Maladies infectieuses de l'enfant 16 Novembre 2006





télécharger 83.85 Kb.
titreMaladies infectieuses de l'enfant 16 Novembre 2006
date de publication18.10.2016
taille83.85 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > droit > Documentos
MODULE PEDIATRIE

Maladies infectieuses de l'enfant



16 Novembre 2006




  1. LESIONS ELEMENTAIRES EN DERMATOLOGIE.



    1. Érythème.

  • Couleur rouge des téguments.

  • Sans infiltration.

  • S'effaçant à la vitro pression.

  • Exanthème : localisation cutanée.

  • Énanthème : localisation muqueuse.



    1. Macule.

  • Tache rougeâtre.

  • S'effaçant à la vitro pression.

  • Ne faisant pas saillie.



    1. Papule.

  • Élevure résistante, solide.

  • Ne contenant pas de liquide.

  • Spontanément résolutive sans cicatrice.



    1. Squames.

  • Lame de kératine se détachant de la peau.



    1. Vésicule.

  • Soulèvement de l'épiderme rempli d'une sérosité claire.

  • De petite taille.

  • Rapidement rompu, donnant alors suintement puis croûte.

  • Mécanisme :

    • exsudats de sérosité : eczéma.

    • Cytolyse intra épidermiques : virus +++.



    1. Bulle.

  • Vésicule de grande taille.



    1. Pustule.

  • Vésicule ou bulle contenant du pus.



    1. Pétéchies.

  • Hémorragie sous cutanée punctiforme.

  • Taille en tête d'épingle.

  • Ne s'effaçant pas à la vitro pression.

  • Causes : thrombopénie, infection ou traumatisme.



    1. Vitices.

  • Hémorragie sous cutanée linéaire.

  • Causes : thrombopénie, infection.



    1. Ecchymoses.

  • Hémorragie sous cutanée plane.

  • Parfois nécrotique.

  • Causes : thrombopénie, infection ou traumatisme.



    1. Hématome.

  • Hémorragie sous cutanée ou intramusculaire ou profond.

  • Occupant un certain volume.



  1. ERYTHEMES INFECTIEUX.

  • Virus ou bactéries.

    • Scarlatiniformes :

      • lésions confluentes : vaste placard.

      • Irréguliers, bord émietté.

    • Morbilliformes :

      • macules roses.

      • Intervalle de peau saine.



    1. Scarlatine.



      1. Étiologie.

  • Actions des toxines sécrétées par le streptocoque du groupe A.

  • À partir d'un foyer ORL ou cutané.



      1. Clinique.

  • Début brutal.

  • Fièvre à 39 °C, AEG.

  • Douleur de gorge, vomissements.

  • Exanthème :

    • généralisation progressive.

    • Plus marqué aux plis de flexion.

    • 8 jours puis desquamation (facultatif).

  • Énanthème :

    • constant.

    • Oropharyngé + lingual.



      1. Traitement.

  • Antibiothérapie : Amoxicilline.



    1. Rougeole.



      1. Étiologie.

  • Paramyxovirus.

  • Hiver et printemps dans les zones tempérées.

  • Mortalité élevée dans les pays sous-développés.

  • Existe toujours en France.

  • Recul de l'âge depuis la vaccination :

    • 2 à 5 ans en ville.

    • 5 à 10 ans en milieu rural.



      1. Transmission.

  • Voies respiratoires.



      1. Incubation.

  • 10 à 15 jours.



      1. Clinique.

  • Invasion : 4 jours.

    • Fébricule.

    • Catarrhe oculo nasal.

    • +/- Köplick = petits grains blanchâtres à la face interne des joues, inconstant, disparaît avant éruptions.

    • Contagiosité maximale (sécrétion, sanguine).

  • État :

    • fièvre à 40 °C.

    • adynamie.

    • Exanthème Morbilliforme :

      • macules de petite taille, rouge, intervalle de peau saine.

      • Généralisée, prédominant sur le visage (visage bouffi).

      • Évolution descendante.

    • Catarrhe oculaire + nasale + laryngo trachéo bronchique.

    • L'éruption régresse dans l'ordre d'apparition.

