Évolution des gammapathies monoclonales de signification indéterminée (mgus) au cours de la polyarthrite rhumatoïde (PR) traitée par rituximab





télécharger 15.63 Kb.
titreÉvolution des gammapathies monoclonales de signification indéterminée (mgus) au cours de la polyarthrite rhumatoïde (PR) traitée par rituximab
date de publication17.10.2016
taille15.63 Kb.
typeCours
m.20-bal.com > littérature > Cours
Évolution des gammapathies monoclonales de signification indéterminée (MGUS) au cours de la polyarthrite rhumatoïde (PR) traitée par rituximab.
Gilles AVENEL Thierry LEQUERRE

gilles.avenel@chu-rouen.fr thierry.lequerre@chu-rouen.fr
Rationnel :

La MGUS est définie par la présence d’une gammaglobuline monoclonale chez un patient indemne de signe de myélome ou d’une autre pathologie maligne (maladie de Waldenström, amyloïdose primitive, lymphome B, leucémie lymphoïde chronique). Le taux de la gammaglobuline monoclonale est inférieur à 30 g/L, l’infiltration plasmocytaire médullaire inférieure à 10 % et il n’y a pas de stigmates de myélome : hypercalcémie, anémie, insuffisance rénale ou lésions osseuses (1).

C’est une pathologie fréquente atteignant 3,2 % de la population, l’âge moyen du diagnostic est d’environ 70 ans et est très rare avant 40 ans. Il existe une prédominance masculine et sa prévalence est plus élevée chez les sujets noirs (2).

Le principal risque de la MGUS est son évolution vers un myélome multiple. On distingue un groupe à faible risque (protéine monoclonale < 15 g/L, de type IgG, ratio de chaine légères libres urinaires normal). Chez ces patients, le myélogramme n’est indispensable que s’il existe des stigmates biologiques de myélome. Ils pourront être surveillés par l’électrophorèse des protides plasmatiques à 6 mois puis tous les 2 à 3 ans en l’absence de signe évocateur de malignité. Pour les autres (risque intermédiaire et élevé), le myélogramme doit être pratiqué avec un examen conventionnel et un immunophénotypage des plasmocytes, un scanner abdominal doit être pratiqué en présence d’une IgM monoclonale, la CRP, la LDH et la β2-microglobulines doivent être dosées dans le sang. En l’absence de signes de malignité, les patients pourront être suivis tous les 6 mois et à vie par électrophorèse des protides plasmatique et NFS (3).

Les patients atteints de MGUS ont un risque relatif plus élevé de myélome mais également d’autres pathologies : pathologies malignes de la lignée myéloïde, infections bactériennes, pathologies rénales et hépatiques. Le principal facteur influençant la mortalité est l’âge de découverte de la MGUS (4).

La polyarthrite rhumatoïde n’est pas un facteur de risque de développer une gammapathie monoclonale (MGUS ou myélome multiple) (5). Nous n’avons pas retrouvé dans la littérature de lien entre les différents traitements de fond de la PR (methotrexate, leflunomide, anti-TNFα, abatacept, anti-Il6) et les gammapathies monoclonales.

La présence d’une protéine monoclonale dans la PR semble être un marqueur de sévérité de la maladie (6,7).

Les plasmocytes n’expriment pas le marqueur de différenciation CD 20, le rituximab ne devrait donc pas interférer sur le développement des gammapathies monoclonales. Toutefois, une étude récente a retrouvé un risque relatif augmenté de développer une gammapathie monoclonale dans le cadre de désordres immunitaires prolongés suggérant un rôle favorisant de la stimulation antigénique prolongée (8). Un meilleur contrôle de la PR pourrait réduire ce risque. Enfin, l’utilisation des anticorps anti-CD20 pourrait modifier la composition des différents compartiments médullaires et favoriser l’évolution des MGUS vers un myélome.
L’objectif de notre étude est de recueillir les observations de patients atteints de PR et porteurs d’une MGUS chez qui un traitement par rituximab est ou a été administré afin de connaître l’influence du traitement sur la gammathie.

Bibliographie :


  1. International Myeloma Working Group. Criteria for the classification of monoclonal gammopathies, multiple myeloma and related disorders: a report of the International Myeloma Working Group. Br J Haematol. 2003 Jun;121(5):749-57.

  2. Wadhera RK, Rajkumar SV. Prevalence of Monoclonal Gammopathy of Undetermined Significance: A Systematic Review. Mayo Clin Proc. 2010 Aug 16. [Epub ahead of print]

  3. Kyle RA, Durie BG, Rajkumar SV, Landgren O, Blade J, Merlini G, Kröger N, Einsele H, Vesole DH, Dimopoulos M, San Miguel J, Avet-Loiseau H, Hajek R, Chen WM, Anderson KC, Ludwig H, Sonneveld P, Pavlovsky S, Palumbo A, Richardson PG, Barlogie B, Greipp P, Vescio R, Turesson I, Westin J, Boccadoro M; International Myeloma Working Group. Monoclonal gammopathy of undetermined significance (MGUS) and smoldering (asymptomatic) multiple myeloma: IMWG consensus perspectives risk factors for progression and guidelines for monitoring and management. Leukemia. 2010 Jun;24(6):1121-7. Epub 2010 Apr 22. Review.

