I. Observation d'un enfant atteint de myopathie intégré dans une classe ordinaire (CE2) 4





télécharger 122.73 Kb.
titreI. Observation d'un enfant atteint de myopathie intégré dans une classe ordinaire (CE2) 4
page6/9
date de publication17.10.2016
taille122.73 Kb.
typeBibliographie
m.20-bal.com > loi > Bibliographie
1   2   3   4   5   6   7   8   9

Présentation et analyse du cadre d'intégration



Quel que soit le handicap considéré, l’intégration d’un enfant handicapé peut revêtir différentes formes. Après les avoir observées, analysons-en le cadrage d’un point de vue à la fois théorique et pratique.

a) Les différentes formes de l’intégration



Les textes de référence en matière d'intégration scolaire des enfants handicapés prévoient que son application peut prendre deux grandes formes :

    • l'intégration individuelle dans une classe ordinaire avec d'autres enfants du même âge avec ou sans appui particulier. Dans le cas d’un soutien, il peut être fourni par les membres d'un réseau d'aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED) ou d'un service de type SESSAD (service d'éducation spéciale et de soins à domicile).

    • l'intégration collective dans une classe « spéciale » située dans un établissement scolaire « ordinaire ». Il s'agit par exemple, dans le cadre de l'enseignement primaire, des classes d'intégration scolaire (CLIS). La circulaire du 18 novembre 1991 précise les objectifs, l'organisation, le fonctionnement de ces classes qui se substituent aux classes spéciales (classes de perfectionnement créées par la loi du 15 avril 1909, classes pour handicapés sensoriels, classes pour handicapés moteurs etc.). Les CLIS accueillent de façon différenciée, dans certaines écoles élémentaires et exceptionnellement des maternelles, des élèves handicapés qui peuvent tirer profit, en milieu scolaire ordinaire, d'une scolarité adaptée à leur âge et à leurs capacités, à la nature et à l'importance de leur handicap. On distingue ainsi plusieurs types de CLIS :

  • type 1 : CLIS pour handicapés mentaux ;

  • type 2 : CLIS pour handicapés auditifs ;

  • type 3 : CLIS pour handicapés visuels ;

  • type 4 : CLIS pour handicapés moteurs.

L'objectif des CLIS est de permettre aux élèves concernés de suivre totalement ou partiellement un cursus scolaire ordinaire.

En effet, qu'elles soient individuelles ou collectives, ces intégrations peuvent se faire à temps plein ou à temps partiel. Une intégration peut-être qualifiée de partielle lorsque l'enfant passe seulement une partie du temps scolaire à l'école. Il y suit certains enseignements ou certaines activités. Il passe le reste de son temps dans un centre spécialisé où il reçoit des soins thérapeutiques, de rééducation ou autres. Dans le cadre d'une intégration « totale », l'enfant passe l'ensemble de son temps scolaire à l'école, à l'exception d'éventuels soutiens thérapeutiques qui peuvent avoir lieu au sein de l'établissement même ou à l'extérieur.
Quelle que soit la forme que prenne l'intégration d'un enfant handicapé, il est important qu'elle fasse l'objet d'un cadrage à deux niveaux. D'une part, elle nécessite l'organisation des différents acteurs participants à l'intégration, formalisée par un projet appelé PIIS (projet individuel d'intégration scolaire) qui fixe les objectifs pédagogiques et éducatifs de la scolarité. D'autre part, elle obéit à des règles précises qui sont définies dans un acte régissant responsabilités et interventions de chacun des participants, c'est la «convention d'intégration ».

b) Le cadrage théorique : le PIIS et la convention d’intégration



La réussite d'une intégration nécessite certains moyens à mettre en oeuvre selon une démarche rationnelle et progressive. A ce titre, Jean-Marie Gillig propose une méthodologie d'une démarche de projet particulièrement intéressante. On peut y distinguer plusieurs étapes, présentées ci-dessous.

  • La demande d'intégration : elle est effectuée par les parents ou par un établissement ou service spécialisé auprès de la commission de circonscription préscolaire et élémentaire (CCPE). La CCPE a compétence, par délégation de la commission départementale d'éducation spéciale (CDES), pour l'examen des dossiers des enfants à l'école primaire. Elle vérifie et complète les dossiers de base qu'elle traite elle-même ou qu'elle transmet à la CDES ou à la CCSD (commission de circonscription du second degré), dont le rôle au niveau de l'enseignement secondaire est équivalent à celui de la CCPE.