    • Dure 6-7 jours.



      1. Complications.

  • ORL : otite.

  • Pulmonaires : cause de décès dans le tiers-monde.

  • Neurologique :

    • encéphalite : J2 à J7, décès 20 %, séquelles 30 %.

    • Panencéphalie sclérosante subaiguë : décès en 1 à 2 ans.



      1. Prévention.

  • Vaccination.



    1. Rubéole.



      1. Étiologie.

  • Virus de la famille des Togaviridae.



      1. Transmission.

  • Voies respiratoires.



      1. Incubation.

  • 15 jours.



      1. Clinique.

  • Invasion discrète :

    • fébricule.

    • Malaise.

    • Céphalées.

  • État :

    • exanthème Morbilliforme :

      • apparaît à la face.

      • S'étend sans ordre ni symétrie.

      • Topographie maximale en 24 heures.

    • Énanthème inconstant.

    • Adénopathies cervicales postérieures :

      • nuque +++.

    • Température à 38 °C, parfois syndrome grippal, myalgies, arthralgies.

    • Disparition des éruptions en 2 à 5 jours.

    • Guérison en 8 à 10 jours, immunité définitive.



      1. Complications exceptionnelles.

  • Encéphalite : 20 % de décès, 50 % de séquelles neurologique sévère.

  • Purpura thrombopénique idiopathique.

  • Embryofoetopathie rubéolique :

    • infection placentaire.

    • Surtout si virémie maternelle en début de grossesse.

    • Atteinte placentaire n'implique pas obligatoirement une atteinte foetale.

    • Anomalies congénitales.



      1. Rubéole congénitale.

  • Avortements spontanés, enfant mort-né.

  • Atteintes multiples si elle survient dans les deux premiers mois de grossesse.

  • Atteinte isolée ensuite.

  • Oeil : cataracte.

  • Surdité.

  • Microcéphalie.

  • Atteinte cardiaque.

  • Retards de croissance intra-utérin.



      1. Prévention.

  • Vaccination.



    1. Megalerythème épidermique.

  • 5ème maladie, Parvovirus B. 19.

  • 4 à 12 ans.

  • Petite épidémie, fin de l'hiver et du printemps.

  • Incubation : 7 jours.

  • Prodromes non spécifiques.

  • Période silencieuse : 7 à 14 jours.

  • Exanthème rouge vif des joues, pâleur Périorale.

  • Puis éruption maculo papuleuse du tronc et des cuisses.

  • Topographie réticulée caractéristique.

  • Fluctuation pendant 2 à 3 semaines.

  • Évolution bénigne.

Complications :

  • hémolyse (terrain : drépanocytose).

  • Femmes enceintes : avortements.



    1. Roséole.

  • Exanthème subit, 6ème maladie.

  • Herpès virus humain (HHV) de type 6.

  • Fréquence élevée de 6 mois à 2 ans.

  • Évolution stéréotypée :

    • fièvre à 40 °C, résistance aux antipyrétiques.

    • Pendant 3 à 4 jours.

    • Avec conservation de l'état général.

    • Mais convulsions fréquentes.

    • Puis rash Scarlatiniformes, rose pâle, au 4-5ème jour.

    • Contemporains de Défervescence thermique.

    • Guérison spontanée sans séquelles.



  1. ERUPTIONS VESICULEUSES.



  • Herpès : virus herpès simplex.

  • Varicelle : virus herpès zoster.

  • Zona : virus espère zoster.

  • Syndrome pied, mains, bouche : coxsackie.



    1. Herpès.

  • Transmission interhumaine.

  • Deux types :

    • HSV 1 = transmission orale.

    • HSV 2 = transmission génitale.

    • + auto inoculation.



      1. Gingivostomatite herpétique.

  • Primo-infection due à HSV 1.

  • 6 mois-3 ans.

  • Incubation : 2 à 12 jours.

  • Gingivite + stomatite :

    • gencives, palais, face interne des joues.

    • Vésicules fugaces : érosions très douloureuses.

    • Puis croûtes.

    • Douleur +++, AEG.

    • 38 °C, adénopathies sous maxillaires.

  • Diagnostic différentiel :

    • Herpangine.

