d’euros nécessaires pour mener à bien cette opération, 63 millions sont apportés par l’Anru et 37 millions par la Ville. Le reste étant partagé entre les bailleurs sociaux, les collectivités locales (Agglo, Département, Région) et la Caisse des dépôts et consignation.
Légende photo

La construction de l’immeuble Arthur-Young, aux Cévennes, est l’une des opérations du projet de rénovation urbaine.
Article 2

Constructions, démolitions, réhabilitations… le projet permet de donner aux habitants des logements neufs ou rénovés sur trois secteurs précis de la ville.
La rénovation est en marche
Le chantier est titanesque. Il prévoit la démolition de 946 logements, la reconstruction de 2 454 appartements et la réhabilitation de 1011 autres. L’opération la plus emblématique concerne le secteur Petit Bard/Pergola, dans le quartier Cévennes. Le projet prévoit la démolition des bâtiments les plus hauts qui sont les plus dégradés et qui empêchent le quartier de s’ouvrir sur la ville. 483 logements seront détruits, autant seront reconstruits (dont 327 logements sociaux) ainsi que 323 hors site. Enfin, 371 logements seront réhabilités. En juin dernier, la livraison de la résidence Arthur-Young a permis de reloger 43 familles, dans des conditions optimales de confort. La prochaine étape devrait être le début de la démolition du bâtiment A de la résidence du Petit Bard à partir du deuxième trimestre 2009.

À la Mosson, 383 logements sociaux doivent être démolis pour 383 reconstruits, dont 106 sur le site des Tritons aux Hauts de Massane, sous la forme de petits collectifs et de maisons accolées. L’intervention sur le logement se concentre principalement sur ce secteur. Si les tours Monge et Cambacérès ont déjà été démolies avant le lancement du plan Anru, les tours Condorcet et Cambon (196 logements sociaux) le seront prochainement, dès que le relogement des habitants sera assuré. Aujourd’hui, les 134 logements de la tour Catalogne ont été rasés et aucune construction n’est prévue à cet emplacement : dans un objectif d’ouverture du mail un espace paysager sera réalisé et un parking aménagé.
Lutter contre l’insalubrité

Sur le quartier Montpellier-Centre, l’opération de rénovation s’inscrit dans l’ensemble du projet GrandCœur. Les trois secteurs classés en 2001 en territoires GPV (Grand projet de ville) représentent avec le plan Anru, le “cœur de cible” de l’action de la Ville pour lutter contre l’habitat dégradé en centre ville : Gély/Figuerolles, Gambetta et Nord Ecusson.

Les opérations de requalification de logements sont combinées pour que se côtoient des logements privés à loyer libre, des logements sociaux privés à loyer conventionné et des logements sociaux publics. Ceci, afin de garantir la mixité sociale du quartier. Dans les secteurs Gambetta et du nord-Ecusson, 80 logements sociaux publics doivent être aménagés dans l’habitat ancien et 100 en neuf.

Déjà, rue Saint-Pierre, près de la place de la Canourgue, 20 logements ont été réhabilités. Des travaux ont débuté à Figuerolles (place Salengro, rue Adam-de-Craponne). Des opérations plus grandes sont également prévues, notamment la construction de 102 logements, rue Chaptal, sur l’emplacement des anciens locaux de la Caf.

La réhabilitation des cités Gély et Zuccarelli concerne l’ensemble de 474 logements locatifs sociaux. La plupart seront rénovés, tandis que 80 seront détruits, 55 seront reconstruits sur place et une vingtaine dans d’autres secteurs de GrandCœur
Légende photo

43 familles ont déjà été relogées dans la résidence Arthur-Young en juin.


Pages 10-11
la ville

évolue
dossier Rénovation urbaine

Article 1

La rénovation urbaine modifie la physionomie et dynamise la vie économique des quartiers. C’est aussi l’occasion de créer de nouveaux équipements.
Un environnement urbain en mutation
A la Mosson, la requalification du grand mail va permettre d’abord de supprimer la rupture
urbaine que représente la dalle en l’ouvrant sur le quartier par l’amélioration des accès et la création de percées. La démolition de la tour Catalogne va conduire à transformer la dalle minérale très bruyante en jardin suspendu de proximité, favorisant l’appropriation par les résidants riverains. L’ouverture du grand mail s’effectuera en direction du futur quartier des Pierres Vives.

Les rues de Saragosse, Salerne, Oxford et Cambridge seront réaménagées en favorisant notamment les circulations douces (piétons et vélos). Les avenues de l’Europe et de Blayac seront également restructurées.

Désenclaver le Petit Bard

Le programme de rénovation urbaine donne également un nouveau visage au secteur Petit Bard / Pergola, dans le quartier des Cévennes.