  • Le constat de besoin : il est élaboré par l'équipe éducative qui comprend le directeur d'école, l'enseignant de la classe d'accueil, le médecin scolaire, le psychologue scolaire, les membres éventuels du RASED, les intervenants spécialisés (auxiliaire d'intégration...), les parents. Le secrétaire de la CDES peut également y participer en tant qu'agent de liaison entre l'équipe éducative et la commission.

  • L'étude de faisabilité et l'analyse des besoins de l'enfant : elles recensent et analysent les capacités, les manques et les difficultés de l'enfant. Elles identifient les contraintes et les ressources (équipement matériel, rôle des divers adultes), les objectifs éducatifs et pédagogiques (en termes de développement et d'intégration sociale) et elles permettent la recherche de solutions techniques et d'hypothèses d'action, l'examen des conditions de l'intégration (demande et participation des parents, accord de l'équipe pédagogique...).

  • La conception du projet : il s'agit de la préparation du milieu d'accueil, de la hiérarchisation des objectifs déterminés par l'analyse des besoins et de la sélection des solutions techniques envisagées. Elle comprend aussi les modalités d'articulation entre le pédagogique, le thérapeutique et l'éducatif, ainsi que la mise en place d'un dispositif de suivi et d'évaluation.

À ce stade, le projet formulé par écrit doit recevoir la signature du chef d'établissement et des parents.

  • L'avis de la CCPE : par délégation de la CDES (cette dernière intervient lorsqu'il y a une demande de prise en charge par l'assurance maladie), la CCPE garantit et authentifie le projet d'intégration et son exécution par la signature du président de cette commission. En cas de désaccord, le projet retourne au niveau de l'équipe éducative pour une renégociation. Si la participation d'intervenants spécialisés est prévue, une convention d'intégration est rédigée et signée par les différents partenaires.

  • La gestion du projet : l'enfant est accueilli à l'école dans les conditions prévues. Le directeur de l'école veille au respect de l'engagement contractuel des différents signataires du projet et de la convention.

  • L'évaluation du projet : à intervalles réguliers, l'équipe éducative se réunit pour procéder à l'évaluation interne du projet et des résultats obtenus. Un minimum semestriel semble indispensable. Les bilans établis permettent surtout d'intégrer les transformations opérées au cours de la gestion du projet, de gérer les éventuels écarts et d'informer régulièrement la famille. La CCPE est obligatoirement saisie avant la fin de l'année scolaire pour examiner à partir des bilans réalisés par l'équipe éducative le devenir de l'enfant à la prochaine rentrée. Elle se prononce sur la révision de la mesure interactive, sur sa poursuite ou sur une autre orientation en accord avec la famille.


Après avoir abordé l'ensemble des liens théoriques unissant la convention d'intégration et le PIIS, observons au sein de l'école de S. comment s'articulent ces deux cadres de l'intégration à travers l'exemple d'Yvan.

1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

I. Observation d\Témoignage de vie de Pierre
«différence». Echec par la suite de la scolarisation, car Pierre n’est pas intégré correctement dans sa classe. Passage par un institut...

I. Observation d\Rechercher, extraire et organiser l’information utile
«développement durable» est mené dans une classe de 4ème depuis septembre 2012, à raison d’1h par quinzaine. IL s’agit d’une classe...

I. Observation d\Le programme sera constitué dans un premier temps d'une classe. Cette...

I. Observation d\Module cardiologie
«classe économique» : voyages en avion dans une classe économique, en voiture ou en train

I. Observation d\Voici quelques informations importantes pour passer une bonne année scolaire
«de la main à la main» à son enseignant. Dans le cas contraire, même s’il est très débrouillard, votre enfant peut tomber et se faire...

I. Observation d\Le matériel utilisé : Deux à trois ordinateurs dans la classe, en...
«Je tape les touches». L’enseignant accompagne les groupes qui le découvrent. Les autres ateliers sont en relative autonomie

I. Observation d\La Psychologie de l’Enfant et de l’Adolescent
«aventures humaines», pourtant si simples en apparence, le but de l’ouvrage est largement atteint

I. Observation d\L ’observation réfléchie de la langue française
«autrement» dans le respect des programmes et de la dimension «Observation de la langue»

I. Observation d\Hors classe des agreges campagne d’avancement 2014
«Remarquable» ou «Exceptionnel». L’appréciation «Exceptionnel» doit correspondre à 10% de l’effectif total, dont «une proportion...

I. Observation d\E nseignement intégré (Item 3C)
«salé». L’examen général est rassurant: Poids 2610g, enfant tonique, eupnéique (fr = 30/mn). Fc = 130/mn au repos, pas de souffle...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com