    • Syndrome pied mains bouche.

  • Complications :

    • atteinte oculaire : kératite.

    • Encéphalite.

    • Kaposi JULIUSBERG (eczéma).

  • Traitement :

    • antalgiques : paracétamol +/- codéine (Codenfan®).

    • Bains de bouche.

    • Zovirax®.

    • Perfusion si difficultés alimentaires +++.



      1. Herpès cutané.

  • Primo-infection.

  • Enfant, adulte jeune.

  • Éruptions vésiculeuses aiguës, en bouquet, peri-orificiel.

  • Prurit + douleurs.

  • Érosion suintante puis croûtes.

  • Antalgiques, guérison spontanée +/- Zovirax®.



      1. Herpès récurrent.

  • Virus quiescent dans un ganglion nerveux.

  • Prurit puis bouquet de vésicules.

  • Même topographie à chaque poussée.

  • Péri orificiel, face et doigts, pour HSV 1.

  • Région ano génitale pour HSV 2.



    1. Varicelle.



      1. Étiologie.

  • Primo infection au virus herpès zoster.

  • Enfant 2 à 10 ans, fréquence maximale : 2 à 6 ans.

  • Rare avant 6 ans : anticorps maternels, forme atténuée.

  • Cas isolé + petite épidémie en fin d'hiver et au printemps.



      1. Transmission.

  • Contamination inter humaine.

  • Contagiosité +++ :

    • dès les premiers jours d'éruption (avant ?).

    • Jusqu'au 5ème jour (fin des vésicules).



      1. Incubation.

  • 14 jours.



      1. Clinique.

  • Invasion :

    • 24-48 heures, malaise général.

    • Asthénie, céphalées, fièvre modérée.

    • Puis éruption maculo vésiculeuses.

  • État :

    • éruptions maculo vésiculeuses, polymorphe.

    • Macules + vésicules (2 à 3 mm).

    • +/- prurit.

    • Contenu séreux clair.

    • s'érodant en quelques heures puis croûtes secondaires.

    • + énanthème (buccal, génital) : vésicule rompue = érosion.

    • Début au visage, en rétro auriculaire.

    • Topographie descendante.

    • Respect palmoplantaire.

    • Plusieurs poussées : 2 à 3 poussées à 2 à 3 jours d'intervalle.



      1. Facteurs de risque de complications.

  • Enfant ayant une corticothérapie.

  • Immunodéprimé.

  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens (Advil®, Nureflex®, aspirine®).



      1. Complications.

  • Surinfection cutanée : impétiginisation, cellulite.

  • fasciites nécrosantes : atteinte des muscles des fascias.

  • Otites, pneumopathie.

  • Encéphalite, myélites, polyradiculonévrite.

  • Syndrome de Reye : atteinte hépatique et neurologique (aspirine).

  • Formes malignes : pneumopathie, choc... (Immunodéprimé).



      1. Traitement.

  • Toilette antiseptique, douche plutôt que bains.

  • Fluorescéine 2 %®.

  • Jamais de pommade ni de talc.

  • Ongles coupés court.

  • Jamais d'anti-inflammatoires non stéroïdiens, ni d'aspirine.

  • Paracétamol si fièvre.

  • Antihistaminiques (Polaramine®, Atarax®).

  • Antibiotique uniquement si surinfection.

  • Formes sévères : Zovirax®.



    1. Zona.

  • Réactivation du virus de la varicelle (virus herpès zoster).

  • Concerne surtout l'adulte, possible chez l'enfant.



      1. Phase pré-éruptive.

  • Douleur unilatérale (brûlures ou prurit).

  • Asthénie, 38 °C.



      1. Éruptions érythémato vésiculeuses unilatérale.

  • Vésicules puis érosion puis croûtes.

  • Topographie radiculaire : intercostal, cervicale, lombo sacré, ophtalmique.

  • Douleur +++.



      1. Complications.

  • Immunodéprimé.

  • Zona ophtalmique.



      1. Traitement.

  • Seulement si forment graves : Zovirax®.



    1. Syndrome pied mains bouche.

  • Infection virale : coxsackie.

  • Enfant 1 à 5 ans.