La tour de 18 étages au cœur du Petit Bard sera démolie, de même que la barre de 10 étages fermant le quartier sur l’avenue de Lodève. Une nouvelle place créera une “agora” tandis qu’un jardin public, sur lequel donneront les terrasses des nouveaux petits immeubles collectifs, ouvrira le quartier vers l’avenue de Lodève.

Afin de favoriser le désenclavement du quartier, le programme prévoit l’amélioration des échanges avec les quartiers environnants en réaménageant la rue Paul-Rimbaud, axe central du quartier et en créant trois nouvelles rues, notamment dans le prolongement de la rue des Araucarias. Il faut noter aussi que la troisième ligne de tramway desservira directement le quartier. Ce nouveau maillage, accompagné par l’aménagement de nouveaux chemins piétons, permettra d’ouvrir complètement ce secteur sur la ville.

Mosson : la zone franche étendue

Accompagnant ces changements, la Ville s’est lancée dans la construction ou la rénovation des équipements collectifs. Cela a été le cas de la nouvelle maison pour tous François-Villon, aux Cévennes, qui devenait trop étroite. Le bâtiment est implanté à l’angle de la rue des Araucarias et de l’avenue Paul-Bringuier et fait face à la toute nouvelle médiathèque Shakespeare. Non loin de là, un nouveau terrain multisports va être réalisé, remplaçant un équipement similaire devenu obsolète.

Du côté de Figuerolles, la salle de création artistique La Chapelle, implantée en plein cœur de la cité Gély, a subi de nombreux travaux de mise aux normes et peut, dès à présent, jouer à fond son rôle de centre culturel, à la fois tourné vers le quartier et les artistes locaux et internationaux. A la Mosson, les halles des 4 saisons sont en cours de réhabilitation depuis que la Ville a entrepris des travaux de réaménagement des étals.

Le volet commercial tient une part importante dans ce projet de rénovation urbaine. Toujours à la Mosson, l’extension de la zone franche, qui couvre désormais 96 hectares a déjà permis à 300 entreprises de s’installer, un millier d’emplois ont été créés, dont plus d’un tiers occupés par des habitants du quartier. Dans le centre-ville, ce sont plus d’une trentaine de locaux commerciaux qui ont été acquis. Pour le moment, ils sont vacants, en attendant d’intégrer un projet commercial déterminé.
Légende photo

Les halles des 4 saisons réhabilitées à la Mosson.

Article 2

La mission GrandCœur, lancée en 2003, a pour but de revitaliser le centre-ville par des opérations de rénovation de logements et d’amélioration du cadre de vie.
Opah sur la ville
Le périmètre concerné par GrandCœur correspond au quartier Montpellier-Centre. Parmi les actions lancées, figurent la construction et la réhabilitation de logements.

Les outils mis en place par la mission Grand-Cœur sont les Opérations programmées d’amélioration de l’habitat (Opah). Ce sont des actions incitatives en direction des propriétaires dont le but est d’améliorer ou réhabiliter les logements. Elles sont menées par la Ville, en partenariat avec l’Etat, l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat la Communauté d’agglomération et le Conseil général. Elle donne la possibilité aux propriétaires d’obtenir des aides financières pour des travaux de réhabilitation réalisés par des professionnels.

Des aides financières

Les travaux subventionnés portent sur l’installation des éléments de confort, la mise aux normes, l’amélioration de la sécurité et de la salubrité du logement. Ils concernent également l’amélioration des parties communes de l’immeuble et/ou leur consolidation avec des travaux de toiture, façades, cages d’escalier, réseaux…

Depuis le début des années 90, huit Opah se sont succédé sur la ville de Montpellier. La dernière en date concerne le secteur sud Ecusson-Laissac Gare pour une durée de 5 ans (septembre 2007- septembre 2012). La Ville met gratuitement à disposition des propriétaires une équipe d’animation composée d’architectes et d’urbanistes chargée d’aider les habitants dans l’établissement de leur projet et de son plan de financement. Les Opah ont permis de réhabiliter plus de 1 100 logements et environ 380 façades dans les quartiers Candolle, Sainte-Anne, Gambetta, Figuerolles, Clemenceau, Méditerrannée-Gare, Ecusson, Cathédrale-
Rectorat et Boutonnet-Beaux-Arts.

Infos : Mission GrandCœur 04 67 55 87 70
Légende photo

Un millier de logements déja réhabilités.

Interview

Interview de Christian Bouillé, maire adjoint délégué
à la rénovation urbaine


« Il était urgent d’intervenir »
Quelle est la signification de ce projet urbain ?

C’est un grand coup de balai contre l’insalubrité et les “marchands de sommeil”. Nous sommes en train de changer le visage des quartiers, même si nous n’avons pas attendu la signature avec l’Anru pour agir.
Au Petit Bard, il était urgent d’intervenir. L’opération porte sur 854 logements très dégradés, les propriétaires ne payant quasiment plus les charges qui leur incombent. Nous agissons aussi avec le Conseil général sur la Pergola, un ensemble immobilier de 478 logements sociaux. Rien n’obligeait la Ville à intervenir, si ce n’est la volonté de se préoccuper des populations en difficulté.
La Mosson et Montpellier-Centre ont été retenus également.

