Bibliographie et Sitographie





télécharger 91.1 Kb.
titreBibliographie et Sitographie
page4/6
date de publication21.04.2017
taille91.1 Kb.
typeBibliographie
m.20-bal.com > loi > Bibliographie
1   2   3   4   5   6

Schéma de la boîte noire


Entrée de l’information Stockage Rappel

Les causes de l’oubli :




• au moment d’emmagasiner l’information, il peut y avoir inintérêt, inattention, manque de motivation sociale, défaut de concentration, fatigue...

• Au moment du stockage, il peut y avoir insuffisance de renforcement, de répétition, souvent par manque de discussion et donc de travail de synthèse.

• Au moment de l’évocation, il peut y avoir de la fatigue, un excès d’émotion (anxiété, angoisse), pensées parasites, voire obsédantes, ou encore blocages inconscients. C’est à propos de ces pensées parasites ou obsédantes qu’on s’aperçoit que l’oubli n’a pas que des désavantages, qu’il a même parfois un rôle positif, on ne peut pas le contrôler (l’oubli)




  1. Distinction entre l’oubli complet et partiel


L’oubli complet, ne se manifeste pas directement à la conscience. Il peut se manifester indirectement, partiellement et par l’extérieur. Il est donc une construction intellectuelle de l’extérieur. On parle d’oubli complet quand on a oublié qu’on a oublié. Mais cela ne signifie pas que l’objet de l’oubli ait été effacé. C’est donc l’oubli complet inconscient, que l’on peut rapprocher de ses vastes zones inaccessibles à l’observation directe : la mort, la vie prénatale et pour certains le coma.
L’oubli partiel, correspond au fait qu’une personne a conscience de l’oubli, pais pas de son contenu. Par exemple à l’oubli des noms propres, des mots que l’on a sur le bout de la langue ou de positionnement d’objets : c’est un oubli dont on se rend compte à un moment ou à un autre. Par exemple par l’intermédiaire de notre entourage « tu ne te rappelle plus de ta tente Gertrude ?!! »

Lorsqu’on se rend compte qu’il y a un hiatus, un trou entre le souvenir. Il y a alors dans notre cerveau une sorte de conflit, angoissant, entre deux informations sensorielles pour réussir à combler ce trou. Il est aussi possible de refaire le geste pour pouvoir par exemple retrouver un objet.

L’oubli sélectif, il est en association avec la mémoire sélective. L’oubli est l’effacement d’une mémoire et donc il est sélectif.

 

  1. Les tempi de l’oubli :


L’oubli progressif, fait que tout s’efface avec le temps. Par exemple le souvenir immédiat se dissout ……….. comme le sel dans l’eau. Il est important de faire le lien de ces oublis progressif avec la mémoire à long terme : qu’est ce qui a été retenu et oublié. On peut imaginer une prévention de l’oubli en le combattant par le conditionnement.

L’oubli instantané, est constitué des pertes de connaissances, des distractions et de bien d’autres choses. Il faut les différencier des oublis par absences de fixation (maladie d’Alzheimer). Le contenu de ces oublis instantané est récupérable via des déclics.


  1. Les différentes sortes d’oubli :


L’oubli a une fonction essentielle de protection en particulier de l’image de soi.

La personnalité et l’oubli :


La personnalité de chaque personne intervient dans l’oubli. L’information qu’on retient est en rapport avec ce qu’on a déjà vu, à nos intérêts à notre éducation et notre capacité de nous intéresser à quelconque sujet.

Le manque d’ouverture au monde, de manque de culture générale sont des voies plus sûres pour que l’oubli s’installe. On les nomme « les facilitateur » de l’oubli

Le deuil et l’oubli :


L’oubli affectif qui est lié soit à la perte d’un être cher ou d’un bien matériel. Dans ce cas-là ce qui est oublié, ce n’est pas l’événement douloureux lui-même, mais la douleur qui lui est associée. Celle-ci s’atténue, voire disparaît avec le temps. C’est ce que l’on appelle le travail de deuil.

A de multiple occasion dans notre vie nous allons utiliser cet oubli affectif

  • Lors d’un décès d’un être cher : entraînant une souffrance intense

  • Lors d’un abandon, d’une trahison, entraînant de la souffrance et une rancœur

  • Lors d’occasions perdues, celles-ci entraînant des regrets et des dépréciations : on s’en veut

  • Lors d’actions que nous nous reprochons, entraînant des remords
1   2   3   4   5   6

similaire:

Bibliographie et Sitographie iconBibliographie Sitographie

Bibliographie et Sitographie iconBibliographie et Sitographie 2

Bibliographie et Sitographie iconBibliographie/sitographie 24
«Une personne ne se résume pas uniquement à sa mémoire. L’être humain a des sentiments, de l’imagination, de l’énergie, de la volonté...

Bibliographie et Sitographie iconBibliographie et Sitographie
«l’oubli est-il un élément essentiel de la mémoire ?». La précision «essentiel» est nécessaire car nous pouvons mémoriser sans oublier,...

Bibliographie et Sitographie iconBibliographie et sitographie sommaires : fache jacques, «Les territoires...
«Les territoires de la haute technologie. Éléments de géographie», Rennes, P. U. R., collection Didact Géographie, 2002

Bibliographie et Sitographie iconBibliographie la bibliographie est commune aux membres du groupe
«Nom de l’encyclopédie ou du dictionnaire», titre du volume et numéro (si encyclopédie), pages consultées

Bibliographie et Sitographie iconBibliographie

Bibliographie et Sitographie iconBibliographie

Bibliographie et Sitographie iconBibliographie p. 52

Bibliographie et Sitographie iconBibliographie





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com