  • Petite épidémie (crèches).



      1. Incubation.

  • 3 à 7 jours.



      1. Invasion.

  • Asthénie.

  • Fièvre 38 °C.

  • Toux, douleurs abdominales.

  • Douleurs buccales.



      1. État (éruptions).

  • Papulo vésicules :

    • partie antérieure de la bouche.

    • Langue.

    • Face interne des joues.

    • Respect des lèvres et des gencives.

  • Puis érosion douloureuse.

  • Exanthème palmoplantaire :

    • vésiculo bulleux : 3 à 7 mm.

    • Face palmaire des doigts.

    • Espaces intertrigo les orteils.

    • +/- maculo papules au niveau des fesses et des membres.



      1. Diagnostic différentiel.

  • Angine.

  • Gingivostomatite herpétique.



      1. Traitement.

  • Symptomatique.



  1. IMPETIGO.



    1. Généralités.

  • Streptocoque, staphylocoque, parfois mixtes.

  • Hygiène précaire.

  • Épidémie familiale, collectivité d'enfants.

  • Contagieux, auto inoculable.

  • Dermatose bulleuse puis pustulo crouteuse.

  • Prurit.

  • Visage Péri orificiel.

  • Nouveau né : ombilic, omphalite.

  • Parfois surinfection eczéma, gale, varicelle.



    1. Complications.

  • Glomérulonéphrite.

  • Arthrites de hanche.

  • Pneumopathie.



    1. Traitement.

  • Antiseptiques locaux.

  • Antibiotique : Augmentin®.



  1. ERISYPELE.

  • Streptocoque du groupe A essentiellement.

  • Rare chez l'enfant, plutôt chez l'immunodéprimé.



    1. Localisation.

  • Face, ailes de papillon parfois.

  • Membres inférieurs +++.

  • Organes génitaux externes.



    1. Clinique.

  • Début brutal, frissons, 40 °C.

  • Plaque érysipèlateuse :

    • infiltration chaude, douloureuses.

    • Parfois Phlyctène.

    • Bourrelet périphérique inconstant.



    1. Foyer initial.

  • O.R.L.

  • Dermite des plis.

  • Infection dentaire.

  • Plaies.

  • Nécessité d'isoler le germe :

    • peau + hémoculture.



    1. Traitement.

  • Amoxicilline (Clamoxyl®).



  1. OREILLONS.

  • Paramyxovirus.

  • Très fréquent : 20 à 40 % latents.

  • Transmission inter humaine directe :

    • par gouttelettes de salive.

    • 6-7 jours avant les symptômes.

    • 4-9 jours après.

    • Y compris pour les formes latentes.

  • Atteinte des glandes salivaires, les testicules, du pancréas, du système nerveux (encéphalite).

  • Parotidite : forme la plus fréquente.



    1. Incubation.

  • 18 à 21 jours.



    1. Invasion.

  • Fièvre, otalgie.



    1. État.

  • 38 °C.

  • Céphalées.

  • Douleur spontanée et à la mastication.

  • Parotidite :

    • bilatérale, parfois unilatérale secondairement bilatérale.

    • Gonflement douloureux entre la mastoïde et la branche montante de la mandibule.

    • Refoule le lobe de l'oreille.

    • Parotide douloureuses.

    • Peau tendue et luisante.

  • Parfois atteinte entre les glandes salivaires : sous maxillite.



    1. Évolution.

  • Favorable en 10 à 14 jours.



    1. Autres localisations : parfois sans parotidite.

  • Orchite : surtout après la puberté.

    • 40 °C.

    • Douleurs testiculaires et abdominales +++.

    • Orchite.

    • 30 % d'atteinte bilatérale.

    • Atrophie testiculaire, stérilité par atteinte bilatérale rare.

  • Pancréatite : plus rare que chez l'adulte.

    • Douleurs abdominales.

    • Guérison en 2 à 10 jours.

    • Diabète exceptionnel.

  • Atteinte neurologique :

    • méningite.

    • Encéphalite.

    • Myelites.

    • Polyradiculonévrite, etc...



    1. Traitement.

  • Aucun traitement.

  • Intérêt de la vaccination.