A la Mosson, plus de 383 logements sociaux seront détruits et reconstruits et 700 logements privés seront construits à Blayac. Pour le quartier Montpellier Centre, 80 logements des cités Gély et Zuccarelli seront détruits. Au total, plus de 500 logements seront réhabilités ou reconstruits. L’objectif est, ici, de désenclaver et de résidentialiser l’habitat. Le square Figuerolles sera réaménagé, la chapelle est transformée en lieu culturel et le centre commercial revitalisé. Les projets de rénovation urbaine concernent 20 % de la population et préparent le Montpellier de demain.
Certains se plaignent de la lenteur des opérations

La construction de la résidence Arthur Young est terminée et 43 familles y habitent depuis juin. Les opérations avancent mais prennent du temps. Pour qu’elles aboutissent, il faut maitriser trois paramètres : le financement, qui ne pose pas de problème car tous les partenaires jouent le jeu. Ensuite il faut acquérir les bâtiments, et cela, c’est très long. Enfin, le relogement. Mais l’offre de logements est très inférieure à la demande. Ne pouvant reloger rapidement les familles, il est très difficile de réhabiliter ou de détruire les appartements. C’est un problème que rencontrent tous les projets Anru dans l’hexagone. Et pour toutes ces raisons, ce ne sont pas 5 ans, mais 10 ans qu’il faudra pour achever la rénovation.


Brèves

Favoriser la mixité sociale

Afin d’assurer la mixité sociale, la Ville s’est engagée, au sein de ses ZAC, dans une
politique novatrice de soutien à la réalisation de logements intermédiaires locatifs ou en primo accession à la propriété.

Afin de favoriser les prix de vente, la Ville, via la Serm, fait des acquisitions foncières qu’elle revend ensuite à un prix se trouvant en-deçà du marché libre. Ainsi, sur les 885 logements intermédiaires, réalisés ou en cours, 590 logements sont réservés à la primo-accession. Les prix de vente varient entre 2 000 et 2 300 Ä le m² de surface habitable, parking compris contre 3 000 à 3 750 Ä le m² pour le marché libre et donc 30 % moins élevés que le prix du marché. Les 295 autres logements intermédiaires réalisés sont des logements locatifs de type PLS.
Ils concernent des locataires ayant des revenus plafonnés à un niveau moyen. Les logements
en primo-accession sont réservés aux personnes dont les revenus sont inférieurs à 125 %
du plafond des prêts à taux zéro.
Le logement social, une priorité

Au sein de chaque zone d’aménagement, la Ville de Montpellier s’impose de construire un tiers de logement social et répond ainsi aux 20 % de la loi SRU. La ville compte aujourd’hui 23 304 logements sociaux. Depuis 2005, elle a permis la construction de 3 454 logements sociaux, en ZAC et hors ZAC, soit 38 % de la totalité des logements autorisés. La Ville entend maintenir cet effort pour les prochaines années, avec un objectif en ZAC de 2 500 logements sociaux sur 5 ans.
Spéculation interdite

La Ville de Montpellier a investi, en deux ans, plus de 6 millions d’euros, soit environ 6 500 Ä par logement et près de 100 Ä le mètre carré. Elle a également mis en place un dispositif pour interdire la spéculation sur ces logements. Les actes de vente imposent aux acquéreurs de maintenir l’affectation et interdisent la vente du logement durant 5  ans, sauf cas de force majeure et revente au prix d’acquisition indexé à un primo-accédant.


Page 12 et 13

la ville

évolue
sur le terrain
Photo 1

Comédie des animaux. Les 4 et 5 octobre, la SPA de l’agglomération avait mis à la disposition du public 60 chiens et une quarantaine de chats à l’adoption.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconLe journal Montpellier Notre Ville est désormais disponible en version...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconSur le site de la manifestation, les internautes trouveront le programme...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconMontpellier notre ville / n ° 3

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconMontpellier notre ville / n ° 3

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconMontpellier notre ville / n° 373 • décembre 2012

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconMontpellier notre ville / n° 362 • novembre 2011

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconRésumé Ce document permet d’appréhender les évolutions de la plateforme...
«utilisabilité» et précise, dans ce contexte, comment se traduit le meilleur respect possible des standards et des cadres de références...

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconBulletin N°16 Décembre 2014
«sortie» et vous propose de découvrir ou revoir la ville d’Avignon où seront mêlés la culture et le plaisir de la table

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un icon1° La lutte contre le sida a d’emblée été prioritaire pour notre...
«la lutte contre le sida ne [semblait] pas prioritaire» pour notre association (1). Vous aviez également estimé que notre «activité»...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com