  4. Kristinsson SY, Björkholm M, Andersson TM, Eloranta S, Dickman PW, Goldin LR, Blimark C, Mellqvist UH, Wahlin A, Turesson I, Landgren O. Patterns of survival and causes of death following a diagnosis of monoclonal gammopathy of undetermined significance: a population-based study. Haematologica. 2009 Dec;94(12):1714-20. Epub 2009 Jul 16.

  5. Bida JP, Kyle RA, Therneau TM, Melton LJ 3rd, Plevak MF, Larson DR, Dispenzieri A, Katzmann JA, Rajkumar SV. Disease Associations With Monoclonal Gammopathy of Undetermined Significance: A Population-Based Study of 17,398 Patients. Mayo Clin Proc. 2009 Aug;84(8):685-93.

  6. Garton MJ, Keir G, Dickie A, Steven M, Rennie JAN. Prevalence and long-term significance of paraproteinaemia in rheumatoid arthritis. Rheumatology 2006;45:355–356.

  7. Kelly C, Baird G, Foster H, Hosker H, Griffiths I. Prognostic significance of paraproteinaemia in rheumatoid arthritis. Annals ofthe Rheumatic Diseases 1991; 50: 290-294.

  8. Brown LM, Gridley G, Check D, Landgren O. Risk of multiple myeloma and monoclonal gammopathy of undetermined significance among white and black male United States veterans with prior autoimmune, infectious, inflammatory, and allergic disorders. Blood. 2008 Apr 1;111(7):3388-94. Epub 2008 Jan 31.


Gilles AVENEL Thierry LEQUERRE

Service de Rhumatologie, CHU – Hôpitaux de Rouen et unité INSERM U905 (I.R.I.B), Université de Rouen
Adresse postale :

Service de rhumatologie

CHU – Hôpitaux de Rouen

1 rue de Germont

76183 Rouen Cedex 1
Téléphone : 02 32 88 90 19

Fax : 02 32 88 91 10
gilles.avenel@chu-rouen.fr thierry.lequerre@chu-rouen.fr

similaire:

Évolution des gammapathies monoclonales de signification indéterminée (mgus) au cours de la polyarthrite rhumatoïde (PR) traitée par rituximab iconDevenir des gammapathies monoclonales sous biothérapie anti-tnfα

Évolution des gammapathies monoclonales de signification indéterminée (mgus) au cours de la polyarthrite rhumatoïde (PR) traitée par rituximab iconRhumato reed corpo du 02/11/2005
«-oïde» ne concerne que la polyarthrite rhumatoïde, et tout ce qui touche au facteur rhumatoïde

Évolution des gammapathies monoclonales de signification indéterminée (mgus) au cours de la polyarthrite rhumatoïde (PR) traitée par rituximab iconGrille vascularite rhumatoïde traitée par anti-tnf

Évolution des gammapathies monoclonales de signification indéterminée (mgus) au cours de la polyarthrite rhumatoïde (PR) traitée par rituximab iconSynonymes et formes) : polyarthrite rhumatoïde, polyarthrite chronique...
«déboussolé» et dirige ses attaques contre l’organisme qu’il est censé défendre

Évolution des gammapathies monoclonales de signification indéterminée (mgus) au cours de la polyarthrite rhumatoïde (PR) traitée par rituximab iconLa Polyarthrite Rhumatoïde

Évolution des gammapathies monoclonales de signification indéterminée (mgus) au cours de la polyarthrite rhumatoïde (PR) traitée par rituximab iconLa polyarthrite rhumatoide

Évolution des gammapathies monoclonales de signification indéterminée (mgus) au cours de la polyarthrite rhumatoïde (PR) traitée par rituximab iconLa Polyarthrite Rhumatoïde

Évolution des gammapathies monoclonales de signification indéterminée (mgus) au cours de la polyarthrite rhumatoïde (PR) traitée par rituximab iconLa polyarthrite rhumatoide

Évolution des gammapathies monoclonales de signification indéterminée (mgus) au cours de la polyarthrite rhumatoïde (PR) traitée par rituximab iconB la Polyarthrite Rhumatoïde c généralités

Évolution des gammapathies monoclonales de signification indéterminée (mgus) au cours de la polyarthrite rhumatoïde (PR) traitée par rituximab iconModule rhumato la polyarthrite rhumatoïde





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com