  1. COQUELUCHE.

  • Bactérie : bacille de Bordet Gengou.

  • Sécrétion de toxine à tropisme respiratoire et neurologique.

  • Endémo-épidémique.

  • Contagiosité inter humaine directe importante.

  • Voies respiratoires.

  • Immunisante.

  • Concerne surtout les enfants de moins de 5 ans et les adolescents en absence de rappels.

  • Grave avant 1 an.



    1. Incubation.

  • 7 jours.



    1. Début.

  • Brutal.

  • Catarrhe rhino-bronchique.

  • 38 °C.

  • Toux spasmodique tenace, émétisante, prédominance nocturne.

  • Contagiosité +++.



    1. État.

  • Quintes.

  • Reprise inspiratoire bruyante (chant du coq).

  • Émétisante, cyanosante.

  • Déclenchée par colère, alimentation.

  • Durée : 4 à 6 semaines.

  • Forme atténuée fréquente : toux tenace, chroniques (adultes contaminateurs).



    1. Biologie.

  • Hyper lymphocytose : tardive, inconstante.

  • Isolement du bacille sur prélèvement de gorge (PCR + culture) parfois faussement négatifs.

  • Sérologie peu fiable.



    1. Complications.

  • Quintes asphyxiantes : bradycardie, apnée.

  • Surinfection bronchique, atélectasie.

  • Déshydratation, dénutrition par vomissements.

  • Encéphalite : 2-3ème semaine.

  • Otites.



    1. Indications d'hospitalisation.

  • Enfant < 3 mois.

  • Tachycardie, apnée, cyanose, bradycardie.

  • Troubles de la conscience.

  • Difficultés alimentaires.

  • Surinfection.



    1. Traitement hospitalier.

  • Surveillance scope, SaO2.

  • Gavage.

  • Perfusion, réhydratation.

  • Macrolides : Josacine®.

  • Intubation, ventilation.



    1. Traitement ambulatoire.

  • Macrolides : Josacine®.

  • Diminution de la contagiosité.



  1. MENINGOENCEPHALITES BACTERIENNES.

  • Diagnostic difficile avant 1 an.

  • Malgré antibiotiques : mortalité et morbidité importante.

  • Surtout chez le nourrisson : 20 % de séquelles neurologiques et sensorielles.

  • Le pronostic dépend de la rapidité du diagnostic et du traitement.

  • Germe responsable :

    • < 2 mois : escherichia coli, streptocoque B, listéria.

    • > 3 mois : pneumocoque, méningocoque, haemophilus influenzae.

  • Il existe un vaccin pour l'haemophilus.

  • Pneumocoque 1er germe en fréquence.

  • Avant 1 an : y penser, c'est faire la PL !



    1. Nourrisson.

  • Tout accident neurologique aigu fébrile :

    • convulsions.

    • Paralysie.

    • Troubles de la conscience.

  • Comportement inhabituel :

    • agitation, somnolence.

    • Geignements (céphalées).

    • Refus de boire.

    • Vomissements.

    • Accès de cyanose, pâleur.

  • Hypotonie : symptôme majeur = pas de « syndrome méningé » : nuque molle.

  • Fontanelles tombantes :

    • enfants assis, qui ne pleurs pas.

    • Signes d'hypertension intracrânienne.

    • Possible augmentation du périmètre crânien.



    1. enfant.

  • Syndrome méningé :

    • céphalées intenses et diffuses.

    • Rachialgie.

    • Nausées, vomissements.

    • Fièvre.

  • Examen :

    • raideur de nuque.

    • Photophobie.

    • Enfant couché en chien de fusil.

    • Purpura +++ (pétéchies, ecchymoses).

    • Rechercher une otite (porte d'entrée de la méningite).



    1. Ponction lombaire.

  • Examen du LCR au laboratoire :

    • augmentation des cellules : hypercytose.

    • Diminution de la glycorachie.

    • Augmentation de la protéinorachie (signe d'inflammation).

    • Germe à l'examen direct :

      • Cocci Gram + : pneumocoque.

      • Cocci Gram - : haemophilus.

    • Parfois recherche d'antigènes solubles (recherche d'anticorps de la paroi du germe si la personne est sous antibiotiques).

    • Culture (sensibilité aux antibiotiques).

    1. Autres examens complémentaires.

  • Hémocultures.

  • Numération formule.

  • CRP.



    1. Évolution.

  • Favorable si prise en charge rapide.

  • 20 % de séquelles neurologiques et sensorielles.



    1. Complications.

  • Ventriculite, abcès, épanchement sous-duraux.

    • Convulsions.

    • Coma (MENINGO encéphalite).

  • Surdité (atteinte VIII).

  • Déficit intellectuel.



    1. Traitement.

  • Antibiothérapie en intraveineux.

  • Rocéphine® ou Claforan® = céphalosporines 3ème génération.

  • +/- vancomycine® si pneumocoque.

  • Nouveau né : céphalosporines + aminoside + ampicilline.



  1. MONONUCLEOSE INFECTIEUSE.

  • Epstein Barr virus.

  • Cas sporadiques.

  • Contamination inter humaine :

    • surtout directe (maladie du baiser).

    • Sang, greffe de moelle...

  • Contagiosité faible.

  • Le plus souvent cliniquement inapparente.



    1. Incubation.

  • 30 à 50 jours.

    1. Invasion.

  • Odynophagie (douleur de gorge).

  • Céphalées.

  • 38° 39 °C.

  • Adénopathies cervicales.



    1. État.

  • 39°-40 °C.

  • Asthénie tenace.

  • Angine érythémato-pultacée, pseudomembraneuse, nécrotiques ou purpurique.

  • Adénopathies cervicales postérieures.

  • Splénomégalie +/- hépatomégalie.

  • Oedème palpébral ou orbito palpébral.



    1. Évolution.

  • Le plus souvent favorable.

  • Fièvre pendant 10 à 14 jours.

  • Guérison en 2 à 3 semaines.



    1. Complications.

  • Neurologique :

    • méningite.

    • Encéphalite.

    • Polyradiculonévrite.

  • Localisations viscérales :

    • foie, rate.

    • Respiratoire.

    • Cardiaques.

    • Orchite.

  • Complications hématologiques :

    • purpura thrombopénique idiopathique.



    1. Diagnostique.

  • Numération formule : hyper lymphocytose, parfois thrombopénie.

  • MNI test : faux positifs, faut négatifs rares.

  • Sérologie : seulement si complications.

    1. Traitement.

  • Aucun.

  • Corticothérapie si thrombopénie ou formes sévères compliquées.



  1. TETANOS.

  • Bacille tétanique, Clostridium anaérobie.

  • Rare dans les pays industrialisés.

  • Sujets non vaccinés.



    1. Physiopathologie.

  • Bacilles existent sous forme non encapsulés, non sporulés.

  • Facilement détruites par la chaleur et les désinfectants.

  • Sporulation dans les tissus.

  • Résiste aux antiseptiques et à l'ébullition.

  • Survie pendant des années.

  • Au niveau de la porte d'entrée, les spores donnent des bacilles qui sécrètent des toxines.

  • Diffusion dans les muscles, dans les nerfs et passages dans le sang.



    1. Signes cliniques.

  • Incubation : 5 à 15 jours.

  • Prodromes : agitation, crampes (24-48 heures).

  • Trismus :

    • gêne à l'élocution et à l'alimentation.

    • Contracture douloureuse des masticateurs.



  • Tableau constitué :

    • contractures :

      • généralisation en quelques heures à quelques jours.

      • Permanentes + paroxystiques +++ durent 5 à 10 secondes.

      • Paroxysmes spontanés ou déclenchés par des stimulations quelconques.

      • Topographie +/- diffuse.

      • Muscles squelettiques et viscéraux.

      • Atteinte des muscles respiratoires +++.

    • Manifestation générale :

      • tachycardie.

      • 38°-39 °C.

      • Angoisse.

      • Déshydratation.

      • Douleur.



    1. Évolution.

  • Mortalité = 35 % (spasme laryngé, causes cardiaques, complications infectieuses respiratoires).

  • Diminution des spasmes en plusieurs semaines.

  • Récidives possibles, pas d'immunité après la maladie.



    1. Traitement.

  • Isolement à l'abri des stimulations sensorielles.

  • Intubation, ventilation contrôlée.

  • Curarisation (paralysie des muscles, diminue les spasmes, n'agit pas sur la conscience d'où sédation).

  • Réhydratation.

  • Gammaglobulines humaines, vaccination.

  • Antibiothérapie.



  1. POLIOMYELITE.

  • Polio virus.

  • À disparu en France après la vaccination.

  • Contamination directe.

  • Voies aériennes et surtout digestives :

    • oropharynx puis voie intestinale.

    • Prolifération dans les formations lymphoïdes.

    • Dissémination par voie sanguine + voie axonale.

  • En l'absence de vaccination : enfant de 1 à 5 ans.

  • Formes paralytiques 2 à 5x plus fréquente chez les garçons.



    1. Incubation.

  • Silencieuse, 5 à 35 jours.



    1. Invasion.

  • Début très brutal.

  • 39°-40 °C.

  • Douleurs abdominales, vomissements.

  • Rachialgie, myalgies.

  • Syndrome méningé (30 %).

  • Somnolence, agitation.



    1. État.

  • Après 3 à 6 jours.

  • Paralysies flasques périphériques par atteinte de la corne antérieure de la moelle.

  • Asymétrie non systématisée.

  • Sans trouble sensitif.

  • Forme spinale avec atteinte respiratoire.

  • Formes bulbaires :

    • trouble de déglutition.

    • Atteinte respiratoire.



    1. Évolution.

  • Régression des paralysies :

    • 80 % dans la première année.

    • Se prolonge 2 ans.

  • Sans ordre.

  • Amyotrophie séquellaire.

  • Troubles trophiques cutanés séquellaires.

  • Séquelles habituelles.



  1. DIPHTERIE.

  • Bacilles Gram +, bacille de Loeffer.

  • A presque disparu en France :

    • vaccination.

    • Amélioration des conditions de vie et d'hygiène.

  • Malgré la vaccination, nombre élevé de sujets susceptibles de développer la maladie :

    • taux d'anticorps < seuil protecteur.

    • À partir du sujet voyageur.

  • Rare avant 6 ans (anticorps maternels).

  • Milieux défavorisés.



    1. Physiopathologie.

  • Prolifération au niveau de la porte d'entrée : fausses membranes.

  • Sécrétion d'une toxine responsable des lésions à distance.

Angine diphtérique.

    1. Incubation.

  • 2 à 5 jours.



    1. Invasion.

  • Fébricule.

  • Céphalées.

  • Angine.



    1. État.

  • Pas de dysphagie mais fausses membranes extensives.

  • Fébricule.

  • Adénopathies.

  • Tachycardie.



    1. Évolution sans traitement.

  • Extension des fausses membranes, luette, pharynx, larynx.

    1. Formes malignes.

  • 39 °C, fausses membranes +++.

  • Adénopathies cervicales +++.

  • Atteinte toxinique cardiaque.

  • Atteinte rénale.

  • Syndrome hémorragique.

  • Décès.



    1. Traitement.

  • Immunité non absolue.

  • Sérothérapie.

  • Antibiothérapie : pénicilline G, érythromycine.

similaire:

Maladies infectieuses de l\Maladies infectieuses de l’enfant

Maladies infectieuses de l\Les maladies infectieuses

Maladies infectieuses de l\Les maladies infectieuses

Maladies infectieuses de l\Maladies infectieuses infantiles

Maladies infectieuses de l\*16* Règlement ce/1791/2006 du 20 novembre 2006

Maladies infectieuses de l\Les maladies infectieuses non éruptives

Maladies infectieuses de l\Cours 3 Epidémies et maladies émergentes «Les maladies infectieuses...
«Les maladies infectieuses : IL en naîtra de nouvelles, IL en disparaîtra lentement quelques unes; celles qui subsisteront ne se...

Maladies infectieuses de l\N°3 : Cass com., 14 novembre 2006

Maladies infectieuses de l\Surmat 06 – novembre 2006

Maladies infectieuses de l\La prématurité et l'hypotrophie Novembre 2006





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com